À l'instar d'Astro's Playroom, dévoilé le même soir, le nouveau produit par Shinji Mikami exploitera (en tous cas sur le papier) pleinement les fameuses fonctionnalités de la DualSense sur PlayStation 5, comme le précise l'intéressé :

Les capacités spéciales du protagoniste entretiennent une relation profonde avec les gestes de la main, et c'est parfait pour le retour tactile et les gâchettes adaptatives de la manette, qui comptent parmi les nouveautés de la PS5 dont nous profitons pleinement ici. Nous sommes vraiment impatients que vous preniez cette nouvelle manette en mains pour arpenter un Tokyo fascinant et imprévisible, qui n'a pas fini de vous surprendre.

Fort bien, Mikami-san, mais quitte à teaser, n'aurait-il pas mieux valu nous donner un exemple d'utilisation, même restreint ? Faute de biscuit, il ne nous reste plus qu'à revisionner encore et encore la bande-annonce de jeudi dernier, pour s'imaginer ressentir physiquement le lancement de certains sorts, la corde d'un arc en train de se bander, ou encore les vibrations d'une moto lancée à pleine vitesse sur l'asphalte de la capitale nippone. Ou pas hein, nous ne sommes pas le fameux secrets de dieux et de ses sources de l'industrie.

Mais les fonctionnalités haptiques de la DualSense ne seront pas la seule fonctionnalité mise en avant par cette chasse aux fantômes en plein Tokyo, loin s'en faut. En effet, l'aventure à la première personne exploitera également la fameuse 3D audio et sa spatialisation pointue du son détaillée avec un certain flegme par Mark Cerny en mars dernier :

Dans Ghostwire : Tokyo, vous ferez l'expérience de sons qui n'ont pas leur place dans le monde réel. Nous espérons que l'atmosphère sonore 3D vous incitera à chercher la provenance des sons qui vous parviennent.

Tout ce teasing nous donne évidemment envie de rapidement mettre les mains sur Ghostwire : Tokyo, annoncé pour 2021 sur PC et PlayStation 5, pas vous ?