1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    Mercury Steam : Un investisseur s'offre 40% du studio de Castlevania LoS et Metroid sur 3DS

Mercury Steam : Un investisseur s'offre 40% du studio de Castlevania LoS et Metroid sur 3DS

Par Thomas Pillon - publié le
Image

Si les espagnols avaient surtout fait parler d'eux à l'occasion de la sortie de Metroid : Samus Returns, un remake du second épisode de la série destinée à feu-la 3DS, le studio refait de nouveau la "une" aujourd'hui pour une affaire de gros sous. C'est promis : pour une fois, THQ Nordic n'a rien à voir dans l'affaire.


À voir aussi : Activision Blizzard : Des résultats financiers solides et... des embauches !


Fondé en 2002 à San Sebastián de los Reyes, le studio s'était fait un petit nom en co-développant avec Kojima Productions un certain Castlevania : Lords of Shadow ainsi que sa suite numérotée et une déclinaison portable, qui leur avait permis d'attirer l'attention du producteur Yoshio Sakamoto, responsable de la série Metroid chez Nintendo.

Life begins at forty

Mais alors que les nouveaux titres des espagnols se font toujours attendre, voilà que l'investisseur danois Nordisk Games vient de s'offrir 40% de Mercury Steam, comme le révèlent nos confrères de Games Industry

Le studio qui compte aujourd'hui 160 employés rejoint ainsi la liste des structures dans lesquelles Nordisk Games a placé ses billes, parmi lesquelles on retrouve Raw Fury, ou encore Avalanche Studios.

Plus tôt cette année, l'investisseur danois avait acheté des parts du studio Nitro Games à hauteur de 4,5 millions de dollars, mais l'on ignore à l'heure actuelle combien l'entreprise aura déboursé pour s'offrir 40% des parts de Mercury.

Ce seuil "raisonnable" est d'ailleurs explicitement revendiqué par Nordisk, qui n'entend pas tout changer au sein de ses acquisitions :

Nous optons pour une participation minoritaire, c'est-à-dire moins de 50% de participation. Nous voulons responsabiliser les fondateurs et nous assurer qu'ils contrôlent leur propre destin. Nous prenons un siège ou deux au conseil d'administration des entreprises dans lesquelles nous investissons.

Dans une interview datant de 2019, les responsables danois affirmaient d'ailleurs ne pas avoir envie d'endosser le rôle d'éditeur, ou nourrir une certaine frilosité à l'égard du modèle ô combien critiqué du jeu-service. 

En attendant, personne ne sait sur quels titres planchent actuellement les espagnols, même si le communiqué officiel de Mercury Steam nous garantit un futur plein de promesses et de surprises. 

La rédaction vous recommande