>
>
Super Mario Party en premier tour de plateau : Nos impressions pleines de mauvaise foi

Super Mario Party en premier tour de plateau : Nos impressions pleines de mauvaise foi

Par Thomas Pillon - publié le

Clairement en perte de vitesse après 10 épisodes numérotés, la série Mario Party avait fait son retour l'année passée sur 3DS, à la faveur d'un Top 100 aux allures de Best of rapidement réchauffé au micro-ondes. Quelques semaines seulement avant son grand retour sur Switch, Super Mario Party nous a invité à faire un premier tour de plateau, histoire de voir si les dés n'étaient pas pipés.


À voir aussi : TEST de Morphies Law : L'autre loi de l'emmerdement maximal


Il faut bien le dire : cela fait bien longtemps que la série de jeu de plateau de Nintendo ne nous faisait plus rêver, la faute aux opus 9 et 10 et leur fichu véhicule qui nuisait au rythme et aux tentatives de fourberie qui faisaient le sel des premiers volets. Fort heureusement, nos prières sont semble-t-il arrivées jusqu'à Kyoto, puisqu'avec Super Mario Party, c'est à nouveau chacun pour soi, et c'est tant mieux.

Allez jacter à l'est

À tout seigneur tout honneur : durant une heure, nous avons pu retrouver les sensations d'une partie pleine de surprises et de mauvaise foi, puisque cette présentation commençait par l'essai d'un des nouveaux plateaux de jeux, le temps de se familiariser avec les nouveautés de cet épisode. Après un tirage au sort en règle, nous voici donc partis à l'assaut d'un plateau insulaire découpé en quatre parties, reliées comme il se doit par des tuyaux souterrains.

Première nouveauté : chaque personnage possède désormais deux dés. Un dé 6 classique histoire de ne pas déboussoler tout le monde, et un dé personnalisé calqué sur la personnalité de votre pion polygoné. Si le très standard Mario ne prend guère de risques comme vous pouvez l'observer sur l'image ci-dessus, d'autres comme l'indéboulonnable Bowser s'avèrent plus tranchés : son dé bis vous permettra d'avancer de 8, 9 ou 10 cases d'un coup, mais pourrait tout aussi bien vous laisser sur place en vous délestant de quelques pièces. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais ces deux dés renforcent les différences entre des personnages qui ne se démarquaient pas plus que ça auparavant. 

Mais la stratégie de lancer ne s'arrête pas là, puisque vous pourrez au cours de vos déplacements embaucher ou gagner des alliés (attribués une fois de plus au hasard du tirage) qui cumuleront leurs petits dés à vos lancers parfois clairement cheatés. Voilà en tout quoi de quoi donner quelques précieuses armes aux joueurs qui parviennent à garder un oeil averti sur le plateau dans son ensemble.

Le Party unique

Mais le coeur de l'action, le sel, la substantifique moelle de Mario Party, ce sont bien évidemment ses mini-jeux. Et si 10 petits tours de piste n'auront pas suffit à entrevoir le potentiel de ces nouvelles épreuves, il y avait dans cette sélection quelques très belles trouvailles, comme ce quiz à un contre trois, qui laisse le joueur solo choisir une question après que ses adversaires aient assisté à un petit défilé d'ennemis et d'items en tous genres, laissant le maître de cérémonie d'un jour appuyer là où ça fait mal.

La grande roue du hasard nous aura également permis de découvrir une épreuve de tricycle bien moins inspirée dans laquelle il fallait mouliner l'air avec son unique Joy-Con, ou une bête phase de plate-formes où il fallait ramasser des pièces tout en évitant de tomber dans le vide. Petit détail amusant : chaque équipe victorieuse peut voir son butin légèrement augmenter en se tapant dans les mains au moment de la victoire. Bon, concrètement, il suffit juste de lever sa manette au bon moment, mais quelques pièces peuvent plus que jamais faire toute la différence...

Un peu plus près des étoiles

Car l'une des étranges nouveautés de Super Mario Party, c'est le discutable rabais accordé par Toad et ses Toadettes sur le prix des fameuses étoiles, item indispensable pour écraser vos adversaires et remporter la victoire. En effet, le précieux sésame coûte désormais la modique somme de.. 10 pièces. Autant vous dire qu'avec un ticket d'entrée si faible, leur obtention n'a clairement plus la même saveur, puisqu'il ne sera pas rare d'en récupérer plusieurs durant un même tour, ce qui pourrait à longue casser un équilibre qui fonctionnait pourtant très bien auparavant. 

Le plateau qui nous a été permis d'essayer proposait en revanche suffisamment de bonnes surprises pour dynamiser chaque partie : entre les tuyaux qui vous envoient sur une autre île que celle initialement visée, les passages qui s'écroulent au plus mauvais moment et les cases "malchance" qui peuvent impacter tous les joueurs en présence, il n'y a finalement que les items complètement craqués qui cassent ce bel équilibre, mais l'injustice typiques des Mario Party est à ce prix. Avec le tuyau à 10 pièces qui vous permet d'atterrir à côté de l'étoile ou le bloc doré et sa récompense aléatoire, il y a fort à parier que les derniers tours de pistes prendront une fois de plus la forme d'une foire à l'empoigne où tous les mauvais coups sont permis... quitte à perdre en lisibilité.

Découpées en dos

Mais le traditionnel mode Plateau s'accompagne cette fois d'une vraie nouveauté grâce à la présence d'un mode 100% co-op inspiré d'un des mini jeux du tout premier épisode. Prenant place dans un canoë de fortune, quatre joueurs devront ramer en cadence grâce aux Joy-Con pour descendre des rapides aux nombreux embranchements. Cette version aquatique d'OutRun ne se contente pas de reprendre la structure du jeu de Yu Suzuki, puisqu'il introduit également un chronomètre qu'il faudra alimenter en réussissant des mini-jeux tout aussi collaboratifs. Si le principe semble a priori contraire à la philosophie de ce pugilat, l'expérience s'est révélée aussi amusante qu'une partie classique, et pourrait servir d'argument aux poltrons en les prenant par la main, avant de les balancer sans prévenir dans le grand bain de la compétition.

Enfin, nous avons également eu l'occasion d'essayer le mode nécessitant deux Switch qui avait été présenté durant l'E3 2018. Bien que la session fut assez courte, les deux expériences proposées ne nous ont clairement pas envoyé au septième ciel. Dans un premier temps, il était question de reconstituer des bananes en combinant les deux écrans, un exercice pas transcendant, surtout lorsqu'il n'existe que deux Switch pour quatre joueurs. Si vos potes sont plutôt du genre maladroits, il y a fort à parier pour que la partie se finisse en torrents de larmes et en noms d'oiseau. Le mini jeu de chars qui nous laissait combiner les deux consoles pour donner vie au terrain de notre choix était plus sympathique, mais au moins aussi anecdotique.

 

ON L'ATTEND... AVEC CURIOSITÉ !
Enfin débarrassé de ses boulets hérités des précédents volets, ce nouvel épisode de Mario Party renoue avec l'absurdité des premiers épisodes, et promet de nouveaux fou-rires et d'engueulades empreintes de mauvaise foi. Il faudra en revanche patienter jusqu'à la version finale du titre pour mesurer si les choix opérés ne nuisent pas durablement à l'équilibre du jeu. Au pire, il restera toujours le sympathique mode co-op qui devrait enfin apporter un peu de réconfort dans les familles déchirées depuis 20 ans par ce maudit jeu de loi de Murphy.

  

Galerie photo Super Mario Party - 10 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

3 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (3)