Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers sur Wii, le test de sebulba38

Publiez votre test
Signaler
sebulba38
4
sebulba38 Wii

Fragile Crystal

Retour aux sources

Après 6 ans d’infidélité à Nintendo, Squarenix sort en 2003 au japon un  nouvel opus de la saga Final Fantasy qui marque le début d’une nouvelle série de jeu : Final Fantasy Cristal Chronicles  sur Game Cube. Bien que le premier opus ait reçu un accueil mitigé, la série à continuer à se développer, toujours sur les consoles portables et de salon de Nintendo. Le dernier né des FFCC est sorti sur Wii le 5 février dernier avec un gameplay adapté à cette console unique.

Ca change !

Dans Final Fantasy Cristal Chronicles : The Cristal Bearers (CB), des milliers d’années vous sépare de Echoes of Time et la race des Yuke a disparu après une longue guerre et la magie n’est plus qu’un mythe lointain. Les Lilties et leur technologie règnent sur le monde et utilisent les cristaux pour l’industrie. Les derniers êtres capables d’utiliser une forme de magie sont les Cristal Bearers, des personnes avec un éclat de cristal  incrusté dans la peau.

Vous incarnez un des ces Cristal Bearers, un Clavat arrogant appelé Layle possédant le pouvoir de télékinésie grâce au cristal incrusté dans sa joue droite. Le jeu commence alors que vous vous ennuyez à surveiller un vaisseau volant quand des monstres vous attaque. Là on se retrouve directement dans le feu de l’action. Et que je tire ici et que je pilote ça… Une succession de mini jeux bien amusant et qui utilise assez bien les fonctionnalités de la Wiimote.

On comprend très rapidement que le monde de Cristal Chronicles est devenu bien plus mature ce qui n’est pas pour déplaire. L’histoire, bien pensée, est très intéressante et vous donnera envie de continuer l’aventure coûte que coûte.

L’univers est assez vaste et c’est un plaisir de découvrir de nouvelles zones, en particulier avec le game disign plutôt réussi pour de la Wii.

De plus, si vous possédez My Life As A King, une petite quête à la « Où est Charlie » vous attend pour retrouver votre roi dans la foule (avec le nom que vous lui avez donné etc.) et vous aurez même l’occasion de danser la salsa avec Chime puis de la revoir de temps à autres parmi les PNJ.

 

Pousse toi de là que je m’y mette 

Comme vous l’avez sans doute deviné, les pouvoirs télékinésiques de votre personnage seront utilisables en combat malheureusement pas en simple soutien mais comme UNIQUE arme… Car vous n’avez rien d’autre, même pas une épée pour tuer du monstres qui apparaîtrai en chemin. Vous devrez donc vous débrouiller avec ce qui vous entour.

Au début, on trouve ça bien amusant de balancer un monstre sur un autre ou de sortir un cactus pour le balancer au loin mais c’est vite lassant et on est bien heureux plus tard de pouvoir éviter ces combats en fonçant comme un malade à dos de Chocobo.

En plus, vous avez un temps limite ridiculement cours parfois pour vaincre une vingtaine de monstres ce qui est frustrant quand tu as réussit à battre un gros monstre ultra puissant mais n’a pas eu le temps de tuer ses sous fifres. Car malheureusement il FAUT combattre tous les monstres d’une zone pour pouvoir augmenter sa barre de vie, seule chance de ne pas se faire pourrir par les boss et quand on le comprend c’est souvent trop tard…

Sans compter que même en combattant moulte fois, la durée de vie du jeu est très courte et même TROP courte.

Point final.

On remarque très vite que FFCC est une licence que SquareEnix porte comme un boulet aux rondeurs inexploité, On rappel au passage que la série est né d’un accord entre Square et Iwata en 2002, fraichement nouveau président de Nintendo, et que le but premier pour square était la ressortie des remakes de FF I à 6 sur GBA qui avait alors le vent en poupe. Ils ont été contraints à créer ce titre dont on remarque bien le bâclage permanant, et le manque d’inspiration flagrant. Cependant on note que des efforts ont été faits notamment sur le scénario bien plus mature que ses prédécesseurs, ou sur les graphismes soignés. Cela reste néanmoins maigre comparé à la répétitivité excessive du jeu, et à sa durée de vie incroyablement basse pour un Final Fantasy. Une déception de plus pour une saga au potentiel inexploité.

 

                                                                                  Aeris Hikari.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Vos tests de Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers

tous les tests