Final Fantasy XIII sur PlayStation 3, le test de anaeron

Publiez votre test
Signaler
anaeron
6
anaeron PS3

La forêt verdoyante derrière l'arbre mort

Quand j'ai acheté FFXIII j'avais en mémoire mes souvenirs collégiens de FFVII, la belle et longue aventure que j'avais vécue sur PS1. Je me rappelle n'avoir rien compris à l'histoire et trouvé hideux ces personnages à la tête hypertrophiée qui retrouvent un corps à peu près normal en combat, combats qui se déclenchaient tous les 10 mètres sans pourtant avoir croisé d'ennemi... Un jeu difficile au scénario touffu avec que des mots et des notions compliqués. Je ne sais pas trop pourquoi j'ai poursuivit l'aventure à l'époque mais je m'étais finalement pris au jeu pour en fin de compte découvrir un titre exceptionnel.

-----

Des années plus tard, les poils ont poussé, le gamer a pris du galon, et PAF l'annonce de Final Fantasy XIII qui tombe. Je n'avais plus vraiment remis les pieds dans un Final Fantasy depuis FFVII par manque d'argent ou parce-que je n'avais pas de console et je comptais bien rattraper ce retard, la main sur le cœur, plein d'espoir...

"Day One" comme on dit je me paye la version collector qui contient un livre avec 3 images et des cartes postales spoiler... Bref, je lance le jeu et retrouve ému des interfaces qui me rappellent FFVII (le petit gant de Mickey comme curseur notamment), la cinématique d'intro est bien vénère, ça part plutôt bien... J'avais lu 2/3 trucs sur le jeu avant sa sortie "C'est un scandale, on a l'impression de traverser un couloir ! Et la liberté de l'homme dans tout ça ?" etc... donc je savais grosso modo à quoi m'attendre.

Effectivement on manque un peu d'air mais bon dans mes souvenirs FFVII était un peu comme ça aussi, moi ce que je veux c'est castagner des monstres géants à 20 millions de HP dans des combats épiques faire 99999 points de dégats à chaque coup, FF QUOI ! Après 2H de jeu à me taper des cinématiques interminables toutes les 10 minutes entrecoupées par des combats minables qui se résument à appuyer sur "auto-combo" le constat est affligeant. Je recule mon siège et me rend à l'évidence, ce jeu est MAUVAIS. Je comprend rien à ce qu'il se passe, les histoires de l'Cie, Fal'Cie et tous ces trucs avec des apostrophes, le mec il a pas de nom il s'appelle Snow, les autres c'est pire et en plus y'en a une qui arrête pas de gémir au lieu de parler c'est insupportable. AUCUNE stratégie dans les combats, juste à appuyer sur un bouton et regarder donc on s'emmerde beaucoup et des combats y'en a tous les mètres. Je suis également surprise de découvrir qu'on ne contrôle qu'un seul personnage, les 2 autres sont autonomes du coup j'ai un peu l'impression de mater la TV d'un pote en train de jouer. Très vite je lâche l'affaire, God of War 3 m'aide à passer mes nerfs, ma vie de gamer continue et FFXIII n'est plus qu'un mauvais souvenir, une erreur qui traine au milieu de ma pile de jeux avec sa boite en carton encombrante.

-----

Le temps passe, les jeux aussi. Il y a quelques semaines je me dit qu'il faudrait peut être avant de commencer une nouvelle aventure vidéo-ludique m'occuper de ce qu'on appelle "les jeux en retard". A savoir Bioshock 2, Skate 3 et pourquoi pas si vraiment je déprime FFXIII. Le souci c'est que dehors il fait gris donc je déprime, pas envie de bâcler Bioshock 2 donc je le réserve pour quand j'aurai bien du temps et dans Skate 3 la voix du mec qui te parle tout le temps est insupportable, il arrête pas de gueuler.

C'est donc par la force des choses que j'introduis la galette de FFXIII dans la fente de ma PS3 (rien de sexuel...).

-----

Très vite je me fais chier mais quelque chose à changé en moi, J'AI LA FOI. Je me laisse guider dans l'ennui et, peu à peu, le système de combat s'étoffe (Vive le tutoriel de 7H), les cinématiques sont toujours longues et niaises mais c'est quand même putain de beau, la BO m'évoque parfois l'excellent Cowboy Bebop quand elle s'évade dans des envolées un peu jazzy, les persos ont quand même la classe et jouissent d'un character design de qualité (même si du coup ils font tous un peu gravure de mode), Lightning est bonne et je commence à apprécier le caractère de Hope, j'ai envie de l'aider ce petit gamin introverti !

Doucement je me rend compte que je suis un peu dans la même situation que quand j'ai découvert FFVII, j'avais aussi trouvé le nom de "Cloud" ridicule (en plus en VO il prononçaient ça Clodo), je comprenais pas grand chose non plus, ça me semblait long et fouilli pour pas grand chose au final mais le tout avait du charme et le système de combat était bien chouettos.

La découverte des invocations (les eidolons) achève de me convaincre, finalement c'est pas si mal que ça, le système de stratégies avec les rôles (attaquant, ravageur, soigneur, tacticien et saboteur) rend les combats intéressants. On peut changer de tactique à tout moment pour s'adapter à la situation et il est facile de plier rapidement un combat tout comme se faire méchamment corriger si on ne se montre pas fin stratège. Chaque personnage est associé à une invocation qu'il va devoir vaincre dans un premier temps pour pouvoir l'utiliser par la suite (à la différence d'un FFVII justement où n'importe qui pouvait invoquer n'importe quoi), Lorsqu'un personnage fait appel à son eidolon, les coéquipiers du leader se retirent pour lui laisser la place, on se retrouve donc avec 2 combattants qui peuvent fusionner en un seul (genre Megazord) dont les attaques se font par le biais du stick + boutons et non pas en passant par le traditionnel menu contextuel. Pour ne rien gâcher les animations sont plutôt cools même si 2 femmes qui fusionnent en une grosse moto (Shiva) et un cheval qui laisse derrière lui une trainée de pétales de roses (Odin) c'est quand même aller assez loin dans le mauvais goût. Chaque personnage à son type d'arme (épée, boomerang, flingues...) qu'on peut acheter/trouver puis améliorer avec un système d'xp à partir de matériaux qu'on a trouvé dans le jeu sur le corps des ennemis ou dans des coffres stylisés. Rien d'extraordinaire mais un petit aspect craft sympa grâce auquel on peut également améliorer ses accessoires (anneaux, colliers etc...) pour gonfler ses caractéristiques.

-----

Final Fantasy 13 est un semi-gâchis long, très long à démarrer qui distille ses qualités au compte-gouttes. Pour beaucoup l'aventure ne commence qu'une fois arrivé dans les plaines de Pulse et tout ce qu'il y a avant (plusieurs heures de jeu quand même) ne constitue qu'un interminable tutoriel. Pour peu qu'on aie la patience et l'envie de s'investir un tant soit peu, on découvre un titre agréable à jouer dont le principal point fort est incontestablement son système de combat et qu'on aurait tort de bouder parce-qu'il souffre de la comparaison avec certains de ses ainés.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Vos tests de Final Fantasy XIII

tous les tests