D'après Digital Foundry, les spécialistes de l'analyse technique des jeux vidéo, Zelda Breath of the Wild pousse la console Wii U dans ses derniers retranchements. Comme ils l'expliquent dans la vidéo ci-dessus, le moteur impressionnant du jeu qui prend en charge un monde massif est loin d'être courant sur la console de Nintendo. Alors certes l'occlusion ambiante, les jeux d'ombres, la lumière volumétrique et l'herbe interactive n'est pas quelques chose de vraiment nouveau mais ça n'a jamais été aussi présent sur Wii U, surtout à aussi grande échelle.

Evidemment tout ceci à un coût et il est clair que le "matériel" de la Wii U ne peut pas toujours suivre ce qui se passe à l'écran. Dès que le joueur se bat ou que l'herbe commence à prendre feu, il y a de sérieuses baisses de framerate. Dans la démo de l'E3, le jeu descend souvent aux alentours des 20 FPS... Même l'exploration elle-même martyrise la console et le moteur a du mal à suivre l'ambition que Nintendo vise.

Encore 9 mois de développement

Comme il s'agit de la Wii U, il ne serait pas surprenant que la firme japonaise fasse des concessions et que Zelda ne tourne qu'en 1200x720 et sans anticrénelage. Si les images du jeu montrent l'utilisation de cette option, ce n'est clairement pas le cas dans la vidéo. Cette situation est aggravée par le recours au filtrage de texture trilinéaire qui réduit la qualité à une soupe de pixels peu ragoutante à certains endroits.

Malgré tout, il y a tout de même des choses à garder à esprit : il reste 9 mois de développement au jeu et cette analyse se porte donc sur une version alpha du titre montré à l'E3. De plus nous ne pouvons ignorer le "facteur NX". Tout ce qui la concerne est encore un grand mystère, on peut donc clairement espérer de bien meilleures performances techniques sur celle-ci, et heureusement d'ailleurs.

Quoi qu'il en soit, la direction artistique reste remarquable et on attend le jeu de pied ferme. Rappelons qu'il arrivera en même temps que la NX soit au premier trimestre 2017 si tout va bien.