Sorcery sur PlayStation 3, le test de Nightmare1984

Publiez votre test
Signaler
Nightmare1984
6
Nightmare1984 PS3

La magie n'est que temporaire.

Ayant fait sensation durant sa présentation à l’E3 2010 grâce à des idées de gameplay ingénieuses au PS Move, et après un long silence de plus d’un an, Sorcery nous revient sous les formes d’un jeu à l’univers enchanteur vendu à petit prix. Mais est-ce que la magie opère toujours ?

 

Abracadabra et patatra…

 

Dans Sorcery, le joueur incarne Finn, un jeune apprenti sorcier qui comme tous les ados de son âge va commettre une bêtise en renversant par mégarde une potion concoctée par son maître nommé Dash. Pour éviter de se faire lessiver avant le retour de ce dernier, Finn décide de partir à la recherche des ingrédients pour reproduire la fameuse potion. Accompagné d’Erline, une chatte blanche qui possède la faculté de parler, l’insouciant Finn va commettre une deuxième erreur : celle d’attirer l’attention de la reine Cauchemar !

D’apparence simpliste, le scénario de Sorcery se révèle au fil de l’aventure agréable à suivre grâce notamment aux dialogues quasi permanents entre Finn et Erline. Ces derniers sont remplis d’humour entre un apprenti sorcier fougueux et son amie féline qui fait tout pour le raisonner ; de plus la VF est de qualité. Des cinématiques sous forme de grimoire du plus bel effet ponctuent les moments forts de l’aventure mais il est regrettable que l’on rencontre trop peu de personnages et que la fin du jeu soit légèrement ambiguë.

 

C’est pas sorcier.

 

Pour jouer à Sorcery, le joueur devra s’acquérir d’un PS Move qui fera office de baguette magique et d’un Navigation Controller afin de diriger Finn et de se servir de son bouclier magique. La caméra est automatique durant le jeu et se révèle sans accroc mais il sera possible de l’utiliser manuellement avec la touche L1. Tout au long de son périple, notre apprenti sorcier découvrira plusieurs éléments de magie à contrôler comme le feu, la glace ou la foudre pour ne citer que ceux-là. Chaque magie peut s’utiliser de deux façons différentes : offensive et défensive. Par exemple la magie de feu permettra à Finn d’envoyer des boules de feu mais aussi de créer un mur de flamme pour se protéger. Il sera également possible de combiner différentes magies pour un effet encore plus dévastateur, comme en ajoutant du feu dans une tornade que l’on aura déclenché par exemple. Mais attention certains ennemis seront insensibles à une magie particulière ce qui donne aux combats un côté tactique très plaisant.

Il sera également possible de se transformer en animal pour franchir des lieux inaccessibles, d’utiliser la télékinésie ou de réparer des structures à certains endroits clés du jeu. Pour améliorer ses sortilèges et ses compétences, Finn devra créer des potions avec des ingrédients qu’il aura trouvé dans des coffres cachés un peu partout dans le jeu ou en les achetant chez le marchand. Quid de la jouabilité au PS Move ? Elle est tout simplement excellente (malgré un petit temps d’adaptation nécessaire pour les tirs courbés) et surtout très bien pensée. Les nombreuses idées de gameplay au Move font regretter que d’autres développeurs ne se soient pas plus attardés sur l’accessoire de Sony.

 

Cette Fable ressemble à du Folklore.

 

Baignant dans un univers celtique et des contes des frères Grimm, les développeurs de Workshop proposent une direction artistique de toute beauté. Hormis Finn est son design anachronique, le monde enchanteur de Sorcery peuplé de gobelins, trolls, sylphides et autres araignées géantes invitent au dépaysement. Mais malheureusement le manque de variétés que cela soit pour les décors ou pour les ennemis gâchent un peu le tableau.

Tableau également terni par une aventure trop linéaire et par conséquent trop courte (sept heures de jeu en mode normal) ainsi que par des ralentissements lors des différents checkpoints. En plus de proposer des doublages en français de qualité servis par des dialogues bien écrits et drôle sans être nias, la bande son de Sorcery est de très haut niveau notamment grâce à ses musiques tout simplement magnifiques inspirées du folklore irlandais.

 

Les plus:

 

- Les idées de gameplay et la jouabilité au Move.

- La direction artistique.

- La bande son dans son ensemble.

 

Les moins:

 

- Une expérience trop courte.

- Manque de variétés dans les décors et ennemis.

- Quelques ralentissement.

 

Sorcery est au final bien plus qu’un jeu exploitant à merveille le PS Move, c’est aussi un joli conte finement bien écrit qui plaira aux enfants comme aux grands. Le côté dirigiste s’adaptera parfaitement aux premiers quant aux combats requérant habileté et technique correspondra aux seconds. Malgré une aventure un peu trop courte, c’est le genre de jeu compatible au PS Move qu’on aimerait voir plus souvent.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Sorcery

tous les tests