1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Dossiers du jeu vidéo
  4. >
    Interview : Localisation, inspirations, travail d'équipe... Le PDG de Nihon Falcom nous répond

Interview : Localisation, inspirations, travail d'équipe... Le PDG de Nihon Falcom nous répond

Par Thomas Pillon - publié le

"Il faut toujours penser à raconter les mauvais côtés"

Dans la série The Legend of Heroes, les femmes occupent souvent les plus hauts postes (Ein, « Grand Maître » des Gralsritter de l'Eglise septiane ; le Grand Maître d'Ouroboros serait aussi une femme ; le groupe Reinford est dirigé par Irina...) ou sont plus fortes - physiquement et mentalement - que les hommes. Sans oublier Estelle, qui est l'héroïne de Trails in the Sky First et Second Chapter ! Pourquoi cette volonté, qui demeure relativement rare dans les jeux vidéo ?

Il y a des fois où je suis le premier étonné des propositions de l'équipe ! En revanche, les héroïnes et les femmes fortes ne sont pas si rares dans les mangas, les animes ou les jeux vidéo. Je pense que cet archétype est désormais largement accepté. 

Généralement, les notions de bien et de mal restent relatives dans la série - même Osborne a des motivations complexes. Pourquoi ce désir d'éviter tout manichéisme ?

La série Trails propose de suivre un groupe de personnages très varié, et dont on détaille avec précision l'histoire, le passé... Pour atteindre ce but, n'est-il pas important de dépeindre les bonnes et mauvaises choses et décisions qui les ont amené là où ils en sont ? Si chaque jeu se contentait de mettre en scène des personnages manichéens, toujours bons ou toujours diaboliques, ils finiraient par tous se ressembler. 

L'influence historique et géographique est très présente - Osborne évoque clairement Bismarck, notamment. Pourquoi ces inspirations précises ?

Je pense que c'est principalement à cause de la variété des situations qui se sont présentées à travers l'histoire : on y trouve toujours quelque chose d'attirant. Le même constat peut être fait pour la géographie. De temps à autre, on peut évidemment inventer de toutes pièces des paysages ou des protagonistes, mais la série Trails demande beaucoup de ressources, et nous avons donc pioché dans nos références à de nombreuses reprises.

De même, sous ses dehors colorés, la saga aborde des thèmes actuels et parfois très sombres - terrorisme, secte, enfant soldat, voire semble-t-il prostitution infantile dans le cas de Renne. Pourquoi ce paradoxe ?

Le monde des Trails est généralement assez complexe. Bien qu'il se situe dans un univers fictionnel, nous pensons qu'il est important qu'il renvoie aussi à une certaine forme de réalité. Si nous décidons de parler des bons côtés d'une histoire personnelle, il faut également en représenter les mauvais côtés.

The Legend of Heroes est à juste titre réputé pour la qualité de la construction de son monde, où le moindre des PNJ a une personnalité et sa propre histoire. Qu'est-ce qui, selon vous, donne à un RPG sa propre vie, sa propre âme ?

Chaque épisode est profondément différent. La série Ys propose une évolution constante des codes du jeu d'action, et les différents univers et histoires que l'ont y trouvent sont au service de cette idée. À l'inverse, la série Trails commence par poser les bases d'une histoire dantesque, et c'est cette fois le game design qui s'y adapte. 

4 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (4)