Vous le savez depuis 2018, l'artiste tatoueuse Catherine Alexander n'est pas contente. Et elle l'avait fait savoir en portant plainte contre la WWE et Take-Two Interactive, maison-mère de 2K Games, éditeur de la série de jeux de catch WWE 2K. Elle leur reproche la reproduction des six tatouages qu'elle a effectué sur le corps de la star Randy Orton entre 2003 et 2008 sans son consentement.

Elle avait refusé un dédommagement de la fédération dirigée par Vince McMahon. Comme le rapporte Hollywood Reporter, après des demandes de pause et autres renvois, ce samedi 26 septembre 2020, Staci Yandle, juge de l'Illinois a déterminé que la WWE et Take-Two avaient bien copié son travail et décidé de renvoyer l'affaire devant un jury. Voici son commentaire :

Alexander affirme qu'elle a créé les tatouages dans le but de les afficher sur le corps d'Orton et que les défendeurs ont utilisé les tatouages dans le même but ; pour les afficher sur le corps d'Orton dans les jeux vidéo. Alexander conteste également la caractérisation par les défendeurs de la taille des tatouages et soutient qu'ils sont bien en évidence et clairement visibles dans les jeux vidéo. Ce sont des différends factuels importants.

Take-Two avait déjà dû affronter cette problématique, pour NBA 2K. Un juge a estimé en mars dernier que la reproduction des tatouages de LeBron James, Kenyon Martin et Eric Bledsoe ne constituaient pas une violation de copyright. Le procès concernant des jolis dessins ornant l'épiderme du musculeux Randy Orton arrivera-t-il à la même conclusion ? Fair Use ou pas ? On rappelle que dans certains cas, comme celui de CM Punk, la parade est de ne pas reproduire ce qui pourrait causer des problèmes de droits. Mais alors, et le droit à l'image de la personne ? Et l'authenticité ? Arrrrrrrrgh, ma tête...