>
>
Killzone Shadow Fall sur PS4 : notre verdict sur le solo

Killzone Shadow Fall sur PS4 : notre verdict sur le solo

Une guerre moderne et next gen à la hauteur ?
Par Aymeric Lallée - publié le

Fer de lance du lancement de la PS4 dans le monde entier, Killzone : Shadow Fall prend la succession d'une série de FPS d'excellente qualité sur les consoles Sony. Il a donc la lourde responsabilité de convaincre les futurs acheteurs de cette nouvelle machine next-gen. Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, voici pourquoi nous ne vous parlons aujourd'hui que de l'aventure principale du titre...

La semaine dernière, Sony France nous a convié dans ses locaux parisiens afin de nous faire découvrir ce Killzone next-gen qui fait tant rêver les joueurs. Si le jeu complet était à notre disposition, campagne solo et multijoueur, nous n'avons pas pu avoir accès au PlayStation Network puisque la machine n'est pas encore disponible sur le marché. De fait, et même si nous aurions pu jouer avec des bots en multi, les conditions pour s'essayer correctement au jeu en ligne n'étaient pas réunies. Mais puisque Shadow Fall sera disponible cette semaine aux Etats-Unis et qu'il s'agit de l'exclu majeure de la console, nous avons néanmoins décidé de vous donner notre avis sur la partie solo dont nous avons pu voir le bout. Bien entendu, nous complèterons ce verdict dès que possible, avec notre avis sur le multijoueur, sous la forme d'un Test en bonne et due forme et d'une note définitive. Maintenant, place au jeu !  

Certaines scènes font leur petit effet et rappellent de sombres passages de notre histoire.

Le mur des lamentations

La guerre contre les Helghasts fait rage depuis le premier épisode de la série et, si nous suivions les pérégrinations de l'unité Alpha depuis Killzone 2, Killzone : Shadow Fall nous emmène pour sa part 30 ans après Killzone 3. Ravagée, la planète des Helghasts est désertée et c'est sur Vecta que les survivants sont venus s'installer. Partageant leur nouveau territoire avec les habitants locaux, les Helghasts sont séparés des Vectans par un gigantesque mur. Les tensions entre les deux peuplades sont palpables dès le début de l'aventure, ce qui nous rappelle les plus sombres moments de l'histoire humaine. Passage d'un camp à l'autre, tueries dans les quartiers pour que chacun reste à sa place, déportations, etc., sont autant d'éléments qui donnent une véritable crédibilité à l'univers de ce nouvel opus, d'autant que le tout est raconté par l'intermédiare de cinématiques offrant généralement une narration convaincante.

Grâce à une réalisation de haute volée, mais pas irréprochable, Shadow Fall impressionne. Son univers sombre et pesant parvient sans mal à nous happer dans l'histoire d'un Shadow Marshall de Vecta qui tente de lutter contre l'instinct de domination Helghast. Malgré un début d'aventure un peu lent, on entre finalement assez facilement dans l'histoire de Lucas, un orphelin Vectan déporté de son quartier suite à l'arrivée de Helghasts. Ce dernier va grandir sous l'aile de Sinclair, son mentor et ami, Shadow Marshall de son état, en profitant de son expérience avant de devenir lui-aussi un représentant de la loi. Mais comme l'indique leur nom, les Shadow Marshall sont des investigateurs de l'ombre, et c'est ce qui explique pourquoi Shadow Fall sera légèrement différent des autres épisodes de la série.

Même si le jeu est assez linéaire, il y a souvent des recoins à explorer pour trouver des objets cachés (comics, bandes audio, etc.) qui développent l'univers de Killzone.

Un Killzone tactique ?

Que les amateurs de la série se rassurent : ce Killzone next-gen conserve sa touche un peu arcade, avec ses affrontements violents et sa jouabilité toujours lourde (même si elle l'est un peu moins que dans les épisodes précédents). D'ailleurs, Shadow Fall se révèle finalement un peu plus subtile... Lucas peut en effet souvent aborder les missions de deux manières distinctes : en infiltration ou en sortant immédiatement les armes. Un choix tactique qui est complété par l'ajout d'un drone de combat capable de réaliser plusieurs actions en jeu (une direction sur le pavé tactile pour choisir l'action précise sur le menu radial + la touche L1 pour la déclencher). Il peut ainsi attaquer les Helghasts de front et les occuper, déployer une tyrolienne pour déplacer rapidement Lucas vers le bas, poser un bouclier pour encaisser les tirs, et enfin déclencher un EMP près des ennemis pour les étourdir temporairement. Quatre possibilités qui autorisent de nombreuses approches. Notons par ailleurs qu'il sait aussi pirater les ordinateurs et les alarmes afin d'éviter que les renforts ne viennent corser des affrontements, déjà bien ardus. Autre outil qui a son importance : le scanner. En appuyant à droite sur la croix directionnelle, on déclenche une sphère autour de Lucas qui s'étendra tant qu'on maintient la commande. Celle-ci va détecter les ennemis autour de nous et nous permettre ainsi de les voir temporairement à travers les murs. Mais attention, si on ne relâche pas la commande à temps (2 à 3 sec), on sera alors détecté par les ennemis. Là encore, il s'agit d'un outil tactique utilisable en infiltration comme en combat, pour lancer des stratégies avec le drone ou mieux se placer avant/ pendant une rixe.

Mais les changements dans Shadow Fall ne s'arrêtent pas là. En effet, contrairement à beaucoup de FPS de la génération précédente, il faut utiliser des packs de soins pour remonter sa santé au maximum et profiter, de surcroit, d'un boost d'adrénaline qui va augmenter la précision des tirs pendant un court laps de temps. Dans les faits, le temps se ralentit lorsque vous tirez, ce qui permet d'être plus efficace. Cet effet est court et il faudra l'utiliser au bon moment en combat pour prendre l'ascendant. On termine enfin avec l'utilisation du couteau pour le corps-à-corps (en combat ou en infiltration), qui offre des mises à mort toujours aussi viscérales, tout en soulignant qu'une large panoplie d'armes futuristes est disponible et que certaines d'entre-elles proposent deux types de tirs différents (fusil sniper, lance-grenades, mitrailleuses légères et lourdes, tirs cadencés, etc.). Voilà, vous connaissez désormais tout l'attirail mis à votre disposition, mais voyons maintenant comment tout cela fonctionne en jeu...

Les développeurs nous font visiter plusieurs décors réussis, aux ambiances radicalement différentes inspirées de films connus (Alien, Blade Runner, etc.).

Pas si tactique que ça

Tant que vous n'êtes pas détecté, vous pouvez continuer à jouer en infiltration et égorger vos ennemis en les attaquants par derrière. Le scanner permet d'ailleurs de bien préparer ses stratégies et on prend un malin plaisir à explorer les quelques niveaux ouverts, d'autant que même ceux qui sont fermés proposent souvent des routes alternatives. Rien de gigantesques cependant, mais on pourra tout de même emprunter par exemple une gaine d'aération plutôt que le couloir principal pour arriver dans la même zone. Un choix qui autorise une fois encore quelques actions tactiques... Néanmoins, et malgré les possibilités offertes par notre drone de combat, il faut avouer que celui-ci est extrêmement capricieux. D'abord on ne peut pas vraiment utiliser la tyrolienne où on le souhaite, les développeurs ont prévu que ce ne ne serait possible qu'à certains endroits. Ensuite, le drone fonce sur vos ennemis uniquement s'ils sont dans votre champ de vision... C'est logique, sauf que grâce au scanner on peut les voir à travers les murs. Quoi de plus frustrant alors que de constater que le drone se place parfois devant un mur (sans rien faire) plutôt que le contourner pour engager un Helghast ! Cela est d'autant plus gênant lorsque l'on comprend que nos adversaires sont extrêmement résistants et que leurs tirs, surtout pour les renforts en fait, font particulièrement mal.

Heureusement, le drone fonctionne correctement dans la plupart des situations. Dès qu'il se matérialise à l'écran pour attaquer, les Helghasts sont irrésistiblement attirés vers lui, comme des moustiques sur une source lumineuse... ce qui est extrêmement pratique, puisque vous avez alors tout le loisir de les abattre. Heureusement, certains ennemis ne vous oublient pas pour autant et nécessitent donc des stratégies différentes pour être vaincus. On retrouve une nouvelle fois cette notion de stratégie dans les rixes, mais attention tout de même : le drone n'est pas invulnérable et il faut attendre qu'il se recharge lorsqu'il a été abattu, ou que vous avez trop usé de certaines de ses capacités. Comme toujours, on retrouve donc cette notion tactique, mais on regrette que les ennemis ne soient finalement pas très malins, qu'ils se laissent trop souvent duper par le drone. En gros, l'I.A révolutionnaire qu'on nous avait promise n'est là qu'en de rares occasions (certains ennemis ne s'exposent pas si la situation n'est pas à leur avantage, d'autres se replient pour revenir plus tard afin de ne pas tomber bêtement sous vos balles), la plupart des Helghasts vous fonçant dessus et compensant leur manque de finesse par leur nombre, leurs armes et leur endurance. De même, on s'étonnera que lorsqu'un Helghast vous repère, ses comparses situés assez loin savent automatiquement où vous vous trouvez sur la map. Il faut donc être patient pour leur échapper et chercher des coins reculés et difficilement accessibles pour qu'il vous oublient... Bref, les combats ont beau être un peu plus tactiques grâce au drone, plus appréciables grâce à une large panoplie d'armes et des ennemis difficile à abattre, nous sommes tout de même loin de la révolution qu'on nous avait promise.

Les musiques changent en fonction des situations.

Une belle vitrine ?

On nous l'avait déjà montré, et Killzone : Shadow Fall est toujours très beau. Même si, là encore, il y a des petits bémols à relever. En premier lieu, le titre ne dévoile ses plus beaux environnements que sur la longueur. En effet, si on peut apprécier la finesse du titre dès le début, c'est finalement au fur et à mesure de l'aventure que l'on découvre des environnements variés de plus en plus beaux (la palme revenant d'ailleurs aux tout derniers, vraiment bluffants). Les jeux de lumières sont nombreux et réellement éblouissants, la direction artistique nettement plus colorée que dans les épisodes précédents permet de profiter de nombreux jeux de couleurs, la gestion des ombres impressionne, les effets volumétriques pullulent, le champ de vision est gigantesque et la 3D, fine et superbe, prouve que la P 4 en a vraiment dans le ventre. Le tout est évidemment très bien animé et le rendu global colle une vraie claque par endroits. Ceci étant, avouons que la pluie n'est pas particulièrement convaincante, ou encore que les modèles 3D des personnages secondaires sont extrêmement basiques comparés à ceux des protagonistes principaux, ces derniers pouvant être particulièrement expressifs à certains moments (mais pas tous). Visuellement, Killzone : Shadow Fall fait donc son petit effet et les développeurs montrent définitivement  leur talent... même si tout n'est pas absolument parfait puisque nous avons pu voir, ici et là, certaines textures sauter, loin des chemins prévus par les level designers. Preuve qu'un temps de développement restreint ne leur a pas permis de tout peaufiner comme il le faudrait. Quoi qu'il en soit, Guerrilla a voulu nous faire voir du pays et le résultat est plutôt réussi, malgré une histoire qui pas particulièrement élaborée. La fin est d'ailleurs un peu "légère" ce qui est dommage tant les bases du scénario étaient intéressantes (séparation avec le mur, difficulté des deux factions à cohabiter...). Bref, là encore nous sommes loin de franchir un cap en matière de scénario ou de mise en scène.

Tant que vous n'êtes pas repéré, vous pouvez jouer en mode infiltration. Mais une fois que les Helghasts savent où vous vous trouvez, vous pouvez sortir les armes (et surtout le drone), c'est la guerre !

Rien de didactique 

Vous l'aurez sans doute compris, Killzone : Shadow Fall a beaucoup de bonnes idées, tant dans son gameplay que dans son histoire, mais une fois en jeu tout cela ne fonctionne pas aussi bien qu'on le souhaiterait. Nous avons évoqué le drone capricieux, l'intelligence artificielle pas si révolutionnaire que ça, ainsi que le relatif manque de finition technique dans certains coins des niveaux. Mais rassurez-vous tout de même, l'essentiel est là et on s'amuse à se battre contre les Helghasts au cours de combats un peu plus tactiques qu'à l'accoutumée, c'est juste qu'il est vraiment évident que Killzone Shadow Fall aurait gagné à profiter d'un temps de développement plus long (un patch serait d'ailleurs prévu pour arranger tout ça, nous a-t-on dit...). Autre détail marquant concernant ce manque de finitions : rien ne nous est réellement expliqué, on manque souvent de didactitiels. Pour exemple, on meurt à répétition lors de certaines phases (on pense à une scène spécifique en chute libre qui vous laissera sans doute des souvenirs impérissables...) avant de comprendre ce qu'il faut faire. Certains puzzles posent également problème, avec des objets à placer à des endroits spécifiques snas que ça ne soit jamais correctement expliqué. C'est donc au joueur de deviner... Un minimum de précisions aurait tout de même été le bienvenu. Le must revient au pointeur qui vous indiquera où aller dans une mission (d'une simple pression sur le haut de la croix directionnelle)... Le problème ? Il ne prend pas en compte les éléments du décor, indiquant le prochain objectif "à vol d'oiseau", sans donner d'indication sur le véritable chemin à emprunter ! Sachant que le jeu est parfois sombre, mais aussi que certains niveaux sont de vrais labyrinthes, eh bien on s'y perd et surtout on s'agace. D'autant qu'il arrive souvent qu'on tombe à l'eau ou qu'on meurt bêtement en cherchant sa route. Oui, vous avez bien lu : notre surpuissant Marshall se noie dès qu'il tombe à l'eau. A croire que les développeurs n'ont pas pris le temps de lui apprendre la brasse...

Autre truc étonnant : le système de couverture des précédents Killzone, qui permet de se plaquer sur les structures pour glisser dessus et tirer facilement, a totalement disparu de cet épisode... Mais pourquoi !? Il était tellement pratique et efficace... Ajoutons enfin à cela quelques bugs et moments étranges : des ennemis qui tirent dans une pièce avant que nous vous n'y soyez entré, des Helghasts qui vous détectent une fois sur deux s'ils sont en train de discuter, un drap en travers d'une porte qui vous bloque complètment le passage, certaines portes qui s'ouvrent et d'autres non, sans qu'on sache pourquoi, des tirs qui ne traversent pas les rambardes par endroits... Soyons clairs : le jeu devait absolument être disponible à la sortie de la console et certains aspects n'ont pas été peaufinés comme il l'aurait fallu. A tel point qu'on se retrouve avec des erreurs qui ne devraient pas avoir lieu sur des consoles dites "next-gen" : on s'étonne par exemple, lorsqu'on prend le contrôle d'une minuscule araignée mécanique, de constater que le corps du héros a alors complètement disparu du décor (il est entré dans l'araignée ou quoi ?), on sourit en constatant que l'on peut abattre plein de civils dans les rues sans que personne ne réagisse autour, etc. Des manques de finition comme ceux-là, il y en a à la pelle dans Shadow Fall, et j'ai beau avoir globalement apprécié l'aventure, il y a certains moments où j'ai été plus qu'agacé...

Pour résumer, Killzone Shadow Fall est une très belle vitrine technique et propose une aventure satisfaisante de 8 à 9 heures en solitaire, pleine de bonnes idées. On sent bien que les développeurs ont eu envie de proposer un Killzone plus subtil qu'à l'accoutumée... Mais au final, si ce run est amusant, il y a aussi pas mal de choses qui ne vont pas, qui soulignent un manque de finition flagrant. À ce titre, il est difficile de ne pas être un peu déçu par rapport à ce qu'on est en droit d'attendre d'un jeu dit next-gen. Pour autant, les combats sont prenants, brutaux, tactiques parfois, même si l'on regrette que les phases d'infiltration soient difficiles à maintenir et que l'on doive trop souvent sortir les armes bruyantes pour s'en sortir. Reste alors une réalisation époustouflante et une mise en scène correcte, même si je m'attendais à plus de surprises dans cette aventure finalement très linéaire... Bref, Killzone Shadow Fall est-il une vraie claque next-gen en solitaire ? Dans la forme oui, mais pour le reste il se fond dans la masse des FPS "corrects" sur current-gen, est malheureusement mal fini et s'avère moins prenant que Killzone 3. Mais Killzone, c'est aussi un jeu multijoueur que nous n'avons pas encore pu tester dans de bonnes conditions... Nous reviendrons donc très vite avec un test complet dans lequel nous ajusterons notre verdict si besoin !

 

Notre avis sur le Solo : Satisfaisant

Galerie photo Killzone : Shadow Fall - 13 images (cliquez pour zoomer)

Certaines scènes font leur petit effet et rappellent de sombres passages de notre histoire. Même si le jeu est assez linéaire, il y a souvent des recoins à explorer pour trouver des objets cachés (comics, bandes audio, etc.) qui développent l'univers de Killzone. Les développeurs nous font visiter plusieurs décors réussis, aux ambiances radicalement différentes inspirées de films connus (Alien, Blade Runner, etc.). Les musiques changent en fonction des situations. Tant que vous n'êtes pas repéré, vous pouvez jouer en mode infiltration. Mais une fois que les Helghasts savent où vous vous trouvez, vous pouvez sortir les armes (et surtout le drone), c'est la guerre ! Le drone peut vous réanimer si vous avec un pack de santé, mais celui-ci ne vous place que rarement face à vos adversaires lorsque vous vous relevez... La version française du jeu est efficace, même si le jeu est plus crédible en anglais. Killzone propose plusieurs passages en apesanteur pour varier les plaisirs. Il est recommandé d'avoir fait les autres Killzone pour bien comprendre l'ensemble du scénario de Shadow Fall. Durant certaines scènes, on bénéficie de l'aide d'un sniper auquel on indiquera les cibles pour s'infiltrer plus facilement. Lors de certains passages, la difficulté n'est pas toujours très bien dosée et il faudra être accrocheur pour survivre. Le level design n'est pas très homogène. Certaines zones sont super bien conçues alors que d'autres manquent clairement d'inspiration. Précisons que la couleur du DualShock 4 change en fonction de votre niveau de santé. C'est sympa.

La rédaction vous recommande

Top ventes

Console Sony PS4 Pro 1 To
Neuf : 399,00 €
Casque de réalité virtuelle Sony Playsta…
Neuf : 399,99 €
Console Microsoft Xbox One S 500 Go Blan…
Neuf : 268,98 €
Console Sony PS4 Slim 500 Go
Neuf : 289,99 €
Pack Microsoft Xbox One S Battlefield 1 …
Neuf : 270,84 €
Pack Console Sony PS4 Slim 1 To Noire +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1To + Watch Dogs +…
Neuf : 349,90 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 330,00 €
Console Microsoft Xbox One S 1 To Blanc …
Neuf : 324,00 €
Console Sony PS4 Slim 1 To + Call of Dut…
Neuf : 349,00 €
Console Nintendo New 3DS XL Bleu Métalli…
Neuf : 189,95 €
Console Nintendo Wii U Mario Kart 8 Pack…
Neuf : 279,90 €
FIFA 17 PS4
PlayStation 4
Neuf : 54,94 €
Final Fantasy XV Day One Edition PS4
PlayStation 4
Neuf : 49,99 €
278 commentaires
  • Les plus récents
  • Les plus anciens
Tous les commentaires (278)