The Last of Us sur PlayStation 3, le test de Kelun

Publiez votre test
Signaler
Kelun
4
Kelun PS3

Faites qu'il soit vraiment le dernier.

Avant de commencer, je dirais juste que ce test contiendra éventuellement et sûrement des spoilers. Donc, si vous n'avez pas encore fait le jeu ne lisez pas plus loin. Sinon, si vous prenez le risque, tant pis pour vous.

 

Ensuite je vais essayer d'expliquer pourquoi The Last of Us est pour moi un jeu moyen et qu'il n'est pas aussi fantastico-génial que ça.

 

 

Histoire, narration et ambiance.

 

Autant dire de suite que pour ceux qui lisent/jouent/regardent plein de truc qui racontent des histoires, celle de Last of Us n'est originale en rien.

 

On a à faire à la sempiternelle histoire de l'homme qui a perdu un être très cher et que malgré les années qui ont passées, la blessure ne s'est toujours pas refermée.

Et bien entendu le caractère de Joel et un parfaite corrélation avec cette perte plus le fait qu'il y a eu une apocalypse du à un champignon (Le Cordyceps).

Champignon, qui a réussi à se transmettre on ne sait comment à l'homme et du coup, des infectés de plusieurs types gambadent joyeusement sur toute la planète.

 

Et en plus de toutes les emmerdes qu'il a, la Reine des Lucioles (un groupe de rebelles anti-gouvernement) décide de lui foutre sur les bras, une adolescente, Ellie. Qui, comme par hasard ressemble fortement à sa fille perdue lorsque cette affaire de champignon a commencée et qui n'aura cesse de lui rappeler.

 

Même si l'histoire est cousue de fil blanc (l'immunité d'une certaine personne, la mort d'une autre) là, où ils ont réussi un tour de force c'est dans la narration.

 

Ils arrivent très justement à nous faire ressentir les enjeux, le sentiment d'insécurité qui règne en dehors des postes de contrôles, la mort, la solitude, le danger et le caractère des personnages.

Il faut aussi noté que les expressions faciales et les mouvement des yeux des personnages ont été particulièrement travaillés. Il suffit d'un regard, pour comprendre la tristesse, le doute, le « Est-ce qu'il est fier de moi » etcetc..

 

L'ambiance quant à elle est presque parfaite (la perfection n'existe pas;)), entre le soin apporté à la musique qui est très douce, très sèche, les lumières, les villes abandonnées avec les affiches publicitaires/de films, les véhicules qui sont en parties submergés ou recouvert de mousse, les dialogues avec Ellie qui par exemple ne comprend pourquoi certaines femmes choisissaient de ne pas manger, pense qu'on lui raconte des cracs à propos du camion de glace, le magasine porno et tant d'autres. Tout ça fait qu'on s'y croirait.

 

 

Le gameplay.

 

Faut reconnaître qu'on ressens bien les effets de l'âge de Joel. Contrairement à Nathan et tant d'autres, Joel n'est pas un acrobate ni quelqu'un de très souple, que ce soit dans sa façon de marcher, d'enjamber les obstacles ou tout simplement de ce battre.

On ressens vraiment l'homme qui commence à descendre la pente et qu'à cause de l'apocalypse il ne peut pas peut pas se laisser aller, autant physiquement que psychologiquement.

 

C'est pour cette raison que les combats sont durs, lourds, puissants, intransigeants.

 

 

Et bien voilà, les points positifs sont terminés, passons maintenant aux points qui m'ont vraiment déplus. A tel point qu'ils n'ont jamais cessés de me faire sortir du jeu, et c'est à cause de ça que je le note aussi mal.

 

Pour moi, tout ces points négatifs tiennent surtout des incohérences de gameplay, pour un peu expliquer, ces incohérences sont telles qu'elles m'ont sorties du jeu à plusieurs reprises. C'est un peu le comble quand le jeu se veut contemplatif et narratif.

 

 

X-Men Joel.

 

Pendant toute la campagne du « Notre jeu est super awesome » de Naughty Dog, ils ont toujours dit que la vision sonar de Joel n'était pas un pouvoir méta humain mais une amélioration de son ouïe parce que ça faisait 20 ans qu'il vivait dans un monde apocalyptique et que son boulot de passeur faisait que son sens c'est sur-développer.

 

Je passerais sur le fait, qu'il faudrait qu'on m'explique comment il peut avoir une image mentale de ce qui se passe dans les pièces voisines sans que sa chimie du cerveau, ses connexions synaptiques ou tout autre gène meta n'entrent pas en compte. Mais bon, on est plus à une incohérence prêt.

 

Bon, en admettant qu'on soit un peu bébête, j'accepte cette explication. Mais alors, qu'on me dise pourquoi on enlève cette capacité à Joel en mode survivant ?

D'un coup, il perd cette capacité ? Elle ne s'est jamais améliorée ? Il décide de pas l'utiliser pour le fun ?

 

Pire, pourquoi Ellie a elle aussi cette capacité ? Elle a 14 ans et elle n'est jamais sortie de la ville, elle n'a donc jamais pu développée une ouïe supra normale.

 

Tout ça, fait que ça contredit le pitch de départ, du pourquoi on a donné un super pouvoir aux personnages.

 

 

Le silence, c'est la survie.

 

Dans le jeu, on doit faire le moins de bruit possible à cause de ces fameux infectés qui sont aveugles mais ont une ouïe très sensible, et qu'ils sont très dangereux puisqu'ils vous tuent au premier coup.

 

Le problème est, que ce soit Joel ou tout les autres accompagnateurs, ils ne cessent de parler fort ou de crier lorsque que ces Claqueurs (sans parler des autres ennemis) sont dans les parages sans qu'il n'y ai aucune incidence.

 

Rajouter à ça que les accompagnateurs font un bruit pas possible en marchant, la palme en reviens à ce cher Bill qui est aussi discret et pataud qu'un Brachiosaure. Et encore, je suis sûr que ces derniers sont plus discret.

C'est à ce demander comment Bill a fait pour réussir à rester en vie pendant tout ce temps !

 

Et que dire de ces pièges explosifs dans la ville qui font un bruit pas possible mais qui n'attirent aucuns infectés des alentours.

 

Autant dans les niveaux de difficultés les plus bas vous pourrez être accompagnés par toute La Compagnie Créole sans que ça ne pose aucuns réels souçis. Autant dans les niveaux supérieurs vous ne pourrez pas vous décrottez le nez sans attirer sur vous des cohortes d'infectés.

 

Sans oublier ses ennemis qui peuvent vous repérez alors que vous êtes accroupi derrière une énorme caisse, dans le noir, sans faire de bruit et que vous êtes dans leurs angles morts.

 

 

Fabrique moi si tu peux.

 

Faut reconnaître que c'est sympa d'avoir du craft dans un jeu solo sur console. Même si pour les joueurs de mmo, c'est du craft de bébé.

 

Le pire est que même en étant rudimentaire, il arrive à avoir les mêmes défauts que les systèmes de craft beaucoup plus élaborés dans les mmo.

 

A savoir, devoir récolter 12.000 morceaux de chiffons (en vrai c'est 4) pour pouvoir avoir un chiffon entier. Tout les casseurs du monde entier vous dirons qu'on ne peut pas faire un cocktail Molotov avec seulement un quart de chiffon. Et c'est pareil pour tout les autres matériaux.

 

J'en viens, à je crois, l'incohérence la plus WTF du jeu.

 

Pourquoi Super Joel, que dis-je Survivant Joel, ce casse les bonbons a fabriqué des surins, alors que tout ses potes et ennemis ont des couteaux ?! Même Ellie, une gamine de 14 ans qu'est jamais sortie de la ville en a un !

 

Pourquoi il n'en a pas ? En 20 ans, il n'en a jamais trouvé un ? Je lui demande pas d'avoir un couteau de combat avec une lame de 30cm à la Chris Redfield dans Resident Evil 6 mais au moins un petit truc. Je sais pas, un couteau à beurre, un couteau suisse ou même un écailleur. Non, le mec préfère se casser les roustons.

 

 

Survis-moi.

 

Aaah le mode survivant, c'est simple, il m'a bien gavé, à un point où j'ai ragequit le jeu et que je ne compte pas y retourner de si tôt.

 

Les ennemis en eux-même ne sont pas plus difficiles ou résistants. Trois balles de petits calibres ou une de gros calibre dans la tête suffit à tuer tout les ennemis (sauf les colosses), le pire c'est le manque énorme de munitions.

 

En soi, ça ne poserait aucuns réels problèmes si on pouvait passer les lieux et les ennemis sans devoir se battre, en gros, ce l'a joué infiltration en mode cache cache.

Le problème est qu'à plusieurs endroits du jeu on est obligés de tuer tout les ennemis de la zone ou tout du moins un grand nombre avant qu'on puisse par exemple, ouvrir une porte, qu'un script se déclenche ou que tout simplement les IA alliés nous suivent.

 

Le truc, est comme on a très peu de munitions, comprendre par là, si on a 3 balles dans une arme on peut s'estimer béni des Dieux, à un moment on arrivera forcement dans une arène ou on devra s'occuper d'une dizaine de gars avec seulement nos pauvres poings de cinquantenaire.

 

Bien sûr, pour nous aider on peut toujours récupérer des briques et des bouteilles vides qui se trouvent à foison sur le sol, mais là, le jeu se transforme en simulateur de lancer de brique ou de bouteille.

 

 

 

Et je conclu mon premier test sur ça, c'était dur.

 

Je vais quand même prévenir, mais, même si je note aussi mal The Last of Us, ça n'en fait pas forcement un mauvais jeu.

 

C'est juste que pour moi, tout ces défauts, ces incohérences ont fait que je n'étais dans le jeu que par palier, et à chaque fois que je commençais à être dedans, il y avait toujours quelque chose pour m'en faire sortir. Ce qui fait, que ça m'a pourri l'expérience.

Ajouter à mes favoris Commenter (34)

Vos tests de The Last of Us

tous les tests