Kojimag

Catégorie : Actu KojiProd/Konami

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

Les mains vides ? En dehors de toute autre considération, Konami annonce son retrait d’une édition 2021 de l’E3 résolument atypique dans son organisation. En raison de l’épisode épidémique persistant, le distanciel est une nouvelle fois préféré aux imposants stands son et lumière des exposants. L’éditeur japonais se raille à d’autres acteurs de cette industrie, dont Sony, qui ont pour des raisons diverses, déclinés l’invitation de l’ESA.

Le ton du communiqué officiel se veut solennel mais confiant. Konami cite une « question de timing » pour justifier cette décision surprise qui ne remet pas en cause le développement d’un « certain nombre de projets majeurs ». Plus que les fans à rassurer, l’éditeur doit soigner la susceptibilité de l’organisateur du salon qui ne digère sûrement pas cette désertion embarrassante pour la crédibilité de cet événement au rayonnement planétaire. « Nous avons un grand respect pour l’ESA, nous sommes convaincu du succès de cette édition 2021 ». Le géant japonais assure au promoteur de son fidèle « soutien » , saluant par la-même les participants.

 

En grande difficulté financière, Konami s’est recentré sur le marché mobile et des modestes productions. Après les échecs commerciaux  Metal Gear Survive et Contra Rogue Corps, il est prêté à l’éditeur une politique d’externalisation de ses superproductions, à l’image de Silent Hill, Castlevania et Metal Gear confiées à Sony notamment. Sa présence inattendue à l’Indie World, lui a offert l’occasion de dévoiler une franchise Famicom dépoussiérée d’une main de maître par le studio GuruGuru. Elle illustre la nouvelle facette d’un Konami replié sur lui-même, effacé de la scène internationale au profit de son marché domestique.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

A 48 heures du cérémonial présidentiel, le concours heureux de ce nouveau State of Play planifié à la même période par Sony, ajoutait foi aux tweets du fumeux Tom Olsen. Mais ce qui s’est transformé en prophétie autoréalisatrice se dégonfle ! Finalement, la nature véritable de ce personnage fictif n’est pas le prétexte d’une campagne de communication virale orchestrée par Konami…

Mais l’½uvre d’un passionné esseulé, dépassé par la vague d’intérêt et de fureur que ses tweets énigmatiques ont soulevé. Le site Arstechnica.com s’est penché sur ce phénomène viral, interpellé par son ampleur pour en déconstruire le procédé fallacieux. Selon le magazine, il s’agit d’un individu répondant au pseudo Nitroid, animateur zélé d’un podcast dédié à son idole, Hideo Kojima.

Lors de ses premiers tweets supprimés depuis qui trahissaient la nature personnelle de son projet, celui-ci ne cachait pas ses intentions « de boucler » une bonne foi pour toute le second épisode de la série MGS qu’il estime « inachevé ». Vidéaste amateur à ses heures, aspirant à devenir un créateur de jeu vidéo à la hauteur de son mentor, Nitroid cherchait à l’aide de montages vidéo maison à proposer une expérience narrative singulière avec pour objectif de « montrer l’autre face de MGS2 » , et spécialement la dualité « deux personnages, deux perspectives » qui caractérise l’arc narratif de MGS2.

Malgré les avertissements de l'influent YouTuber McDonald sur la nature trompeuse de ce compte tweeter le 20 avril, l’emballement médiatique s’est exacerbé au point d’échapper au contrôle de Nitroid. D’abord amusé par « le mode de fonctionnement de la rumeur », le vidéaste en herbe décide de mettre en pause son compte Tom Olsen.

« Il y a eu beaucoup d’échanges, des rumeurs à l’excès et mon ami est très inquiet. J’ai fait de mon mieux pour la rassurer (…) je l’encourage à prendre un jour de congé. J’en ferai peut-être de même. »

Bien sûr, la supercherie levée n’enlève rien à la forte probabilité d’une réédition puissance 5 de Metal Gear Solid. David Hayter, doubleur éconduit, n’en doute plus.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

Nous y sommes presque ! A chaque tweets nébuleux, l’impénétrable Tom Olsen égrène les preuves de l’imminence d’une annonce relative à la série Metal Gear Solid. Après s’être ‘’attelé’’ avec zèle aux préparatifs nécessaires à l’organisation d’un événement très attendu sur la station Big Shell, durant lesquels T. Olsen témoigne à chaque message des vicissitudes de sa vie professionnelle, le technicien de maintenance nous donne rendez-vous la semaine prochaine pour le bouquet final…

… Qui coïncidera avec « la visite du président Johnson la semaine prochaine ! ». Un enthousiasme débordant semble se lire au travers de ce tweet, en témoigne la présence de ce point d’exclamation. C’est également le couronnement d’un travail exigeant en matière de sécurité et d’une surcharge de travail assumée, mobilisant tout le personnel de la plate-forme off-shore : « Réunion de tout le personnel de l’usine avant notre départ. Nous avons examiné les premières photos de construction, contrôlé la planification de certaines mises à jour de l’installation… », liste-t-il.

Avant de glisser, « la semaine prochaine ressemblera à une aventure, c’est sûr ! ». Mais à quelle aventure fait-il référence ? De tous les indices référents à MGS2, la réception en grande pompe du président Johnson sur Big Shell marque le déclenchement des événements scénaristiques principaux voulus par Hideo Kojima… le 29 avril 2009.

Plus que quatre jours…

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

Tom Olsen n’est plus seul. David Hayter, célèbre porte voix de Snake outre-Atlantique se joint à la déferlante d’indices probants et de rumeurs croustillantes pour accréditer l’allusion selon laquelle Konami a lancé une réédition tous azimuts des épisodes clefs de la série Metal Gear Solid. La révélation officielle ne serait plus qu’une question d’agenda médiatique. Vous avez dit l’E3 ?

Je pensais que c'était une rumeur de plus jusqu'à avant-hier...

C’est au détour d’une interview fleuve, longue de deux heures durant laquelle le doubleur brasse tous les sujets du moment jusqu’à… la formulation d’une question bien ciblée. C’est une constante de la série, le prétexte du vieillissement du héros a ouvert le champs créatif et scénaristique à Hideo Kojima, soucieux de renouveler l’expérience ludique à chaque itération. Un challenge pour D. Hayter excellement relevé.

 

Si la racine de son timbre de voix est reconnaissable, le doubleur a joué sur des variations vocales afin de crédibiliser le vieillissement de Snake. Qu’en sera-t-il en cas de remake d’un jeu commercialisé en 1998 alors que sa voix s'est altérée avec l'âge  ? A ce petit jeu proposé par l'intervieweur, le doubleur s’en est sorti haut la main. Sa voix bien entraînée se veut disponible à une industrie du jeu vidéo en quête de renouvellement. Avec cette prise de risque limitée, Konami en mauvaise position financière aurait tout intérêt à relancer cette juteuse série pour équilibrer ses comptes de résultats.

« Une réédition de MGS est bien dans les tuyaux » , a confirmé une source proche de David Hayter, sans toutefois en connaître le calendrier de lancement. La prolongation récente des propriétés intellectuelles de Metal Gear Rising apporte fiabilité à ses dires.

S’il en fallait encore une…

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

Dans la grande tradition des jeux de piste doublés de casse-tête si chère à Hideo Kojima, donnez-moi… Konami ! Ils ont osé ! Par le truchement d’un compte tweeter fraîchement ouvert répondant à un dénommé Tom Olsen, nous devons nous attendre à quelque chose de relatif à…

Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty ? C’est à cette question sans réponse destinée à nous torturer l’esprit que ce mystérieux Tom Olsen nous invite à patienter jusqu’à la semaine prochaine pour un lever de voile en bonne et due forme.

Tout à commencé un 8 avril 2021. Ce bien nommé Tom Olsen (Oslo ? Revolver Oslo ??) ouvre un compte abonné aux fils de Konami, KojiProd, MetalGear et l’équipe de baseball des NY Mets. Ce dernier se décrit brièvement comme « un technicien de maintenance détaché au Big Shell » , qui n’est autre que le cadre principal de MGS2 : SoL. Il se prétend marié à une certaine Karen (Karen Hojo anyone ? Mais si ! Ce personnage de MGS2 qui a fait les frais d’une auto-censure après les attentats du 11 septembre). Chacun de ses messages énigmatiques est accompagné de captures d’écran représentatives du jeu tels qu’une cantine, des casiers.

 

Le jour suivant, nouveau tweet équivoque : « Chaque matin, nous devons nous connecter au bureau de sécurité et saisir nos informations personnelles. C’est pénible. Bonne nouvelle cependant, mon anniversaire approche ! ». L’un de ses derniers tweets suggère qu’un événement spécial est en cours de préparation : « Graisser les roues dans Strut E., le ‘’service de distribution de matériel’’ (nous l’appelons de préférence ‘’salle des colis’’). C’est étrange, le nombre de boîtes à expédier est inhabituel. La direction voit les choses en grand ! ».

Qu’en pensez ? Est-ce l’½uvre d’un fan solitaire de MGS laissé orphelin par le divorce fracassant entre Konami et Hideo Kojima ? Ou est-ce l’éditeur qui sort enfin de sa léthargie ? La seconde option semble être la plus plausible. En effet, le compte officiel de la franchise MetalGear reprenait il y a quelques jours un des tweets nébuleux de cet insaisissable Tom Oslo pour lui ordonner de « vérifiez votre codec chaque matin afin de veiller aux mises à jour des réunions ainsi qu’avoir l’½il sur le programme d’évacuation en cas d’incursion du PMC ». Et dans l’attente de la réception de « visiteurs la semaine prochaine », ce Tom Oslo a pour tâche de « nettoyer les évents et de s’assurer de la bonne tenue des drapeaux », tout en prenant garde « de na pas toucher au C4 cette fois ! ».

Cette réponse officielle ajoute du crédit à la relance de la série MGS, abîmée par l’équipe interne dépêchée à la hâte par Konami, pressé de démontrer que cette juteuse licence était en capacité de survivre au départ du créatif qui l’incarnait depuis trente ans, Hideo Kojima. Cette guerre des nerfs qui se joue depuis plusieurs mois, relatant l’avenir de MGS aux mains de Konami se cristallise encore davantage avec ce puzzle compliqué et intenable…

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

Son manque de charisme, sa réputation de coupeur de tête, ses coups de sang médiatiques ont fait de lui la bête noire des joueurs. A la tête de la puissante branche PlayStation, Jim Ryan pense désormais que le monde est un village global où les goûts et les couleurs sont uniformisés.

C’est pourquoi cette forte tête s’est lancée dans une stratégie de consolidation des pôles régionaux du département PlayStation de Sony au seul profit d’une direction anglo-saxonne quasi-exclusive. Plus de place à la nuance territoriale, la production de jeux vidéo doit être élevée à l’échelle internationale avec des franchises rentables. Si bien que les créations indépendantes à petit budget et les jeux d’auteur n’ont plus une légitimité de marché aux yeux de J. Ryan.

En dévoilant au grand jour les remous internes provoqués par la mise en ½uvre de cette nouvelle ligne stratégique, le récent article de l’agence Bloomberg apporte un éclairage utile à la compréhension de la purge de Japan Studios ainsi que du non renouvellement du contrat d’exclusivité de Quantic Dream. Dernier créatif atypique à faire les frais du conformiste Jim Ryan, Hideo Kojima…

Pourtant dévoué aux consoles PlayStation depuis près d’un quart de siècle, H. Kojima serait dans le collimateur du dirigeant dont la dernière création Death Stranding (DS) aurait été torpillée par ce dernier pendant son développement. Selon de vraisemblables rumeurs, de profonds désaccords entre les deux hommes ont entaché cette création co-financé par Sony. Faisant peser de tout son poids son droit de regard sur l’évolution de cette exclusivité, Jim Ryan, désormais allergique aux nouvelles franchises, aurait exigé de H. Kojima de revoir à la marge DS, à un an et demi de sa commercialisation. Les méventes de ce jeu ont contribué à l’aggravation des inimités existantes entre les deux hommes.

 

Il n’est donc pas surprenant d’apprendre aujourd’hui l’existence probable d’un véto déposé par Jim Ryan s’opposant à la prise en charge financière et logistique (édition, distribution) de son nouveau titre, jetant ainsi dans les bras de la concurrence le célèbre créatif. La banane de Phil Spencer prend donc tout son sens…

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

Décidément, c’est l’effervescence autour d’Hideo Kojima en ce moment. Après les facéties du responsable du département Xbox impatient d’arracher à Sony une exclusivité du studio Kojima Productions, c’est au tour de Blue Box Game St. d’être emporté par la rumeur.  Le développeur travaillerait conjointement avec H. Kojima à la réalisation d’un jeu tout juste annoncé, Abandoned.

Cela ne faisait aucun doute aux yeux des plus impatients. Le style de présentation cinématographique, la thématique du jeu, la pesanteur similaire de la vue subjective, son exclusivité réservée à la PlayStation 5… toutes ces caractéristiques renvoient inévitablement à la ‘’Kojima Touch’’, formidablement incarnée par la démo de P.T. Si qui plus est, un mystérieux teaser sorti de nulle part servit par un studio inconnu en fait la promotion, aucun autre créatif plus taquin qu’un Hideo Kojima manie le marketing viral avec ce talent.

Bien que les spéculations positives sont toujours bonnes à prendre tant elles offrent une publicité gratuite à un titre inconnu du public, le studio de développement derrière Abandoned est rapidement monté au créneau pour démentir cette affiliation. Blue Box Game St. s’est fendu d’un communiqué démentant toute relation professionnelle avec H. Kojima : « nous ne sommes pas associés et nous ne revendiquons pas l’être » , résume le communiqué officiel.

Le site IGN.com s’est approché du directeur Hasan Kahraman afin de recueillir ce que la froideur du communiqué de presse ne dit pas. « Ce n’était pas amusant mais j’ai bien ri », résume-t-il de manière contradictoire. Ne sachant comment apprécier cet emballement viral, il décrit son enchaînement : « Au départ, je recevais des messages de personnes prétendant me pister, me confondant avec Hideo Kojima par l’utilisation d’astuces marketing similaires dans la promotion de son prochain titre. Je ne comprenais rien avant d'en vérifier la teneur sur google ».

Lors de l’édition 2012 des Video Game Awards, H. Kojima poussait une campagne promotionnelle jusqu’à l’extrême. Joakim Mogren, PDG de Moby Dick Studios présentait couvert de bandage sa première réalisation titrée The Phantom Pain. Un procédé décalé qui cachait une autre supercherie.  Joakim était en réalité l’anagramme de Kojima…

Involontairement, le célèbre créatif aura préparé les esprits à s’attendre à la répétition d’une pareille supercherie tant il égrène à chaque tweet des indices sur son prochain projet. Méconnu des joueurs, le studio Blue Box ne pouvait qu’être confondu avec les facéties d’Hideo Kojima.

Abandoned sera lancé sur PS5 en fin d’année.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Actu KojiProd/Konami (Jeu vidéo)

Sur la foi d’une figurine appartenant à Kojima Productions repérée sur l’étagère du responsable de la branche Xbox, le site VentureBeat annonce l’amorce de discussion entre les deux sociétés. C’est un peu gros, mais plausible étant donnée l’attachement de Phil Spencer à fédérer avec l’énergie du désespoir les talents japonais autour de la XSX.

Le dirigeant américain est également apprécié pour ses messages cachés. Le même procédé a été utilisé pour promouvoir a posteriori et de manière virale la XSS placée ‘’innocemment’’ sur une étagère.

Si par la voix de son inséparable directeur artistique Yoji Shinkawa, nous avons appris qu’un projet de jeu est en cours de développement « que nous serons en mesure de vous dévoiler très bientôt », la console reste indéterminée à ce stade.

A ce jeu de piste, H. Kojima est passé maître. Courant novembre 2019, l’illustre créatif déclarait être pris d’une boulimie de films d’horreur en préparation d’un futur projet. Propos qu’il appuiera en avril 2020 en proclamant vouloir réaliser « un jeu d’horreur révolutionnaire ». Un mois plus tard, celui-ci se dit attristé par l’annulation d’un projet majeur dont il avait la charge. Ces soubresauts professionnels, usant pour un homme approchant de la soixantaine, pourraient expliquer sa volonté exprimée en janvier dernier, de se pencher sur des projets à taille humaine (titre épisodique et indé) ou par un sursaut d'orgueil, la création d'un jeu en nuage…

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Kojimag

Par nextgen Blog créé le 15/12/19 Mis à jour le 17/05/21 à 10h35

Pour ne rien rater de l'actualité des jeux d'Hideo Kojima

Ajouter aux favoris

Édito

Archives