Medal of Honor : Airborne sur PlayStation 3, le test de BlackLabel

Publiez votre test
Signaler
BlackLabel
6
BlackLabel PS3

J'ai pas trouvé Ryan.

Bon on va pas s'attarder beaucoup sur l'ensemble du jeu ; Airborne c'est un FPS militaire super classique. On joue un gars muet qui ne fait qu'obéir aux ordres (ou presque parce qu'on peut aller où on veut sans suivre nos potes G.I. ), entre chaque mission on a un topo de la mission suivante, sur le terrain on pose des bombes sur des gros canons, on mitraille des boîtiers pour niquer les antennes radios, et on tue des Allemands. Bref du classique, trèèèès classique. À noter que le jeu, début de gen, a un frame-rate pas terrible et parfois des chutes quand le jeu en demande trop, pas vraiment problématiques niveau confort de jeu, mais c'est pas terrible quand même.

La dernière mission (sur 6), on sait pas pourquoi, MoH passe de jeu sur la seconde guerre mondiale à Uncharted 2 avant l'heure ; on fera face à des supers nazis à sulfateuse et masque à gaz (alors qu'il n'y a pas de gaz... ), des mecs à bazooka, une tonne d'ennemis. La surenchère dans le spectaculaire alors que jusque-là le jeu s'en fichait (et tant mieux !).

Mais sinon, Airborne c'est sympa. Pas tellement pour son ADN de FPS WW2 sans aucune originalité, que pour les deux points sur lesquels il se démarque (sans forcément avoir fait exprès) des jeux du genre. Il propose un feeling particulier sur un genre usé jusqu'à la corde.

On débarque en parachute, avec de la fumée verte pour nous signaler les points sûrs. Après, on s'attaque à l'objectif qu'on veut. Alors là rien d'extraordinaire, en réalité on ne choisit pas, on fait ça un peu au hasard en suivant les indications. Mais l'aspect sympa c'est qu'au lieu d'être dans un long couloir, chaque mission propose une grande zone comprenant de multiples objectifs, ce qui va occasionner des allers-retours et nous permettre de nous sentir dans l'ambiance grâce à une unité de lieu. Un truc que j'aime pas dans Uncharted 2 puis 3 (et Tlou), c'est que les gars ont mis la grosse tartinade de graphismes, mais dans des décors qu'on ne voit qu'une fois, et qui un tiers du temps servent à rien d'autre que se balader dedans. C'est juste de la décoration, et ça a quelque chose de frustrant de ne pas pouvoir en profiter. Uncharted 1 n'avait pas ce problème car il réutilisait une bonne part de ses décors en nous les faisant visiter à nouveau, en arrivant par un autre point, voire un autre étage, à une autre heure du jour pour changer l'ambiance visuelle. Ainsi dans Airborne on n'a pas cette impression de fuite en avant typique des shooters, on arrive en zone hostile et on se débrouille pour la pacifier durant 30 à 50 minutes selon la mission, ce qui laisse amplement le temps de s'imprégner des lieux.

Le deuxième point super sympa, véritable innovation à mon avis qui malheureusement ne se trouve pas ailleurs, c'est le système de tir. Ici l'iron sight nous immobilise, façon Resident evil 4. Mais alors le stick sert à pencher le personnage sur les côtés, le bas, le haut, créant ainsi un système de couverture dynamique et intuitif vraiment prenant. Dans les TPS, il vous arrive de tricher avec les angles ? Vous vous placez au coin du mur, et vous forcez la caméra pour voir plus que ce qui est prévu ? Ben là vous pouvez le faire sans tricher, ce qui donne l'impression de sortir la tête, d'inspecter, de jeter un oeil. On fouille en tentant de trouver un angle de tir tout en essayant de se préserver des balles ennemies. D'habitude dans les FPS faut sortir au complet pour voir et tirer, puis se recacher en se prenant parfois le mur et boom on se fait canarder. Ici on monte le stick, on tire, on se baisse, dirigeant le personnage où bon nous semble. Ça donne d'ailleurs une légitimité à l'iron sight qui d'habitude ne sert pas à grand-chose d'autre que faire un mini-zoom.

Le personnage a un poids bien rendu par les mouvements, autre point positif. L'IA ennemie est bizarre dans ses comportements. On comprend ce qu'elle cherche à faire, mais elle n'y arrive pas toujours, ce qui produit régulièrement des attitudes loufoques, genre elle s'éloigne de vous, s'immobilise et reste dos à vous, puis hop demi-tour quand elle se décide à tirer ?!! Ça ne l'empêche pas d'être efficace, mais ça peut légitimement pourrir la partie d'un joueur. Perso je préfère des ratés dans les comportements que des ennemis pensés exprès pour être myopes et sourds. Mais selon les sensibilités, ça peut tuer une bonne part de l'immersion.

J'ai pris Airborne pas cher en m'attendant à un FPS soporifique certes, mais qui changerait des shooters grand spectacle. Au final il a quelques petits atouts de plus dans sa manche, en plus de ne pas être long. Bouclé en 5 ou 6 heures, la durée de vie permet à l'aventure d'avoir une certaine crédibilité, là où les autres FPS avec notre Rambo qui génocide tout le monde massacre également toute la portée narrative du gameplay. Si ce n'est une dernière mission grotesque (mais sympa à jouer), Airborne a une bonne ambiance renforcée par une musique orchestrale réussie.

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Vos tests de Medal of Honor : Airborne

tous les tests