Escape Plan sur PS Vita, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
6
Nightmare1984 PSV

Lil veut voir le Laarg.

La recette pour faire un bon puzzle game serait-il d’être en noir et blanc ? Après Echochrome et Limbo ainsi que le futur Closure, voici venir Escape Plan qui perpétue cette tradition pour sa sortie sur PS Vita. La sauce va-t-elle de nouveau fonctionner avec le soft développé par Fun Bits ?

 

The Artist.

 

Tout commence dans une sorte de fabrication à sbires du redoutable, de l’infâme, du machiavélique Bakuki qui retient prisonnier nos deux héros Lil et Laarg. Ce n’est pas du côté des noms des protagonistes qu’Escape Plan retiendra notre attention…ni même du scénario qui se résume tout simplement à s’échapper de cette usine parsemés de mille et un dangers. Et c’est pourtant bien dommage car le jeu de Fun Bits (décidément ils ne sont pas doués avec les noms) possède une ambiance énorme !

Ça commence bien évidemment avec ses graphismes en noir et blanc où l’on a l’impression que nos deux Laurel et Hardy en plastique sortent tout droit de l’univers de Tim Burton (l’Etrange Noel de Mr Jack) ; mais aussi du cinéma muet. En effet l’ambiance sonore est très minimaliste, sans aucun dialogue,  faisant la part belle à des thèmes de musique classique ultra connue.

Par moment, lorsque l’on réussit à franchir un obstacle ou qu’un de nos compagnons meurt, on entendra respectivement des applaudissements ou des rires venant d’un public spectateur intervenant selon nos actions : une chute, un piège évité ou une mort…hilarante.

 

Un dirigeable en plastique.

 

Le principe d’Escape Plan est de franchir des niveaux en se servant des éléments du décor. Pour les afficionados des jeux dits « die and retry » ils se sentiront en terrain connu. Heureusement les temps de chargements sont rapides ce qui présente aucune frustration à chaque mort. Pour Escape Plan, les développeurs ont fait le choix du tout tactile pour contrôler nos deux héros, et cela fonctionne très bien en majeur partie. Seuls les sticks servent à diriger la caméra. Avancer, courir ou actionner un objet se fait d’un geste du doigt sur l’écran tactile avant ou arrière pour faire apparaitre des blocs sur notre chemin par exemple.

Par moment la jouabilité pourra se révéler capricieuse surtout si on décide de jouer avec le chrono. Les phases aériennes sont les plus pénibles. Pas que le gyroscope ne fonctionne correctement mais devoir dégonfler notre héros en « pressant » la console pour qu’il prenne de la vitesse n’est pas franchement d’une grande précision.

Avec un peu plus de 80 niveaux, se terminant pour la plupart du temps en moins d’une minute, Escape Plan propose entre trois et quatre heures de plaisir de jeu. Ce qui peut paraitre peu mais c’est sans compter les 19 niveaux supplémentaires à télécharger gratuitement ou la possibilité pour tous les férus de challenge de finir le jeu avec les 3 étoiles dans chaque niveau.

 

Les plus:

 

- Des énigmes intelligentes.

- L'ambiance.

- La jouabilité tactile...

 

Les moins:

 

- ... parfois capricieuse.

- Pas assez de niveaux.

 

Avec Escape Plan, la PS Vita tient là son premier jeu rafraichissant. Malgré certaines imprécisions avec la jouabilité tactile, le soft développé par Fun Bits reste fun et parfaitement adapter aux joueurs nomades grâce à ses niveaux divisés en courtes sessions. Un puzzle game réussi en espérant voir débarquer une suite plus complète et si possible avec une histoire à nous proposer.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Escape Plan

tous les tests