Tales of Symphonia : Dawn of the New World sur Wii, le test de Sirocco

Publiez votre test
Signaler
Sirocco
4
Sirocco Wii

- A l'Aube des Regrets -

Tales of Symphonia, sorti à l'origine sur GameCube, était un des rares représentants du genre du RPG à la japonaise sur la plate-forme et figurait parmi les titres marquants de la console, sans être pour autant une référence du genre. 

Toutefois, le jeu a marqué les joueurs de la console. Doté d'une ambiance unique, à la fois sympathique, d'une naïveté très japonaise, mais bourré de bonnes intentions, ainsi que d'un système de combat dynamique, propre à la saga des Tales, la suite de l'épisode GameCube, était, je dois vous l'avouer, assez attendue par les fans. Annoncée en 2007, sortie au cours de l'été 2008 au Japon, le jeu est finalement apparu l'automne dernier sur notre bon vieux continent, et cela va lui porter préjudice.

En effet, le jeu sort trop tard, et n'est pas assez pourvu en qualités, pour nous faire oublier le retard pris par le genre du RPG, chose qui se reflète malheureusement dans le titre de Namco.

La Jeunesse, encore au Centre de l'Intrigue.                                                                              

Dans ToS Dawn of the New World, l'histoire retrace les pérégrinations du jeune Emil, jeune homme ayant perdu ses parents, assassinés par Lloyd, lors de son attaque contre la ville de Palmacosta. Traumatisé, atteint d'une timidité pathologique, mais animé par l'instinct de vengeance, c'est contre tous que l'adolescent s'érige contre le héros de toute une civilisation, le même Lloyd, et s'attire les foudres de son entourage. Il sera accompagné durant son périple de la petite Marta, jeune femme regorgeant d'énergie, et évidemment très amoureuse de notre protagoniste aux cheveux blonds. Le héros prendra donc connaissance de l'existence d'une entité "maléfique" nommée Ratatosk, qu'ils vont chercher à protéger face aux ambitions destructrices de Lloyd, afin de rétablir l'équilibre du mana dans le monde.

Vous l'aurez donc compris, le scénario met encore en place des enfants cherchant de nouveau à sauver le monde, en proie à des "méchants-pas beaux-vilains". Seule originalité, l'adversaire est ici le héros du volet précédent, ce qui a évidemment pour but de déchirer le joueur entre l'amour qu'il porte à Lloyd, particulièrement marquant, et Emil, jeune homme en quête d'identité. Le personnage principal est aussi harcelé par Marta, qui dans un élan de romantisme à la japonaise, rappelle à longueur de parcours qu'elle et son chevalier servant sont destinés à finir leur vie ensemble, ce qui contribue d'ailleurs à l'humour du jeu.

Problème, aujourd'hui, l'histoire est vue et revue, parfaitement connue des amateurs du RPG dit à la japonaise, et cela se sent. Le sentiment de connaître le scénario est donc bel et bien présent, et l'on ne découvre à aucun moment quelque chose de neuf, qui pourrait apporter des nouveautés. Par conséquent, on s'ennuie tout au long du jeu, on n'apprend rien, on sait tout à l'avance. On notera toutefois, que malgré les défauts de la trame scénaristique, le jeu devient nettement plus intéressant durant le huitième et dernier chapitre du jeu. Il vous faudra cependant pour arriver jusque là rester 20 à 25 heures devant votre écran et donc souffrir pour apprécier le titre.

A noter aussi, que le jeu est ici dépourvu de personnages. Hormis Emil et Marta qui sont récurrents, les seuls vrais personnages qui vous accompagneront sont les héros du Tales of Symphonia original. Ce qui me mène au gameplay, à proprement parler.

Des Combats Animés, Un RPG Dénudé                                                                             

Le RPG issu de l'archipel nippon est normalement constitué de nombreux protagonistes, charismatiques, reconnaissables, auxquels on finit par s'attacher. Une équipe va donc se constituer, avec laquelle vous pourrez interagir, mettre en place des stratégies, etc...

Le hic, on ne met à votre disposition que deux personnages durant toute l'histoire. Pour remplacer les absents durant les combats, les développeurs ont donc intégré les monstres, que vous devrez capturer à la manière de Pokemon. Ces monstres gagneront ensuite en expérience, deviendront plus forts, peuvent évoluer afin de dévoiler un nouveau potentiel. Les différents personnages de ToS accompagnent par intermittence vos jeunes héros. Cependant, comme vous ne pouvez les équiper, qu'ils ne peuvent pas non plus gagner en expérience, leur usage durant les combats s'avère donc minime.

La cuisine est elle aussi, comme dans tout les épisodes des Tales of, et sert ici à amplifier les caractéristiques de vos créatures. Rien d'autre. Je passe donc sur le principe de la tambouille, qui est un simple moyen de faciliter l'expérience de jeu, qui de base, n'est pas spécialement difficile, quand vous aurez pris le coup de main.

L'équipement est lui aussi présent. Vous aurez donc la possibilité, comme dans tout bon RPG qui se respecte, de faire vos petites emplettes dans chaque villes que vous traverserez, moyennant quelques deniers, récupérés lors de vos victoires durant les combats. Un nouvel élément est cependant apporté, la synthèse. A la manière de la forge que l'on peut retrouver dans Vagrant Story et Final Fantasy IX, il est donc possible de créer des objets, de nouveaux équipement, bien plus puissants évidemment, en associant au prix de la synthèse, l'utilisation d'éléments trouvés lors de l'exploration des zones de jeu et lors des batailles.

L'aspect RPG propre est donc assez léger, chose quelque peu gênante pour un jeu qui se prétend être un RPG.

Heureusement, les combats, comme pour tout les opus de la série, sont réussis, plus encore que ceux de Tos, premier du nom. Nombreux et assez courts, en général, les batailles sont aussi dynamiques, votre personnage répond bien aux commandes et se montre vif et réactif, duo Wiimote-Nunchuk en main. Tout repose sur l'enchaînement des combos simples, qui peuvent être suivis des Artes, des techniques de combat redoutables et infligeant par définition plus de dégâts. Les combats sont cependant assez subtils, contrairement à ce que l'on peut croire. En effet, ne comptez pas foncer dans le tas en espérant tout détruire sur votre passage. Il vous faudra faire ici preuve de dextérité dans les déplacements, devenus libres dans le jeu, par la simple pression d'un bouton du Nunchuk. Les attaques dans le dos sont donc de mise, et se retrouver au centre d'une mêlée à souvent pour effet direct la mort de votre combattant. Il vous faudra donc allier technique et tactique pour vous en sortir.

Un Jeu en Retard sur son Epoque                                                                                             

Un aspect RPG diminué malgré des combats au poil, Dawn of the New World ne se montre donc pas sous son meilleur jour. Mais ce qui faisait la beauté du premier volet était une ambiance sympathique et colorée, rempli d'humour, malgré une certaine rigidité de la mise en scène.

On ne s'ennuyait donc pas, à l'époque. Le problème, c'est que Namco n'a pas réussi à reproduire la fraîcheur du premier jeu. Par conséquence, on s'ennuie. Le jeu repose encore et toujours sur l'alternance entre villes, où vous pourrez acheter moultes items et équipements, et donjons, qui mêlent exploration basique, des énigmes toutes aussi simples, et les combats qui sont les seuls moments où la traversée du désert s'interrompt. Le rythme est donc tellement banal, qu'il en devient lassant. La disparition de la World Map contribue à la lenteur du déroulement, ne laissant pas au joueur de moment de répit.

Sur le plan technique, on peut souligner la concrétisation des efforts des développeurs. Le jeu abandonne le cell-shading mais conserve son style cartoon toujours aussi sympathique, avec des personnages au design toujours très spécial, mais hauts en couleurs et pleins de vie. Les graphismes s'avèrent toutefois un peu plus ternes, et les décors toujours un peu vides, manquant d'interactions.

Autre progrès, la mise en scène des cinématiques. Intégralement réalisées à partir du moteur du jeu, ces scènes mettent en valeur des animations beaucoup plus fluides que dans ToS et, donc plus vivantes. Toute l'aventure est aussi parsemée de saynètes facultatives, beaucoup plus intéressantes que celles de son prédécesseur. Celles-ci sont intégralement doublées en anglais, plutôt bien d'ailleurs, mais aussi plus vives et plus courtes, et donc bien plus intéressantes et constituent aussi la principale source de comique du jeu.

Dénouement                                                                                                                                         

Seul problème, malgré ces progrès techniques, le jeu reste sur Wii et souffre de la comparaison avec ses homologues développés sur Xbox 360 et PS3, sur le plan graphique, notamment. Le jeu sort aussi bien trop tard sur notre continent. A l'heure où les yeux des amateurs du genre sont fixés sur Final Fantasy XIII, Dawn of the New World ne montre rien de nouveau, n'apporte rien de neuf. Sorti en 2008 au Japon, l'attente de la suite de Tales of Symphonia remonte à 2004, et le jeu se montre donc trop âgé.

Le véritable intérêt du titre ne se dévoile uniquement vers la fin, où les éléments de l'histoire se dévoilent. Mais le rythme est trop lent, l'aspect RPG trop léger, et le scénario finalement assez basique. Les combats sont donc le seul aspect vraiment motivant du jeu.

Mais cela est trop peu. Les fans du premier volet seront déçus, les profanes étonnés de se retrouver devant un jeu aussi pâle et fade, au final, et c'est avec regret que l'on constate la faiblesse du titre. Mieux vaut attendre Tales of Graces, plus prometteur, en espérant qu'il débarque un jour en Europe.


 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Vos tests de Tales of Symphonia : Dawn of the New World

tous les tests