Prince of Persia : Les Sables Oubliés sur PlayStation 3, le test de Poisseman

Publiez votre test
Signaler
Poisseman
8
Poisseman PS3

Comme en 2003, mais en plus bourrin

Beaucoup décrié, le dernier épisode en date de la série PoP a finalement atteint ma console afin que je m'en fasse ma propre opinion. En même temps, j'ai l'impression d'être l'un des rares a avoir apprécié - que dis-je, adoré - l'épisode cel-shadé sorti en 2008... Bref, après avoir retapé Les sables du temps dans sa version haute définition, et avant de continuer sur le disque Trilogy, je me suis arrêté dans l'histoire suivante de la chronologie du Prince: Les sables oubliés, sur PS3.

D'abord l'histoire. Comme personne ne sait ce qu'il a accomplit dans sa précédente aventure - vu qu'il avait remonté le temps aux origines afin d'empêcher le désastre du sablier - le Prince n'est pour son père rien d'autre qu'un guerrier en devenir qui n'a pas encore fait ses preuves. Aussi décide-t-il de l'envoyer s'aguerrir auprès de son frère Malik, dirigeant une contrée voisine. Mais à peine est-il arrivé que le Prince se rend compte que le moment est bien malvenu pour des retrouvailles; ceci en raison d'une attaque de très nombreux brigands sur la forteresse de Malik. Celui-ci, refusant la défaite, ne voulant pas abandonner son territoire, décide d'utiliser de bien grands moyens afin de renverser le cours des événements et transformer sa débâcle en triomphe: il réveille l'armée maudite du Roi Salomon. Mais cette dernière n'est pas aussi obéissante qu'espéré, et le Prince mettra alors tout en oeuvre pour l'arrêter.

Côté gameplay, c'est comme d'habitude une suite de couloirs linéaires où alterneront séquences de plate-formes avec sauts et mécanismes à actionner, et action frénétique contre des hordes d'ennemis à démonter - ou dirais-je désosser - qui attend le gamer averti. Concernant les acrobaties, on a droit à du très classique (courir le long des murs, sauter de poteaux en poteaux, atteindre une porte en temps limité) ainsi qu'à des nouveautés bienvenues tel le gel des eaux. Le pouvoir du temps est bien sûr de retour, et permet au joueur de recommencer un passage après avoir pris connaissance de ses pièges, ou de reprendre à tout moment dans un combat. Ceux-ci sont beaucoup moins chorégraphiques que précédemment, et tendent énormément vers ce que fait Kratos dans God of War. On castagne en tous sens, les sauts ne sont plus vraiment utilisés, la parade est inutile; bref, on bourrine à mort, et au début ça surprend pas mal. Après, on s'y fait et on trouve même que le Prince se débrouille assez bien à cet exercice. De plus, il bénéficie de nouveautés dans ses attaques par l'apparition de pouvoirs associés à sa lame (feu, glace...), que l'on obtient en utilisant les points d'expérience reçus lors des combats dans un système de sphérier. La force du Prince évolue alors selon nos envies.

Le jeu est certes linéaire, mais qu'il est agréable à regarder avec ses décors ultra-variés (quoique déjà vus dans le passé) et ses ennemis à l'animation fort réussie - tout comme le Prince. De leur côté, les caméras se positionnent toujours de la bonne manière, l'histoire est très appréciable à suivre et la durée de vie du soft est bien supérieure aux précédents (j'ai avoisiné les 15h pour le finir, contre 9h pour les sables du temps). Pour faire simple, j'ai énormément apprécié ces Sables oubliés, épisode classique de la série doté néanmoins de bonnes nouvelles idées et très bien réalisé.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Prince of Persia : Les Sables Oubliés

tous les tests