Red Johnson's Chronicles - One Against All sur PlayStation 3, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
8
Nightmare1984 PS3

L'habit ne fait pas le moine.

Après un premier épisode réussi, Lexis Numérique sort la deuxième chronique de Red Johnson intitulé: Seul Contre Tous. Toujours articulé autour d’un gameplay mélangeant point and click et résolution d’énigmes, qu’apporte de plus cette seconde cuvée par rapport à son prédécesseur ?

 

A=t-on besoin d’une clé de 12 ?

 

Après avoir résolu l’enquête avec brio dans le premier épisode, le détective Red Johnson devient une star malgré lui et le héros de tout Métropolis contre le crime organisé. Ce qui va attiré les foudres du parrain des parrains, Oncle Teddy, qui va mettre à prix la tête de Red pour 150 000$. N’étant pas Superman, notre détective va prendre la tangente en se cachant dans son quartier natal afin d’éviter une mort certaine mais aussi surement pour trouver de l’aide auprès de ses deux frères. Malheureusement l’un d’entre eux s’est fait kidnapper afin de faire subir à Red un jeu de piste mortel pour essayer de le retrouver.

Cette fois-ci il ne sera plus question d’un meurtre d’une personne lambda à élucider mais d’une affaire personnelle. Ce qui va rendre le scénario beaucoup plus intéressant à suivre, surtout que les dialogues entre les divers personnages ont été merveilleusement bien écrits. Même si chaque personne rencontrée fait dans le cliché, ces derniers n’en restent pas moins crédibles. L’humour est toujours présent notamment grâce au cynisme de Red et aux langages fleuris des divers protagonistes du jeu. L’ambiance particulière de Red Johnson, un mélange de rétro futuriste industriel pour les décors et d’humour noir dans son univers répond toujours présent dans ce second volet. Il sera même possible d’en connaitre plus sur le background de la ville en récupérant divers feuilles d’archive disséminées un peu partout dans le jeu.

 

13201625 21263216

 

Le principe du jeu n’a pas changé d’un pouce, le joueur devra fouiller pour trouver des indices, résoudre des énigmes et interroger des suspects. La seule nouveauté réside dans la lampe à UV qui cette fois sera utilisable n’importe tout dans leu et non plus seulement réservée au QG pour relever des empreintes. La jouabilité à la manette est toujours aussi agréable et bien pensée. Les énigmes sont plus nombreuses qu’auparavant vous demandant neuf bonnes heures de jeu si vous n’utilisez à aucun moment l’aide de votre indic Saul. Moyennant finance il pourra vous aidez si vous restez bloqué devant un casse-tête…ou pas.

Côté sonore là aussi aucun bouleversement à signaler puisqu’on se retrouve avec à peu près la même chose que dans le premier épisode. Les musiques sont un peu plus « tristes » et les doublages en anglais sont toujours d’aussi bonnes factures. Malheureusement en restant trop proche de son prédécesseur, il en conserve aussi ses petits défauts, comme le fait de ne pas avoir beaucoup de lieu à explorer ou de personnes à suspecter. Mais cela ne veut pas dire qu’il est facile de faire la lumière sur l’intrigue. De même lors des interrogatoires où il est impossible de se louper. Si c’est le cas il suffira de recommencer. Sans compter les rares QTE inutiles au timing très serré qu’il serait temps de supprimer.

 

Les plus:


- Des énigmes intelligentes.
- La jouabilité agréable à la manette.
- Les dialogues bien écrits.
- L’univers et l’ambiance.

 

Les moins:


- Pas assez de lieux à explorer.
- Ni de personnes à suspecter.

 

Il faut considérer Red Johnson’s Chronicles: Seul Contre Tous comme un nouvel épisode et non une suite, un peu à la manière du jeu The Walking Dead. Rien de bien nouveaux à l’horizon hormis bien sur l’intrigue et les énigmes toujours aussi bien pensées. En espérant cette fois que le troisième épisode ne mettra pas trop longtemps à sortir.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Red Johnson's Chronicles - One Against All

tous les tests