Rouages et Dentelles

Rouages et Dentelles

Par Ashlotte Blog créé le 31/03/11 Mis à jour le 19/12/14 à 01h52

Ajouter aux favoris
Signaler
Les 10 merveilles du monde

 

Mesdemoiselles, Mesdames, messieurs, les autres.

Voilà maintenant un (tout) petit moment que j'arpentes les sinueuses profondeurs de Gameblog, et j'ai remarqué, bien à mon désarroi, que je ne m'étas même pas présentée convenablement. A savoir que je ne vous avais même pas fait part de ma liste de Jeux favoris. Nous allons donc y remédier. Dorénavant, je vous parlerais de mes 10 jeux favoris, dans l'ordre décroissant, à raison d'un jeu par article (Parce que sinon ça va encore faire des patés, je sais, je sais.)

Attention, ça va sûrement vous faire saigner les yeux, parce que comme disait un célèbre chanteur de rap U.S:                « de gustibus et coloribus no dispuntantum » Enfin bref, sans préambule, passons au numéro 10 du classement.

 

ne vous en faites pas, moi non plus j'ai pas compris l'image du premier coup.

 

9) 128 couleurs, 50 images/secondes, et 13 plans pour casser du monstre à coups de matraque

 

De quoi je parles? Et bien de l'excellentissime Shadow of the Beast sur Amiga. Celui-ci est un jeu d'action développé par Reflections et édité par Psygnosis (Mais si, la marque à la chouette !) sur Amiga en 1989. Le jeu deviendra très vite culte , notamment en raison de ses prouesses techniques colossales.

 

la pochette du jeu. Non, l'illustration n'a aucun rapport avec le contenu.

 

L'histoire du jeu tient sur une carte de visite. (Notez qu'il y'a une histoire, ce qui est déjà assez rare pour l'époque.) Pour résumer, un jeune enfant nommé Aarbron (Ses parents devaient pas l'aimer.), est enlevé lors d'une nuit sans lune (lisez ceci avec un écho lugubre, pour un effet optimum), par des individus louches . Il sera enfermé dans le temple de Nécropolis, et élevé par ses ravisseurs, les terribles « mages de l'obscurité », des cultistes au service du « Beast Lord », le Seigneur des bêtes, un individu répondant au doux nom de Maletoth. Ceux-ci projettent de faire d'Aarbron le messager et le Héraut de Maletoth, et le font muter à l'aide de breuvages et de « rituels sataniques. » ( tout ça est marqué dans le manuel, je n'invente rien.), ce qui a pour effet de le transformer en hybride d'homme et de bête sauvage, le rendant à la fois très costaud, et très énervé. Mais comme rien ne se passe jamais comme prévu, Aarbron apprend un jour la vérité sur sa famille et sur les agissements des malotrus qui l'ont réduit en esclavage durant toutes ces années, et il décide, après avoir tordu le cou à ses « parents adoptifs » d'aller péter la gueule à Maletoth, comme ça, parce qu'il est super en colère. Et ainsi, je cite à nouveau le manuel : «Il doit tout d'abord se dresser seul contre les hordes bestiales de Maletoth, à l'aide de sa force, de sa ruse, et de ses poings vengeurs. » Voilà, comme ça, on est prévenus, ça va saigner.

 

sur cette image, Aarbron est dans le caca. Entre une gargouille qui sautille méchamment, et un dragon qui lui jette des caraffes dans la figure, il a interêt de se tirer vite fait.

 

Le système de jeu est relativement simple, c'est un jeu d'action en 2d « classique ». on court à gauche, on court à droite, on descend et on monte le long des échelles, on met des coups de latte, et on peut même se payer le luxe de sautiller de droite à gauche en mettant des coups de tatanes aux importuns qui viennent essayer de boulotter la cervelle de ce bon vieux Aarbron. On peut ( ON DOIT.) aussi s'accroupir, afin d'esquiver les projectiles des ennemis les plus vicieux, ou encore esquiver les monstres volants. En parlant de monstres , par ailleurs, on va y'avoir droit, puisqu'il y'a plus de 132 sprites d'ennemis différents. Trolls, Fantômes, yeux volants, mains géantes nécrophages (si si, c'est marqué sur le manuel.) , ils sont tous diverses et variés, et n'ont qu'un point commun, ils vous en veulent à MORT. Le jeu étant un scrolling, ils surgissent de droite, de gauche, du haut, ou du bas, et courent très souvent comme des possédés vers Aarbron dans le but avoué de le lyncher, ce que vous devez éviter à tout prix en leur cassant la figure avant. A noter que ce n'est pas chose aisée, car Aarbron, au début, ne dispose que de ses poings et de ses pieds, et un timing parfait est nécessaire pour ne pas se faire blesser par les très nombreux ennemis qui vous veulent du mal.

A noter que si la durée de vie du jeu est relativement courte (encore, n'oubliez pas qu'il s'agissait de l'amiga.), entre une demi-heure pour un psychopate, et 2 heures pour une personne « normale », Aarbron se montre petite nature, puisqu'il ne dispose que d'une jauge de vie pour tout le jeu, jauge qui supportera 12 coups en tout et pour tout avant qu'Aarbron n'aille rejoindre ses ancêtres. (d'ailleurs je pense qu'il aura quelque chose à leur dire à propos de son nom. M'enfin, passons.) Ainsi, on passe beaucoup (BEAUCOUP) de temps à mourir, et à désespérément recommencer le jeu dans l'espoir de le finir une bonne fois pour toutes.

L'un des objectifs principaux du jeu est de récolter les objets nécessaires à entrer dans le château de ce salaud de Maletoth, de récupérer assez de potions de vie et d'armes afin d'être prêt à le renvoyer dans les abysses infernales desquelles il est sorti. Pour cela, Aarbron traversera une forêt , une plaine, un arbre géant, une autre forêt , pour arriver au château du Beast Lord. Certains diront que ce n'est pas beaucoup, ce à quoi je répondrais « oui, mais ça fait quand même un joli footing. »
Au fil de ses aventures, Aarbron affrontera 3 boss particulièrement retors , et découvrira deux armes, à savoir une matraque (si si) pour frapper plus vite et plus loin, et un pistolet laser qui se fixe à son bras . Mégaman n'avait rien inventé. Ainsi équipé, il pourra enfin avoir sa vengeaaaaaaance.

promenons nouuus dans les bois. Notez la finesse des graphismes.

 

L'une des grandes qualités du jeu était sans aucun doute ses graphismes sublimes. A une époque où les jeux étaient en 32 couleurs, 10 fps, et 1 plan fixe, le jeu se payait le luxe d'avoir 128 couleurs, une animation ultra fluide , et 13 plans animés. L'effet de profondeur était saisissant, et l'immersion totale. imaginez seulement la lueur dans mes yeux lorsque je posais mes petites mimines de choupirobote ( Ca n'existe pas dans le dictionnaire, pas la peine de chercher.) sur le clavier de l'amiga de mon papa, pour faire évoluer Aarbron dans un monde totalement animé, au travers de décors magnifiques, et affrontant des ennemis terrifiants et très originaux. C'était l'bon temps !

Toujours est-il que les graphismes n'étaient pas le seul point fort du jeu. La bande son était épique à souhait , et faisait preuve d'une qualité irréprochable, et les musiques sont imprimées très profondéments dans le fond de ma tête. (c'est peut-être dû au fait que j'ai recommencé le jeu encore et encore car je mourrais tout le temps, mais soit.)

Vous pouvez en profiter ici.


Le jeu connût des dizaines de portages, sur Amstrad, sur Commodore, pc, Megadrive, pc engine, master system, super nintendo, et même Lynx (Mais si, cette magnifique console d'atari !)

Et une suite fût dévellopée, mais n'eût évidemment pas l'impact du premier du nom.

 

Voilà pour cette petite description du premier de mes dix jeux favoris ! J'éspère que je vous aurai donné envie de vous procurer ce jeu fantastique si vous n'y avez pas joué, ne serait-ce que sur émulateur, parce qu'il vaut vraiment le coup !

 

Allez, à la prochaine fois les petits loups !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (20)

Commentaires

Locutus
Signaler
Locutus
Worms est fabuleux, on y avait joué toute une nuit comme des oufs à la Place 2 Be (convention à Mont-de-Marsan) en 1996 avec 3 potes. Des sacrés souvenirs tout ça. Et oui, Capitaine Blood et son système de communication extraordinaire. Ata Ata Oglo Ulu, Exxos is good for you
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
Haha oui, ce jeu a créé pas mal de vocations en plus. Il a carrément été la base de la base du rpg moderne :D
Locutus
Signaler
Locutus
Oui, je comprends, le jeu qui m'a le plus marqué c'est Dungeon Master, je l'ai eut tout de suite avec mon ST et là, ce fût la révélation. Il reste mon jeu number one, même 23 ans après.
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
J'étais très fan de l'arche du capitaine blood, Another world, Dune, indianopolis, même si du coup je comprenais pas grand chose. Je me souviens avoir passé des heures et des heures sur asteroids ou worms . t_t
Locutus
Signaler
Locutus
Sur Amiga, j'étais (je suis) plutôt shoots : Hybris, Battle Squadron et l'étrange Phantom Fighter entre autres.
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
J'ai eu que l'amiga à la maison, mon père l'utilisait pour bosser (et jouer à des jeux vidéos aussi, parce que bon.) Il m'a laissé jouer dessus à partir de mes 3 ans je crois. Du coup Shadow of the Beast a été un de mes premiers jeux. Ca laisse des marques.
Locutus
Signaler
Locutus
Le ST d'abord en 88 (une question de prix), puis l'Amiga racheté à un pote quelques années plus tard (500frs si je me souviens bien).
Locutus
Signaler
Locutus
Pardon, j'ai encore les 2 à la maison ;)
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
Ca, c'est la classe t_t.
Locutus
Signaler
Locutus
Presque raté ! J'ai eu les 2 à la maison ;)
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
Oui je plaisantes, je dis tout le temps ça à cause d'une rivalité de longue date entre un ami et moi , lui possédant l'atari, et moi l'amiga. C'est dingue ce que les possesseurs d'Atari sont soupe au lait quand même !

*sifflotte*
Locutus
Signaler
Locutus
Ashlotte, tu plaisante pour les contrôles dans les jeux Atari j'espère, c'est de l'humour non ?
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
Oui, c'était terrible. t_t

Petit edit : j'ai rajouté le lien vers l'OST du jeu dans mon article, pour vous en faire profiter, petits veinards.
Sirocco
Signaler
Sirocco
On les maltraitait les claviers et consoles à l'époque. J'ai repris mon pad 64 y' pas très longtemps, le stick est complètement défoncé, les touches de tranche sont enfoncées...bref, c'est détruit ^^.
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
Tu dois parler de la version atari je pense (tous les jeux atari avaient des contrôle à c...) sur amiga, je me souviens y'avoir joué avec le clavier. Notamment avec la barre espace pour sauter. Pauvre barre espace.
Locutus
Signaler
Locutus
A noter que l'illustration de la boite du jeu est de l'artiste Roger Dean, comme la plupart des jeux Psygnosis/Psyclapse de l'époque. Pour ma part, j'ai toujours trouvé Beast bien trop dur (c'est un jeu, on est là pour se faire plaisir quand même), avec une difficulté mal dosée, trop de "die and retry", un jeu pour le Joueur du Grenier en somme ;)

D'un point de vue artistique et technique, c'est une méga bomba atomica. La bande son de David Whittaker est extraordinaire, elle n'a, à mon avis, pas à rougir face à du Uematsu par exemple. Je l'écoute encore avec le Deliplayer sur pc.
Sirocco
Signaler
Sirocco
On est vieux, maintenant. Je peux plus dormir par terre après une cuite, je suis obligé de dormir 8 heures par jour, de prendre des médocs, de soigner mon alimentation...et de jouer à des jeux avec lesquels on ne s'arrache pas les jeux de la tête ^^.

Je croyais juste que les touches devaient être cliquées directement sur l'écran, un peu comme certains jeux d'aventure sur PC. Ca doit dépendre des supports, peut-être.
Ashlotte
Signaler
Ashlotte
la maniabilité est absolument pas dépassée, selon moi. Après le jeu a toujours été très dur, c'est certain, et il faut un timing de métronome pour réussir à tuer les monstres, mais ça vous changera des jeux trop faciles, et ça vous fera comprendre comment on devenait adulte à l'époque de l'amiga.
Sirocco
Signaler
Sirocco
Je cru comprendre que la maniabilité était aujourd'hui complètement dépassée ^^.
N'essayez pas d'y rejouer...sauf si vous voulez vous suicider, évidemment.
Spades
Signaler
Spades
Un grand classique, qui nous avait tous bluffé à l'époque...

Archives

Favoris