À lire aussi : GTA Online a rapporté au moins 500 millions de dollars à Take-Two


Strauss Zelnick, le PDG de Take-Two Interactive, a pris la parole hier pendant la Cowen and Company Technology, Media & Telecom Conference. Et pendant son intervention, le responsable du géant de l'édition a évoqué les contraintes qui selon lui, vont empêcher l'explosion commerciale de la réalité virtuelle :

C'est bien trop cher pour le moment. Il n'y a pas de marché pour un appareil de divertissement à 2.000 dollars nécessitant une pièce dédiée. Je me demande ce qui a pu passer par la tête des gens (qui ont conçu les casques de réalité virtuelle). Il est possible que certaines personnes dans cette pièce disposent d'une pièce à dédier à une activité de divertissement. Mais ici dans le monde réel ? Ce n'est pas ce que nous avons en Amérique.

Nous avons quelque chose comme 300 dollars à dépenser pour un appareil de divertissement et nous n'avons pas de pièce dédiée. Nous avons de la place pour un écran, un canapé, et des manettes. Nous ne sommes pas dans une situation dans laquelle vous pouvez être debout dans un grand espace vide avec deux manettes dans les mains et quelque chose sur la tête, sans vous cogner dans la table basse. Nous ne sommes pas dans une telle situation. 

Strauss Zelnick a tout de même tenu à préciser qu'il n'est pas contre la réalité virtuelle. Il s'affirme même excité par cette nouvelle technologie. Il pense simplement que cette dernière va devoir contourner des obstacles avant de pouvoir de s'imposer auprès du grand public, et donc de devenir intéressante pour les éditeurs de jeu.