> > TEST. Hohokum (PS Vita, PS3, PS4)

TEST. Hohokum (PS Vita, PS3, PS4)

Une forme d'art ludique primitif ?
Par Yann Bernard - publié le

Avec ce nom qui sonne comme une onomatopée et cet aspect visuel ô combien singulier, il n'est pas évident de deviner en quoi consiste Hohokum... Pas plus que de déterminer si une telle oeuvre appartient au domaine du jeu vidéo ou de l'art interactif, même une fois que l'on a exploré son univers intrigant en long et en large. Le voyage de ce serpent multicolore parvient-il à exprimer le propos d'Hohokum, et surtout, l'expérience se révèle-t-elle exaltante ?

De prime abord, on pourrait prendre Hohokum pour un mélange de LocoRoco, Electroplankton, FlOw et Sound Shapes. Réduire l'oeuvre d'Honeyslug à la rencontre de ces influences serait cependant une erreur. Bien qu'elle appartienne au même élan créatif qui efface la frontière entre l'art et le jeu vidéo, Hohokum suit sa propre démarche. Tout commence dans l'obscurité totale, d'où émerge une sorte de serpent avec un oeil en guise de tête. Sa trajectoire se dirige avec le stick analogique (ou les gâchettes), tandis qu'un bouton sert à accélérer, un autre à ralentir, et un troisième à cligner de l'oeil. Une fonction anecdotique, tout comme le frétillement déclenché via le touchpad de la manette PS4, dont la barre lumineuse change de couleur suivant celle de notre serpent caméléon (des fioritures absentes sur PS3 et PS Vita). Hohokum joue donc la carte du minimalisme en matière de contrôles, sans que cela ne l'empêche de procurer un vrai plaisir, à la fois simple et grisant, rien qu'en virevoltant librement dans cet univers figé, du moins en apparence. Car certaines de ses composantes ne tardent pas à réagir aux pirouettes du serpent, le bien nommé "Long Mover".

Un zoom permet de jeter un oeil aux détails, moins futiles qu'ils n'y paraissent.

Abstraction interactive

Il s'agit par conséquent de trouver les éléments réceptifs à son passage, un principe d'interaction rudimentaire, mais aux retranscriptions graphiques, sonores et ludiques nettement plus élaborées. Des lampadaires s'illuminent, des vases se brisent, des personnages bizarres montent sur sa queue, donnant ainsi progressivement vie à ces tableaux. Loin des bouillies de pixels dont se nourrissent souvent les productions indépendantes, parfois jusqu'à l'indigestion, le monde d'Hohokum repose sur les formes épurées de Richard Hogg. Et notre homme a décidément l'art de rendre étranges les choses familières, afin de glisser des métaphores sous ses aplats de couleurs a priori tellement naïfs. Les musiques aux consonances electro viennent y ajouter des textures et du relief, touche par touche, ou plutôt couche par couche, leurs instrumentations s'étalant délicatement à mesure que les facettes animées de l'environnement apparaissent. Ces morceaux issus du très underground label "Ghostly" se développent par conséquent en symbiose avec l'imagerie de Richard Hogg, au point de ne faire plus qu'un avec ces toiles surréalistes, et les mouvements du serpent.

Que recherche ce truculent marin ?

Libre interprétation

On aurait presque l'impression de se promener dans un musée, les divagations de Long Mover reflétant celles du regard qui vagabonde sur ces tableaux. De la même manière qu'une peinture invite à la contemplation avant de chercher une quelconque interprétation, Hohokum se laisse explorer, sans jamais nous guider, ou si peu. Ici point d'interface, ni de plan, pas plus que de notion de challenge, et pourtant, ce monde dissimule nombre d'objectifs, plus ou moins futiles. Alors que certains éléments interactifs n'ont pour vocation que d'exprimer sa créativité intrinsèque, d'autres manoeuvres occasionnent la libération des congénères du serpent, tout en découvrant la myriade d'yeux qui se cachent parmi les décors. Ces procédés tantôt candides, tantôt énigmatiques (pour ne pas dire délibérément abscons) matérialisés par Ricky Hagget ne cessent de se renouveler, quoiqu'ils s'inspirent régulièrement de mécaniques déjà éprouvées. En cela, Hohokum ne s'affranchit pas complètement des codes vidéoludiques, néanmoins ils lui apportent aussi un intérêt tangible, au delà de son inestimable valeur artistique. Certes il est relaxant, voire enivrant de se plonger dans ces fresques fantasmagoriques. Mais sans carte pour s'y repérer, et sans indication pour en déchiffrer les schémas, on a tôt fait de se perdre, avec le risque que ces errances n'engendrent la lassitude. Seule l'expérimentation permet d'arriver à ses fins, une approche qui fait d'ailleurs écho à celle de Richard et Ricky durant ces six années de développement. De fait, beaucoup ne s'y retrouveront pas, puisqu'à l'instar de l'art contemporain, tout dépend de l'oeil et des sensibilités de chacun.

TEST. Hohokum (PS Vita, PS3, PS4)
Hohokum
Très bon
Notes de la Rédac (0)
Indubitablement, Hohokum s'inscrit dans le courant des oeuvres qui tendent à effacer la frontière entre l'art et le jeu vidéo. Son univers singulier composé de formes épurées et de sonorités électroniques prend vie grâce aux déplacements d'un serpent multicolore, la simplicité de ce principe permettant d'exprimer une créativité autrement plus sophistiquée que l'on a loisir d'explorer - et d'interpréter - à sa guise. Car Hohokum vise également à l'éloigner des règles du monde vidéoludique, en s'affranchissant de toute interface et de notion de challenge. Cependant, il arrive que l'on se perde, à force d'errer dans ces tableaux psychédéliques pour y trouver les éléments interactifs et leurs fonctions, quelquefois aussi alambiquées que la structure de telles fresques. Hohokum conserve donc un système d'objectifs, où réside une partie non négligeable de son intérêt, en parallèle de ses vertus artistiques. Dès lors tout dépend de l'expérience que l'on recherche, et du regard que chacun porte sur l'idée même du jeu.
par Yann Bernard
+ On aime
  • L'approche artistique expérimentale...
  • La place laissée à la liberté...
  • Le charme hypnotisant des mouvements du serpent.
  • L'esthétique minimaliste d'une rare élégance.
  • Les harmonieuses mélodies atmosphériques interactives.
  • La subtile dimension narrative et métaphorique.
- On n'aime pas
  • ... Que tout le monde n'appréciera pas.
  • ... Quitte à s'égarer parfois.
  • L'absence de guide, délibérée mais potentiellement ennuyeuse.
  • Certains procédés conventionnels conservés (heureusement ?).
  • Les temps de chargement (notamment sur PS Vita).
Vos notes
3
1
4 notes
4,6
Notez ce jeu

L'argus
Pas assez d'estimations !
Quel prix pour ce jeu ?
Vos tests
Pas de test de lecteur pour ce jeu.
Soyez le premier à en rédiger un !

Galerie photo Hohokum - 12 images (cliquez pour zoomer)

Un zoom permet de jeter un oeil aux détails, moins futiles qu'ils n'y paraissent. Que recherche ce truculent marin ?

L'actu Jeux en vidéo

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Top ventes

Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 389,65 €
Console PS4 500 Go + Destiny - Console P…
Neuf : 430,00 €
Destiny PS4
PlayStation 4
Neuf : 50,90 €
FIFA 15 PS4
PlayStation 4
Neuf : 63,99 €
Call of Duty Advanced Warfare Edition Da…
PlayStation 4
Neuf : 58,00 €
DriveClub Edition Spéciale PS4
PlayStation 4
Neuf : 59,78 €
Super Smash Bros 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 38,37 €
Assassin's Creed Unity Edition Spéciale …
PlayStation 4
Neuf : 64,94 €
Console Xbox One + FIFA 15 Microsoft
Neuf : 379,00 €
The Evil Within PS4
PlayStation 4
Neuf : 59,99 €
Console Microsoft Xbox One
Neuf : 398,90 €
GTA 5 PS4
PlayStation 4
Neuf : 57,59 €
Far Cry 4 Edition Limitée PS4
PlayStation 4
Neuf : 64,99 €
Les Sims 4 Edition Limitée PC
PC
Neuf : 39,90 €
Console PS4 Sony - Console Playstation 4…
Neuf : 436,55 €
DEVENEZ MEMBRE PREMIUM

Abonnez-vous et profitez dès maintenant de nombreux avantages :
Émissions vidéo en avant-première, contenus exclusifs, disparition de la pub, avantages communautaires...

Derniers commentaires

tous les commentaires (5)