Il y avait eu l'annonce, mais pas l'invitation. C'est désormais officiel : suite à la fusillade de Parkland le 14 février dernier, l'Entertainment Software Association (ESA) rencontrera bien le président des États-Unis ce jeudi 8 mars pour discuter de la connexion entre violence et jeux vidéo.

Dans son communiqué, l'association insiste une nouvelle fois sur le fait qu'elle n'est pas établie.

Les jeux vidéo sont pratiqués dans le monde entier et de nombreuses études de scientifiques réputés ont démontré qu'il n'y avait pas de lien entre les jeux et la violence réelle.

Comme tous les américains, nous sommes profondément inquiets concernant les violences avec armes aux États-Unis. Les jeux vidéo ne sont pas le problème : le divertissement est proposé et consommé dans le monde mais les États-Unis ont un plus de problèmes avec les armes que n'importe quelle autre nation.

La réunion qui se profile à la Maison Blanche, à laquelle l'ESA sera présente, donnera l'opportunité de tenir une conversation s'appuyant sur des faits concernant la classification, notre engagement auprès des parents et les outils que nous proposons pour informer.

En espérant que ce cher Donald Trump ne sorte pas la carte "fake news" à chaque fois qu'il est contredit.

On rappelle que, parmi les membres de l'ESA, on retrouve les constructeurs Nintendo, Sony et Microsoft ainsi qu'Activision/Blizzard, Bandai Namco, Bethesda, Ubisoft, Take-Two Interactive ou encore Warner Bros., Capcom et THQ Nordic.