1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    The Elder Scrolls VI : Todd Howard explique pourquoi le développement n'est pas très avancé

The Elder Scrolls VI : Todd Howard explique pourquoi le développement n'est pas très avancé

Par Thomas Pillon - publié le
×

L'histoire nous a pourtant donné toutes les raisons de nous méfier : ce n'est pas parce qu'un jeu, aussi attendu soit-il, est annoncé à l'E3 qu'il est pour autant bien avancé. Todd Howard a beau le répéter, personne ne semble vouloir acter que The Elder Scrolls VI appartient à un futur lointain. Très lointain. Face au déni, une seule stratégie s'impose : la répétition. 


À voir aussi : Bethesda : Pete Hines et Todd Howard s'expriment sur l'exclusivité Xbox des prochains jeux


Annoncé en 2018, et immédiatement annoncé pour n'arriver qu'après la sortie d'un certain Starfield - que l'on sait désormais prévu pour 2022 -, The Elder Scrolls VI était alors décrit par l'intéressé comme "en phase de conceptualisation". Tout juste interrogé par le très britannique The Telegraph, Howard enfonce le clou, affirmant que les équipes n'en sont encore qu'à une phase de planification. Ce n'est pas faute de vous avoir prévenus.

Un peu plus loin des étoiles

Il y a trois ans déjà, le réalisateur de Starfield affirmait qu'avant de se lancer dans un nouvel épisode numéroté de la célèbre série de RPG à l'occidental, il faudrait au préalable maîtriser une nouvelle technologie, que l'on aujourd'hui être le moteur d'abord destiné au jeu de rôle spatial : 

La technologie du Creation Engine 2 est en quelque sorte conçu pour les deux jeux. C'est une nouvelle base de travail. Le plus gros du développement est en ce moment centré sur Starfield, mais les deux projets sont entrelacés, et tout le monde travail un peu sur tout. 

Et encore, le lancement attendu pour le mois de novembre 2022 ne signera pas pour autant la fin du chantier autour de ce tout nouveau moteur : 

Nous l'optimisons pour gérer ces vastes mondes ouverts que nous apprécions particulièrement, et faire de véritables bonds : pas seulement sur le plan graphique, mais aussi au niveau du processeur et des flux de données. Ce moteur est le plus ambitieux depuis celui d'Oblivion, pour porter notre première nouvelle licence depuis 25 ans, et le retour de The Elder Scrolls. 

Et parce que l'histoire nous a prouvé qu'une partie des joueurs n'entendait que ce qui l'intéressait, Howard conclue : 

Il est bon de penser que The Elder Scrolls VI est toujours dans une phase de design, mais nous nous questionnons sur l'aspect technologique : "Peut-on faire ce genre de chose dans le jeu avec ce moteur ?", voilà les questions que nous nous posons. Chaque nouveau jeu améliorera le Creation Engine 2, The Elder Scrolls VI en fera partie.

Voilà qui devrait permettre de clarifier la situation, et de comprendre pourquoi il faudra encore attendre de longues années avant de pouvoir découvrir si la suite de Skyrim saura nous proposer une aventure aussi dantesque qu'attendue, et une introduction digne d'inonder le web de memes durant encore... dix ans ? Une fois de plus, c'est Todd Howard qui l'affirme.

La rédaction vous recommande

9 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (9)