Fable III sur Xbox 360, le test de narukedag

Publiez votre test
Signaler
narukedag
6
narukedag X360

Raconte moi une histoire...

Après 4 ans d’attente du premier volet excellent au deuxième moyen il n’aura fallu que 2ans pour  que Lionhead nous sorte ce Fable III. Bijoux de merveille ou pétard mouillé ?

Une Histoire royale.

Tout commence avec le choix du sexe de vôtre héro et directement vous voilà téléporté dans vôtre lit avec un chien. L’élégance royale je dois dire. Peter Molyneux qui nous avait habitués à une enfance malheureuse change la donne. Et c’est là que tout commence, vos premières interactions avec les gens du château, vôtre premier entraînement martiale et la fugue qui vous entraîne dans une aventure des plus exaltantes. Car oui l’Histoire est pour moi le gros point fort de ce Fable III. Même si le pitch de départ est des plus classique l’histoire s’intensifie et s’assombrie au fil de l’aventure. Dommage hélas que M. Molyneux n’ait pas change la conclusion qui, comme pour le deuxième volet, est assez bâclée.

On ne change pas une recette qui gagne. Quoi que…

Musicalement parlant c’est toujours aussi excellent. D’ailleurs c’est la seule chose qui n’a pas changé. Le Game Play a été facilité a un point qui ne peut que décevoir. La difficulté globale du jeu se résume à un mode ‘very easy’. Ici la mort ne pénalise pas, en effet l’on réapparait immédiatement. Exit la barre de vie bonjour le système FPS. Comme dans tout bon Call of Duty vôtre vie se représente par des coins rouges en bords d’écrans puis se régénère à l’abri de coups ennemis. Le seul problème ? Et bien dans un jeu comme Fable cela rend les choses trop faciles. Vous n’avez qu’à courir en rond pendant trente secondes pour que vous vous refassiez une santé. Et la magie en a pris un sacré coup aussi. Les sorts se sont vu réduire mais il ya désormais possibilité de les combiner. Personnellement j’accroche même si mon petit « Bullet time » me manque. Enfin il n’y a plus que deux interactions disponibles avec les PNJ, une bonne et une mauvaise. Heureusement qu’elles changent quand l’on débloque des coffres sur la route du pouvoir. D’ailleurs la route du pouvoir remplace bancalement l’interface d’XP, c’est là que vous allez débloquer des coffres vous permettant d’être plus fort, plus vifs ou d’avoir de nouveau pouvoir. L’idée est intéressante mais c’est quand même vachement mieux une bonne barre d’XP.

Press Start.

Pressez Start et vous apparaissez dans  une grande salle, bienvenu au Sanctuaire. Ici vous pouvez gérer vôtre apparence, vos armes et vôtre argent tout ça dans un environnement en 3D. Avouez que ça nous change des longs textes, menus et sous menus. La seule chose que l’on puisse regretter c’est que le bouton back, qui est inutilisé, ne serve pas à afficher le menu des options et de sauvegarde qui n’est accessible que via le sanctuaire.
Pressez Start et l’aventure continue à deux. Vôtre deuxième manette traîne sur le canapé entre deux morceaux de Pizza ? Un ami n’a qu’à appuyer sur son bouton start pour rentrer dans le jeu sans temps de chargement. Bon d’accords dans tout jeux récents digne de ce nom c’est comme ça que ca se fait, mais c’est toujours agréable à voir.

Fable III est un bon jeu je ne vous le cache pas. Mais sa trop grande facilité, son GamePlay épuré et sa fin bâclée peu vous faire rester sur la fin (justement). Si vous avez adoré le premier volet apparu sur Xbox vous serez sûrement aussi déçus que moi. En revanche ce n’est pas une expérience à raté et la durée de vie reste assez colossale avec en prime une grosse rejouabilité.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Vos tests de Fable III

tous les tests