1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    Sony demande de l'argent aux éditeurs en échange de l'activation du cross-platform

Sony demande de l'argent aux éditeurs en échange de l'activation du cross-platform

Par Romain Mahut - publié le
×

Le temps qu'a mis le multijoueur cross-platform sur consoles PlayStation ou les déclarations des pontes de Sony au sujet de ce système ont clairement montré la réticence du constructeur japonais à l'idée de permettre aux joueurs PlayStation de jouer avec ou contre les utilisateurs d'autres machines. Et comme le montrent de nouveaux éléments, Sony n'a pas fini par autoriser cette pratique par simple bonté.


À lire aussi : E3 2017 : Crossplay PS4 sur Minecraft, Phil Spencer répond à Jim Ryan


Le site The Verge a réussi à mettre la main sur des documents confidentiels contenant des échanges entre Epic Games et Sony au sujet de l'activation du multijoueur cross-platform dans la version PS4 de Fortnite. Sony, qui avait précédemment refusé l'activation d'une telle fonctionnalité dans d'autres jeux comme Rocket League ou Minecraft, était totalement réfractaire à l'idée de permettre le multi cross-platform.

Joe Kreiner, le vice-président en charge du développement commercial chez Epic Games, avait contacté Sony en affirmant que vu le succès de Fortnite, selon lui le "plus gros jeu sur PlayStation," il était impensable selon lui "qu'Epic n'obtienne pas ce qu'il veut," à savoir l'activation du cross-platform sur PS4.

Afin d'aider à faire passer la pilule, ce même Joe Kreiner avait fait une liste de propositions à Sony allant d'une annonce du crossplay réalisée conjointement avec le constructeur japonais "afin de faire passer Sony pour des héros," à une extension de la licence d'utilisation de l'Unreal Engine 4 à l'intégralité de Sony, en passant par la promesse de proposer un jeu de lancement sur le PlayStation VR 2 (une capture d'écran du mail est disponible dans notre galerie ci-dessous).

Malgré ces offres, Sony n'était clairement pas convaincu. En effet, Gio Corsi, le directeur sénior des relations avec les développeurs chez PlayStation de l'époque, avait répondu à ce mail :

Le jeu cross-platform n'est pas un carton assuré, peu importe l'envergure du titre. Comme vous le savez, de nombreuses sociétés explorent actuellement cette idée et aucune d'entre elles n'est en mesure d'expliquer en quoi le jeu cross-console améliore les affaires de PlayStation.

The Verge indique que les mails auxquels il a eu accès ne montrent pas comment Sony et Epic ont fini par se mettre d'accord. En revanche, un document officiel confidentiel lui aussi relayé par The Verge (et lui aussi disponible dans notre galerie ci-dessous) montre que Sony a mis en place un système appelé "Cross-Platform Revenue Share."

Pas de pitié pour les crossplay

Pour activer le cross-platform sur la version PlayStation d'un jeu, l'éditeur doit tout d'abord accepter de partager les données d'utilisation de ce même jeu. S'il s'avère ensuite que la part des recettes générées via le PSN par ce jeu comparée au pourcentage d'utilisation de la version PlayStation de ce même jeu tombe sous un certain seuil une fois le cross-platform autorisé, l'éditeur doit alors verser des royalties à Sony afin de "compenser la diminution des recettes."

Le doute concernant l'authenticité de ces documents n'est pas permis. En effet, au cours de son témoignage dans le cadre du procès opposant Epic Games à Apple, Tim Sweeney, le PDG d'Epic Games, a confirmé que Sony réclame des dédommagements financiers en échange de l'activation du multijoueur cross-platform :

Dans certains cas, Epic doit payer des sommes supplémentaires à Sony. Si quelqu'un joue principalement sur PlayStation mais dépense son argent sur iPhone, alors cela peut provoquer une compensation. 

Ce même Tim Sweeney révèle que sa société a accepté ces conditions imposées par Sony. La grande popularité de Fortnite et les demandes des joueurs et de l'industrie ont fini par faire céder le constructeur japonais au sujet du multijoueur cross-platform. Les faits ont cependant montré que Sony n'a pas accepté les offres initialement faites par Epic et évoquées ci-dessus. Sony a réussi à imposer ses conditions. Et comme l'indique Tim Sweeney, Sony est le seul gestionnaire de plate-forme à imposer des compensations financières en échange de l'activation de cette fonctionnalité.

Que pensez-vous de ces révélations ? Vous surprennent-elles ? Ou trouvez-vous qu'elles sont cohérentes avec l'attitude générale de Sony ? Estimez-vous que Sony est dans son bon droit ? Epic a-t-il eu raison de céder ? Dites-nous tout dans les commentaires ci-dessous.

Galerie photo Fortnite - 2 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

11 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (11)