TEST de Borderlands 3 : Le meilleur de tous ?

Par Eva Martinello - publié le
×

La licence emblématique qui a repopularisé les shooters de loot est de retour avec Borderlands 3. Ce jeu a été attendu par la communauté pendant pas moins de 7 ans. Après une Pre-sequel au succès mitigé et le jeu narratif Tales from the Borderlands, ce dernier volet a été annoncé comme très ambitieux, pari qui a été atteint. 

Le FPS-RPG Borderlands 1, qui a créé un univers post-apocalyptique à l'humour caustique, a fait beaucoup de bruit à sa sortie en 2009 en remportant notamment le prix du Game of the Year. Borderlands 2 a eu encore plus de succès en 2012, puis la sortie de la Presequel en 2014 avait refroidi les fans de la première heure.

Après sept ans d'attente, Borderlands 3 est arrivé avec de nombreuses promesses : plus de guns, plus de planètes, bref, tout en plus grand et en mieux que Borderlands 2. Ce dernier est le cinquième jeu de la licence de Gearbox, après les deux premiers Borderlands, la Pre-sequel et Tales from the Borderlands, dont il est la suite chronologique directe. Alors, Borderlands 3 vaut-il le coup ? On l'a enfin fini et fait le tour, et on vous dit tout !

Home Sweet Home

Qu'on se le dise : Gearbox n'a pas montré de volonté de révolutionner sa licence avec ce nouvel opus. Au contraire, le jeu a été présenté comme un retour aux sources, un Borderlands modernisé. D'ailleurs, l'entrée en matière du jeu nous fait revenir à nos premiers émois sur Pandore, où l'on retrouve Marcus et Cl4p-TP comme "à l'ancienne", et la planète dans le même état qu'on l'a laissée sept ans plus tôt. L'humour subtil (non) est de retour, avec un bon nombre des personnages emblématiques de la licence, réunis dans le vaisseau qui porte d'ailleurs le nom du bastion des Chasseurs de l'Arche dans Borderlands 2 : Sanctuary.

Bon, certains personnages ne sont clairement pas utiles à l'histoire et sont juste là pour faire le nombre, notamment Cl4p-TP qui a un rôle très secondaire, mais pour les fans de Borderlands, c'est toujours un plaisir de les retrouver. En outre, Gearbox a eu le sens du détail en multipliant les références aux autres volets, mais on peut aussi retrouver une pléthore d'easter eggs sur la pop culture, que ce soit des références à des memes populaires, à South Park, Rick & Morty, ou encore Overwatch. Ouvrez l'oeil et vous pourrez être surpris !

Semer le chaos dans la galaxie

Rentrons dans le vif du sujet : le contenu du jeu, en commençant par son gameplay. Le côté shooter est particulièrement réussi, mieux que les titres précédents. Gearbox avait promis un nombre ahurissant d'armes, ce qui a été tenu, et les développeurs ne sont pas tombés dans le piège de créer des armes juste pour faire grossir le nombre ; elles sont originales, toujours aussi drôles pour certaines, et surtout, nombre d'entre elles ont en plus une fonction secondaire. Il est possible de changer le mode de tir à tout moment. Un nouvel effet a aussi été ajouté : la radiation, qui trouve parfaitement sa place.

Autre point sur lequel Borderlands 3 ne déçoit pas : la difficulté. Certes, ce n'est pas un Sekiro ou un Dark Souls, mais ce dernier titre en date est plus difficile que les autres. Il existe deux modes : Facile et Normal. Mais en choisissant le mode Normal, attendez-vous à tomber souvent au combat et devoir récupérer votre second souffle (quand le personnage n'a plus de vie, il dispose d'un temps court où il doit éliminer un ennemi pour revivre).

Maintenant, parlons sérieusement, parlons stuff. On retrouve les 4 emplacements d'arme, une grenade un bouclier, un mod de classe et un artefact. Enfin, les personnages jouables, toujours au nombre de 4, sont très bien réalisés ; on a toujours le choix entre 3 arbres de compétences, mais toute la différence est à mettre au crédit des compétences actives. On peut en choisir plusieurs et les changer à tout moment, en fonction des circonstances. Cela ajoute une dynamique de gameplay très appréciable. De plus, les compétences de chaque personnage ont été pensées pour créer une synergie avec les autres en coopération.

Plus on est de fous (littéralement), plus on rit

Les jeux Borderlands ont toujours encouragé la coopération, mais aucun ne l'a fait comme Borderlands 3. Dans ce dernier volet de la série, le gameplay de chacun se complète très bien et plusieurs fonctionnalités ont été développées pour faciliter la coopération. Avant de commencer la partie, deux modes de jeu peuvent être choisis : La Coopétition, qui reprend les règles classiques (le loot se partage entre chaque joueur, les personnages de niveaux différents ne sont pas rééquilibrés...). L'autre mode est la Coopération, avec toutes les nouveautés de Borderlands 3. En choisissant ce mode, chacun obtient un loot différent, même si les autres ne voient pas celui de ses coéquipiers. Plus de duels pour décider de celui qui aura le gun légendaire ! En outre, les niveaux sont équilibrés, si bien qu'un niveau 1 peut jouer avec un niveau 50 sans casser le jeu.

Un système simple de ping a été mis en place avec une roue de communication, et enfin, une machine dans Sanctuary permet aux joueurs qui auraient raté une session avec leurs amis de récupérer du loot perdu. Cette fonction est aussi utile en solo, puisqu'elle permet de récupérer du loot que l'on n'aurait pas pu prendre faute de place dans l'inventaire. Il est aussi possible de suivre la progression de sa liste d'amis en voyant où ils se situent en temps réel en recevant des notifications sur leurs succès (dont beaucoup dont on se fiche complètement, pour être honnête). Plus que jamais, Borderlands 3 pousse ses joueurs à s'unir pour partir à la chasse des Arches. 

Une formule qui ne change pas : des Arches, des méchants... et du bourrinage 

Dans Borderlands 3, les antagonistes sont deux jumeaux qui vivent sur Pandore : Tyreen et Troy Calypso. Outre un look au poil (...selon les critères de Pandore), ils disposent de pouvoirs puissants qui leur ont permis de gagner le respect des bandits sur Pandore, jusqu'à créer un culte où ils sont vénérés comme des Dieux : le culte des Enfants de l'Arche. Les jumeaux ont donc une horde de bandits prêts à tout sacrifier pour eux, et notamment à les aider à atteindre leur grande quête : trouver et ouvrir une Arche spéciale, appelée la Grande Arche. Pour suivre les aventures de leurs idoles, les bandits n'ont qu'à allumer leur télévision : les jumeaux Calypso sont des streamers. Ils filment leurs exploits sordides et font des vidéos qui sont le pire concentré de pièges à clics que l'on peut voir sur YouTube. Cet aspect des Calypso est intéressant, mais ne semble malheureusement pas être exploité jusqu'au bout.

L'histoire de Borderlands 3 a le même problème. En règle générale, on voit des bonnes idées, de bonnes pistes explorées, notamment les quêtes annexes qui sont assez bien ficelées et originales, ce qui enlève la désagréable sensation de répétition qu'on avait dans Borderlands 2. Mais l'intrigue principale est finalement très classique. Sur ce point, on sent que Gearbox n'a pas voulu prendre de risques, et c'est dommage car l'histoire ne nous surprend pas, alors qu'elle en aurait eu le potentiel. Quelques arcs narratifs sont répétitifs, malgré le gameplay dynamique et les environnements diversifiés qui sauvent la mise. Globalement, la narration n'est pas au niveau de Borderlands 2, et égale encore moins Tales from the Borderlands, jeu narratif dont Borderlands 3 est la suite chronologique directe.

Terminé à l'arrache

Plus que l'histoire, le point noir principal de Borderlands 3 est sans aucun doute son optimisation. Ou plutôt, son manque d'optimisation. Au moment de sa sortie, de très nombreux joueurs ont fait l'expérience de bugs sur toutes les plateformes, même si le pire en termes d'optimisation est la version PC. Une machine qui respecte les conditions minimales énumérées par Gearbox risqueront d'avoir du mal à faire tourner le jeu : crashs, drops de framerate, lag. On espère voir des mises à jour qui amélioreront l'optimisation du jeu, mais dans ces premiers jours après sa sortie, c'est encore le silence radio. 

En règle générale, le jeu manque cruellement de polish sur son côté technique. De très nombreux glitchs se cachent dans les différentes étapes du jeu ; certains joueurs sont parfois bloqués dans la texture du jeu, sont propulsés hors de la carte, et d'autres ont même perdu des heures de progression sur le jeu sans aucune raison apparente. L'IA des PNJ, que ce soit les ennemis ou les alliés, ne semble pas avoir vu beaucoup d'améliorations depuis Borderlands 2, alors que cela avait déjà été reproché aux développeurs à l'époque.

Le dénouement de l'histoire est loin d'être la fin

Le dernier point, qui lui est positif, est la rejouabilité. Le jeu a une durée de vie supérieure à tous les opus précédents pour plusieurs raisons. En soi, l'intrigue principale a une durée de vie similaire à Borderlands 2 ; sans faire aucune quête annexe, on la termine en 25 heures environ. Avec les quêtes annexes, cela peut monter à 50 heures de jeu. Ensuite, comme pour les volets précédents, le joueur peut recommencer la partie dans un mode de jeu plus difficile : le mode Chasseur de l'Arche. Il garde son stuff, son niveau et ses compétences, mais les ennemis deviennent aussi plus puissants. 

Mais ce n'est pas tout. En plus de ce mode difficile, 3 autres "modificateurs" peuvent être choisis après avoir terminé l'histoire principale : les 3 modes Chaos. Chacun d'eux a un degré d'amplification : les ennemis sont plus puissants, les dégâts sont décuplés des deux côtés pour toujours plus de chaos mais surtout, le loot devient beaucoup plus intéressant. C'est le mode parfait pour les joueurs qui veulent collectionner tous les légendaires du jeu ! Et non, ce n'est toujours pas fini : Gearbox a développé deux autres modes de jeu, qui eux, se font obligatoirement à quatre joueurs : le Cercle du Massacre et les Terrains d'Entraînement.

En plus du niveau du personnage, un autre niveau fait son arrivée : le niveau de Gardien, qui peut aller au-delà du niveau max. Les joueurs gagnent des niveaux de la même façon, mais la récompense est différente ; 3 nouveaux arbres de compétences sont débloqués (ce qui remplace les points de Badass de Borderlands 2). À chaque niveau gagné, on peut choisir une amélioration de statistique et acheter du contenu exclusif avec des jetons, ainsi que de nouveaux bonus uniques. Enfin, dernière chose, cette fois : le suivi de post-sortie de Borderlands 3 sera fort du côté des devs. Un calendrier d'automne a déjà été dévoilé, avec un événement accessible à tous et un nouveau mode de jeu. Plusieurs DLC seront aussi développés. En résumé, les joueurs en auront pour leur argent !

Très bon
8
Notes de la Rédac (2)
Borderlands 3 est un retour aux sources de la licence réussi et amélioré, que ce soit sur son univers, son côté FPS ou sa rejouabilité, et ce malgré un manque de polish et de prise de risque sur l'intrigue principale. Si vous n'avez jamais accroché à la licence, ce n'est pas Borderlands 3 qui y changera quelque chose ; mais si vous êtes fan, vous ne serez pas déçus.
par
+ On aime
  • Le côté shooter réussi.
  • La valeur ajoutée de la coop.
  • La diversité des environnements.
  • Une rejouabilité conséquente.
- On n'aime pas
  • Une mauvaise optimisation.
  • Une narration qui manque d'originalité.
Donnez votre note
3 notes
8
0
1
0
2
0
3
0
4
0
5
0
6
0
7
2
8
1
9
0
10
Ma collection sur PC
Je l'ai 4
J'y joue 2
Je le vends 0
Je le cherche 0
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Borderlands 3 - 13 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

11 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (11)