Kojimag

Catégorie : PlayStation 5


Signaler
PlayStation 5 (Jeu vidéo)

Les faits sont têtus. En réaction à « ce truc » publié par l’agence Bloomberg, Jim Ryan renouvelle dans les colonnes du magazine Edge ses déclarations quant à l’importance stratégique du marché nippon pour la branche PlayStation. Avant qu’une démission collective de hauts cadres créatifs japonais ne trahit la parole officielle…

Visiblement agacé par les révélations embarrassantes de l’article publié par Bloomberg selon lesquelles l’archipel n’est plus aussi décisif pour Sony, J. Ryan rappelle au journaliste de Edge « l’importance stratégique de cette région ». Selon lui ce pays représente bien plus que « notre second marché ». Cherchant le mot juste qui fera taire les voltairiens, il évoque implicitement le lien inaliénable qui scelle le destin de l’entreprise à sa « patrie ». On abandonne un marché, pas son pays d’origine.

For de ce postulat, la tête pensante du département PlayStation attaque en règle le propos « inexact » de l’article. D’après lui, c’est la folle effervescence du jeu sur mobile qui a éloigné un temps (2010/2015) la communauté des développeurs nippons du secteur des consoles de salon. Mais cette désaffection semble s’inverser, très vite même : « elle s’accélère avec la PlayStation 5 », soutient le haut dirigeant. Désormais, « leur engagement n’a jamais été aussi élevé ». Jim Ryan en veut pour preuve les deux événements médiatiques précédant son lancement : « huit titres présentés sont développés par l’archipel ».

Joueurs que Jim Ryan imaginerait aux ordres, ses arguments massues auraient achevé de vous convaincre… mais rattrapée par l’actualité, sa parole vole en éclats. Plus tôt cette semaine et traité par Romain, trois cadres de Japan Studio ont claqué la porte après vingt années de bons et loyaux services pour fonder Bokeh Studio. Ces derniers ont à leur actif des titres représentatifs du talent japonais tels que Gravity Rush, Puppeteer. Non content de retrouver leur liberté créative, tous trois s’attendent à fédérer autour de leur nouveau projet « de nombreuses personnes avec lesquelles nous avons travaillé dans le passé ». Sans spécifier, si elles viennent toutes ou parties de Japan Studio.

« A présent, je veux apprécier mon travail créatif (…) savourer la joie de créer des jeux ». Les mots du directeur Bokeh St. accordés à Famitsu, semblent évoquer avec réserve le malaise palpable au sein du studio satellite du département PlayStation. Non sans véritablement fermer la porte à une future collaboration avec son ancien employeur : « Nous aurons peut être l’occasion de travailler avec eux si les intérêts des deux sociétés s’alignent ».

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
PlayStation 5

 

C’est un rituel auquel l’homme fort du fondeur nVidia aime s’employer. Profiter d’une estrade afin de clamer haut et fort la supériorité de ses composants graphiques sur la concurrence… Qui elle gagne une nouvelle fois la confiance de Microsoft et Sony dans l’équipement des prochaines Xbox series X et PlayStation 5.

L’édition 2019 du GTC China donne l’occasion à Jensen Huang de bomber le torse. Quitte à se perdre dans des comparaisons hasardeuses, celui-ci prétend que ses puces graphiques GeForce RTX écrasent les consoles nouvelle génération. Ecarté de cette course à l’armement très profitable à son compétiteur AMD, nVidia perce dans le versant grand public du monde de l’informatique. Un ‘’lot de consolation’’ qui reste en travers de la gorge du PDG superstar des conférences très médiatisées.

On comprend donc mieux les sorties provocatrices récurrentes de J. Huang, bien décidé à croiser le fer avec AMD. L’équipementier a en effet encore tout à prouver sur le segment des puces graphiques de prochaine génération, notamment sur la gestion du tracé de rayon. Le fondeur américain se sait très attendu sur ce point. Le contrat remporté au nez et à la barbe de nVidia rassure au moins sur un point. Le compromis strict prix/performance exigé des fabricants de console a été atteint. Ce que nVidia n’évoque surtout pas, tant le prix des cartes graphiques atteignent des sommets prohibitifs…

Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Signaler
PlayStation 5

Comment être présent à une cérémonie sans y être vraiment ? C’est à ce petit jeu de cache-cache auquel Sony s’est prêté lors de l’édition 2019 des Game Awards. Le clou du spectacle devait être réservé en toute logique à la Xbox Series X. Ce fut le cas, mais l’ombre de la PlayStation 5 planait sur cette célébration à travers l’existence officielle du premier titre d’éditeur tiers sur cette console…

Et c’est à Gearbox que cette suprême faveur est réservée, avec l’annonce surprise de GodFall. Ce jeu de rôle-action accompagnera le lancement du prochain format de Sony, prévu pour les fêtes de fin d’année 2020. Labélisé Unreal Engine 4, ce titre exclusif à la PS5 propose, sur la foi du directeur créatif du studio en charge du développement de GodFall, « une nouvelle vision du RPG d’action en gratifiant le gameplay offensif ».

 

Sur les antennes du site PlayStationLifeStyle, ce dernier distribue les satisfécits à l’adresse de la PS5, louant son « SSD exceptionnellement puissant ». Mais pas seulement : « notre combat est de nature kinesthésique, ainsi les gâchettes adaptives couplées à la rétroaction haptique de la nouvelle manette restitueront un combat exaltant et viscéral ».

Si la bande-annonce projetée à cette cérémonie n’illustre en rien des capacités de la console de Sony, une courte séquence de gameplay a tout de même filtré. Elle laisse deviner de la brutalité du jeu, sans pour autant exhiber la pleine puissance de la PS5.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Kojimag

Par nextgen Blog créé le 15/12/19 Mis à jour le 13/06/21 à 19h17

Pour ne rien rater de l'actualité des jeux d'Hideo Kojima et de Konami

Ajouter aux favoris

Édito

Archives