>
>
Hideo Kojima revient sur son départ de Konami et les difficultés rencontrées

Hideo Kojima revient sur son départ de Konami et les difficultés rencontrées

Par Thomas Pillon - publié le
×

C'est un feuilleton dont se serait délecter la presse people si cette dernière s'intéressait de près ou de loin au petit monde du jeu vidéo : en mars 2015, le très prompt à s'exprimer Hideo Kojima était annoncé sur le départ, après avoir passé près de 30 ans au sein de Konami.


À voir aussi : Death Stranding (de Kojima) est Gold, Kojima vous remercie du soutien


Resté plusieurs mois dans un relatif silence, le créatif à lunettes laissait son entourage s'exprimer à sa place : des accusations de ne pas avoir "le sens du business" selon la compositrice Rika Muranaka au fameux "Fuck Konami" de Guillermo del Toro, les exemples ne manquent pas. 

Plus de quatre ans après le mélodrame, Kojima s'apprête enfin à tirer sa première cartouche post-Konami en la présence du très commenté Death Stranding, il n'était jamais revenu en public sur son départ mouvementé de son historique employeur. 

C'est aujourd'hui chose faite, puisque l'intéressé s'est entretenu avec le magazine japonais Famitsu à l'occasion de la sortie de son nouveau jeu, et en a profité pour expliquer les difficultés rencontrées selon lui à cette époque. Si vous avez un violon, ça peut aider : 

Cela fait trois ans et neuf mois que je me suis soudainement retrouvé seul. À cette époque, j'avais 53 ans, un âge où l'on pourrait prendre sa retraite, n'est-ce pas ? Ma famille était contre l'idée de former un nouveau studio : je n'avais pas d'argent, et je me retrouvais seul à vouloir faire ce jeu en monde ouvert. Personne ne pariait sur moi, car aucun game designer devenu indépendant n'a jusqu'ici connu le succès. 

Ce serait vite passer sous silence les soutiens de Shuhei Yoshida ou les appels du pied de Tencent ou d'Electronic Arts. Ceux qui ne se sont en revanche pas pressés pour venir au secours de la star déchue, ce sont les financiers : 

Lorsque je me rendais à la banque, je ne pouvais pas emprunter d'argent. Ils me disaient : "Vous êtes connu, mais vous n'avez pas de résultats concrets." C'est ça, le Japon. Mais un employé de la plus grosse banque du Japon était un fan, et j'ai obtenu mon financement grâce à cela. 

Mais Kojima semble toutefois jouer en public la carte de l'apaisement, puisqu'il conclut cette partie de l'entretien sur ces mots : 

Je suis devenu celui que je suis grâce aux 30 années que j'ai passées chez Konami. Je leur en suis reconnaissant. 

Bon, tout ça pour rappeler que Death Stranding arrivera sur PlayStation 4 le 8 novembre prochain. Et après tout, n'est-ce pas là le plus important ? À vous de nous le dire !

La rédaction vous recommande

4 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (4)