La boîte à sucre de Zaza

La boîte à sucre de Zaza

Par Zaza Blog créé le 13/12/09 Mis à jour le 30/09/11 à 11h14

Mon univers de fille culturée...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Mes sorties

Signaler
Mes sorties

Il fallait bien que je reprenne une dernière fois le métro, le RER et le bus histoire d'aller chercher ce foutu carton buvard sur lequel est inscrit : Diplôme d'Etat d'Infirmer.

Oui, parce qu'il paraît que je peux soigner des gens et ce depuis le 04 Mai 2011, c'est-y-pas formidable ma bonne Lucette ?

Bref me voilà partie avec ma carte de self que je dois rendre et une tunique que j'avais oublié de refourguer la dernière fois.

J'arrive à bon port, mon IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) est au fin fond de l'hôpital, un quart d'heure à patte avec un parc à traverser (j'ai fait ça pendant 4 ans sous la pluie avec la boue, la neige, le cagnard, le vent...) 

- Bonjour, je viens chercher mon diplôme !

- Ah ben oui mais faut d'abord rendre votre carte de self et vos blouse...

- Ok, j'y vais de suite !

Me voilà donc en route pour la régie (à l'opposé de l'entrée de l'hosto et de mon IFSI) pour rendre ma carte, et une traversée de parc plus tard m'y voilà :

- Bonjour ! Je viens rendre ma carte de self, y'a plus de sous dessus !

- Vous avez un RIB?

- Ah ben non ? Mais en même temps il doit me rester même pas 1 eural dessus, c'est vraiment nécessaire?

- Ah ben oui : pas de RIB pas de rendu de carte, vous pouvez aller au village pour retirer un RIB si votre banque y est, sinon faudra revenir...

- Ah oui mais bon j'habite loin... Y'a pas moyen de moyenner ?

- Ben non et pi je suis pas censée être ouvert m'voyez (donc manière jolie pour me dire "tu me fais chiay")...

Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa sal***** de sa mère, donc 3ème traversée de parc, j'ai l'impression de naviguer dans le triangle des Bermudes, je sors de l'hosto à la recherche d'une caisse d'Epargne... Pour une fois j'ai de la chance, y'en a une à 15 minutes de l'entrée de l'hosto et youpi je sors un RIB et c'est reparti pour une petite trotte d'une demi-heure...Retour à la régie :

Re-bonjour ! C'est bon j'ai un RIB !

Ok, il vous restait 2.48 Euros, voilà je peux signer votre papier que vous pouvez donner à l'IFSI pour récupérer votre diplôme !

Uééééé trop super je vais pouvoir me payer des carambars ! Bonne journée.

Re traversée du parc, direction lingerie qui est à coté de l'IFSI, je rends ma dernière tunique, et là c'est la concécration : j'ai plus rien à leur rendre c'est über chouette.

Direction le secrétariat pour récupérer mon Excalibur, MY Precious....

- Re-bonjour ! C'est bon j'ai tout rendu ! Vous voulez ma carte d'étudiante ?

- Non gardez là en souvenirs ! Ok c'est bon... maintenant relisez bien pour voir si y'a pas d'erreurs...

- Ah mais je suis pas née en 1976, je suis née en 1979...

- Ah ben merte, ils sont chiants, ils sont pas capables de lire à la préfecture... Bon ben je peux pas vous donner votre diplôme tout de suite faudra repasser vers le 14 juin... Par contre vous pouvez récupérer votre dossier pédagogique.

Bon... rester ZEN... Ben au moins j'aurais eu mes note de Diplôme avec un jouli 52/60 (grosso merdo 17.33/20) en mémoire et soutenance, et un très honorable 46.5/60 (15.5/20) en mise en situation professionnelle (là je soigne vraiment des gens et je dois connaître leurs traitements les effets secondaires, leur vie et autres trucs importants pour bien les soigner). Pour résumer j'ai eu mon diplôme en cassant la baraque à fritte mais manque de bol j'ai pas eu le truc qui le certifie...

Monde de merde !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Mes sorties

Je suis en ce moment même en train d'effectuer mon dernier stage de mes études en soins Infirmiers.C'est ZE der des der avec diplôme au bout !

Pour ce faire je dois me retaper du transport parisien en commun...

 

En cette belle journée du 8 Mars mon karma de merte avec les transports revient au pas de charge !

Pour pouvoir commencer à l'heure : 6h45 je dois déjà me lever assez tôt puisque mon lieu de stage se trouve à pas moins de 27 stations de métro et 10 minutes de marche de mon très cher home sweet home...

Bref quand tout va bien, je fais grosso merdo une heure porte à porte pour me rendre en service fermé de psychiatrie.

La RATP a décidé de me faire chier jusqu'au bout en fermant la seule station dans laquelle je pouvais effectuer ma correspondance sans trop me rallonger... Bon passe encore je me démerde avec une autre ligne qui me fait passer par Madeleine au lieu de Strasbourg-Saint Denis.

Après je réfléchis au chemin le moins long en temps et décide finalement d'opter pour la double correspondance qui me fait changer 2 fois de métro pour me faire gagner du temps (je prends la ligne 4 pour enchainer sur la 5 afin de récupérer la ligne 8).

Quelle idée de génie j'ai eu, je me suis retrouvée coincée à République, cette saloperie de ligne 8 est en panne, une madame aux hauts-parleurs raconte :

Le trafic est interrompu sur la ligne 8 entre Concorde et Reuilly-Diderot suite à un incident technique... Le trafic devrait reprendre vers 6h30, veuillez blablablabla...

A 5h30 du matin (premières circulations des métros), ces couillons sont pas capables de fouttre une rame en bon état de fonctionnement...Si j'attends, j'arrive automatiquement à la bourre. De toute façon j'arriverais plus ou moins à la bourre de toute façon...Donc je prends un grand bol d'air vicié par une belle peau de renard déposée délicatement au sol sans compter les odeurs de pieds du clodo en train de cuver...

Et comme à cette heure ci, y'a une rame tous les 10 minutes je vois mon temps se réduire en peau de chagrin... Je décide ni une ni deux d'improviser... Je redescend dans le couloir et réfléchis 10 secondes, de toute façon faut que j'aille à Nation dans tous les cas : soit pour prendre le RER A soit pour reprendre la ligne 6 et rechopper la 8 après Reuilly-Diderot... Là je me dis :

PUT(biiiiiiiiiip) MAIS EST-CE QUE J'AI VRAIMENT ENVIE DE ME PRENDRE LA TETE A 5H30 DU MAT' POUR CA ?

Ben il faut bien...Je suis résolue à me dire que ce soir je pourrais dormir après avoir bosser mes démarches de soins et mes planifications.

Arrivée à Nation par la ligne 9 je décide de prendre le RER A... Parce que de toute façon la ligne 8 je suis sure que ça aurait merdé sévère, pi à la bourre pour à la bourre.... Après c'est bus : le TVM qui démarre au bout de 10 minutes et arrivée en courant et en me changeant à la vitesse de la lumière.

Donc pour résumer : au lieu de me faire un trajet pépère avec une seule correspondance et un petit ronflu de 30 minutes dans le métro avant boulo je me suis mangé 5 correspondances , du stress et de la mauvaise humeur avant de commencer ma journée. La seule consolation a été d'arriver seulement 5 minutes en retard.

Vivement que j'aille à pier au boulot, si tout va bien ce sera le cas au mois de mai...

Ne vous demandez plus pourquoi les usagers des transports en ile de France sont aussi souriants !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Mes sorties

En ce moment j'ai comme qui dirait le karma de Pierre Richard alias François Pignon :

Depuis hier soir c'était déjà mal barré...

Vie de merte #1 : Ma voisine

Ma voisine sonne à ma porte toute paniquée... Son chauffe-eau est en rade... Vous allez me dire :

"c'est pas la mort..."

Et ben pour elle, c'est crise de panique parce que sans eau chaude elle peut pas lavée sa maman qui aurait plus sa place en maison de retraite plutôt que dans un 2 pièce de 28 m² absolument pas aménagé pour une personne âgée démente et complètement dépendante sur tous les plans. Bref c'est son choix... Passons...

Là, elle me demande si elle peut doucher sa mère chez moi...

OUUUUUH PINAISE ! Mais même pas en rève ! C'est trop cradingue ! Bon, trouver un prétexte...vite... Ting !

Diplomatiquement et avec beaucoup d'applomb je lui ai dit que ma salle de bain était extrèmement petite et que je voulais pas que sa mère se pète le col du fémur chez moi. Elle commence à me sortir le coup du "vuiiii mais je l'aiderais...je mettrais un escabeau...."... Alors oui mais non, j'ai du lui montrer la configuration de ma salle de bain pour qu'elle me croit... Je suis même aller jusqu'à lui proposer de faire la toilette de sa mère au lit  pour pas qu'elle vienne saloper ma douche..."Ah ben oui mais non ça va la faire lever trop tôt..." , c'est vrai que laisser sa mère dans la pisse et la merde jusqu'à 11:00 du matin c'est plus classe...

Bref, passons... J'arrive à la fin du négoce en lui laissant à elle la possibilité de prendre sa douche chez moi, et lui donne 2 ou 3 conseils pour la toilette de sa mère...mais ça m'a bien fait mal aux fesses de lui laisser mes clés pour ça, j'aurais préférer qu'elle garde mon chat ou qu'elle arrose mes plantes.

 

Vie de Merte#2 : J'ai failli mourru dans le métro (bis)

Ce matin, je me lève à 8:00 pour un rendez-vous à Porte de Vanves, qui est bien entendu à l'autre bout de Paris, c'est  moins long que mon trajet habituel mais à 9:00 c'est l'heure de pointe, donc blindé de gens... Je prends mon petit strapontin, et évidemment arrivée à Pigalle je me lève parce que ça afflut... Le tchoutchou démarre et s'arrête en pleins milieu du tunnel, a pu de lumières, a démarre pu... Gné ? Et là, le conducteur qui nous dit : "Un accident grave de voyageur vient de se produire à Pigalle, nous avons du couper l'électrcité...Merci de patienter..."

Raaaaaaaaaaaaah, nooooon... Pierre Richard sort de ce corps... J'allais être à la bourre pour un rendez-vous hyper important pour mon mémoire de fin d'étude... J'ai mis un mois à avoir ce putain de rencard... Zen, on est trouzemille dans le noir (je vous rassure y'a quand même des veilleuses), il fait une température de 40°C, les gens commencent à paniquer, à utiliser leur journal gratosse pour se faire de l'air...Ca fait un bon 20 minutes qu'on est à l'arrêt... Et là le conducteur très sympa nous annonce :

"Je vais prosséder à l'évacuation du train, attendez que je vienne à votre wagon avant de descendre"

Et là, il débloquent les portes... On ouvre parce que ça devient irrespirable. On a encore attendu une bonne vingtaine de minutes, pendant ce temps là, une touriste espagnole commence à faire un malaise, les gens s'écartent, je lui attache les cheveux et la fait boire, je préviens quelqu'un qu'il faut de l'aide et finalement elle va mieux, on sort du tunnel... Putain faut que je récupère la ligne 13... Raaaaaaaaaaaaaaaaaaa bis...

Je me frappe une petite marche rapide de 10 minutes j'arrive à chopper mon métro et j'essaie de joindre mon rencard au téléphone qui n'est plus trop chargé... Pas de réponse, ça sent des fesses... J'arrive sur le lieu de mon entretien avec près de 30 minutes de retard en étant partie avec une marge d'avance de 30 minutes... Je vais à l'accueil, les  secrétaires étaient en train de discuter le bout de gras pendant que je me battais contre la montre... Enfin elles daignent jeter un oeil à ma petite personne (au bout de 5 minutes quand même), je leur explique mon cas... Et là summum de la loose :

"Ah ben oui mais madame machin a été appelé d'urgence à Necker, faut que vous alliez là-bas pour la voir..."NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON ! Bon c'est mort, je rentre bredouille, j'aurais bien perdu mon temps, ma sueur. Pour rentrer, je reprends la ligne 13 et maline que je suis, je prends un bus.

Je rentre à ma maison, et là je vois de la flotte partout... Bon, elle est venue se doucher, j'ai plus qu'à nettoyer ma salle de bain...FAIT CHIAY !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Mes sorties

Le RER est un moyen de transport spécifique à la région Ile-de-France...

 

Je le prend tous les jours et c'est le moyen de transport le plus pourri qu'il existe en France avec le métro et les bus du STRAV. Et comme de par hasard, ben je dois me taper ça tous les jours à raison de 1 allé et 1 retour variant de 1 heure 30 à 2 heures de trajet correspondances comprises... Tout ça pour faire 30 malheureuses bornes.

Ca commence par la superbe ligne 4 du métropolitain, départ de Marcadet-poissonier pour arriver à Gare du Nord :

Je le prends à 5:37 exactement, ça va c'est pas la cohue, mais si je le loupe je me colle un retard de 10 minutes qui par effet boule de neige me fait louper le RER donc me colle un retard de 10 minutes de plus, qui me fait louper mon bus donc un retard total de 30 minutes en tout... Et v'là le trajet de 2 heures...

Bon passons au RER, quand il est pas en travaux, y'a un couillon qui décide de mettre fin à ses jours et qui trouve que le moyen le plus sur, c'est ma putain de ligne... Et là, il faut rester calme, j'adopte une position yogi sans coller mes pieds sur les sièges parce que sinon c'est 95 euros d'amende et je lévite :

"Je ne suis plus là...je suis paix et volupté...dans un an j'aurais plus à faire ce trajet à la con..."

 A 5:51 (s'il arrive sur le quai 2 minutes plus tard je loupe mon bus à Villeneuve Saint George...), tout va bien mais entre le type qui écoute son rap avec le son pourri de son téléphone sans écouteurs, le lumière dans la tronche, c'est pas très très chouette pour essayer de finir un peu sa nuit. Après une demi-heure de trajet et des arrêt sur tout le trajet, j'arrive à Villeneuve-Saint -George.

C'est l'heure du Bus J2, je le vois se barrer au loin, je regarde l'heure, il est 6:17 et sur le panneau il est indiqué l'heure de ramassage à 6:20...

"PUT(biiiip) de bourdel de m(biiiip) d'en(biiiip) de feignasse de (biiiiip) de chauffeur de m(biiiiip)"

Bon... restons zen, le prochain n'est que dans 10 minutes après tout... 6:30, pas de bus...6:35 toujours pas de bus...6:42 ah ben tiens voilà le bus... Raaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Ce con démarre à 6:45.

Et biensur, comme le bus de 6:30 est pas passé, y'a pleins de gens dedans qui descendent un peu partout donc ralonge le temps de transport jusqu'à l'entrée de l'hosto.

Résultat : arrivée à 7:10 au lieu de 6:40 en service.

Voilà comment bien commencer sa journée...

Maintenant parlons du retour...

Sortie de l'hosto, il est 15:05, et hop on attends le bus, le J1 ou le K...

Parfois j'attends plus de 20 minutes avant d'en avoir un et ce, sous la flotte parce que ces connards ont pas pensé à mettre un abris-bus à l'arrêt...

Je ne vous parle pas des conducteurs de bus qui ont fait attérir un moufflet à l'hosto parce que l'un d'entre eux a pilé comme un malade mental, et par conséquent, un gamin s'est mangé une barre qui traînait à la hauteur de sa bouche et s'est fait refaire les dents du haut. Je ne vous parle pas non plus des esprits qui chauffent, baston dans le bus et toujours ces mêmes petits branleurs qui n'achètent pas de casque et écoutent leur merde en en faisant profiter tout le bus même ceux qui n'ont rien demandé.

On arrive à Villeneuve-Saint-George, là je monte sur le quai et j'attends le train une bonne dizaine de minutes et quand j'ai du bol y'en a un déjà à quai et je cours.

Là je monte dans le tchoutchou, vendredi il faisait chaud, et forcément comme on paie pas assez cher nos forfaits mensuels 4 zones, on a pas la clim dans le four par contre le chauffage fonctionne hyper bien en hiver quand on a sorti les mouffles, les moonboots et les parkas. Sinon je me plains pas je suis assise.

On arrive à gare du Nord, vous vous rappelez y'a eu une émeute là-bas y'a 1 ou 2 ans. Ben je comprends pourquoi...

J'arrive en gare avec l'heure de pointe un peu quand même, et au moment de sortir, un monsieur me barre la route. J'avais mon casque sur les oreilles et donc je lui dis gentiment : "je sors ! ", il est un peu dur à la comprenette, et je suis un peu crevée de ma journée...

Je le bouscule légèrement pour lui faire comprendre que je sortirais avant qu'il ne rentre, et ce GROS connard avec un C majuscule, tente de m'étrangler et me repousse en arrière. Je lui hurle dessus, lui fait un petit croche-patte au passage et lui rapelle les règles de politesse par des petits noms d'oiseau pour enfin m'extirper du four et me retrouver sur le quai. Je bougonne et me dit "Putain y'a vraiment des malades mentaux ici...".

Dernier petit tour de four avec le métro, on a les odeurs de fin de journée, j'ai plus de jambes et j'ai 4 stations à tenir debout serrée entre un gros monsieur qui sue et une connasse qu'a toujours pas compris que les strapontins en heure d'influences sont interdits...

Je sors du métro et tel un vampire, je me dépèche de rentrer chez moi pour virer mes grôles qui fument tellement mes pieds ont marché, et je me vautre sur mon sofa en me disant qu'il me reste plus longtemps à tenir...

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler
Mes sorties

Bien nous a pris d'écouter Moussif et sa dame pour aller faire un tour au musée Maillol dimanche dernier !

Je vous parle bien entendu de l'exposition "C'est la vie", qui nous fait une excellente rétrospective sur les vanités.

Alors les vanités quèsaco ? Ben quelqu'un de vaniteux c'est quelqu'un qui s'autosatisfait parce qu'il est généralement considéré comme futile par les autres...

Dans le cadre de l'exposition, une vanité est une nature morte qui représente la futilité de la vie. Ben oui ma bonne dame ! Si on réfléchit 2 minutes, c'est assez futile la vie, on finira bien par crever un jour, non ?

Ben y'a des mecs (les humanistes) qui ont un peu réfléchi au concept, et comme leitmotiv, ils ont décidé d'opter pout "Memento mori", petite locution latine pour leur rappeler qu'ils font caca comme tout le monde et qu'on est bien peu de chose dans ce monde. Et voui... une sorte de cercle des pouet disparus un peu plus gothique grosso merdo.

Ces humanistes sont issu de la Renaissance, petite période bien sympatique pendant laquelle ont surgi pas mal de progrès : l'imprimerie, l'accès aux livres, les petits plaisirs de la connaissance. Donc comme ceux sont des petits plaisirs, ben les peintres ils ont décidé de s'en détacher et de relier cette futilité à celle de la mort.

Et voilà tit pas qu'on se retrouve avec des natures mortes !

C'est pourquoi on retrouve dans les vanités des crânes humains, pour symboliser la mort mais aussi d'autres objets qui symbolisent la futilité des petits plaisirs de la vie et la démonstration du temps qui passe.

Y'a pas beaucoup de lumière dans les peintures. La mort, c'est pas très fun comme sujet mais ça a tendance à se renverser avec les artistes contemporains.

On retrouve souvent des objets scientifiques (des bouquins, des instruments de mesure, de torture...pardon de "médecine"...), on y retrouve aussi la musique ( des instruments, partitions...), la richesse (pleins de pognon, des épices de choix, des tissus nobles tels que le velour ou le satin).

Pour le symbole du temps qui passe, on a les bougies, les escargots et autres insectes rampants preuve d'un état de putréfaction symbole de détachement de l'enveloppe charnelle...

Des fois on retrouve des gens qui sont en pleine reflexion Shakspearienne qui tienne un crâne : "To be or to be..." tralala...

Voilà l'idée de base avec laquelle il faut appréhender l'exposition, après je vous conseille de la faire de façon chronologique et de lire les titres des oeuvres et les petits textes à coté, ça peut vous ouvrir énOormément l'esprit sur les intentions parfois bordéliques des artistes contemporains !

Commencez votre visite par le 1er étage : vous y trouverez les peintres classiques tels que Caravage, Zurbaran ou encore un De La Tour qui vous arrachera la rétine tellement il claque ! D'ailleurs je vous colle un petit exemple du sieur de La Tour pour vous faire un peu saliver, c'est une oeuvre hors expo mais ça pète !

 

Au même étage vous trouverez des artistes anonymes, et les peintres modernes allant de Géricault à Cézanne, Picasso, Braque... Y'a même une oeuvre qu'est top classe et qui va vous faire péter la cornée, mais comme une nouille je suis incapable de retrouver le nom de l'artiste, mais vaut mieux éviter d'être daltonien parce que les couleurs elles pètent ! Nom d'une flûte en bois...grrrr... c'est rageant cet oubli ! Vous avez qu'à y aller pour vous rendre compte !

Bref... vous poursuivrez la visite par le 2ème étage avec des photographes et sculpteurs contemporains, avec parfois des oeuvres du XVème mélangé avec histoire de faire les liens ! Y'a même mes deux photographes préférés qui y sont exposés : Cindy Sherman et Joël-Peter Witkin, d'ailleurs je vous met celle que j'ai vu en vrai en image de suite :

 

 

Après on passe à l'art contemporain au rez-de-chaussée avec les Basquiat, Warhol (je vous ferais un topo sur le pop'art dans peu de temps) et autres artistes de la même trempe comme Keith Harring ou encore Niki de Saint Fal, la même qui nous a collé des trucs bariolés en papier maché dans une fontaine non loin des Halles : Fontaine Stravinsky), on croise au même étage un cabinet de curiosité ludique avec des objets marrants tels que des crânes académiques, des pommeaux de cannes en forme de crâne, une mosaïque de Pompéï et autres goodies sympatoches !

Terminez votre visite au sous-sol avec une vidéo sur une installation permanente de la plus grande vanité au monde : plan travelling d'une demi-heure avec toute les symboliques sont je vous ai parlé plus haut et quelques commentaires parsemés pour éclairer le spectateur. Vous pouvez par la même occasion vous faire un petit roupillon...

En tout cas pour les fans de crânes, représentations de la mort à pleins de niveau différents, c'est plutôt une excellente exposition.

L'entrée n'est pas hors de prix : 11 Euroboule (gratuit pour étudiants en école d'art, et inscrits à la Maison des artistes, réduc pour les étudiants et chomeurs...)

Pour 160 oeuvres et 5 siècles d'histoire (sans compter la mosaïque de Pompéï), ça les vaut bien ! En plus vous pouvez avoir les commentaires gratosses (vous savez les espèces de talky-walky de touristes làààà)

Si j'ai réussi à vous motiver, j'en suis forte aise, enjoyez !!!

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

Bienvenue dans le monde des chokapic, des chamalow et des tendresses...

En passant par une petite visite au musée, des chansons et musiques que j'aime bien et des livres que dedans y'a des belles images et autres trucs qui font de ma boîte à sucre un vrai ramassi de conneries...

Archives

Favoris