Monkey Island 2 : LeChuck's Revenge - Special Edition sur PC, le test de Sirocco

Publiez votre test
Signaler
Sirocco
8
Sirocco PC

- A La Recherche De Big Whoop -

Warning ! Je vous préviens tout de suite : je suis néophyte de la série des Monkey Island. Mais il y a un an tout pile, j'ai profité du remake du premier épisode de la série, Monkey Island Special Edition, pour découvrir un univers, une saga, des personnages tout simplement extraordinaires. Sans mentir, je pense m'être rarement autant marré devant un jeu vidéo. C'est pour dire l'attente que suscitait en moi cette reprise de Monkey Island 2 LeChuck's Revenge.

Disponible depuis quelques jours sur vos consoles et PC préférés, le titre ne m'a pas déçu. Loin de là. La sauce prend toujours et on prend toujours autant de plaisir à embarquer GuyBrush dans les situations les plus farfelues possibles et imaginables. Pour vous convaincre, un petit test fait avec amour. 


How Much Wood Could A WoodChuck Chuck If A WoodChuck Could Chuck Wood ? 

 

Pour les moins initiés d'entre vous, je vais faire un bref rappel de ce qu'est Monkey Island. Un jeu d'aventure, point & click, à l'ancienne, directement conçu depuis l'imagination sans limite des créateurs de la grande époque LucasArts. Sa particularité, utiliser des verbes situés dans un panneau au bas de votre écran pour interagir sur les éléments du décor, parler aux personnages, assembler les objets, etc...

Aujourd'hui, cette nouvelle version met en place une interface beaucoup plus ergonomique, et qui facilite grandement l'exploration et la recherche, deux choses qui vont vous prendre beaucoup de temps dans ce jeu démoniaque. Désormais, un petit clic sur le bouton droit de votre souris pour faire apparaître les actions disponibles et judicieuses, ce qui vous permet d'éviter d'avoir recours à toutes les actions les unes après les autres, sans comprendre exactement ce qu'il faut faire. On est d'ailleurs bien heureux de voir cette petite feature apparaître dans ce deuxième remake, car si l'on pouvait reprocher légitimement quelque chose au premier Special Edition, c'est bien son interface foireuse. Dorénavant, tout est plus fluide et l'on comprend tout de suite l'idée de l'énigme, le mouvement à retenir pour la résoudre et avancer dans l'aventure.

De plus, pour ceux qui auraient vraiment du mal à progresser, sachez qu'une petite pression sur le bouton H vous permet de prendre connaissance d'un petit indice qui va vous guider, vous indiquer de manière vague ce que vous devez faire. Et si vous bloquez vraiment trop, une nouvelle pression vous dévoile une information encore plus précise, sans pour autant vous révéler exactement le chemin à suivre. Ingénieux.

En revanche, on peut regretter que ces indices soient liés au lieu où vous vous situez, ce qui a parfois tendance à vous faire perdre votre chemin, ne sachant plus vraiment où se diriger. Mais il ne peut véritablement s'agir d'un défaut, étant donné que les plus acharnés d'entre vous tenteront de terminer le jeu sans avoir recours à ces petites indications.

Autre nouveauté bien pratique, une pression combinée des deux boutons de la série vous permet de faire apparaître sur votre écran les éléments du décor susceptibles de vous être utile. En surbrillance, si vous avez manqué un objet, ce dernier apparaît sous vos yeux. Très utile pour éviter de tourner en rond, à la recherche de certains items, pas toujours évidents à découvrir.

 

THE GHOST PIRATE LECHUCK !!!

 

Mais ce qui fait la force de Monkey Island, c'est avant tout son univers. Vous êtes aux commandes d'un pirate maladroit nommée GuyBrush ThreepWood. Maladroit, un peu idiot, le personnage a cependant le défaut d'être assez prétentieux depuis qu'il s'est débarrassé d'un grand loup de mer, LeChuck. Mais comme vous l'aurez deviné, le ghost pirate revient plus zombifié que jamais en quête de vengeance, pour punir celui qui l'a condamné à postillonner toute sa vie.

Vous voyez un peu le niveau de l'histoire, mais celle-ci est aussi importante que le monde dans lequel vous évoluez. L'environnement tourne évidemment autour de l'univers de la piraterie, mais ce qui fait son caractère unique, c'est l'intégration d'objets, de lieux, de situations complètement farfelues. Imaginez une île sur laquelle la fête du Mardi Gras à lieu tout les jours, ou alors rencontrer un gouverneur si gros qu'il ne quitte plus son lit...Après avoir vu ça, vous ne décrocherez plus, car l'on admire la richesse des l'environnement, des idées très nombreuses, et de leur variété.

J'oubliais aussi l'humour, composante essentielle de cette série. Je n'aurais pas forcément besoin de vous en parler plus, car si vos avez déjà lu le début de ce test, vous aurez compris que les environnements sont complètement barrés, idiots même, mais qui finissent par avoir une certaine logique. Demandez à Angel ce qu'il faut faire pour ouvrir une arrivée d'eau. Utilisez un singe, sa queue servant de clef, et ouvrant les vannes d'une cascade. Maintenant, je pense que c'est clair dans votre esprit. Les dialogues aussi sont très réussis. Très drôles mais fins, donnant lieu à des scènes particulièrement improbables, les situations s'avèrent souvent loufoques et enclenchent souvent le fou rire, tellement ce qui se déroule sur votre écran est hilarant.

Les énigmes sont elles aussi particulièrement complexes, car évidemment la logique ici est très "spéciale". Mais elles vont assurer de bonnes prises de têtes à certains d'entre vous, car il va falloir user de matière grise la plus profondément enfouie dans votre cervelet pour parvenir à progresser dans l'aventure. Mais quelle joie quand vous résolvez une énigme, quel bonheur de voir le seau de boue s'écraser sur la tête de Largo...

 

Please ? Pretty Please ? Pretty Pretty Please ? Pretty Please With Sugar On Top ?


Bon, pour ce qui est du remake en lui même, hormis l'interface beaucoup plus ergonomique et intuitive, le travail de refonte n’est en revanche pas extraordinaire. A l'opposé des graphismes très pixélisés de la version originale, à laquelle vous pouvez librement accéder grâce à une toute petite pression sur F1, Monkey Island 2 Special Edition propose comme son prédécesseur de beaux tableaux, tout beaux, tout propres, tout HDifiés, tout colorés, particulièrement agréables à l'oeil.

Les personnages sont eux aussi redessinés pour cette nouvelle mouture et s'intègrent plutôt bien dans l'univers des Monkey Island. Toutefois je comprendrai que les fans de la première heure soient quelque peu perdus, vu le fossé graphique qui sépare l'original de son petit frère.

On appréciera aussi la possibilité d'écouter à certains moments précis de l'aventure les commentaires des créateurs du jeu, qui vous dévoilent tout les secrets de la création du jeu. Toutefois, je regrette que ces petites anecdotes ne soient pas intéressants que ce à quoi l'on pouvait s'attendre. Ces commentaires sont, qui plus est, plutôt mal intégrés dans le jeu, car ils ne permettent pas d'arrêter le déroulement de l'aventure, ce qui vous oblige à sacrifier l'histoire pour comprendre de quoi parle les Gilbert & Co. Dommage.

 

Nice !

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Monkey Island, je vous recommande de découvrir avec cet opus une série merveilleuse, drôle, amusante. Et même si vous ne connaissez pas le premier épisode, c'est l'occasion pour vous de revenir sur ce gros manque de votre culture vidéoludique.

Et comme le travail du remake est plutôt satisfaisant, amplement suffisant pour ceux qui découvrent la licence, l'occasion est inespérée, surtout pour une petite dizaine d'euros. Bon doublage, bon travail graphique, malgré des animations un peu hachées, la valeur du jeu n'a pas disparue malgré la petite vingtaine d'années qui se sont écoulées entre les deux jeux. Un véritable plaisir que de replonger dans les aventures incroyables de GuyBrush. Et honnêtement, ça en vaut largement le coup.


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Vos tests de Monkey Island 2 : LeChuck's Revenge - Special Edition

tous les tests