>
>
Le "piratage" ultime de la Switch est prévu pour l'été 2018

Le "piratage" ultime de la Switch est prévu pour l'été 2018

Par Vincent Elmer-Haerrig - publié le

C'est présenté comme une modification qui pourrait permettre de faire tourner des applications maison sur votre console (des homebrews), mais ne nous leurrons pas. C'est bien du piratage programmé de la Switch que la Team Xectuter parle dans sa dernière vidéo.


À lire aussi : La Switch s'ouvre désormais au Homebrew


L'équipe de hackers est connue pour avoir déjà modifié le système de la Xbox 360 avec le succès (de nombreux jeux piratés) et les conséquences (de nombreux comptes bannis) que l'on sait. La console de Nintendo, qui a déjà montré une petite faille semble être dans le collimateur et prête à exploser.

La courte vidéo ci-dessus (et sa musique angoissante) montre le démarrage du firmware modifié dont la date de sortie est fixée courant été 2018. La séquence est accompagnée de la déclaration suivante :

Cette solution fonctionnera sur n'importe quelle Nintendo Switch, quelle que soit la version du Firmware installée et elle fonctionnera encore pour les mises à jour suivantes.

C'est LA solution pour s'ouvrir au Firmware personnalisable sur la Nintendo Switch. Nous voulons faire avancer la communauté et mettre à disposition une méthode stable, persistante et rapide pour faire fonctionner votre propre code et vos propres communications sur la machine phare de Nintendo. Et nous pensons que nous avons réussi !

Sans doute, mais l'histoire aura montré que la course à l'échalote entre pirates et constructeurs peut durer des années à coups de mesures et contre-mesures successives dans les deux camps.

Nintendo a toujours voulu (comme les autres) parfaitement contrôler la sécurité de ses machines (sans toutefois y parvenir).

Il reste toujours à mettre en perspective ceux qui souhaitent vraiment pouvoir jouir d'une certaine liberté sur leur console et l'écrasante majorité qui n'y verra évidemment qu'une manière de jouer illégalement à un maximum de titres.

Comme toujours, nous ne saurons assez prévenir du danger de certaines de ces "applications", si vous veniez à les essayer un jour. Sans oublier les problèmes légaux que cela pose... A vos risques et péril donc.

[Via]

La rédaction vous recommande

41 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (41)