Depuis le mois d'août dernier, et le retrait de Fortnite des supports iOS, on ne peut pas dire que les esprits se soient apaisé. Si le cas des jeux tournant Unreal Engine a vite été résolu, la juge Yvonne Gonzalez Rogers a encore du pain sur la planche.

Une audience concernant la fin du bannissement du célèbre Battle Royale de l'App Store s'est tenue ce lundi 28 septembre. Au terme des trois heures de consultation en visioconférence, après avoir entendu les arguments des deux parties, la magistrate de la cour de Californie du Nord n'a pas accordé l'ordonnance d'interdiction temporaire demandée par Epic Games.

Rappelant à la firme de Cary, qui maintient qu'Apple a des pratiques monopolistiques, qu'elle n'avait pas joué franc-jeu en agissant comme elle l'a fait (éviter la commission de 30% pour percevoir directement l'argent des joueurs), elle a estimé que ce conflit devrait passer devant un jury.

Cela va être un procès fascinant. Les écosystèmes fermés existent depuis des décennies. Nintendo a un écosystème fermé. Sony en a un. Microsoft en a un. Dans cette industrie, ce que fait Apple n'est pas très différent.

Le procès pourrait débuter, au plus tôt, en juillet 2021. En attendant, Fortnite est toujours interdit d'iOS. Et de Google Play Store. Le délai, qui pénalise surtout les joueurs, joue clairement en défaveur de la compagnie de Tim Sweeney.