1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    Hyper Scape : On a joué au prochain Battle Royale d'Ubisoft, nos impressions intriguées

Hyper Scape : On a joué au prochain Battle Royale d'Ubisoft, nos impressions intriguées

Par Eva Martinello - publié le
×
vidéo : HYPER SCAPE - Trailer Première Mondiale [OFFICIEL] VOSTFR
vidéo : HYPER SCAPE - Les coulisses du jeu [OFFICIEL] VOSTFR
vidéo : HYPER SCAPE - Aperçu du gameplay [OFFICIEL] VOSTFR

Trois ans après l'explosion du genre battle royale dans le jeu vidéo, Ubisoft a décidé d'ajouter son grain de sel avec le jeu gratuit Hyper Scape sur PC. Situé dans un avenir proche, le jeu offre un univers virtuel où les geeks du futur pourront faire des sessions de jeu, façon Ready Player One. Voici nos impressions après une dizaine d'heures de jeu. 


 À voir aussi : Ubisoft tease la sortie imminente d'Hyper Scape, qui serait un battle royale 


Non, vous ne rêvez pas : un nouveau battle royale AAA free-to-play sortira bien en 2020. Ubisoft le décrit comme "vertical", ce qui se traduit concrètement par une carte avec de nombreux buildings à plusieurs étages et des propulseurs. Pendant les combats, les joueurs peuvent donc poursuivre les ennemis sur les toits ou se cacher au rez-de-chaussée pour se soigner, au risque de recevoir des projectiles du lance-grenade ou du canon énergétique "Brise-Ciel".

La bonne nouvelle, c'est qu'Ubisoft a créé un tout nouvel univers dédié à Hyper Scape. Bien que peu de détails soient pour le moment donnés sur le lore, l'éditeur a insisté sur le fait que cet aspect serait développé au fil du temps. Le joueur peut d'ailleurs choisir un personnage avant de lancer une partie, mais ça n'a aucune incidence sur le gameplay. En outre, les plateformes sur lesquelles le jeu sortira n'ont pas encore été dévoilées, hormis sa sortie imminente sur PC. Il est néanmoins possible d'y jouer avec une manette.

Ready Player One, version Ubisoft

Le jeu se situe en 2044. L'Hyper Scape, c'est le jeu vidéo du futur comme on pourrait l'imaginer : les joueurs s'aventurent dans l'univers en réalité virtuelle pour s'échapper de leur quotidien. Ils sont propulsés dans la ville virtuelle de Neo Arcadia pour se battre jusqu'au dernier, soit en étant le dernier survivant, soit en prenant et gardant la couronne pendant 45 secondes.

La carte accueille une soixantaine de joueurs répartis en équipes de 3. Les joueurs sont propulsés dans une capsule et commencent à s'équiper. Dans Hyper Scape, pas de zone circulaire qui se réduit progressivement, mais des secteurs qui se désintègrent après un délai de moins d'une minute. Sur ce point, le jeu revient aux bases en s'inspirant du roman précurseur de Koushun Takami.

Neo Arcadia est une ville futuriste, mais qui garde la majorité des repères de notre époque. Chaque quartier correspond à une certaine inspiration ; on retrouve par exemple des répliques de monuments comme Notre-Dame de Paris, ou encore un quartier style Chinatown. Un monorail traverse aussi la ville, offrant un niveau supplémentaire de verticalité. La carte offre une grande liberté de déplacement et des possibilités de ne pas croiser d'ennemis pendant plusieurs minutes de jeu. Par contre, les échanges de tir s'entendent de très loin, ce qui laisse toujours la possibilité de partir au combat. Il faut d'ailleurs s'habituer aux bruits de chaque arme et chaque hack, qui peuvent rendre l'action très confuse dès qu'ils se cumulent. 

Nous voulions bâtir une cité futuriste mais également familière pour notre époque. Pour cela nous sommes partis d'une architecture neo-classique européenne avec des touches modernes, mais aussi en jouant avec des mélanges interculturels, tout en poussant une saveur dans chaque quartier avec au centre un lieu unique et identitaire. [...] Neo Arcadia est un peu le reflet du monde que nous connaissons mais avec l'idée qu'il n y a aucune limite et que cette ville est là pour évoluer aux besoins des envies et des utilisateurs.

Un gameplay nerveux et accessible

S'il fallait citer un battle royale qui ressemble à celui-ci, c'est bien Apex Legends. Mécanismes de résurrection, gameplay nerveux, glissades, direction artistique similaire, rythme des parties... le feeling est là. Le gameplay se distingue tout de même des autres jeux du même genre : des "hacks" qui offrent une compétence utilisable, comme une téléportation, un soin de zone ou encore l'élévation d'un mur protecteur, peuvent être récupérés dans le butin. Ces objets permettent de changer de stratégie au cours d'une même partie.

En revanche, dans ce battle royale, pas d'armure ni d'autres protections : l'équipement se limite au choix de 9 armes et 9 hacks. Il est ensuite possible de faire augmenter de niveau ses équipements en les "fusionnant" avec les mêmes items trouvés sur la carte. Chaque équipement peut atteindre le niveau 4. Les armes sont futuristes, certaines originales ou drôles avec les variations que l'on connaît entre snipers pour les meilleurs tireurs, ou encore un pistolet à aimbot pour les moins doués.

Loot équilibré et events provisoires

Si le choix est suffisant pour une phase de bêta, Ubisoft a un travail important d'équilibrage à faire sur leur puissance, tout comme pour les hacks. Par exemple, le "météore" permet de sauter très haut et de tomber en infligeant des dégâts de pillonnage important ; c'est le hack qui était le plus utilisé lors de la preview, avec le soin de zone, qui avait des stats bien trop avantageuses.

D'un autre côté, le loot est équilibré sur ses taux d'apparition. Toutes les équipes peuvent trouver leur équipement idéal en explorant une seule zone, ce qui réduit son côté rébarbatif et aléatoire. Après cette phase de loot, le rythme de la partie s'accélère : la désintégration des secteurs réduit drastiquement la taille de la carte rapidement. Il n'y a pas le temps de s'ennuyer, sauf si on atterrit dans la dernière zone. Le gameplay accélère aussi les parties avec de multiples éléments modifiant le déplacement (sprint, glissades, téléportation qui a l'effet d'un dash, double-saut...). 

Toujours dans cette idée de rendre les parties dynamiques, des événements provisoires ponctuent chaque partie. Malheureusement, ils ne changent que peu le gameplay et sont assez oubliables pour le moment (5 sauts d'affilée possible, apparition de soins ou de boîtes de loot amélioré...), mais c'est une idée intéressante qu'Ubisoft pourra explorer par la suite.

Enfin, le jeu s'inspire d'Apex Legends concernant les résurrections. Pour limiter la frustration de mourir dès le début d'une partie sans espoir de retour propre au genre du battle royale, chaque joueur éliminé génère un îlot de résurrection où les alliés peuvent attendre d'être réanimés. Le bon point, c'est qu'il y a autant d'îlots que de joueurs éliminés. Le mauvais, c'est qu'il est quasi-impossible de ressusciter ses alliés sans se diriger dans une zone de combat, ce qui rend la tâche difficile. 

Taillé pour les streamers

La comparaison que beaucoup ont fait avec Apex Legends, avant même de connaître le contenu du jeu, est aussi à cause de l'importance mise en avant pour les créateurs de contenu par un partenariat avec Twitch. En effet, Ubisoft a annoncé avoir développé des moyens d'interaction avancés entre les streamers et leur communauté sur Twitch, d'abord via un système de sondages.

Grâce à une extension, les streamers pourront laisser leurs spectateurs choisir quelles armes et hacks prendre pendant leur partie, par exemple. Cela leur offrira un moyen de participer directement au live. En outre, en liant son compte à Twitch, il sera possible de créer des parties personnalisées avec sa communauté via une procédure très simple : les spectateurs pourront être invités dans le lobby directement. Un niveau de battle pass offre aussi une capsule à ses couleurs.

D'autres projets de collaboration peuvent être imaginés : Twitch Drops pour pousser à regarder des tournois ou autres directs lors de mises à jour importantes, butins Amazon Prime... c'est certainement amené à évoluer. Sur ce point, Ubisoft a l'intelligence de proposer une collaboration encore plus étroite que les autres jeux multijoueurs du marché avec le géant du streaming.

Un manque de fantaisie

Pour conclure nos impressions, si l'idée d'Hyper Scape est prometteuse, l'exécution laisse un certain sentiment de frustration. Quand Ubisoft nous parle de battle royale "vertical" et de divertissement du futur, il est possible de s'attendre à tout. Sur ce point pourtant, le jeu déçoit un peu. La ville de Neo Arcadia, la carte du mode de jeu principal, n'a rien d'incroyablement original entre voitures volantes, hologrammes et véhicules en capsule.

Alors que les autres jeux principaux du genre ont des identités très marquées, entre le terrain de jeu délirant de Fortnite, l'arène de spectacle d'Apex Legends ou encore le terrain ultra-réaliste de PUBGHyper Scape manque de singularité. Le gameplay est certes original, mais Apex Legends a déjà évolué pour proposer les mêmes arguments avec sa carte Bord du Monde et ses bannières de résurrection mobiles. Plus de créativité et de prise de risque sur le gameplay et le level design aurait pu rendre l'expérience meilleure.

Néanmoins, le jeu n'en est encore qu'à ses balbutiements. À l'image de Rainbow Six Siege à l'époque, Ubisoft peut proposer des changements qui plairont à la communauté et donneront un nouveau souffle à son multijoueur. Maintenant que les fondations sont construites, on s'attendra à plus de créativité pour les modes de jeu futurs.

ON L'ATTEND... DE PIED FERME !
Malgré une proposition intéressante, Ubisoft nous laisse sur notre faim concernant l'originalité de son battle royale. Néanmoins, le jeu est très accessible et peut permettre à tous types de joueurs de s'amuser, tout en proposant un gameplay nerveux qui plaira aux habitués du genre. Nous verrons s'il saura convaincre lors de sa bêta ouverte sur PC prévue pour le 12 juillet prochain, après une phase de bêta fermée lancée aujourd'hui et jusqu'au 7 juillet !

Galerie photo Hyper Scape - 8 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

1 commentaire
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (1)