Le patron de la maison-mère de Rockstar, 2K Games et Private Division n'est pas d'accord avec Donald Trump. Les événements qui ont fait trente-et-un morts et des dizaines de victimes aux États-Unis le week-end dernier ne devraient, selon lui, pas permettre au chef d'État et aux politiques Républicains de désigner les jeux vidéo comme un des éléments déclencheurs.

Dans une interview accordée à Barron's, Strauss Zelnick ne masque pas le fond de sa pensée :

Nous sommes tous affectés, attristés par les ces tragédies insensées. Ceci étant dit, accuser le jeu vidéo est irresponsable. Pire, c'est absolument irrespectueux envers les victimes et leurs familles. Il s'agit d'un divertissement consommé à l'échelle mondiale... La violence avec armes est un problème américain. Il est temps d'aborder les vrais problèmes.

Parmi ces vrais problèmes, le droit de porter une arme, protégé par le deuxième amendement de la Constitution américaine, et un contrôle trop laxiste. Les drames d'El Paso et Dayton ont fait passer le nombre de fusillades à 251 depuis le début de l'année 2019 aux USA. Il n'y a pour l'heure toujours aucune étude qui parvienne à démontrer que le jeu vidéo mène à des comportements violents.