1. Jeux Vidéo Gameblog
  2. >
  3. Actualités
  4. >
    ACCÈS D'ESSAI. Record of Lodoss War Deedlit in Wonder Labyrinth : Un metroidvania bien inspiré ?

ACCÈS D'ESSAI. Record of Lodoss War Deedlit in Wonder Labyrinth : Un metroidvania bien inspiré ?

Par Gianni Molinaro - publié le
×

En cette semaine où la suite tant attendue d'Ori and the Blind Forest arrive enfin dans les chaumières qui le souhaitent, un autre metroidvania apparaît sur les radars. Record of Lodoss War : Deedlit in Wonder Labyrinth entre en Early Access sur Steam. Et nous sommes sûrs que les fans du genre et de l'anime auquel il se réfère hésitent. Pas nous.

Quand on évoque Les Chroniques de la Guerre de Lodoss, on pense heroic fantasy, jeux de rôles, affrontements épiques à plus ou moins grande échelle... On imagine bien volontiers que ceux qui souhaiteraient se pencher sur l'univers créé par Ryo Mizuno - sous forme de romans, d'abord - il y a une trentaine d'année s'orienteraient vers le RPG, le tactical, la stratégie, voire le MMO. Sauf que vous le savez depuis un certain temps, avec Record of Lodoss War : Deedlit in Wonder Labyrinth, Team Ladybug ne souhaite pas renier ses penchants, aperçus avec Shin Megami Tensei : Synchronicity Prologue et Touhou Luna Nights. C'est donc un metroidvania 2D allure 16 bits que la famille Lodoss to Senki s'apprête à accueillir et dont vous pouvez déjà manipuler la première échographie : une Early Access Steam qui a bien plus l'allure d'une (brève) démo désireuse de démontrer, sans trop en montrer, les intentions du produit final.

AlucarDido

Comme écrit dans le titre, on incarne Deedlit, Dido pour les intimes. La haute-elfe se réveille séparée de ses compagnons dans un endroit inconnu mais qui lui semble familier. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le joueur aussi a un sentiment de déjà-vu. Le rendu très coloré de ce dédale gothique dont on peut consulter la carte à tout moment, la façon dont l'héroïne se meut (en laissant des échos de ses gestes), dont elle défait goblins et loups à l'aide de sa rapière et autres armes qu'elle peut équiper et orienter dans huit directions, les sprites des diablotins, harpies, coquatrices et gargouilles, la montée en niveau, les mélodies que ne renieraient certainement pas Michiru Yamane : on ne voit pas comment les développeurs pourraient un jour, sans le moindre rictus, expliquer en interview ne pas connaître Castlevania : Symphony of the Night et ne pas y avoir puisé leur inspiration. L'hommage, voire le plagiat saute aux yeux et aux oreilles. Pas déplaisant pour les demandeurs. D'autant que, s'il manque des chandeliers à éclater et qu'aucun passage secret n'a l'air présent ici, il y a potentiellement quelques particularités à prévoir - outre une connexion avec l'iconique bande de Parn et une rencontre avec Pirotess.

Flagrant Deedlit

Assez rapidement est introduite une première mécanique. Sylphe, esprit du vent, vous accompagne. Grâce à lui, il devient possible de flotter (indéfiniment) et même d'atteindre certaines hauteurs inaccessibles. Puis c'est au tour de Salamander, esprit de flamme habitant l'arme empoignée pour, entre autres, détruire des tonneaux d'explosifs trop encombrants, de vous rejoindre. D'une pression, l'un ou l'autre se met à votre disposition, notamment pour annuler les effets de pièges ou projectiles qui seraient de sa nature, ou défaire des adversaires immunisés. Il faut donc guetter et réagir en fonction de la couleur demandé, bleu ou rouge. Comme le tout répond impeccablement, on n'a aucun mal à réagir au bon moment, y compris face au versatile premier boss, le gigantesque dragon bleu Abram. Autre subtilité des esprits : en tapant, des dés rouges ou bleus sont accumulés. Ils font en réalité grimper le niveau spirituel de Sylphe et Salamander. Au plus haut, le troisième stade, la régénération automatique s'enclenche.

Avec un premier pouvoir spécial, le "Will o the Wisp" qui balance envoie des boulettes en échange de points de magie, cela fait déjà quelques données à prendre en compte... Ajoutez enfin un arc pour les attaques à distance (mais aussi certains passages orientés réflexion où il faut faire ricocher les flèches sur des surfaces métalliques), et la panoplie complète permettra à un joueur un tant soit peu aguerri d'arriver au bout sans sourciller, ni même avoir à se soucier des téléportations ou de la boutique du nain Ghim, où potions et armes plus variées attendent vos deniers. Les retours prochains permettront-ils d'obtenir des couloirs plus habités et dangereux ? On le souhaite vivement.

         
    INDICE DE CONFIANCE : 70%    
   

Un apéritif qu'on espère voir VITE se transformer en plat copieux

Étant donné que la proposition de l'Early Access de Record of Lodoss War : Deedlit in Wonder Labyrinth se résume en fait à un échantillon du premier monde (sur six prévus) dont on peut faire le tour en moins d'une demi-heure, il est difficile de la conseiller avec assurance. Il y a le charme de l'ancien, quelques petites idées sympas, un habillage réussi... Mais le bonheur est, pour l'heure, de trop courte durée. Reste que si le but était de teaser ce jeu d'action et d'exploration sans spoiler, c'est réussi. Maintenant que la machine est enclenchée et que les bases apparaissent plutôt satisfaisantes, on espère juste que le jeu complet ne mettra pas des années à arriver... Il demeure prévu pour 2020 au prix de 10,79 euros.

   
             
     ON A AIMÉ :    ON N'A PAS AIMÉ :    
   
  • Un metroidvania dans l'univers des Chroniques de la Guerre de Lodoss ? Mais oui ! 
  • Absolument ravissant et plaisant à jouer.
  • Déjà quelques mécaniques intéressantes.
 
  • Expérience horriblement courte pour le moment.
  • Manque d'interactions avec le décor, de secrets, de loot, d'ennemis différents...
  • Il va falloir muscler tout ça.
   

Galerie photo Record of Lodoss War : Deedlit in Wonder Labyrinth - 7 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

4 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (4)