Le Blog de Donald87

Le Blog de Donald87

Par Donald87 Blog créé le 26/07/12 Mis à jour le 15/01/21 à 19h23

"Vieux" joueur passionné d'insolite et d'artistes étonnants, j'aime bien l'humour. Je suis multi-collectionneur et j'accumule jeux, objets divers, Bandes Dessinées pour le plaisir de mes 3 enfants et le désarroi de mon épouse.
Un blog qui n'a pour "prétention" que faire passer un bon moment.

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

La Study Box

 

La Study Box de Fukutake Publishing est un périphérique sorti en 1986 pour la Famicom de Nintendo.

 


 

Ce n’est pas l’accessoire le plus connu de la Famicom.

 


 

La Study Box est assez petite pour tenir sur le dessus de la Famicom et pour se brancher sur le connecteur.

 


 

La source d’alimentation de la Study Box est externe.

 


 

La Study Box est assez similaire au Famicom Disk System mais au lieu d'utiliser des disquettes, elle utilise des bandes audio pour stocker les données. Un concept déjà utilisé pour les ordinateurs personnels comme le ZX Spectrum et le Commodore 64.

 


 

Pour les mordus, aperçu de l’intérieur de la "bête".

 


 

Tout comme un lecteur de cassettes, le haut de la StudyBox s'ouvre pour révéler le compartiment où les cassettes sont lues.

 


Au moins une cinquantaine de bandes ont été produites pour cet appareil.

 

La Study Box n'a pas de bouton de lecture ou d’autres boutons et il faut donc utiliser le contrôleur de la console.

 


 

Le but de la Study Box était de rendre la Famicom plus éducative. La majorité des bandes sont donc destinées aux écoliers et sont essentiellement de nature éducative (par exemple, cours d'anglais, de mathématiques ou de sciences avec peu d'interaction avec l'utilisateur dans la plupart des cas).

 


 

La Study Box n’est sortie qu’au Japon et est donc assez rare.

 


 

En bonus, deux vidéo :

 

 

 

Sources : 12 - 3

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Collections (Geekerie)

N° 24 et 25

 

J’avais laissé cette collection à la 23ème figurine dans CET ARTICLE, voici la suite de la collection "Mickey, Donald et Cie".

 


 

Suite de la collection MICKEY DONALD & CIE avec, désormais, les 2 numéros suivants : Grand-Mère Donald et Génius.

 


 

Nous en sommes donc à 25 numéros, même pas la moitié de ce qui est prévu (à priori 60 figurines prévues).

 


 

Les fascicules qui accompagnent les figurines contiennent toujours les renseignements sur les figurines correspondantes.

 


 

Les créateurs de Grand-Mère Donald sont Bob Karp (scénario) et du très connu (pour les initiés) Al Taliaferro.

 


 

Al Taliaferro est un "Disney Legends", créateur également des neveux de Donald (Riri, Fifi et Loulou), de Gus, de Bolivar (chien de Donald) et de la 313 (voiture de Donald).

 


 

Génius est un mainate que l’on voit, le plus souvent, avec Mickey voire Dingo. Comme son l’indique, c’et un génie.

 


 

Il a été créé par Bill Walsh (scénario) et Manuel Gonzales (dessin).Pour info, ce dernier a été nommé "Disney Legends" en 2017, la même année que (entre autres) Carrie Fisher, Mark Hamill, Jack Kirby et Stan Lee.

 


 

Les figurines sont toujours laissées sagement sous emballage.

 


 

Cette collection, rappelons-le, a l’intérêt de présenter des figurines que l’on n’aurait, sans doute, jamais eu autrement.

 


 

Pour le numéro 26, il est annoncé Gripsou. Une figurine qui devrait éveiller l’intérêt de Yaeck (une idée comme ça).

 


 

La suite avec les prochains envois …

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

IG Magazine

 

J’ai parlé ICI (cliquez sur le lien), il y a peu, de quelques revues qui "squattent" quelques étagères. Il en est une autre dont je garde un très bon souvenir, voici donc "IG Magazine".

 


 

Je sais que je possède tous les numéros et j’ai donc recherché la collection complète. Il a fallu, cependant, me faire une raison. Je n’ai pas réussi à retrouver toute la collection dans ce que j’avais nommé dans CET ARTICLE "Mon bordel à moi".

 


 

Je montre néanmoins un aperçu des quelques numéros extirpés de mon foutu bazar qui mérite un nième rangement.

 


 

IG Magazine, IG pour In Game, était ce qu’on a appelé un "mook". Ce mot contracte les concepts de "book" et de "magazine" et la revue est donc censé proposer toutes les caractéristiques.

 


 

Le premier numéro est sorti en mars 2009 et dernier le 26 juillet 2013. Il y eut un total de 27 numéros bimestriels, 7 hors séries, 3 numéros spéciaux édités par Ankama Presse.

 


 

Le contenu était de qualité avec de l’actualité, des critiques, des dossiers et de nombreuses interviews de créateurs et d’artistes issus du monde du jeu vidéo. Le tout bien illustré.

 


 

Au début, IG Magazine, entièrement financé par son éditeur, ne contient pas de publicité. Après 12 numéros, la publicité apparait pour de ne pas augmenter le prix du magazine mais cela provoque la colère de certains lecteurs.

 


 

Le magazine est largement évoqué sur le site de GAMEBLOG (cliquez sur le lien). Mais, preuve d’une bonne adhésion des lecteurs, il fait l’objet d’article de blogs divers.

 


 

C’est ainsi que l’on retrouve beaucoup d’articles sur le blog de BRUNO (cliquez sur le lien) qui écrit, c’est une bonne raison, dans ledit magazine. Mais on peut également citer, entre autres, DOPAMINE, DUDU, GOTENGO, MADI35, OLICRAZY75

(Cliquez sur les liens en majuscules)

Bon, je vais essayer de ranger et trouver les manquants …

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
Bandes dessinées (BD-Manga-Comics)

Intégrale Romano Scarpa

 

Romano Scarpa est un dessinateur et scénariste de bande dessinée italien qui compte dans l’univers Disney.

 


 

Ainsi, après avoir terminé l’intégrale de Carl Barks et ses 24 volumes comme dit dans CET ARTICLE ….

 


 

Et celle de Don Rosa (cliquez sur le lien ci-avant).

 


 

J’ai donc commencé celle de Romano Scarpa.

 


 

Cela se passe toujours aux éditions Glénat.

 


 

J’en suis donc au 7ème tome.

 


 

Contrairement à Carl Barks et Don Rosa, l’univers de Romano Scarpa ne se cantonne pas qu’aux canards disneyens.

 


 

Le huitième volume sort ce mois-ci.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
(Divers)

Et bon débarras !

 

Rappelez-vous, il y a un an, beaucoup d’entre nous se souhaitaient mutuellement une bonne année 2020.

Force est de constater que cette année 2020 a plutôt été signe d’inquiétude, angoisse et d’autres choses peu sympathiques.

Aussi, je vais la quitter (comme d’autres, je suppose) sans regrets même si je peux, personnellement recueillir, heureusement, quelques points positifs (que je vais taire).

 


2020, tu ne me manqueras pas …

 

Tout le monde connait ce qui a miné cette année 2020.

 


Même celui du même nom d’une aventure d’Astérix est plus sympathique.

 

Souhaitons qu’en 2021 on puisse aussi dire adieu à multiples gestes essentiels mais pas des plus agréables.

 


 

Espérons que le salut vienne de la médecine et recherche …

 


 

Pour pouvoir dire "Bas les masques".

 


 

Alors, malgré tout, je vous souhaite …

 


 

ááááááááááááááááááá

Bonne année 2021

ááááááááááááááááááá

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Vie du blog et perso (Divers)

Ce n’est pas facile

 

Malgré les temps assez compliqués ...

 

 

 

Rien ne vaut une petite vidéo …

Nota : Pas de bug, le son ne vient qu’à la 35ème seconde.

Et cliquez sur "Regardez sur You Tube" ...  ;)

 

 

âêóëêóêâóêëóâ

Joyeux Noël

êëâëóêóâóêâëê

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Quelques magazines et titres

 

Tompouce75 a fait, il y a peu, un "article top 5" dont il a le secret sur "Les magazines de l’âge d’or de la presse JV console" dans cet article (cliquez sur le lien) me donnant l’envie d’en faire autant et donc d‘exhumer des photos de quelques revues que je garde dans un endroit nommé placard et étagères …


Je commence par la revue "X64" dédiée, comme son nom l’indique à la Nintendo 64. Cette revue était, sans doute, la meilleure consacrée à la console. Le premier numéro est de novembre 1997 et le dernier numéro (le 28) est d’avril 2000.


Accompagnée souvent de soluces, on ne pouvait pas louper cette revue avec ses couvertures très colorées


Ci-dessous de gauche à droite, la cassette offerte avec le premier numéro du magazine X64, celle offerte avec le numéro 5 et celle offerte avec le numéro 9 du magazine X64 … Cliquez ICI.


Ci-dessous, d’autres revues dédiées à la N64 comme Nintendo Magazine ou GamePlay 64 mais si vous ne devez retenir qu’une revue, retenez, à mon sens, la revue X 64.


Vient ensuite GamePlay 128 consacrée au Cube de Nintendo. C’est le successeur de GamePlay 64 pour la génération suivante. Les derniers jeux N64 sont testés dans les premiers numéros.


Poursuivons avec Nintendo  Le magazine officiel dédié également au Cube de Nintendo. Celui-ci est, en quelque sorte, le successeur du Nintendo Magazine consacré à la Nintendo 64.


J’ai un bon souvenir de la revue Cubezone qui, d’abord spécialisée dans les consoles Nintendo GameCube et GameBoy Advance, parlait d’autres consoles comme la PlayStation 2, Dreamcast, Xbox mais aussi de musique et cinéma.


Total Cube était consacré à la Gamecube et a connu 20 numéros.

Ci-dessous, d’autres revues ...


Attention spéciale à Loading.


Ci-dessous, un magazine que j’apprécie particulièrement : GameFan, créé en juin 2004 … Un must.


Retrogame, sorti début octobre (2005), est dédié, comme son nom l'indique, au retrogaming soit à l'histoire et à l'évolution du jeu vidéo. Une revue à posséder … à mon avis.


C’est tout. Une prochaine fois, je parlerai d’une autre revue.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Bandes dessinées (BD-Manga-Comics)

Anecdotes BD 17

 

Après les anecdotes BD 01020304, 05, 06, 07 , 08, 09, 10, 11, 12, 13, 14, 15 et 16 voici la suite.

 

 

Walt Disney a eu de l'influence sur beaucoup dessinateurs. À l’époque, afin de simplifier l’animation des dessins animés, les personnages n'ont que quatre doigts. Morris reconnaît avoir été, lui-même fortement influencé. Les quatre doigts de Lucky Luke au début de ses aventures en attestent.

 


 

Rob-Vel, dessinateur français de bandes dessinées, a créé le personnage de Spirou en 1938. Avant cela, il a été steward sur le paquebot "Majestic", puis le "France", "L'Ile de France", "Le Lafayette"... Plus de 300 traversées de l'Atlantique pendant lesquelles il côtoie matelots, officiers, hommes d'affaires, célébrités et grooms au service de tous les passagers. Expérience déterminante pour fixer le "métier" de Spirou.

 


 

Franquin a été inspiré par le château de Skeuvre pour créer le château du comte de Champignac. Il découvrit ce château grâce à son épouse qui séjourna quelque temps à Natoye quand elle était jeune et qui avait conservé de ce séjour quelques photographies du château que Franquin utilisa. Ses propriétaires (la famille de Beaudignies) n'ont jamais été avertis de cette circonstance et l’ont découvert par hasard en lisant la bande dessinée. Ce n’est qu’en 1980 que Franquin visitera le château pour la 1ère fois. Les châtelains ont reçu des mains d'Isabelle Franquin, la fille du dessinateur, le portrait du comte de Champignac qui trône désormais dans la galerie des portraits des aïeux des châtelains de Skeuvre, comme un vrai membre de la famille.

 


 

Anecdotes inspirées par le livre ci-dessous.

 


 

D’autres anecdotes plus tard.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Jeux vidéo (Jeu vidéo)

Le "mulot" informatique

 

Aujourd’hui, abordons cet objet que vous avez vraisemblablement en main en ce moment même, la souris …

 


La première souris informatique

 

La première souris a été inventée et mise au point en 1963 l’américain Douglas Carl Engelbart du S.R.I. (Stanford Research Institute). Celle-ci prend d’abord la forme d’un boîtier composé d’un bouton sur la surface supérieure et recouvrant 2 roues

 


 

Le brevet est déposé en 1967, la souris présentée au public en 1968, et le brevet  accordé en 1970 au S.R.I. qui, rappelons le, est l’institut pour lequel Douglas Engelbart travaille.

 


La première souris informatique a été inspirée du trackball.

 

Le premier ordinateur équipé d’une souris (à trois boutons et à "boules"), le Xerox Alto, est commercialisé en 1973.

 


 

Développée par Mouse Systems vers 1982, la première souris optique utilise un tapis métallique, solide, rigide et quadrillé. En envoyant un rayon de lumière et en captant le retour, la souris arrive à savoir qu'un déplacement a eu lieu.

"Elle a été utilisée sur des PC, et quelque temps par IBM sur son écran 3179-G, mais surtout par Sun Microsystems pour ses stations de travail. Un inconvénient est que la mesure du mouvement dépend de l'alignement du tapis. Cette technique n'est plus utilisée."

 


 

Si Jean-Daniel Nicoud essaye d’apporter des améliorations avec sa souris  Depraz (ci-dessous à gauche), Steve Jobs n’est pas en reste en décidant d’inclure un dispositif similaire à la souris de Xerox sur l’ordinateur "Lisa" en 1983. Apple rachète donc le brevet à Xerox et contrairement à ce qui se dit, Apple n’a donc pas inventé la souris, mais a très bien exploité l’invention du concepteur original.

 


 

Le brevet expire en 1987. En 1989, afin de célébrer les ventes de la "Pilot Mouse", modèle à trois boutons le plus vendu au monde, Logitech décide de lancer une version plus évoluée.

La molette prend alors sa place de troisième bouton et le public découvre alors les multiples utilisations qu'il est possible d'en faire.

 


Ci-dessus, en1995 voici la première souris avec une molette de défilement

 

Il faut aussi compter sur les  souris optique, laser et sans fil (voir ci-dessous la Logitech Cordless MouseMan première souris sans et sortie en 2001). Mais n’oublions pas, ci-dessous à gauche, en 1998, la première souris de jeu apparaît avec la Razer Boomslang.

 


Ci-dessus à gauche, en 2005 Apple présente la première souris a 4 boutons, la mighty mouse. Ci-dessus à droite, une souris pour gamer signée Mad Catz.

 

That’s all folks.

 

Sources : 1 - 2

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Insolite (Divers)

Voici "Black Alien"

 

Anthony Loffredo, 32 ans, a quitté son pays et son travail à l'âge de 24 ans et réside actuellement à Barcelone.

 


 

Il a toujours aimé les histoires de mutants et a réussi à se transformer en une sorte d’extra-terrestre.

 


 

Il s’est fait injecter de l’encre dans les yeux et a demandé qu’on lui scinde sa langue en deux tel un reptile.

 


 

Récemment, il s’est fait couper le nez.

 


 

Une pratique un peu "too much" à mon humble avis.

Retrouvez Anthony sur INSTAGRAM.

 


 

Ci-dessous, 2 vidéos qui le sont tout autant.

 

 

 

Principale source : ICI

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Édito


Hormis la découverte de mes collections, vous divertir, vous étonner, vous faire découvrir des personnages originaux, des artistes hors du commun, des endroits insolites et bien d'autres choses ... voilà le but de ce blog.


 

Archives

Favoris