1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    Harcèlement chez Ubisoft : Yves Guillemot interrogé sur sa responsabilité

Harcèlement chez Ubisoft : Yves Guillemot interrogé sur sa responsabilité

Par Romain Mahut - publié le
Image

Les cas de harcèlement et autres comportements toxiques chez Ubisoft font les gros titres de la presse spécialisée et généraliste depuis plusieurs semaines. Les nombreux témoignages indiquent cependant que ces problèmes existent depuis plusieurs années et ont été étouffés par la direction du groupe. Il est donc logique de se questionner sur niveau de conscience de la situation du PDG de l'éditeur. 


À lire aussi : Ubisoft Forward : Le second événement vidéo se précise pour la rentrée


Des suites de l'annonce de ses derniers résultats financiers, Ubisoft a tenu la traditionnelle session de questions-réponses avec les analystes et les investisseurs. Sans surprise, les nombreuses affaires de harcèlement et comportements toxiques au sein de la société ont été abordés au cours de cette dernière.

Comme le rapporte le site britannique Eurogamer, un des analystes participant à cette conférence téléphonique a demandé à Yves Guillemot s'il avait connaissance des problèmes qui rongent sa société depuis des années et quelle était selon lui sa responsabilité face à cette situation en tant que PDG d'Ubisoft.

Et pour bien comprendre le décalage entre la question et la réponse, il apparaît ici important de traduire également la question posée. Cette dernière, que l'on doit à l'analyste Ken Rumph, évoque plusieurs cas de figure possibles et souligne sans agresser Yves Guillemot qu'il est peu probable que le grand patron de l'éditeur français n'ait pas été au courant de ce qui se passait : 

Ken Rumph : Je pourrais présenter ma question concernant ce qui s'est passé de trois manières. La première est que, en tant que PDG, vous n'étiez pas au courant de ce qui était en train de se passer, et ça ne serait pas terrible (pour vous).

La deuxième est que vous n'en saviez pas assez et que vous auriez dû vous renseigner davantage. Et la réponse se trouve peut-être là.

La troisième est que vous saviez tout. Et cela ne serait évidemment pas une bonne chose.

Voilà les possibilités qui s'offrent à moi, et vous pourriez répondre différemment à ces questions. Mais j'aimerais vous demander quelle serait la réponse à la question de votre responsabilité en tant que PDG.

Yves Guillemot : Merci pour votre question. À chaque fois que nous avons été informés de ce type de conduite, nous avons, dans les faits, pris des décisions difficiles et nous nous sommes assurés que ces décisions avaient un impact clair et positif. Il s'agit donc de quelque chose de très important. Il apparaît désormais évident que certaines personnes ont trahi la confiance que j'avais placée en eux et qu'ils n'ont pas été dignes des valeurs partagées par Ubisoft. Je n'ai jamais compromis mes valeurs essentielles et mon éthique et je ne le ferai jamais. Je vais continuer de diriger et transformer Ubisoft de manière à ce qu'elle puisse faire face aux défis d'aujourd'hui et de demain. 

La logique voudrait qu'Yves Guillemot et ses communicants aient prévu que le sujet des affaires récentes soit abordé et que ses éléments de langage aient été préparés en avance. Yves Guillemot ne nie en tout cas pas avoir été mis au courant de certaines choses. Il affirme cependant que des mesures claires ont été prises à chaque fois, affirmation avec laquelle différents témoignages ne semblent pas être d'accords.

Dans l'enquête du journaliste américain Jason Schreier parue plus tôt cette semaine, un ancien employé d'Ubisoft expliquait par exemple avoir contacté directement Yves Guillemot pour l'informer de problèmes avec Tommy François. Non seulement le PDG n'était pas intervenu, mais Tommy François avait reçu une promotion peu de temps après. 

S'il est impossible de dire qu'Yves Guillemot n'a jamais rien fait ou d'affirmer qu'il était au courant d'absolument tout, de nombreux éléments poussent jusqu'à présent à croire qu'il n'a pas réagi d'une manière suffisamment importante au fil du temps. Les mesures fortes récemment annoncées auraient par exemple pu être prises avant que les affaires n'éclatent au grand jour. Tout comme les personnalités problématiques auraient pu être poussées vers la sortie plus tôt.

À noter au passage qu'Yves Guillemot indique ici qu'il ne compte pas quitter ses fonctions en réactions à la crise qui secoue actuellement Ubisoft. Reste maintenant à voir si les nombreuses mesures annoncées par le patron de l'éditeur ces derniers jours vont suffire à améliorer la situation au sein des différents studios et bureaux de la firme. 

Que pensez-vous de la réponse d'Yves Guillemot ? Le croyez-vous quand il dit qu'il a pris des mesures à chaque fois qu'il a été informé de problèmes ? Estimez-vous qu'il devrait quitter Ubisoft lui aussi ? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous.

La rédaction vous recommande

7 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (7)