>
>
Gamescom : On a vu Othercide, un tactical indé français prometteur et visuellement envoûtant

Gamescom : On a vu Othercide, un tactical indé français prometteur et visuellement envoûtant

Par Camille Allard - publié le

La Gamescom a été pour nous l'occasion de découvrir Othercide, ce fut même notre dernier rendez-vous du salon allemand et une très bonne surprise aussi bien technique qu'artistique. Car en effet, il s'agit là d'un jeu tactique qui a beaucoup de choses à dire.


À voir aussi : Gamescom : On a joué à Desperados 3, nos impressions à colt ouvert


Nous avons eu l'opportunité de discuter avec deux développeurs du jeu Othercide. Un jeu tactique au tour par tour qu'on évitera soigneusement de décrire comme un X-COM-like tant il s'en éloigne par bien des aspects et malgré quelques similitudes.

Une toile devant les yeux

Tout d'abord parlons de la direction artistique puisqu'elle sort difficilement de la tête dès les premières images. Reprenant une thématique chromatique s'inspirant de ce qu'il est possible de voir dans un film comme Sin City, le jeu est de toute beauté. Le noir et le blanc s'affrontent, s'épousent et se marient pour donner naissance à de nombreuses reprises à des touches de rouge, couleur qui se retrouve dans le drapé des protagonistes et dans le sang des victimes de leurs lames acérées. Ce choix des couleurs n'est pas uniquement là pour flatter votre rétine puisqu'il a pour but de représenter, selon les développeurs, la timide frontière entre le conscient et l'inconscient de cet univers, qui flirte très franchement avec l'horreur. C'est un moyen de représenter l'entre deux mondes, le monde des esprits, où la vie et la mort se toisent sans vraiment jamais se dominer l'une et l'autre.

L'horreur en toile de fond

Pour autant pas question de jump scare ou autres ficelles d'horreur parfois un peu trop simplistes. Il s'agit d'une peur cérébrale et non véritablement physique, une peur ou plutôt un malaise lié à une atmosphère angoissante et oppressante. Nous sommes en effet dans un Paris totalement déshumanisé, sans âme qui vive si ce n'est des créatures fantomatiques du genre à se cacher sous le lit des enfants dans l'imaginaire collectif. Nous y contrôlons un groupe de femmes seules survivantes d'une catastrophe dont nous ne savons pas grand chose.

Subtilité et beauté

Des femmes aux allures qui puissent dans celle d'un Dante dans Devil May Cry. Six femmes possédant chacune leurs propres caractéristiques et leurs propres compétences. L'une se bat par exemple au revolver tandis que sa consoeur préférera plus volontiers une paire d'épées. Les combats sont beaux, fluides et divinement orchestrés. Tout fonctionne au tour par tour comme un X-Com à la différence qu'ici il n'est pas vraiment question d'équipement. Pas question de looter ou d'acheter des armes, tout est étroitement lié aux personnages. Comme une seconde peau. Vos armes vont vous suivre tout au long du jeu et ce seront les compétences qui feront toute la différence. De ce fait il n'est pas non plus question de mourir pour vos personnages, du moins pas dans le sens où l'on entend. Puisqu'un transfère de conscience (entendez par là compétence) pourra se faire. Tout ceci reste encore très flou et le studio souhaite garder l'effet de surprise pour plus tard.

ON L'ATTEND... AVEC CURIOSITÉ
Encore un peu tôt pour se prononcer, Othercide est en tout cas et à n'en point douter une formidable oeuvre d'art visuellement parlant. Reprenant la désormais classique recette du X-Com, il sait se démarquer de la plupart des tactical grâce à sa direction artistique à tomber par terre et sa vision quasi-philosophique du monde de l'au delà. Le jeu n'est pas attendu avant 2019 sur PC et on a vraiment hâte d'en savoir plus.

Galerie photo Othercide - 6 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

5 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (5)