LE PHYLACTERE
Signaler
MES CREATIONS

[Episode Précédent]

 En décalé sur mon Blog, retrouvez le contenu proposé aux kissbankers d'A l'Ombre d'Eden durant la production de mon court métrage. Photos, vidéos, récap', au fil des semaines je vais semer du contenu jusqu'à la sortie du film en DvD et Démat', disponible plusieurs mois à l'avance à nos investisseurs. Une longue aventure pleine de rebondissements qu'on se fera un plaisir de vous faire partager !


Récap' JOUR 3 :

Au programme de cette journée la Scène 01, l'ouverture du film. Même si tout est important dans un court métrage, s'il y a bien une scène qu'il ne faut pas foirer, c'est l'intro. C'est la scène qui pose l'ambiance du film, le thème, l'objectif des héros, c'est crucial. C'est la scène où tout le casting est présent, la scène avec le plus grand nombre de plans ( 33 plans à tourner en 4h). Certainement la journée de tournage la plus dure sur EDEN! Je commence à être bien crevé, j'ai pas beaucoup dormi, j'ai pas mangé, et je dois bosser l'aprem sous un caniar hallucinant.. en résumé, cette journée, c'est l'enfer. Comme je le précisais dans le précédent billet, j'avais oublié la steadycam la veille sur le lieu de tournage, mais vu qu'on ne tournait pas du tout au même endroit, je n'ai pas pu foncer la chercher. Heureusement je n'avais que deux plans en steady pour cette scène 01, j'ai donc du tourner à l'envers.

Le principe de la steady, comme son nom l'indique, c'est de stabiliser le mouvement de la caméra, pour éviter qu'on ressente la marche du caméraman. Avoir un plan "à l'épaule" peut s'avérer très intéressant sur certains films, certaines scènes d'action voulant nous plonger au coeur de la violence. Mais pour Eden, comme c'est un court métrage de petit budget, faire des plans "à l'épaule" peut parfois être interprété comme une nécessité par manque de moyens. Donc j'ai privilégié sur les mouvements de caméra, l'utilisation de la steady pour avoir une image fluide et propre. Etant donné que je n'avais pas la steady ce troisième jour, j'ai du ruser, car comme le dit Mathieu Kassovitz, "il faut toujours utiliser ce qu'on a pour obtenir ce qu'on veut".

J'ai donc fixé la caméra sur le trepied, et l'ai retourné afin que ça soit la caméra qui fasse le contre-poids qui stabilisera le mouvement. Ce n'est évidemment par parfait, il faut s'y reprendre à deux fois pour bien jouer sur les transferts de masse, mais au final on obtient un résultat assez convainquant, et une petite nausée pour avoir tourné "la tête à l'envers".

C'était également le dernier jour de Mélanie, et le premier jour de Pauline. Un départ et une arrivée sur la journée la plus chargée du tournage, ça fait beaucoup. C'était surtout le jour du maquillage le plus complexe, avec la plus grosse utilisation de plasto wax, de faux sang, sans oublier une cervelle de porc bien fraiche achetée au supermarché du coin. Et je vous prie de croire, manipuler de la cervelle bien molle quand on a pas mangé et qu'on manque de sommeil, c'est hardcore.

Petite anecdote sympa avec le passage de la Police venue vérifier qu'on ne faisait rien de mal dans cette zone désaffectée. J'ai particulièrement apprécié les regards interloqués en voyant trois jeunes femmes en sang, ligottées et baillonnées... Un petit coup de stress qui n'a heureusement pas duré. Les gens du coin ne savent pas vraiment comment réagir face à une équipe de tournage, aussi petite puisse-t-elle être.

Au final on a pu tout tourner dans les temps, et on s'est offert quelques journées de pause, puisque les deux derniers jours de tournage étaient prévus quatre jours après. Le temps de souffler avant de boucler les quelques scènes restantes.


Mes trois actrices enfin réunies.


Pauline en train d'être préparée pour son maquillage.


Jeremy et Jean en train de capturer l'audio de la scène pendant que je filme en gros plan.


Moi en train d'expliquer à Ethan comment se comporter sur le plan séquence.


Pauline en place pour son plan.





Une cicatrice bien sanguinolante.





Ajouter à mes favoris Commenter (16)

Signaler
MES CREATIONS

[Episode Précédent]

En décalé sur mon Blog, retrouvez le contenu proposé aux kissbankers d'A l'Ombre d'Eden durant la production de mon court métrage. Photos, vidéos, récap', au fil des semaines je vais semer du contenu jusqu'à la sortie du film en DvD et Démat', disponible plusieurs mois à l'avance à nos investisseurs. Une longue aventure pleine de rebondissements qu'on se fera un plaisir de vous faire partager ! 


Récap' JOUR 2 :

Au programme de cette Journée les scènes 02 et 04. Toujours posés dans la sublime vallée du Petit-Traouïero, nous avons tourné avec Mélanie, Fleur, et Ethan qui célébrait son premier jour de tournage sur le film. Pour l'anecdote, la Vallée des Traouïeros était autrefois le repaire de contrebandiers et autre exclu de la société, comme l'indique la "grotte du lépreux". Une légende raconte également qu'un serpent géant hanterait les lieux, le scorpfel.  Au-delà des contes et légendes, c'est un endroit magnifique qui propose des arrières-plans à tomber par terre, et une variété de couleurs et de lignes qui permet de tourner plein de choses très différentes dans un même endroit.

Une journée de tournage bien remplie, où Mélanie s'est cassée la gueule plusieurs fois, où Fleur s'est foulée la cheville.. Et où j'ai oublié ma steady cam en partant. Oui... Ce n'est que le lendemain pour le troisième jour que je me suis rendu compte que j'avais laissé la Hague dans la forêt, mais fort heureusement, on l'a récupérée ! La fatigue certainement. 

 

 Photo de Mélanie pendant que je filme face à elle. Toujours pratique d'avoir un DSLR qui s'occupe uniquement de ça.

 

 Notre "Camp de Base" au même endroit que la veille, installation plus rapide, on prend nos marques.

 

 Plan en steady d'Ethan; obligé d'avoir Jean qui me tient par la ceinture pour éviter de me planter.

 

 Photo de tournage.

 

Capture montrant Fleur qui se prépare pour une scène particulièrement violente. 

 

Capture pendant un plan en steadycam particulièrement énergique. 

 

Pour cette deuxième journée l'équipe était beaucoup plus réactive que la veille, les automatismes sont vite arrivés, et c'est tant mieux. Le Troisième Jour sera le plus compliqué, avec une fenêtre de tournage qui ne pardonne pas. A la fin de ce deuxième jour, quatre scènes sur huit ont été tournées, soit la moitié du film pour ceux qui savent compter. Je retiendrai le plaisir coupable de recouvrir mes actrices de boue, voir Mélanie se vautrer comme une dingue tant elle est impliquée dans son rôle et veut se donner à fond, et le fait d'avoir oublié la steady comme un con..

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
MES CREATIONS

En décalé sur mon Blog, retrouvez le contenu proposé aux kissbankers d'A l'Ombre d'Eden durant la production de mon court métrage. Photos, vidéos, récap', au fil des semaines je vais semer du contenu jusqu'à la sortie du film en DvD et Démat', disponible plusieurs mois à l'avance à nos investisseurs. Une longue aventure pleine de rebondissements qu'on se fera un plaisir de vous faire partager ! 


Récap' JOUR 1 : 

Au programme de cette Première Journée de Tournage les Scènes 06 et 07. Pour des raisons de disponibilité et de rapidité de tournage nous n'avons pas tourné de manière chronologique. Nous avons condensé notre emploi du temps en fonction des lieux et des gens pour rentabiliser au mieux le temps alloué au tournage. 

 

Vidéo "behind the scene" 

 

 L'iPhone/Clap est sympa, mais rien ne vaut notre bon vieux clap à l'ancienne.

 

Trimballer tout notre matos en pleine forêt c'est 15 minutes d'effort pour un confort incomparable ensuite.

 

Maquillage en Cours d'une blessure par balle, avec de la Plasto Wax. 


Scène 06 - Plan 07 - 1ère. Avec Mélanie Carreta


Mélanie Carreta en train d'écouter mes dernières indications avant sa scène.


Fleur Lenfant pendant le tournage du plan 703.


Mélanie & Fleur pendant le tournage de la scène 06


Mélanie en bien mauvaise posture.


Lorsque mon binôme, Jeremy, joue avec le clap.


L'équipe pour ce 1er jour. Deux actrices et Quatre personnes derrière la caméra.



Une Première Journée bien complète. Avec une heure de retard au départ nous avons terminé avec une demi-heure de plus sur le planning. On a essuyé une petite averse de quelques minutes qui aurait pu nous emmerder même si on avait prévu l'équipement "pluie". Il faut dire que dans une toute petite structure comme ça, dans un tournage extérieur, on passe énormément de temps sur le site de Meteo France à rafraichir toutes les dix minutes pour vérifier si le temps sera clément lorsqu'on devra dire "Action!". Alors qu'il était prévu plusieurs averses, nous fûmes finalement épargnés par la pluie, tant mieux ! 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
THE HOBBIT

Comme je l'expliquais dans cette rubrique il y a de ça quelques temps déjà, Bilbo le Hobbit est tourné en 3D Relief, 5K, et 48FPS. C'est non seulement une production extrêmement attendue pour sa licence, mais aussi pour l'avancée technique qu'elle représente. Mais comme la nouveauté fait souvent peur, l'avancée technologique de The Hobbit pourrait être mise à mal à sa sortie. 


Vidéo de production montrant tout le challenge technique sur le film.


Suite à quelques projections techniques d'un montage du film, la Warner s'est retrouvée face à des réactions semble-t-il mitigées. Selon certains retours, l'image serait trop détaillée et trop fluide, ce qui "donnerait l'impression de voir un making of en HD", voir même "que la Magie du Cinéma en serait tuée". On serait amené à sourire tant cette réaction s'est déjà vue dans l'Histoire du Cinéma, de la transition du Muet au Parlant, et du N&B à la Couleur; mais malheureusement ces réactions semblent refroidir Warner Bros qui envisage actuellement de diminuer le nombre de copies du film en 48fps pour les exploitants. 

Peter Jackson défend bien évidemment cette version en précisant "qu'il est normal d'être destablisé par cette technologie parce que c'est quelque chose que vous n'avez encore jamais vu au cinéma". Reste qu'aujourd'hui le nombre de salles disposant d'un équipement capable de diffuser The Hobbit dans sa plus belle parure sont assez rares, en France également. Détail important cependant, les exploitants n'ont pas besoin de changer de matériel pour faire tourner le film en 48fps, mais "simplement" de faire une mise à jour software.

Si pour l'heure aucun cinéma français n'est en mesure de diffuser The Hobbit en HCI (Haute Cadence d'Image), il faut tout de même dédramatiser la chose en précisant que The Hobbit sera le tout premier long métrage à sortir à cette vitesse. Quand on sait que James Cameron veut tourner Avatar 2 à 60fps, il serait étonnant de voir les exploitants français tourner le dos à ces futurs GigaBlockbusters.

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
THE HOBBIT

Je dois bien l'avouer, je ne comprends pas trop l'intérêt pour la Warner de sortir CETTE nouvelle bande annonce de The Hobbit. ont ils voulu fêter le passage du dyptique à une trilogie pour le film? Aucune idée. Le fait est que cette deuxième bande annonce reprend à 98% la première, en y changeant ou ajoutant deux ou trois plans. Pas de quoi se défriser la barbe, mais quand on est en manque on se content d'un rien. 


 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
THE HOBBIT


Nouvelle vidéo de production pour The Hobbit, avec le passage de l'équipe au Comic Con, et un petit tour des derniers jours du tournage principal. La sortie approche, et l'excitation va grandissante. Et l'occasion pour moi de relayer la septième vidéo de production, qui était passé au travers de cette rubrique. Bonnes Vidéos!

 

Vidéo de Production #07


Vidéo de Production #08




 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
THE HOBBIT

Alors que le tournage principal de The Hobbit part1&2 s'est terminé il y a quelques semaines, voilà que Peter Jackson dévoile lors du Comic Con 2012 une affiche officielle du film ! Voilà de quoi rêver avant la sortie du premier épisode dans nos salles obscures.





Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
EXCLUES

Après le cross play et le cross control annoncés par Sony, permettant à votre PsVita d'être connectée comme jamais avec votre Playstation 3, voilà qu'une des plus grosses rumeurs du dernier E3 2012 devient réalité avec l'arrivée du PsCloud ! Un nouveau service de location de jeux en cloud gaming permettant de prolonger virtuellement la vie de la Playstation 3, mais également d'apporter une ludothèque hallucinante à la portable du constructeur japonais. 

Même si aucun tarif n'a été pour l'heure annoncé par Sony (on parle néanmoins d'une dizaine d'euros par mois pour l'ensemble du catalogue disponible), il est tout de même assez impressionant de voir tourner des titres comme The Last of Us ou Watch Dogs sur une console portable. Il reste bien entendu beaucoup de choses à voir sur ce nouveau service disponible à la fois sur PsVita, mais aussi sur PS3; comme d'éventuel lag, mais pour l'heure c'est une annonce très importante pour les possesseurs de Vita qui se voient proposer toute une ludothèque jusqu'ici inimaginable sur leur console portable.

 

 

 

 

 

Et comme d'habitude avec mes Exclues...

... Rien n'est  vrai.

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
DEBATS

Sur cette génération, parmi les bons élèves first party chez Sony, on peut dire que Naughty Dog croule sous les bons points. Maîtrisant la Playstation 3 comme personne, les Dogs ont installé un nouveau personnage dans la culture gaming et une nouvelle licence forte pour le constructeur japonais. Autrefois abonnés à un personnage et une licence par génération, les Naughty Gods ont surpris beaucoup de monde en présentant une nouvelle IP sur Playstation 3 avec The Last of Us. Beaucoup craignaient qu'il ne s'agisse que d'un skin post apocalyptique calqué sur un Uncharted, et la récente démo de l'E3 2012 en a rassuré beaucoup sur les ambitions hautement plus élevées du titre de Neil Druckmann et Bruce Straley. De cette volonté de Wells&Balestra de laisser les talents de l'équipe s'exprimer sur d'autres voies nait une reflexion assez saine : Des idées de gameplay et de narration proposées dans le futur The Last of Us, Naughty Dog en retiendront-ils pour le futur d'Uncharted?

Car après trois épisodes canoniques et un spin-off, il est clair qu'aujourd'hui la recette d'Uncharted est connue et qu'elle pourrait avoir besoin de la fraicheur d'un Last of Us pour surprendre à nouveau et se donner un nouveau souffle. Les aventures de Drake qui ont pris au fil des épisodes une tournure plus rollercoaster qu'exploration-aventure, ont à mon sens besoin d'un coup de neuf histoire que certains défauts n'en deviennent pas à l'avenir des erreurs. Ainsi je vais revenir sur des choses qui me font toujours tiquer dans Uncharted, et les mettre en rapport avec ce qu'on a pu voir de The Last of Us. Il y a à mon sens une proposition nouvelle qui pourrait bousculer la franchise mère de ND, et dans le bon sens.

TUER N'EST POINT CHOSE AISEE

S'il y a bien un truc qui est contraire avec l'image d'aventurier sympa de Nathan Drake, c'est le nombre hallucinant de personnes qu'il zigouille sans aucun état d'âme. Les gunfights font partie intégrante du gameplay et de l'histoire des Uncharted, mais les montagnes de cadavres ne sont pas intégrées à ces histoires. Nathan Drake est un tueur froid, distant; c'est un aventurier qui manie mieux l'AK47 que sa boussole, et c'est un soucis lorsque le développeur veut approfondir la narration dans son jeu d'action comme ils l'ont fait dans Uncharted 3. Ce détachement est renforcée par le fait qu'il n'y a pas de sang dans la série, comme dans un bon vieux Indiana Jones. Si dans les faits on comprend que ça aide à la classification, ça joue un rôle trop important dans la sensation en jeu. Ainsi, par le nombre de morts et l'absence de choc visuel lors de ces tueries, on perd le sens de ces escarmouches et la force qui pourrait en ressortir.

C'est un soucis qui sera visiblement absent de The Last of Us, qui n'est pas avare en gestes d'extrême violence et en sang. Et c'est ainsi qu'on ressent toute la différence entre ces deux titres. Avec moins d'ennemis, The Last of Us semble beaucoup plus stressant et marquant dans ses gunfights que ne l'est Uncharted. Car notre héros n'est pas un tueur-né mais un homme qui survit et qui a une autre vie sous sa responsabilité, chaque personne qu'il abat est en soit un petit drame. Un sentiment appuyé par les caméras très proches lors des éliminations discrètes, plus lentes que par le passé pour montrer toute la difficulté et la proximité lorsque vous mettez fin aux jours d'un parfait inconnu. Et nous avons déjà là une piste vers l'évolution d'Uncharted.

Je trouve bien plus pertinent pour un Uncharted d'avoir moins d'ennemis à tuer, mais que chaque mort soit une véritable épreuve pour Drake. Je ne demande pas que ça soit visuellement aussi hardcore que Last of Us, mais que ça soit au moins aussi marquant. Car à vouloir rendre son héros plus touchant dans les cinématiques, Naughty Dogs doit également s'attarder sur ce qu'il fait en jeu, et être une machine à tuer fait un peu tâche dans le bilan. D'autant que la série s'est vue offrir un mode d'infiltration sous exploité, qui semble devenir dans The Last of Us une véritable alternative de gameplay. De là à s'imaginer qu'on puisse traverser un niveau d'Uncharted sans vider cinq chargeurs de M16, ne mettons bien évidemment pas la charrue avant les boeufs.

Il est certain que les gunfights d'Uncharted représentent l'unique challenge dans la série, l'exploration et la grimpette n'étant que de belles incartades contemplatives. Une refonte de ces gunfights, avec moins de mercenaires armés jusqu'aux dents et un changement radical dans leur orientation devrait à mon sens imposer des modifications également dans les phases d'explorations et d'escalade. On serait tenter de dire qu'alors ça changerait tout le jeu, mais je pense au contraire que ça gommerait certaines lacunes et irait totalement dans la voie suggérée par Hennig sur L'Illusion de Drake. Avec un peu de recherche dans les phases d'exploration, et un peu plus d'intérêt dans l'escalade, on aurait à mon sens la même évolution qu'entre MGS1 et 2 : Une Expérience similaire, mais décuplée.

 

SAC A DOS ! SAC A DOS ! OUAIIIIS !

Moment très intéressant dans la démo de The Last of Us, lorsque Joel fouille dans son sac à dos pour confectionner soit un cocktail Molotov, ou un bandage. A l'instar de ce qu'on nous vend sur ZombiU, il s'agit également de nous faire rester sur une fenêtre de menu pendant que le jeu continue de se dérouler derrière, renforçant le stress et l'insécurité ambiante. Cet aspect "crafting" né de ce sac à dos, apporte en une seconde plusieurs informations : Nous devrons nous soigner, créer des objets défensifs et offensifs, et récolter des ingrédients dans l'environnement. Une idée brillante qui siérait à merveille à Uncharted.

Présent dans Golden Abyss sur Playstation Vita, le sac à dos pourrait apporter un peu plus de densité à l'ambiance d'aventure et d'exploration proposée par la série Uncharted. Au delà d'effacer la désagréable impression d'un personnage qui sort son inventaire de son fondement, une telle feature pourrait justement gommer en partie l'impression d'être dans un rollercoaster. Si les objets à ramasser ne sont plus simplement que des trésors qui brillent pour la collectionite, et qu'au contraire il nous faille chercher différents items pour progresser dans l'aventure, nous aurions sûrement une sensation plus crédible de rentrer dans la peau de l'aventurier. 

Ensuite, être dans l'obligation de se soigner remet en question l'auto-regen normalisé dans les jeux d'action depuis Call of Duty 2. Est ce encore bien utile de proposer ce genre d'aide quand aujourd'hui les joueurs croulent sous les checkpoints ? Surtout quand on voit aujourd'hui l'orientation très survival de Tomb Raider, il paraît clair qu'avec The Last of Us, la survie et la gestion de son personnage soient des features en passe d'être de nouvelles règles vidéoludiques. Alors concernant Uncharted, rendre Nathan Drake plus humain et attachant doit il passer par une plus grande fragilité ? A mon avis oui, car les "non non non non !! " ne trompent plus personne désormais, et un changement s'impose pour que ce clin d'oeil ne devienne pas un boulet dans les ambitions narratives de ND. 

Un peu à l'instar d'un Skyrim, je tique souvent de voir mon personnage partir à l'aventure les mains dans les poches. L'inventaire dans la poche arrière du jean est un des marroniers du média dont j'invoque la mort chaque jour, et le changement de rythme qu'un tel outil apporterait dans un Uncharted m'intéresse vraiment. L'ajout d'objets à utiliser imposera des situations plus variées, et permettra aux joueurs d'appréhender une même situation différemment selon leur inventaire et leur propre humeur. 

On pourrait également revenir sur l'accent mis dans la relation entre Joel et Ellie, qui semble aller bien au delà de ce qu'on a vu déjà dans Uncharted. Mais pour le coup je vois cette proximité comme une évolution logique de ce qui a été proposé sur la franchise de Nathan Drake. Il est évident que de voir le vieux Sully se taper une corniche en balançant quelques blagues graveleuses n'est pas forcément la situation la plus intéressante qui soit, et une amélioration de cette coopération en solo est souhaitée. Il en est de même pour l'environnement, faut il vraiment visiter dix zones différentes, ou plutôt se concentrer sur un seul univers plus travaillé? Uncharted 3, Killzone 3 ou encore Metal Gear Solid 4 ont montré que nous brinquebaler un peu partout n'était pas forcément la chose la plus intelligente à faire. On traverse à pleine vitesse trop d'environnements différents, de sorte qu'on ne prend jamais le temps de profiter du voyage. En laissant au joueur un sentiment de véritable exploration plus approfondi, avec l'ajout de tout ce qui a été dit ci-dessus, on aurait à mon sens une empathie énorme pour un personne qu'on nous apprend à protéger, que nous emmenons à l'aventure plutôt que de le suivre dans une folle escapade. 

The Last of Us n'est pas encore dans nos bacs, mais je trouve intéressant déjà de voir qu'en partant de bases proches, la seconde équipe de Naughty Dog avait déjà chamboulé les acquis du joueur, pour proposer une aventure plus humaine, plus impliquante, et plus intelligente finalement. Trois qualités qu'il me plairait de voir débarquer sur la suite d'Uncharted, tant les ambitions narratives de Drake Deception ont été plombées par certaines features qui allaient très bien aux deux premiers titres, mais qui ne collaient plus à l'ambiance du troisième opus. La Recette Uncharted n'est plus un secret de grand mère aujourd'hui, et The Last of Us semble être la tentative juteuse de surprendre à nouveau. Surprenez nous messieurs les Dogs!


 

Ajouter à mes favoris Commenter (11)

Signaler
EXCLUES

Durant huit années, Canal+ a diffusé Desperate Housewives, le grand Rendez-Vous de ABC faisant partie du boom des Séries de 2004! Huit années ont passé et la série s'est arrêtée, l'occasion pour Canal d'annoncer un remake "à la française" afin de proposer au public français une vision comico sexy de la femme au foyer d'aujourd'hui. Peu d'informations ont filtré sur le lieu de tournage; est ce que ça se passera à Paris ou dans une petite bourgade chic du Sud de la France? Il nous reste encore une année à attendre avant de voir la série se lancer, mais nous pouvons dès à présent vous dévoiler les noms des cinq actrices qui vont reprendre les rôles emblématiques de Desperate Housewives. 


Suzanne : Barbara Schulz

De retour sur le petit écran après SEULE sur France3, la comédienne de 40 ans reprendra le rôle tenu par Teri Hatcher dans la série. Une mère divorcée un peu maladroite qui tente de se sortir d'une longue période de dépression. Un rôle sur-mesure pour Schulz qu'on a considéré longtemps comme une femme-enfant. 


Gabrielle : Noémie Lenoir

Difficile de passer après Eva Longoria, mais Noémie Lenoir va reprendre à sa sauce le rôle de Gabrielle Sollis. La population Mexicaine n'ayant pas la même représentation chez nous qu'aux USA, on comprend mieux le choix intelligent de la production de s'orienter vers un couple noir pour "Gabrielle & Carlos".


Lynette : Alexandra Lamy

On l'a connue des années durant comme la compagne horripilante de Loulou dans Un Gars/Une Fille; c'est en tant que mère d'une famille nombreuse qu'Alexandra Lamy revient sur le petit écran ! Un rôle plus calme et sévère que celui de Chouchou, qui lui permettra de montrer une autre facette de son jeu.

 

Bree : Audrey Fleurot 

La succulente Audrey Fleurot reprendra le look vintage de Marcia Cross avec Bree. Une femme au foyer irréprochable au-delà même du cliché, qui vit pour les apparences sans se soucier de son bien être.


Eddie : Ingrid Chauvin 

Afin de secouer les quatre femmes au foyer, Eddie la sulfureuse femme fatale du quartier sera interprétée par la bombe atomique Ingrid Chauvin, grande habituée des productions télé. Remplacer la provoquante Nicolette Sheridan ne sera pas une mince affaire, mais la belle Chauvin a plus d'un atout pour nous convaincre.


Voilà tout ce qu'on pouvait dire actuellement sur ce remake français de Desperate Housewives, puisse-t-il connaître le même succès que l'original. On se donne rendez-vous très prochainement pour plus d'infos sur ce remake, avec peut être un nom définitif? On espère ! 

Et comme d'habitude avec mes Exclues...


... Rien n'est vrai.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

LE PHYLACTERE

Par Anfalmyr Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 02/04/16 à 12h56

Ajouter aux favoris

Édito

 

 

 

Archives

Favoris