>
>
Total War Three Kingdoms : Nos impressions sur un tout nouvel épisode historique de qualité

Total War Three Kingdoms : Nos impressions sur un tout nouvel épisode historique de qualité

Par Camille Allard - publié le
×

Total War : Three Kingdoms est le prochain gros épisode de la saga Total War. Chanceux que nous sommes, nous avons eu le privilège de nous rendre à Londres pour en découvrir la campagne et sa fameuse (et splendide) carte. Au total, ce furent 2 heures de gameplay... pour 1 heure et 59 minutes de fun ? C'est justement ce que nous allons voir !

Pour ce nouveau volet, The Creative Assembly nous refait faire un bond dans le temps et plus précisément pendant la période des Trois Royaumes, en Chine. Si cette période ne parlera pas forcément à grand monde en Europe, sachez qu'il s'agit d'une ère faste pour l'Empire du Milieu et globalement une époque charnière pour l'unification de la Chine telle qu'on la connait aujourd'hui. Trois royaumes, celui de Wei, de Wu et de Shu s'affrontent pour la domination et le contrôle total de cet immense territoire.

Une direction artistique sans pareille dans la saga

L'occasion pour le studio de nous envoyer en pleine face tout leur savoir-faire artistique. Le jeu est ainsi une véritable mine d'or graphique et une ode à la culture chinoise avec son lot d'estampes pendant les temps de chargement (un détail certes, mais tellement appréciable), ses musiques somptueuses et ses portraits de personnages qui font honneur à l'art traditionnel chinois. Nous avons donc pu découvrir la carte de campagne et celle-ci est tout bonnement splendide. Un beau lifting technique a eu lieu depuis Total War : Warhammer II et ce n'est pas pour nous déplaire (loin de là). D'ailleurs sachez que le jeu dans sa globalité jouit de nouveautés graphiques aussi bien dans sa carte de campagne que dans ses batailles en temps réel.  Nouveau système anti-aliasing, nouveau système d'ombres, ciels totalement retravaillés et de nombreux nouveaux effets post-process. Sans parler de la technologie pure, l'artistique fait un travail extraordinaire et on prend un malin plaisir à scroller indéfiniment sur la map pour en admirer les moindres recoins.

La Chine dans toute sa splendeur

Des Cing Montagnes sacrées jusqu'au Fleuve Jaune, en passant par les cotes de la mer de Chine, tout est impeccablement rendu. Si l'on ajoute à cela la musique traditionnelle qui vient bercer nos oreilles, on réalise vraiment un voyage dans une autre culture et c'est aussi ce qui fait le charme de la saga Total War. Pour ne rien gâcher, le studio a eu la bonne idée d'annoter sur la carte certains lieux mythique de Chine pour mieux comprendre son histoire et sa géographie. Un simple détail qu'il faut saluer.

De jolies nouveautés sans chambouler la licence

La grosse nouveauté de cet épisode déjà partiellement introduite dans les épisodes Warhammer est l'importance des héros. Cette fois la campagne peut se jouer de deux manière différentes : Classique et Romance. Le mode romance s'inspire à n'en pas douter des formidables Chroniques des Trois Royaumes de Chen Sou's (65 volumes retraçant la période post-unification de la Chine). Un texte datant tout de même de 290 après JC rehaussant et "romançant" notamment le statut de personnes iconiques du conflit. Ainsi le mode Romance permet d'avoir des héros extrêmement puissants sur le champ de bataille façon Dynasty Warriors. Chacun d'eux possède sa propre classe et ses propres caractéristiques. Au total nous avons la possibilité de diriger 11 chefs de guerres légendaires. Cerise sur le gâteau un mode duel en pleine bataille permet à deux héros ennemis de s'affronter, la gagnant fait remporter de gros bonus à son armée.

Three Kingdoms : Romance

La campagne permet aussi d'introduire de nouveaux éléments de gameplay comme le système de nourriture. Si ce n'est pas nouveau en soi dans la saga, celle-ci est désormais cruciale pour nos armées. Une armée sans ressource c'est une armée qui n'aura pas de morale au combat et qui peut même se révolter contre son suzerain. L'objectif ultime de la campagne est de devenir Empereur et donc de mettre à bas les autres seigneurs qui réclament le trône. Pour y arriver on pourra compter sur un nouveau système d'arbre technologique extrêmement complet qui apporte la aussi de nombreuses nouveautés pour nos armées et la gestion de notre royaume. Car oui, la domination ne passe pas uniquement que par la guerre mais aussi par la diplomatie. De nouvelles options font ainsi leur apparition : Mariage, échange commerciaux poussés, etc. De beaux ajouts très "Paradox Interactive".

ON L'ATTEND... AVEC GRANDE IMPATIENCE !
Total War : Three Kingdoms s'annonce donc comme un excellent cru. Une direction artistique somptueuse épaulant des mécaniques profondes et suffisamment nouvelles pour souffler un vent de fraîcheur sur la saga. Le seul et ultime défaut est l'absence d'un tout nouveau moteur graphique comme ce fut le cas à l'époque avec l'arrivée de Total War : Rome II. Il serait vraiment temps d'en changer même si l'actuel semble en avoir encore sous le capot. Bref, il ne reste plus qu'à patienter jusqu'au 7 mars 2019 sur PC.

Galerie photo Total War : Three Kingdoms - 7 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)