À lire aussi : The Walking Dead A New Frontier : Le jeu repoussé à 2017 ?


Dans les comics Walking Dead comme dans la série télé du même nom, les personnages tombent comme des mouches. Et les protagonistes les plus populaires courent comme les autres le risque de mourir à chaque instant. Depuis la création des deux versions de The Walking Dead, nombre de héros chouchous du public ont passé l'arme à gauche (le plus souvent dans d'affreuses souffrances).

Lorsque le site ComicBook.com a demandé à Robert Kirkman, qui est à la fois le créateur de la BD et le producteur exécutif de la série, s'il avait des personnages préférés, la réponse de l'auteur a permis de comprendre pourquoi aucun protagoniste n'a l'immunité dans l'univers qu'il a créé :

Vous savez, je n'ai pas vraiment de favori. J'ai tendance à faire mourir mes personnages préférés car lorsque je me trouve vraiment attaché à un personnage, que je m'aperçois que je veux les intégrer de plus en plus dans mes textes, ou que je veux tourner l'histoire vers eux, je me rends compte que cela signifie que l'attachement du public pour ce personnage est extrêmement élevé et je ne veux pas causer trop de tort à la série en me concentrant sur ce personnage. Et cela a tendance à me donner envie de le tuer.

Robert Kirkman cherche donc à ne pas favoriser de personnage et c'est pour cette raison qu'il tue ceux qui commencent à se démarquer du reste de la bande. Il explique cependant que la série télé, qui est en retard sur les comics, permet de modifier le destin de certains personnages et de les rendre plus intéressants qu'ils ne l'étaient dans l'oeuvre originale.