Crito's Bizarre Adventures

Crito's Bizarre Adventures

Par Critobulle Blog créé le 15/07/11 Mis à jour le 03/10/17 à 00h10

Les portes de l'epicness se sont ouvertes ! Toi qui pénètre sur ce blog, abandonne toute logique.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Mugeek

Signaler
Mugeek

Des fouets, des bobos, un type en collants et des donjons...Non, je ne vais pas vous parler de Black Sado Mario, mais de Castlevania. Ou plutôt d'un extrait de l'excellente OST de cette série phare de l'industrie vidéoludique. J'aurais pu choisir plusieurs morceaux emblématiques de la série, comme Bloody Tears, ou alors Vampire Killer, ou même Lost painting (Vous remarquerez que fourbe tel Scapin, je parviens malgré tout à caser ces extraits !). Mais finalement mon choix c'est arrêté sur Le thème de Simon Belmont. Pourquoi me demanderez-vous ?

 

Simon Belmont était le héros du premier volet de Castlevania sorti sur Famicom Disk System en 1986 au pays du soleil levant sous le titre Akumajô Dracula .  Simon Belmont est un chasseur de vampires très célèbre qui fait irruption en Transylvanie pour fouetter les fesses du comte Dracula, qui faisait régner la terreur dans les villages de pécors autour de son château. Bien qu'il soit le premier Belmont que le joueur incarne, il fait partie, dans la chronologie de la série, de la huitième génération. 

Simon apparaît aussi dans la suite directe du premier Castlevania, Castlevania II : Simon's Quest. Assez parlé de Simon, place à la musique.

Simon Belmont suivant le modèle capillaire de Rahan (le fils des âges farouches, pas le rédacteur)

Ce qui me plait dans ce thème musical, c'est son coté épique. J'ai posté le lien vers une version 16 bits, mais la musique est aussi épique en 8 bits et en instrumental, c'est encore mieux. La mélodie semble avoir été faite pour mimer les Orgues (en accord avec l'ambiance gothique chère à la série). Cependant malgré l'évocation de cet instrument, la mélodie est empreinte de modernité...enfin de modernité des années 80. (bah je me comprends !). La musique est simple et dévoile sa toute puissance avec quelques riffs de guitare électrique comme vous pourrez vous en rendre compte avec cette version. Musique énergique, motivante, elle convient parfaitement à un type qui débarque seul dans un château hanté avec rien d'autre qu'un fouet pour péter la gueule à des créatures démoniaques. Il me semble que Simon est l'un des Belmont les plus appréciés de la série par les fans (en ce qui me concerne, mon épisode préféré reste Symphony of the night mon perso préféré est donc Alucard). Ma théorie personnelle (et donc probablement erronée, enfin c'est à débattre) est que sa popularité vient certes du fait qu'il est celui qui a ouvert la marche, mais ce thème ne doit certainement pas être étranger à tout cela. 

 

Simon Belmont suivant le modèle capillaire de Régine. (Le thon, pas la pizza)

En bref, les musiques de Castlevania sont souvent des réussites, c'est un fait, et ce, qu'on aime ou non. En ce qui me conçerne, il s'agit de l'une des musiques les plus marquantes de l'histoire du jeu vidéo. Petit bonus de fin d'article une version ultra badass du thème de Simon (promis c'est le dernier lien)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Mugeek

              Ah Portal, ce puzzle ingénieux qui a su se faire une place au soleil et dans les coeurs des joueurs, Portal qui n'était qu'un projet d'étudiants est devenu (selon moi) l'atout majeur de la tant aimée Orange Box. Ce qui fait le charme de Portal, outre ses innovations en terme de gameplay (la dynamique des portails est au poil), et l'humour omniprésent. (Ah GLaDOS tu es tellement plus charismatique que cette saloperie qu'est "La voix") c'est très probablement le générique de fin composée par Jonathan Coulton, j'ai nommé Still alive. Avant d'aller plus loin faites vous plaisir en lançant la vidéo que voilà (si vous n'avez pas fait le jeu et envisagez de le faire, évitez par contre, au risque de vous faire spoiler sévèrement)  

Je me suis demandé pourquoi cette petite chansonnette nous plaisait autant, à nous autres gamers violents et sauvageons en puissance déconnectés de la réalité à cause des meuporgs. Voici mon ressenti (ensuite je le jure sur la tête de Nadine Morano, je retourne à l'hôpital Marmottan pour rejoindre les 299 autres patients)

             Tout d'abord, il faut savoir que la chanson est très accrocheuse car son air est simple, voire même très très simple. On a presque l'impression d'entendre une comptine, ce qui fait que la douce mélopée restera profondémment ancrée dans l'esprit du péquin express...pardon moyen. 

Ensuite, l'air est vraiment apaisant. Le joueur qui aura été malmené à chaque salle de test des labos d'Aperture Science, risquant la vie de Chell, soumis à de multiples stress (tourelles meurtrières mais tellement polies, parcours chronométrés et cynisme sadique de la sympathique GLaDOS) a encore plus de chance d'apprécier cette petite chanson bien douce et mignonne. Récompense ultime, c'est que c'est l'ordinateur qui nous veut du mal qui nous fait ce petit plaisir, avec une petite voix, bien différente de celle dont elle se servait pour vous torturer mentalement. Finis les bugs dans la voix, place à un timbre bien plus doux et harmonieux.

C'est aussi une chanson qui culpabilise le joueur finalement. Bon je vais vous avouer que ce point ci m'a été inspiré par un autre gameblogger, ladanettedu94 dans un article intéressant, ce qui est dérangeant (et donc sympa) c'est qu'au moment du générique, GLaDOS est la victime du joueur. Pourtant, ses paroles semblent ne démontrer aucun ressentiment vis-à-vis de lui, certaines de ses paroles le faisant passer pour le malotru (terme qu'on emploie trop rarement de nos jours). Le joueur ne peut en être que touché. Quand il n'est pas occupé à ricaner car cette petite chanson toute tristounette arrive quand même à bien nous faire marrer entre ses histoires de gâteau et la petite allusion à Black Mesa.

J'arrive au terme de cet article et que dire de plus, en ce qui me concerne, j'aime énormément cette chanson qui vient couronner votre succès d'une fort jolie manière. Remercions les petits gars de Valve d'avoir permis à de nombreux joueurs d'avoir expérimenté le syndrôme de Stockholm. Et cette chanson y est pour beaucoup, car même si on a tous aimé notre Weighted companion cube, il faut avouer qu'au fond, on l'apprécie bien, cette saleté de psychopathe de GlaDOS

Allez en petit bonus de fin d'article, voici un excellent duo entre Jonathan Coulton et GLaDOS !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Bon j'ai eu un gros moment de flemmingite aigue, mais depuis Juillet en fait, ce blog est entré dans sa troisième saison. Mais comme là, j'ai un sursaut de motivation, on va faire comme si je n'avais pas lézardé comme un gros viandard depuis cet été.

 

Et n'oubliez pas de croire en mon brushing, car mon brushing croit en vous.

Ancien Prez Critomore,

pire éditorialiste de blog de ce coté de la Galaxie.

Archives

Favoris