Call of Juarez sur Xbox 360, le test de SerialButcher

Publiez votre test
Signaler
SerialButcher
8
SerialButcher X360

L'appel de L'Ouest....

Vous en avez marre de dégommer du Mexicain à Juarez à coup de frappes chirurgicales, vous en avez assez de votre Cross-Com et de détruire convois et hélicos à bord de votre Black Hawk ? Mais vous aimez Juarez... Alors bienvenue dans Call of Juarez, le FPS spaghetti qui vous plongera au cœur de l’ouest sauvage à l’époque où tout se réglait à coup de six coups, de Winchester et de duels sous un soleil de plomb...

Call of Juarez se découpe en de nombreux chapitres qui vous donneront l’occasion de diriger et de prendre tour à tour le contrôle des deux protagonistes du jeu. 
Le premier est le jeune Billy, dit la bougie, un jeune indien qui part à la recherche de l’or de Juarez, trésor légendaire et perdu. Ce pauvre Billy va se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Il sera surpris par le second personnage, le révérend Ray, sur les lieux d’un meurtre odieux. Ainsi commence une course poursuite entre Billy, faussement accusé d’assassinat et le Révérend Ray, ancien desperado qui reprend les armes pour l’occasion. Vous incarnerez donc les deux personnages. Étant la proie, durant un chapitre, puis le chasseur pendant le suivant. Et ainsi de suite pendant 15 chapitres jusqu’au dénouement final.

Les deux persos proposent deux façons de jouer. Billy, faiblard et non violent privilégiera l’infiltration et la discrétion, évitant le plus possible une confrontation directe. À l'infiltration du jeune indien s’ajouteront des passages délicats où il devra franchir ravins et précipices à l’aide du fouet qu’il ne quitte jamais. Ces passages à la Indiana Jones sont à exécuter au millimètre près, faute de quoi vous finirez au fond du ravin... Il pourra de temps en temps se servir d’armes à feu, mais il sera la plupart du temps affublé d’un arc et de nombreuses flèches. Le révérend Ray, quand à lui, se la joue plutôt bourrin, flinguant à tout va à coups de pistolets six coups, de fusil, de bâtons de dynamite et de duels au beau milieu de rues poussiéreuses. Il fera le ménage en abattant tous ceux qui se mettront sur son chemin et qui retarderont sa chasse à l’homme. 
Ce système de jeu est assez bien pensé même si, à force, les phases d’infiltration de Billy deviennent lassantes et coupent trop brutalement l’action et la violence des scènes du Révérend Ray. De plus, il est assez pénible d’avoir, en pleine infiltration, un ennemi en joug et d’entendre Billy vous dire au moment de presser la gachette “non, c’est inutile” ou “hors de question”... Frustrant...

Les chapitres ont le mérite de vous proposer de nombreuses situations très variées : attaque de saloon, poursuite à cheval, attaque de train, défense de la veuve et de l’orphelin... au travers de lieux très variés allant des grands espaces désertiques, aux mines désaffectées, en passant par des maisons en flammes, des prisons assiégées, et ce, aussi bien de jour que de nuit. Très complet ! Le tout servit par des graphismes absolument superbes et envoûtants. Le gros point fort de ce jeu indubitablement. Vous vous surprendrez à vous arrêter quelques instants pour regarder autour de vous les magnifiques paysages qui s’offrent à vos yeux.

La maniabilité reste assez souple et efficace lors des fusillades mais devient vite aliénante lors des franchissements de ravins, suspendu à votre fouet ou lors de l’escalade de caisses en bois qui ne trouvent rien de mieux que de glisser ou de se dérober sous vos pieds... Vous obligeant à recommencer encore et encore... Très très énervant...
Le second point noir de ce Call of Juarez serait la très mauvaise indication de certains objectifs lors de diverses missions. Il vous arrivera de tourner en rond vous demandant ce que vous devez faire et/où aller.
 La bande sonore est, quant à elle, immersive à souhait. Les mélodies reflètent une ambiance Western crédible. Le cri des aigles volant au loin et planant au dessus de vous, complète l’immersion sonore. Le bruitage des armes est également très bon. Le doublage des voix n’est par contre, pas terrible terrible... 
La durée de vie, d’une dizaine d’heures au total, varie selon les missions. Allant de 20 minutes pour certaines à plus d’une heure pour d’autres (surtout parce que vous tournerez en rond). Il faut préciser que certains passages seront très faciles et d’autres, soudainement très difficiles...

Les modes de jeux vous proposeront de faire le jeu selon plusieurs niveaux de difficultés, des affrontements sur le Live et 4 missions bonus en solo, qui ne seront accessibles qu’une fois le jeu fini. Le mode duel, assez sympa, vous permettra d’affronter d’affilée tous les boss de Call of Juarez en duel. Le mode Xbox Live s'avère complet avec ses modes duel par équipe, ruée vers l'or, capturer le sac, hold-up, wanted... Seul vrai problème : vous ne pourrez avoir accès à une partie en ligne que lorsque le maximum de joueurs sera présent pour la même partie... Cela pourra prendre beaucoup de temps... On aurait aimé un mode partie rapide pour s'éviter une attente aussi longue et inutile.

En conclusion, Call of Juarez souffre de quelques problèmes de maniabilité et d'intérêt pour certaines missions. Le déséquilibre de la difficulté n’aide pas non plus. Mais ses ambiances Western, graphique et sonore occultent ces petits défauts et vous permettent de vous prendre pour Clint Eastwood pendant une dizaine d’heures. Et ça c’est quand même pas mal...

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Call of Juarez

tous les tests