Yaeck - Le BloG

Par Yaeck Blog créé le 11/10/17 Mis à jour le 17/06/21 à 23h34

Réflexions, avis et digressions sur ce que j'ai vu, lu ou joué
et qui mérite que j'en parle...
Bonne lecture!
:^)

Ajouter aux favoris

Édito

Ma première console en 1991 avec la NES. J'avais 10 ans (Oui je date de cette époque là). Depuis une console minimum par génération, sans jamais se débarrasser des précédentes...Je mesure ma chance aujourd'hui d'avoir pu conserver toutes ces reliques.
Ma ludothèque est composée comme suit:
- 2 NES (1 PAL & 1 US)
- GameBoy Color
- Megadrive
- Nintendo 64
- Saturn
- Dreamcast
- Gamecube
- Xbox
- Xbox 360
- 2DS

- WiiU
- PSP
- PS4
- Switch Lite
Toutes branchées, toutes opérationnelles et toutes qui servent régulièrement.

Pas de 'guerres des consoles' ici ou autres fadaises et polémiqes de Kevin des bacs à sable...
Je précise juste mon désintérêt total pour Nintendo désormais. Non pas qu'ils fassent de mauvais jeux mais tout simplement ceux-ci ne s'adressent pas à moi.
Le jeu vidéo n'est pas ma seule passion, c'est un loisir comme un autre noyé parmi mes nombreux passe-temps. Jouer m'est aussi indispensable que Lire,
Écrire, Mater des films/séries, monter des vidéos à l'arrache pour ma modeste chaîne et voyager au quatres coins du Monde quand les finances le permettent :^)

J'ai une chaîne Youtube de Let's Play avec intégrale de jeu non commenté (ou presque vu que l'enregistrement foire à chaque fois sur une session) . Je ne suis pas streameur ou caster ou que sais-je encore...Juste je partage les jeux vidéos qui me plaisent.
Je suis  - je pense qu'il faut le préciser - un bien piètre joueur. Tendance solitaire qui aime prendre le temps d'explorer ses jeux. Et qui n'a absolument pas le sens de la compétition, notion qui me passe très au dessus. D'où mon incompréhension totale de tout ce qui est speedrunning et autres phénomènes multijoueurs tel que le Battle Royal. Je suis aussi par conséquent complètement hermétique à l'eSport.
Très opposé au dématérialisé (et pas que dans le JV) même si c'est l'avenir (qui se fera sans moi)

Voilà pour mon portrait de Gamer.

-Ma Chaîne Youtube
-Mon Twitch
-Mon Facebook

 

Archives

Favoris

Yaeck - Le BloG
Signaler
Cinéma - série (Cinéma)

Tout le monde connaît Alfred, le serviteur de Bruce Wayne (alias Batman). Mais le fidèle bras droit du chevalier noir à eu une vie avant d’entrer au service de la riche famille de Gotham. Et plutôt chargée d’ailleurs.

Créateur: Bruno Heller

Distribution:
- Jack Bannon:Alfred Pennyworth
- Ben Aldridge: Thomas Wayne
- Emma Paetz: Martha Kane
- Hainsley Lloyd Bennett: Deon « Bazza » Bashford
- Ryan Fletcher:  Wallace « Dave Boy » McDougal
- Paloma Faith: Bet Sykes
- Jason Flemyng: Lord James Harwood

Alfie Pennyworth gagne sa vie en tant que mercenaire dans une Londres en quasi-état de siège. Car l’Angleterre est en proie à une insurrection qui gagne rapidement du terrain. Et si on est malin, c’est l’occasion de jouer sur les deux tableaux et de se faire beaucoup d’argent. Et Alfie est très malin. Lui et ses deux partenaires de magouille passe donc de manigances de Pubs en intrigues de ruelles pour tenter de s’en mettre plein les poches.
Malgré tout le jeune homme garde une certaine morale et tente de faire du mieux qu’il peut pour venir en aide à sa famille. À sa mère tout d’abord femme au foyer exigeante…et à son père surtout, à la droiture inébranlable et à la haute estime de son métier, à la fois discret et au service des grands de ce monde: Majordome.

Bazza, Dave Boy et Alfie. Un trio de mercenaires réputé

La première chose à dire quand on parle de Pennyworth, c’est que si vous êtes un admirateur de James Bond période Sean Connery, cette série est indispensable pour vous. On y retrouve cette même ambiance, ce même héros ambivalent, ce même sens de l’aventure et surtout ce même humour So British. L’inspiration très forte se ressent et donne un cachet immédiat à cette modeste série d’outre-manche.

My name is Pennyworth. Alfred Pennyworth

De nombreux personnages interviennent au cours de ces deux saisons. On notera principalement Bazza et Dave Boy, ses compagnons de guerre ; Mary et Arthur les parents et l’inspecteur Aziz pour les alliés et du coté des antagonistes la fantasque Bet Sykes et Lord Harwood le séditieux tentant de renverser le pouvoir. La reine elle-même interviendra dans certains épisodes.

Arthur et Mary Pennyworth, couple anglais heureux et stricte moralement...sans doute trop

Mais on y voit surtout la rencontre et le rapprochement entre un certain Thomas Wayne et une certaine Martha Kane, deux ressortissants américains venu en Albion pour endiguer la guerre annoncée. On est alors dans le ‘Batman Begins begins’, le before des origines. Mais en soit il n’y aura jamais rien de plus que quelques allusions à l’univers du Dark Knight, on est vraiment dans une série complètement autonome. On y retrouve rien ou quasiment de l’histoire de l’homme-chauve-souris, Beaucoup le regrettent mais cela en vérité donne un caractère inédit à ce ‘spin off’. On ne regarde pas Pennyworth pour voir ‘Batman’, mais pour voir une uchronie dans une Albion troublée.

Un mercenaire employé par un 'pas du tout agent de la CIA'. Ou un destin qui s'écrit tout en finesse...

Martha ne fait pas vraiment dans la blague...

Car oui la série ne décrit pas notre univers mais bel et bien la version alternative DC de la capitale du Royaume-Uni. Qui en ces années ’60-70’ (la temporalité n’est jamais précisée) est donc au bord du chaos. La cité devient même une capitale assiégée au cours de la deuxième saison, alors que l’ensemble du pays est désormais sous la coupe du parti sécessionniste ‘La Société de la Corneille’. Par exemple la Peine de Mort est toujours appliquée dans ce monde voisin, et de nombreux dirigeables surveillent les rues depuis les cieux…

Bet Sykes, totalement perchée mais terriblement attachante

Lord Hardwood veut 'libérer' l'Angleterre. Par la force si il le faut.

C’est donc sur un terrain à la fois connu et inconnu que l’on se retrouve quand on regarde Pennyworth. Fusion (pas si) improbable entre l’univers de Batman et de James Bond, avec une pincée de série de guerre, de politique, d’univers parallèle…un show toujours étonnant malgré quelques fausses notes scénaristiques parfois (la mort du Lord lors de la saison 2, une erreur selon moi). Surprenant jusqu’au bout, surtout avec l’arrivée de ce nouveau-né qui remets tout ce qu’on croyait savoir à plat…

La Reine n'est pas insensible à la fougue du jeune homme...

Une potentielle saison 3 pourrait avoir lieu sur HBO Max…mais je sens plutôt un destin à la ‘Krypton’ malheureusement…


Krypton: qu’est ce que c’était bien !

L'avis d'Amidon, le chat de la maison:

Rendez-vous Mercredi prochain 18H pour une nouvelle chronique.

Ajouter à mes favoris