>
>
The Order 1886 : nous avons enfin vu la spectaculaire exclu PS4

The Order 1886 : nous avons enfin vu la spectaculaire exclu PS4

Par Julien Chièze - publié le
Image

IMPRESSIONS. En ce début 2014, alors que la next gen a réussi son envol commercial, PS4 en tête, les sanglots longs de la pénurie de titres majeurs blessent le coeur des joueurs d'une langueur monotone. A quand la première vraie grosse claque PS4 ? Qui sera le maître étalon, celui qui posera un standard de qualité résolument éblouissant en décrochant définitivement nos mâchoires ? Infamous : Second Son sera beau, indéniablement, mais sa force semble ailleurs. Le prochain Uncharted de Naughty Dog ? Probablement, mais nous avons compris qu'il faudra être encore patient. Dès lors, attendu aussi bien sur la forme que le fond, The Order : 1886 ne pouvait plus se défiler. La production de Ready at Dawn est aujourd'hui le titre clef de la PS4 pour la fin 2014. Après un trailer à l'E3 dernier, il était temps de voir enfin le jeu. Nous nous sommes ainsi rendus à Londres pour une première découverte de gameplay entre excitation... et frustration.


VOIR NOS IMPRESSIONS EN VIDÉO
AVEC DU GAMEPLAY INÉDIT


 

Avec The Order : 1886, Ready At Dawn joue gros. Après avoir brillé en exploitant avec talent les licences des autres (God of War et Daxter sur PSP), l'équipe menée par Ru Weerasuriya tient enfin son jeu, sa licence personnelle. Un changement d'envergure (l'équipe dépasse aujourd'hui la centaine de personnes) fruit d'une gestation longue et complexe (les premières idées concernant l'histoire et l'univers remontent à 2006, et Ready At Dawn nous l'évoquait déjà dans cette rencontre exclusive en 2009). De l'ombre à la lumière, tout peut aller très vite.

Il n'aura ainsi suffit que d'un trailer à The Order pour se poser parmi les titres les plus attendus de la PS4. Nouvelle licence, plongeon immersif dans un Londres neo-victorien, fiction mêlant légendes et réalité, le tout servi par un visuel résolument next-gen... la première franchise personnelle de Ready At Dawn a tout pour fasciner. Mais au-délà des intentions, pour en avoir le coeur net, il nous fallait voir le jeu en mouvement. C'est désormais chose faite.

Dans la lumière..

Début Février 2014. Londres, quartier de Soho. Great Marlborough Street. Salle de présentation des studios Sony. La lumière s'éteint, laissant place aux vrombissements de moteurs lointains. Le vent souffle, faisant danser chevelures et moustaches caractéristiques des Chevaliers de l'Ordre. Galahad et Lafayette sont en mission de reconnaissance. Sur les toits du quartier de WhiteChapel, le duo scrute avec attention le mouvement des zeppelins zébrant au loin le ciel de la City. Impressionnante profondeur de champ pour l'ouverture d'une séquence annoncée comme intervenant dans les tout premiers instants de l'histoire. Ici pas de steam-punk, mais bien un Londres néo-victorien. Comme si Tesla avait poussé ses recherches et qu'en était né un univers crédible, où la magie n'a pas droit de cité, mais plutôt une science poussée dans ses retranchements de l'époque. Le premier est indéniablement visuel. La next gen commence à prendre du sens.

Cinématique et gameplay alternent ici avec une souplesse souvent vantée, mais enfin bien réelle. Dans le même élan, intéressant de constater l'envie de Ready At Dawn de vouloir casser le rythme de ces séquences narratives en y intégrant des bulles d'interactions (utilisation de jumelles, inspections d'un nouvel équipement à l'aide du TouchPad du DualShock 4...). Et puis tout s'emballe. Galahad et Lafayette se mettent en mouvement, sautent de toit en toit, avant de se réceptionner en contre-bas et pénétrer dans une masure. L'occasion d'apprécier la qualité des textures et du jeu d'éclairage. Un temps magnifié par quelques rayons de lumière pâle, les lieux baignent dans une humidité perceptible. La crasse de ce Londres rongé par les frimas de l'hiver saute au visage, laissant se dégager une sensation dérangeante digne de ce ces bas fonds, terrain de jeu préféré d'Oliver Twist de Dickens. 

Dans cet univers confiné, les Chevaliers se meuvent avec agilité. Le travail effectué sur la Full Performance Capture (qui a profité de 2 ans et demi de Recherche & Développement uniquement sur la retranscription faciale) s'illustre alors par sa souplesse. Les broderies de leurs costumes, les attirails harnachés dans leur dos... les détails impressionnent. Le saut qualitatif d'une génération à l'autre saute ici au visage. Pas de révolution certes, mais un tel gap est indéniablement franchi. Une telle finesse dans l'image que l'on commence à percevoir réellement ce que la PS4 s'apprête à donner dans les années à venir. L'ambition est clairement affichée : faire tourner le tout en 1080p et à 30 images/seconde, avec une foule d'effets de lumière et une profondeur de champ travaillée. Alors bien sûr, on notera encore ici et là quelques saccades et un soupçon d'aliasing, mais n'oublions pas qu'il s'agit d'une version en cours de développement. Rien d'inquiétant donc à ce stade. Au contraire, la réalisation impressionne déjà, se situant clairement au niveau du trailer initial. Un rendu général très cinématographique renforcé par un parti pris visuel, celui du cinémascope imposant ses larges bandes noires en haut et bas de l'écran. Récemment, Beyond : Two Souls avait lui aussi opté pour ce style de rendu qui, s'il rogne légèrement sur l'image globale, apporte un cachet esthétique des plus racés. 

Quand la poudre rugit

Dans une ruelle voisine, un groupe de rebelles servira de première escarmouche. Les tirs s'enchaînent alors comme dans un TPS classique. Nerveux, mais trop court, cet affrontement ne permettra cependant pas de se faire une idée sur les dynamiques de combat. En revanche, quelques réactions du décor (boiseries perforés, linges s'envolant) laissent augurer du meilleur concernant le moteur physique maison (le Soft-Body) et la crédibilité qu'il apportera à l'ensemble. Pour le reste, si nous savions déjà que des créatures au sang-mêlé viendrait harceler les Chevaliers, nous découvrons aujourd'hui pour la première fois qu'il leur faudra aussi composer avec la rébellion. Exsangue, le peuple s'est soulevé et des poches de tension ont fait naître le chaos. 

Quelques instants plus tard, un combat rapproché permet de voir l'utilisation, somme toute élégante, des désormais classiques QTE. Ru Weerasurya nous confie que la séquence que nous découvrons pourrait bien connaître d'autres conclusions. Un système d'embranchement aurait ainsi été mis en place pour dynamiser le tout. Un nouveau dialogue (où le personnage de Lafayette nous gratifie de nombreux clins d'oeil français "Après vous", "Monsieur", etc.) plus tard et... les lumières se rallument déjà. Court. Très court.

Frustration, mamelle de l'attraction...

Au moment de quitter ce Londres de 1886, comme celui de 2014, il aura manqué à cette présentation un temps suffisamment fort et un cliffhanger pour achever de nous emballer. Pour autant, si l'évidente frustration de ne pas en avoir assez vu assez est si mordante (15 minutes de gameplay, c'est peu), c'est qu'elle reflète combien The Order attire. Par son visuel tout d'abord, tout simplement spectaculaire et résolument next-gen, par son ambition ensuite. Celle d'une histoire s'inscrivant à travers les siècles, celle d'un conflit mêlant créatures de sang-mêlé et soulèvement populaire, le tout baignant dans une ambiance furieusement travaillée et immersive. 

Mais soyons clairs : il demeure encore tant d'interrogations... Si nous savons que l'aventure se vivra exclusivement en solo, difficile par exemple d'en savoir plus sur la manière dont interagiront réellement les différents chevaliers, agissant parfois seuls, parfois en équipe (jusqu'à 4 personnages). Quid également des relations entre la rébellion et les sang-mêlé ? La fameuse Eau Noire ne servira-t-elle qu'à la régénération des personnages ? Quelle sera l'ampleur globale de l'histoire ? Quelle sera l'étendue des liens unissant histoire bien réelle et légende Arthurienne ? Nous savons déjà que ces questions devront attendre encore quelques mois, probablement l'E3 en juin prochain, pour trouver leurs réponses... Il nous tarde.

ON L'ATTEND : BEAUCOUP

The Order : 1886 semble définitivement en route pour s'imposer comme le titre phare de la PS4 à Noël. Mais ne nous y trompons pas, l'ambition de Ready At Dawn est autre : façonner un jeu capable de marquer une génération. Si le titre en possède clairement le potentiel, il nous faudra néanmoins encore en voir beaucoup plus pour pouvoir nous forger un premier avis clair. Rendez-vous (impatient) à l'E3 2014...

****

Pour en savoir plus, rendez-vous demain
pour notre interview vidéo exclusive de Ru Weerasuriya.

Galerie photo The Order : 1886 - 18 images (cliquez pour zoomer)

La rédaction vous recommande

Top ventes

Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 271,25 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 328,98 €
Pokémon Soleil 3DS
Nintendo 3DS
Neuf : 48,85 €
55 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (55)