Forza Horizon sur Xbox 360, le test de BlackLabel

Publiez votre test
Signaler
BlackLabel
BlackLabel X360

Pas de note car pas joué longtemps

Il y a deux éléments qui font pour moi l'intérêt d'un jeu de course (arcade ou simulation) ; apprendre les circuits, et les collisions. Apprendre les circuits, c'est ce que font les pilotes, ils étudient les courbes. En tant que joueur, nous apprenons en le pratiquant. Juste rouler et gagner, ou disons juste concurencer l'IA offre une expérience creuse. Apprendre le circuit, c'est déjà le gage que le ld est intéressant, au contraire des jeux où les courses s'enchaînent mais sans laisser de trace. Donc peu de circuits, mais à apprendre, voire réapprendre (selon les performances du véhicule).

Puis les collisions. Arcade ou simulation, les collisions sont il me semble essentielles pour avoir un ressenti, se sentir dans la course, avoir une pression à cause de la présence adversaire. En Arcade souvent le jeu va les mettre au coeur de son gameplay comme Motorstorm ou FlatOut. En simulation, les dégâts devraient au contraire inciter à éviter de foncer dans les adversaires, puisque conséquences néfastes sur la conduite.

Rien de cela dans Forza Horizon. On percute des tanks dans des circuits de carte postale, on peut même se servir des adversaires pour gérer un virage, genre là j'ai pas besoin de ralentir, je vais le percuter de côté pour pouvoir y aller à font de train. Nul. Si on se rate sur les circuits on rembobine (ça aussi c'est franchement nul comme mécanique de jeu). C'est d'une platitude totale.

Au final les meilleures sensations en voiture sur cette gen m'ont été procurées par GTA4. Lourdeur des véhicules, dégâts visibles avec conséquences sur la conduite. C'est même pas un jeu de bagnoles, quoi...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Forza Horizon

tous les tests