Premium
Pix'n Love - le blog

Pix'n Love - le blog

Par Pixnlove Blog créé le 20/01/10 Mis à jour le 26/06/15 à 12h49

L'actu des Editions Pix'n Love et autres joyeusetés rétro...
http://www.editionspixnlove.com/

Ajouter aux favoris

Catégorie : Evènement

Signaler
Evènement

Décidément ! Quelle couverture magnifique encore... Dans le n°3 de la publication IG, un dossier très bien écrit par notre ami Thierry Falcoz démontrait combien le fan service est important dans la stratégie éditoriale et commerciale d'un éditeur. Certes, il articulait une bonne partie de son article autour des orientations coquines de ceux-ci, notamment lorsqu'il s'agit de dévêtir certains des personnages emblématiques, pourvu qu'ils soient de sexe féminin si possible (une problématique évidemment abordée dans notre dernier Cahier du Jeu Vidéo, dédié aux girls dans leur grand ensemble). Mais le fan service - comme l'explique habilement Thierry - copule aussi pour de vrai !

En effet, l'un des fantasmes les plus fous que nos éditeurs chéris ont osé réaliser pour notre plus grand plaisir s'avère cette juxtaposition d'univers, via des rencontres de personnages particulièrement charismatiques. En ça, le tout récent Marvel VS Capcom 3: Fate of Two Worlds ne peut qu'exciter à nouveau ! Voir quelques uns de nos héros préférés se mettre dessus, quoi de plus joissif ? Surtout lorsque l'éditeur ne se contente pas de mêler les jûteuses licences : il se permet même quelques améliorations notables, comme le rendu 3D vraiment sympa, à l'instar de SF4. Et quand on est fan, et qu'on reconnaît la volonté du commerçant de nous faire plaisir, on accepte même quelques défauts (un Chris Redfield pas au top, faut le reconnaître - peut-être a-t-il trop d'objets dans sa besace...).

Le fan est extraordinaire. Il est génial. Certes, il est intransigeant... Mais si l'éditeur joue le jeu, le fan sera prêt à accepter n'importe quelle idée qui ne pourrait absolument jamais passer dans d'autres médias. Pour preuve : peut-on imaginer le Comissaire Moulin tenter d'inculper Tony Soprano ? Impossible, n'importe quoi ! System Of A Down qui fait monter M Pokora sur scène pour un duo endiablé ? N'importe nawak !!! Final Fantasy et Disney ? Oh, le gloups de la mort !

Voilà donc la toute nouvelle couverture d'IG, bientôt disponible (peu avant la fin du mois). Elle rappelle quand même un peu celle du premier numéro, non ?

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Evènement

Que c'était laborieux... Difficile. En fait, au départ, on est tout plein de bonne volonté. On se dit qu'il y a pas de raison, si l'un de nos livres s'épuise et qu'il y a rupture, bah on le réimprime. Sauf qu'on est vite rattrappé par tout plein de réalités pas forcément super sexy ni super réjouissantes. Sans rentrer dans les détails (on connaît tous les mêmes problèmes), rééditer un livre est une décision très compliquée.

Pour des raisons bassement matérielles. Quand un nouveau livre sort, on arrive généralement à amortir le coût de production rapidement. Le buzz qu'il génère, l'effet nouveauté, l'attente suscitée, ... tout ça permet un lancement très soutenu. Mais un livre qui a déjà trois ans d'existence ? Combien de temps faut-il pour au moins rentabiliser les charges ? C'est là que ça se complique. Lorsque nous avons réédité Pix'n Love n°1, 2 et 3, nous étions dans une espèce de période euphorique, où nous étions sans doute très jeunes sur le plan de la trésorerie prévisionnelle, jeunes et insouciants. Maintenant, c'est pas tant qu'on a vieilli, mais on a rencontré sur notre parcours des boss très tendus.

Combien de temps nous faudra-t-il pour rentabiliser ce Pix'n Love n°4 ? Un an ? Deux ans ? Si nous nous appuyons sur la courbe de ventes de Pix'n Love n°3, alors c'est minimum un an qu'il faudra patienter. Une dépense engagée qui ne sera comblée qu'après une année d'exploitation. Vraiment pas simple comme calcul. Surtout quand on est engagé sur des dossiers très coûteux (teasing). On comprend mieux pourquoi nombre d'éditeurs (livres, manga, DVD, jeux vidéo, etc.) font l'impasse sur la question du retirage.

Maintenant, nous, on reste des collectionneurs avant tout. Et lorsqu'on collectionne, la pire chose qui puisse arriver, c'est la rupture d'une pièce. Parce qu'à partir de là, on se sent trahi. Surtout lorsqu'un morbide business s'organise sur des sites de ventes aux enchères. Donc, voilà. Pix'n Love n°4 est parti à l'impression. Il sera disponible à la vente dans une dizaine de jours.

Ce petit post juste pour vous rappeler que dans Pix'n Love, il y a Love.

Seb.

Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
Evènement

Le week-end du 20 mars, nous serons à Bruxelles pour le salon Made In Asia ! Je dis le 20, parce que ce sera mon anniversaire... Mais en réalité, cela commencera le 18/03 au soir (à noter la gratuité de l'entrée pour le vendredi soir) et se terminera donc le 20. Made In Asia soufflera ses 3 bougies - déjà - et c'est la première fois que nous ferons le déplacement, puisque nous avons été très gentiment sollicités par PlayerOne.be, au même titre que de modestes acteurs comme Ubisoft, SEGA, Electronic Arts, Nintendo, Sony ou Square Enix... On va se répartir une petite surface de 4.000 m². Ca devrait suffire, non ? En plus, l'espace est sobrement baptisé "Akihabara"...

Maintenant, ne vous attendez pas à un salon 100% jeu vidéo ! C'est pas le concept. En fait, comme son nom l'indique, Made In Asia proposera aussi de faire découvrir les créations de jeunes artistes de la mode ou des arts. Il y aura également un très large espace dédié au manga et aux dédicaces. Le tout croûlant sous les activités maintenant obligatoires : karaoke, concours de cosplay, ...

On est super contents de se rendre à Bruxelles. C'est notre tout premier salon hors des frontières françaises ! Et quand on sait le nombre de lecteurs qui nous lisent là-bas, on ne peut que se réjouir ! Maintenant, ce genre de manifestation me stresse souvent un peu quand même : quand les portes s'ouvrent et que le public déchaîné déboule, je prends toujours, comme qui dirait, un très sérieux coup de vieux... Et là, vu qu'en plus, je soufflerai une bougie supplémentaire... Bref, peut-être quand même une petite déprime en perspective (perdue au milieu d'une énorme joie).

 © Séb

C'est par ici toutes les informations concernant le salon Made In Asia

Pour commander le Cahier du Jeu Vidéo n°4 dédié aux filles, c'est là !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Evènement

Alors que les premiers colis devraient partir demain, on voulait vous dévoiler un petit quelque chose qui est commun à toutes les couvertures, comme vous l'aurez très très certainement remarqué. Il s'agit d'un détail de fabrication relatif à ces covers. Vous ne pouvez pas le voir si nous vous mettons simplement les jpeg comme ceci :

Si vous avez les trois premiers volumes, vous devez le voir... En fait, c'est dans ce qu'on appelle le vernis sélectif, c'est à dire la couche d'impression supplémentaire qui recouvre la partie dite "couchée mat", celle qui est douce au toucher. Et donc, quand vous regardez attentivement, vous pouvez voir que les éléments jeux vidéo stricto sensu sont en brillant.

Alors, sur cette quatrième couverture, vous verriez bien le vernis sélectif sur quelles parties ?

Voilà, c'est un petit dénominateur commun qui permet de lier des sujets assez éloignés, et dont les couvertures ne sont pas réalisées par les mêmes artistes. La Guerre a été illustrée par Thierry Toth, le Football par Charles Pivert, la Ville par Laurent Bazart et les Filles, par Reynald François, à qui l'on devra également deux articles très étonnants : un premier sur la vision de la femme dans le jeu vidéo japonais et un second qui est une interview de la charismatique Jane Jansen.

Seb

C'est ici pour commander le numéro 4 des Cahiers du Jeu Vidéo, dédié aux filles !

Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Signaler
Evènement

 

On vous en parlait hier, et c'est chose faite aujourd'hui ! Quand on vous avait dit que vous ne tarderiez pas à les entendre, c'est qu'en fait, lundi, nous étions conviés - peut-être devrais-je écrire "conviées" - dans les locaux de nos amis de Gameblog pour l'enregistrement du podcast dédié aux femmes. Laissez-nous vous narrer cette après-midi plutôt anodine...

Nous avions donné rendez-vous à Sachka (coordinatrice du Cahier du Jeu Vidéo n°4 - Girl Power), Moossye (auteur dans le même ouvrage) et nos copines issues du collectif l'Archipel des Amazones. L'objectif, lors de ce podcast, était d'obtenir des témoignages mêlant à la fois réflexion et expérience... Nos quatre dames ont tout de suite répondu présentes à l'appel, en dépit d'un jour de congé difficilement obtenu pour Sachka qui montait expressément de Marseille. J'avais convié ces dames à 16h00 afin que nous ayons le temps de préparer les ultimes détails avant l'enregistrement, dans un bistrot sans âme, Place de la République (Paris). J'avoue que c'était une situation totalement inédite pour moi, puisque je me trouvais seul entouré par 4 filles ! Moi qui suis habitué à ne fréquenter dans l'ensemble que de gros gamers de sexe masculin, souvent tenanciers de boutiques malfâmées, je peux vous garantir que j'étais aux anges. Toutefois, je demeurais inquiet.

Inquiet quant au déroulement des opérations. Nous avons une totale confiance en nos amis de Gameblog. Toutefois, il était si évident de déraper et de s'aventurer sur le terrain grivois... Je redoutais certaines questions, à vrai dire. Et une fois encore, j'ai été totalement ravi par le bon déroulement des opérations. J'avais la chance d'être tranquillement assis sur un canapé, derrière Poufy qui filmait tout en prenant des photos (impressionnant, soi-dit en passant !). Ravi, parce qu'une fois encore nos amis ont su démontrer leur professionnalisme, leur enthousiasme et leur respect. Là où beaucoup auraient taquiné, voire tâclé, sur la DS, la Wii, Lea Passion et autre Wii Fit, JulienC, Julo et Rahan ont su discuter d'égal à égal avec nos invitées, faisant preuve d'une réelle curiosité et d'une grande courtoisie.

Et pour dire la vérité, le débat a continué longtemps après l'enregistrement. Nous aurions pu ainsi deviser pendant encore des heures, si Sachka n'avait dû lever l'ancre avant que son train ne décolle ! (pas mal, le jeu de mot !) Donc, un immense merci à tous, tant à nos collaboratrices qu'à Gameblog. Et vivement d'autres aventures !

Séb

PS : pour commander le Cahier du Jeu Vidéo n°4 - Girl Power, c'est ici que ça se passe !

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Evènement

Non, messieurs-dames, il ne s'agit aucunement d'une version française de la célèbre série Sex & The City. Pas plus que sa piètre dérivée Lipstick Jungle.

Vous ne connaissez peut-être pas encore ces gentes dames, et pourtant, toutes quatre ont un dénominateur commun plutôt excitant : ce sont des passionnées de jeux vidéo ! Et si vous n'en avez pas encore entendu parler, alors, il y a une probabilité très sérieuse que vous les entendiez parler d'ici une poignée d'heures.

Les femmes et les hommes, le jeu vidéo... Voilà un débat loin d'être simple. Nous militons tous pour l'égalité des rapports (à part quelques irréductibles Gaulois), mais lorsqu'il s'agit de notre média préféré, est-ce vraiment le cas ? Kratos est-il à mettre entre toutes les mains féminines (surtout quand on sait le bourrin sans scrupule que c'est !) ? Autant de questions qui méritent d'être débattues. On vous promettait du débat, et ça commence dès demain ! Alors même que la Saint-Valentin est encore toute fraîche...

Seb

http://editionspixnlove.fr

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Evènement

Si vous êtes amateur de rétrogaming (ce qu'il y a fort à parier si vous  traînez sur ce blog), vous connaissez certainement la joyeuse équipe de Back In Toys, sa passion dévorante pour les vieilleries de tous bord (figurines, animés, jeux vidéo etc.), son émission décallée et son forum acidulé.

Passionnés jusqu'à l'os de gros pixels, ces assoifés de oldies ont décidé l'an dernier de partager leur amour du jeu vidéo rétro en organisant une journée comme on les aime. Le background ? Une péniche en bords de seine (rien que ça !), avec son ambiance cosy, ses veilles consoles et ses bip bip envoûtants...

L'objectif du Retro Game Day est d'aborder le rétro gaming sous tous ses aspects avec divers stands et activités, de beaux lots en dotation de concours à gagner, des surprises, des invités prestigieux, des débats etc. Face au succès de la première édition, l'équipe de Back In Toys remet bien évidemment le couvert cette année.

Inutile de vous dire que nous soutenons cette charmante initiative et que nous serons présents à l'évènement !

Mais trève de bavardages, laissons les intéresser vous présenter la chose :

 

Marc (qui compte bien profiter de l'occasion pour péter quelques records du monde, aussi)

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Evènement

Les filles n'aiment pas la violence...

Les filles jouent à la Wii...

Les filles sont moins fortes que les mecs...

Voici à peu près ce que pense le geek moyen de l'étrangère qui ose une intrusion sur son territoire...

Vous vouliez du débat ? Vous allez en avoir ! Coming Soon !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (20)

Signaler
Evènement

Bon. Notre job, on l'a dit à maintes reprises, il est génial. Mais y'a quand même un aspect lourdement négatif... Quand on a un lectorat composé à hauteur de 95% d'hommes... Bah, la conséquence, c'est qu'on voit pas des filles tous les jours. Ni même, tous les mois !

Bref ! Un soir, à Paris, j'avais donné rendez-vous à Marco dans un bar à République... J'étais bloqué avec des copains vers Voltaire et commençais sérieusement à être en retard. Une fois les transactions terminées, je me suis rué dans le bar et me suis stopé net à l'entrée. Ce gredin de Marco était plongé en pleine discussion avec une superbe jeune femme... Pendant que j'étais avec une bande de hardcore gamers barbus de plus de 30 piges, Monsieur partageait un moment des plus sympathiques avec cette ravissante demoiselle... N'osant perturber mon collègue, je me suis approché à pas de loup et me suis assi à une table à proximité afin - je l'avoue - de percevoir quelques bribes de conversations... Soudain, une serveuse se poste devant moi - mélange audacieux de Jeanne Moreau et de la fiancée de Chucky... "Ce s'ra quoi ?", qu'elle me demande. "Une pinte de Leffe. En pression, de grâce !" La commande prise, je me cache derrière le menu.

"Tu sais, évidemment que Bayonetta n'est pas le premier  beat'em all où tu incarnes une femme...", lance la jeune femme.

La serveuse me pose la pinte devant moi. Elle est si fraîche... Je parle de la bière, bien sûr ! J'y avale quelques gorgées, et me sens comme l'Homme de Fer, dans le Magicien d'Oz, après avoir pris un peu d'huile... Quel délicieux breuvage...

"Franchement, elle représente bien plus que d'aguicheuses courbes de pixels à mes yeux...", continue la demoiselle.

Je sais pas pour vous, mais la Leffe, pour moi, c'est en pression. Vous admettrez qu'elle est plus pétillante et plus goûtue. J'ai toujours trouvé que cette bière était un rien trop gazeuse en bouteille. J'observe Marco. Il est plongé dans le regard de la jeune femme. Je me mets aussi à rêvasser de mon côté : non que j'apprécie le cosplay en général, mais j'imagine son interlocutrice en Bayonetta... Séb, c'est pas sérieux tout ça ! Focalise-toi sur la conversation !

"La m'me chose ?" me demande la créature... "Oui !". Me revoilà servi d'une seconde pinte, encore meilleure... Elle est encore plus fraîche... Et pourtant, dehors il fait froid. J'aime les bières d'abbayes plus que toutes les autres. Elles ont ce pouvoir extraordinaire de vous nourrir en plus de vous hydrater.

"Bayonetta, c'est pas une femme de soumission passive... En cela, on retrouve un peu de Samus, de Faith ou même, de Jade..."

Mais de quoi peuvent-ils bien parler ? Faut que je me reprenne une autre pinte...

Séb

Ajouter à mes favoris Commenter (21)

Signaler
Evènement

Ah... Dead Space ! Trés certainement LA claque de 2008. Je nous revoie, Seb et moi, à la soirée presse organisée par EA aux Champs-Elysées. Petits fours, champagne, journalistes de tous bords, ça papote de la pluie et du beau temps... Ambiance cosy et bon enfant avant la projection du long-métrage et son bain de sang. Têtes décapitées, corps lacérés, cris de désespoir...  Tout l'équipage de l'USG Ishimura y passe. Aucune échappatoire. Mais le pire reste à venir. On aurait pu faire une aparté sur le drôle de cirque auquel nous avons assisté à la fin de la projection, comme deux couillons débarquant de nul part. LE moment crucial de la soirée ! Celui pour lequel un bon gros paquet de journalistes se sont déplacés : la remise des jeux, pardi. Certains le savent : il n'y en aura pas pour tout le monde. On joue alors du coude à coude, on se marche sur les pieds, on grille la queue prétextant que le RER n'attendra pas... Aux chiottes les bonnes manières ! L'essentiel est de regagner le bercaille avec sa version PS3 ou Xbox 360. Le reste importe peu...

Non, le "pire", c'est bien évidemment Dead Space le jeu. Cette orgie de stress, d'adrénaline. Ce renouveau du survival horror. Avec son ambiance sonore ultraaaa flippante, ses couloirs sombres et serrés qui vous oppressent, son bestiaire morbide. Et puis il  y a cette prise de risque. EA aurait pu se la couler douce avec son FIFA, ses Sims ou son Medal of Honor. Après tout, pourquoi tenter le diable avec une toute nouvelle licence quand on a une formule qui permet de remplir les caisses ? Manque de bol, l'initiative, aussi louable soit-elle, se soldera par un vilain échec commercial. On ne frôle pas la cata. Mais nombreux sont ceux à ne pas miser un copeck sur l'avenir d'Isaac Clark.

Grand mal leur en a pris ! Puisqu'après l'opus Wii, les versions iPhone et iPad dantesques (et fraichement débarquées), arrive aujourd'hui dans nos linéaires le déjà culte Dead Space 2, encensé par la presse du monde entier. On ne prétendra pas vous peindre un test de la bête, surtout sans avoir pu l'approcher... Mais nous souhaitions toout de même marquer le coup à notre manière, avec une petite séance de rattrapage qui devrait faire plaisir (c'est tout ce que nous espérons!) aux membres privilégiés du club Pix'n Love.

En effet, vous pouvez vous procurer dès à présent (monnayant quelques points club) l'excellentissime Dead Space Extraction sur Wii, assurément le meilleur rail shooter de ces dernières années !

Ca se passe ici et pas ailleurs !

Bonne castagne !

Marc

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Les Editions Pix'n Love vous proposent, pour la première fois en France, de nombreux ouvrages uniquement dédiés aux jeux vidéo ainsi qu'à leur histoire.

 

  

LE SITE !

SUIVEZ-NOUS :)

 

 

Archives

Favoris