1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    TEST du casque Roccat Elo Air 7.1 : Pas le mauvais bougre, mais un son déséquilibré

TEST du casque Roccat Elo Air 7.1 : Pas le mauvais bougre, mais un son déséquilibré

Par Nerces - publié le
×

Roccat distribue une nouvelle gamme de casque-micros baptisée Elo. Elle se partage entre trois références depuis l'Elo X Stereo en passant par le Elo 7.1 USB et jusqu'à notre cobaye du jour, l'Elo Air 7.1. Ambitieux à plus d'un titre, il ambitionne d'offrir une spatialisation convaincante, une connectivité sans-fil avec une grande autonomie le tout à un prix finalement contenu. Voyons si le ramage se rapport au plumage.

En juin 2019, Turtle Beach finalisait une importante acquisition, celle de l'Allemand Roccat, afin d'être toujours plus présent sur le marché particulièrement porteur du casque-micro à destination des amateurs de jeux vidéo. Depuis ce rachat - entre 18 et 20 millions de dollars tout de même - Roccat s'est montré relativement discret, sans doute les ingénieurs de la société travaillaient-ils avec leurs nouveaux partenaires. Ils aboutissent aujourd'hui à un produit que l'on place en concurrence directe de l'HyperX Cloud Stinger Core Wireless que nous testions il y a seulement quelques semaines.

Construction aussi solide qu'élégante

Comme à son habitude, Roccat propose un produit qui respire le travail bien fait... au moins dans sa conception, son design général. Comme souvent avec le constructeur, la sobriété est de mise et s'il propose un système d'éclairage RVB, celui-ci reste relativement discret en limitant l'illumination aux logos Roccat présents sur les oreillettes. Puisque nous parlons des oreillettes, une fois n'est pas coutume, nous allons commencer par cet élément du design. En effet, Roccat ne se moque pas du monde dans la conception de ces dernières.

Le casque étant ce que l'on appelle dans le jargon un circum-aural, les oreillettes viennent littéralement englober les oreilles de l'utilisateur. L'épais rembourrage des coussinets et le revêtement similicuir qui les recouvre assurent un confort remarquable. Mieux, grâce au système de charnière rotatives, il est très simple d'ajuster le casque à n'importe quelle morphologie. À ce niveau, on est également aidé par le double arceau central. Ce dernier permet de répartir plus équitablement le poids du produit sur l'ensemble de la tête sans trop appuyer sur le sommet du crâne.

La perfection n'étant pas de ce monde, on regrette tout de même que l'Elo Air 7.1 ne parvienne pas à être plus confortable lorsque l'on porte des lunettes. Les oreillettes ont tendance à appuyer dessus ce qui ressent au niveau du visage et peut, en fonction de la forme des branches, être rapidement inconfortable. Un point d'autant plus regrettable que le confort est justement l'un des atouts de ce modèle. Un confort qui n'est d'ailleurs pas handicapé par le poids important de l'ensemble : près de 350 grammes quand l'HyperX Cloud Stinger Core Wireless est 60 g plus léger.

Un poids évidemment à l'importance de la batterie puisque nous parlons bien d'un modèle sans-fil : nous aurons l'occasion de revenir sur son autonomie. Notons que la recharge se fait via un petit câble USB-C que l'on connecte à l'oreille gauche. C'est comme souvent cette dernière qui fait office de « centrale » : on y branche le câble, mais aussi la perche du microphone et c'est également que l'on retrouve toutes les commandes de l'Elo Air 7.1. On dispose d'un bouton de mise sous tension, de sourdine pour le micro, de réglage du volume et de réglage du microphone.

Certains utilisateurs regretteront que ces différentes commandes ne soient pas très accessibles ou très pratiques : les molettes par exemple aurait pu être plus souples. Pour notre part, on regrette surtout qu'il ne soit tout simplement pas possible de faire fonctionner l'Elo Air 7.1 en mode filaire. Ce n'est pas spécifique à Roccat et trop de constructeurs ont tendance à forcer le sans-fil sur le modèle qui sont capables d'une telle connectivité. Précisons tout de même que le câble USB-C est suffisamment long pour que l'on puisse le recharger pendant l'utilisation du casque-micro. C'est déjà ça.

La captation plus convaincante que la restitution

Ne forçons pas le trait et si notre intertitre peut vous faire craindre le pire, la restitution audio n'est meilleure ni plus mauvaise que sur un casque gaming « classique ». En réalité, elle est même assez proche de celle de l'HyperX Cloud Stinger Core Wireless. De fait, on se retrouve avec un produit qui a tendance à exagérément mettre en valeur les basses au risque « d'étouffer » le reste du spectre. Les médiums sont encore correctement représentés, mais cela manque de clarté, de précision, alors que les aigus sont sans doute les moins bien lotis.

Pour ne rien arranger, la molette du volume est assez trompeuse. En effet, tant que l'on reste autour des 25%, il n'y a pas grand-chose à signaler. En revanche, dès lors que l'on s'approche et, plus encore, que l'on dépasse les 50%, on ressent une nette distorsion, pas très agréable bien sûr. Encore un peu plus gênant, la modification du volume via la molette intégrée au casque ou via Windows se fait avec une espèce de grésillement plus ou moins perceptible. Nous le disions, il ne faut pas exagérer l'importance de ces défauts : on profite plutôt bien des diverses ambiances que le jeu vidéo a à nous offrir, il faut simplement avoir conscience des limites du produit.

À contrario, nous avons été très agréablement surpris 1/ par la spatialisation 7.1 qui fonctionne globalement très bien avec une bonne localisation des effets et 2/ par la captation du microphone. Monté sur une perche flexible et détachable, ce dernier n'est hélas pas pourvu d'une bonnette. C'est toutefois son seul véritable défaut, si on fait attention à ne pas avoir la bouche collée à lui. Nos amis profitent d'une voix claire, sans parasite et via quelques réglages, il est assez simple d'éviter de trop diffuser les bruits environnants, comme les touches du clavier.

Pour ce faire, il faut activer des options du riche logiciel, Roccat Swarm. Depuis son égaliseur aux options de la batterie en passant par « voix magique » qui apporte des optimisations bienvenues ou « suppression de bruit » pour atténuer les bruits environnants, on a de quoi faire. Le mieux étant parfois l'ennemi du bien, on peut être un peu perdu, mais rien de trop grave. Enfin, un dernier mot pour évoque la très bonne autonomie du bébé : à 25% de volume, RVB désactivé, nous avons même dépassé d'un cheveu les 24 heures annoncées par Roccat !

x x x x x
    EN RÉSUMÉ    
   

PAS LE MAUVAIS BOUGRE... MAIS UN SON DESEQUILIBRÉ 

Dix euros plus cher que l'HyperX Cloud Stinger Core Wireless que nous testions il y a quelques semaines, l'Elo Air 7.1 de Roccat est finalement assez proche ou plutôt, disons que les deux produits ont chacun leurs avantages et leurs faiblesses. HyperX dispose d'un son généralement plus homogène avec des basses un peu moins prépondérantes. Son casque-micro profite aussi d'un poids sensiblement plus faible ce qui n'est pas à négliger sur des sessions de plusieurs heures. En revanche, Roccat a pour lui un logiciel bien plus complet et finalement plus pratique. La captation du microphone est aussi sensiblement plus efficace et le casque se porte / se range plus confortablement grâce à ses charnières rotatives. Entre les deux, il est donc difficile de trancher et nous vous laissons juger des éléments les plus importants.

   
x x x xxxx x x x
     ON A AIMÉ :    ON N'A PAS AIMÉ :    
   
  • Excellente autonomie (plus de 24 heures)
  • Design réussi, belles finitions
  • Arceau central souple et résistant à la fois
  • Oreillettes pliables et « rotatives »
  • Logiciel pratique et richement doté
  • Bonne captation du microphone
 
  •  Parfois inconfortable avec des lunettes 
  • Fonctionnement sans-fil obligatoire 
  • Boutons et molette pas très pratiques 
  • Grésillements au changement de volume 
  • Manque de finesse du rendu audio
   
x x x x x
    FICHE TECHNIQUE :    
   
  • Prix : 100 euros environ
  • Poids : 345 g
  • Connexion : sans-fil 2,4 GHz (dongle USB)
  • Autonomie : environ 24 heures
  • Transducteurs : dynamiques, 50 mm avec aimants en néodyme
  • Forme des écouteurs : circum-aural
  • Spatialisation du son : surround virtuel, 7.1
  • Réponse en fréquence : 20 Hz - 20 000 Hz
  • Microphone : oui, perche détachable et flexible
  • Réponse en fréquence du micro : 50 Hz - 18 000 Hz
  • Réduction de bruit : non
  • Garantie : 2 ans
  • Où acheter ? : Roccat et Amazon
   
         

Galerie photo - 3 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande