Jardin des jeux perdus

Par wild Blog créé le 01/11/11 Mis à jour le 21/06/12 à 20h31

Sur ce blog je parlerais de plusieurs jeux, souvent peut connus, qui traine au fond de mes placards...

Ajouter aux favoris
Signaler

Avertissement 1: cet article spoile totalement, du début à la fin, le jeux Harvester. Etant donner l'age et la rareter de ce jeux je ne pense pas gacher beaucoup de chose à grand monde. Mais au cas où: Dans le cas tres peut probable où vous comptier jouer à ce jeux, ne le liser pas.

Avertissement 2: le jeux Harvester étant tres gore et malsain, l'article, les photos et les vidéos le son aussi. Etant donner le style "série B" du jeux, je ne pense pas que cela va choquer grand monde. Ne liser néammoins pas cet article si vous ne voulez pas voir de chose sanguignolante. Attention, les enfants ne sont pas épargner.

Journal de Steve,

Je me réveille sur un lit inconnus, suites à des cauchemars étranges et horribles. Immédiatement plusieurs évidences me frappes: en premier lieux je suis amnésique. J'aimerais pouvoirs dire que c'est surprenant et inquiétant, mais en fait j'ai déjà été amnésique tellement de fois que je n'arrive plus à les compter. Quel secrets incroyables vais-je découvrir sur mon passer ? quel révélations surprenantes vont elles m'être infliger par des scénaristes en manque d'inspirations ?

Deuxième constatation: je suis... et bien... disons que j'ai rarement eu un corps comme ça. Moi qui est été prince de perce, dieux de la guerre, ou athlète asiatique adepte de parkour, être maintenant Steve est... inattendus.

Steve, un vrais héros des temps moderne


Oui, je suis incarner par un vrais acteur (quoi que...), car mon jeux est sortie en 1996, une époque ou l'on ne savais pas encore si le futur vidéoludique allais se tourner vers la 3D ou les acteurs digitaliser.

Harvester à été conçus par DigiFx Interactive, une boite qui à ma connaissance n'a fait que deux autres tous petit jeux. La grande star du développement était Gilbert P. Austin, qui avait participer à des jeux cultes tel que Privateer, Wing Commander II, Wing Commander III et Strike Commander. Il semble qu'il avait mis tous sont coeur dans ce projet (le scenario et la "réalisation" est de lui). Mal lui en à pris parce qu'après l'énorme échec commercial du jeux, j'ai perdus ça trace sur le net. Si quelqu'un à des nouvelles qu'ils n'hésite pas.

Ce jeux à été très controversé à l'époque. En effet il est sortie en plein milieux d'un temps où l'on accusais régulièrement les jeux vidéo d'être violent, sataniste, malsain ect...
Ici nous avions Famille de France, qui passait à chaque journal téléviser des qu'un jeux un peut violent sortait (ha... l'affaire du premier GTA ou de DOOM 2... que de souvenirs). Le jeux n'étant pas assez populaire ou bon pour être défendus sérieusement, beaucoup de revendeurs en France me semble avoir fait l'impasse sur ce titre. Il était assez difficile à trouver lors de sa sortie, et bizarrement j'ai eu mon exemplaire à un prix très bas alors qu'il venait de sortir, comme si le propriétaire du micromania voulait se débarrasser au plus vite de cette boite maudite.


Les graphismes sont également la cause de l'échec commercial: soyons clair, Harvester est moche, même pour l'époque. Les acteurs digitaliser créer souvent une bouillie de pixel, et les décors sont souvent dépouiller et gris. Un mauvais gouts ambiant règne sur le jeux sans qu'on arrive à déterminé si c'est voulus, ou si les graphistes n'avais juste pas de talents.

Beaucoup d'ecrans sont assez laid


Tous cela en tête, je part explorer se monde à la recherche de réponse. Bien vite je découvre que je m'appelle Steve Mason, que j'habite la ville d'Harvest, et que je dois me marier dans deux semaines à une certaine Stéphanie.

Normalement cette image va me rapporte une bonne centaine de vue en plus sur mon blog, ou pas.

Merci Stéphanie, mais tu à le droit d'ouvrir les yeux quand tu parle tu sais ?


Mais mon coter violent découvre surtout que je peut frapper n'importe quand d'un simple clic droit, ce qui permet d'attaquer voir de tuer n'importe qui, y compris les enfants:


Voila pourquoi il ne faut pas laisser les enfants jouer à Call of Duty...

Les habitants de la ville sont étranges, dérangeant. La plupart ont des obsessions qui les définies totalement: Mr Jonson est obnubilé par sa Tucker (voiture de collection), les clients du coiffeur chasses les ET, une voisine semble sexuellement attiré par les guêpes, les pompiers sont tous gay (du type grande folle), ect...

Hum... heu... c'est cela oui...


Le pire de tous est certainement l'unique militaires qui garde la base atomique (situer en pleine ville). Ce vaillant soldat culs de jatte qui hais par dessous tous les communistes.

Un vrais Patriot


La seule personne à peut près normal dans cette ville, c'est Stephanie Pottsdam. Ma future femme semble étonnamment cohérente à coter de tous ces fous. Stéphanie est également amnésique, et trouve aussi que quelque chose sonne faux dans cette ville. Elle aurait pus être d'une aide précieuse pour fuir cette endroit si seulement elle n'était pas si cruche... mais également enfermé dans sa chambre par ses parents, qui veulent s'assurer qu'elle reste pure jusqu'au mariage.

On à fait du chemin jusqu'à Mass Effect n'empeche...


D'ailleurs profitons en pour parler du père Pottsdam: celui-ci ne fait pas mystère de son objectif dans ce mariage: ce fan absolue de viande compte profiter de l'union entre sa fille et moi pour obtenir l'accès à abattoir de la ville, son eldorado à lui, actuellement propriété de mon propre père.


Autre personnage particulier: le shérif de la ville est un homme violent et mauvais, adepte des menaces à peine voilé et des tartes.


Au fil de mes exploration en ville j'apprends deux choses: une collecte de sang va se dérouler dans quelques jours, les dons sont obligatoires et conséquent, aucune aiguille n'est utiliser lors du processus, et d'après là façon dont les habitants en parle, je ne vais probablement pas y réchapper.

La seconde chose est que toute la ville est battis autour d'un temple dédié à une secte mystérieuse et toute puissante appelé l'ordre. Tous pousse à croire que c'est là-bas que j'y trouverais les réponses d'autant plus que les adeptes de l'ordre sont exempté de dons de sang.

Le gardien de l'ordre est celui qui me donnera des missions lors de toutes l'aventure.


Mais le gardien de la porte m'explique que pour rentrer dans l'ordre, je dois passer plusieurs épreuves dans toute là ville. Ho des broutilles, récupéré un formulaire, volé un tissus chez les pompiers, rayez la tucker de Mr Johnsson.

Ayant la moralité de Nikko Belick, et de toute façon comme les développeurs ne m'ont pas laisser d'autre choix, je commence donc à remplir une par une les missions. Seulement voila: à chaque fois des répercutions imprévisibles se produises: par exemple, après avoir volez une enseigne de collection au coiffeur de la ville, j'oublie les fils dénudé au milieux d'une flaque d'eau, provoquant la mort du propriétaire le lendemain matin quand celui-ci allume la lumière.

En fait le scénario d'Harvester rappelle beaucoup celui de Bazaar, de Stephen King. Le joueur est pousser à effectuer des méfaits qui semble au début mineurs mais qui débouche souvent sur un drame. Au détour d'un dialogue, j'apprends que les pompiers se sont tous entretuer à la hache suite au vol de tissus, quelque jours plus tôt...

Mais le pire est la dernière mission, où je dois carrément mettre le feux au café (vide) du coin...



Mais bon, tous ça c'est pour la bonne cause: ma survie. Et au final j'arrive enfin au bout de ces missions étranges. Le gardiens m'invite donc à rentrer chez moi en attendant l'invitation de l'ordre qui ne devrais pas tarder.

Et c'est là que c'est arrivé...



Ssssstéphannnniieeee ! nooooon ! comment je vais faire sans toi ? bon en fait ça ne change rien vus que tu ne servais à rien, mais quand même... ta personnalité de vache morte va me manquer...

Mon invitation en poche, je peut donc enfin rentrer dans l'ordre et obtenir des réponses. L'intérieur du bâtiment est pour le moins surprenant: les pièces semble agencé sans aucune cohérence, chacune sur un thème différent (fête d'anniversaire sanglante, laverie, fumoir, bibliothèque), et regorgeant de personnage haut en couleurs

Mauvais jour du mois ?

 Beau Papa m'aide à attirer le lectora féminin sur mon blog. Merci beau papa

 Le classique Clown tueur avec tronsconneuse

Une remarque d'ailleurs: de temps en temps le jeux permet plusieurs solutions à un même problème: on peut faciliter certaine énigme à coup de hache ou alors de manière totalement non violente



Finalement, après pas mal de mort violente et sales, j'arrive enfin au bout de ce temple. Bonne nouvelle, Stéphanie est vivante, mais surtout, j'ai enfin des réponses.

La gardien m'explique que je suis dans un monde virtuel. Celui-ci à pour but de me former à rentrer dans la véritable secte. Une secte de tueur en série ayant pour but de ce semer le chaos sur le monde. Les seules personnes réelles dans ce monde sont Stéphanie et moi.

Il me donne le choix: me marier avec Stéphanie et rester dans ce monde virtuel. Ils débrancheront mon système de survie et je mourrais en quelque minutes, mais celle-ci me paraitrons des années où je pourrais vivre en paix.

Ou rejoindre l'ordre et devenir en véritable tueur en série. Mais pour cela, il y à un dernier prix à payer: tuer Stéphanie...

et maintenant je choisis quoi ?

Fin good

Fin bad



Harvester un jeux étrange et atypique. Une bizarrerie dans le monde vidéoludique. Je ne peut réellement pas dire si le jeux est bon ou non: d'un coter la technique est totalement dépasser, même pour l'époque, et le gameplay réunis toutes les erreurs à ne pas faire dans les jeux d'aventure (énigme illogique quasiment impossible sans essayez toute les combinaisons, obligations de cliquer partout pour trouver certains objet cacher sur trois pixel ect...). Souvent les objectifs manque de clarté: le jour on dois chercher des objets pour accomplir la mission, ce qui fait tomber la nuit quand on les à tous et permet de l'accomplir. Seulement voila: comment deviner quel objets seront nécessaires ? On se retrouve trop souvent à déambuler au hasard en ville en espérant ramasser un objet qui trainait la pour lancer la séquence de nuit... de plus la tache est rendus difficile car beaucoup de lieux et de personnage ne serve à rien et peuvent être totalement ignorer au cours de l'aventure. Finalement certain jours sont résolus par seulement deux ou trois actions utiles...

Un mot sur le doublage FR: il est évidemment mauvais, mais bizarrement cela n'est pas vraiment un soucis pour ce jeux. Le jeux étant déjà très série B, il semble presque logique d'avoir des doubleurs un peut à l'ouest qui double plusieurs personnages en essayant de changer leurs voies. Bizarrement au milieux de ces doublages médiocre, je suis quasiment sur d'avoir reconnus la voie de Pierre Hatet, le doubleur du doc dans retours vers le futur (et du Joker dans la série animé et les jeux batman récent). est-ce qu'il c'était perdus le jours de l'enregistrement ?! Cette fois c'est un postier pyromane qui semble avoir exactement la même voie que le doc.

Du coter des choses réussis, on peut dire que l'ambiance est plutôt bonne, voir hypnotique. On se sent obligé de parcourir la ville pour découvrir chaque personnage malade et chaque situation délirante. Certain dialogue sont plutôt bien écris fond souvent sourire. Le scenario, bien que finalement assez banal, est assez étrange pour suscité la curiosité.

Harvester, finalement, est un jeux sortie quelque années trop tard: dépasser au niveau du gameplay, graphiquement et même de la philosophie du tous gore du jeux. C'est un produit violent et malsain sortie à un moment où les développeur, journaliste et joueur, criait à tue tête que tous les jeux n'était pas violent et malsain. Sacrifier sur l'hôtel du bon gout, Harvester restera une bizarrerie vidéoludique, attendant dans le noir pour happer dans sont monde des gamer un peut trop curieux...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

wild
Signaler
wild
Merci pour ton commentaire Spycal, j'avais un peut oublier cet article que j’avais écris il y a très longtemps :-)
spycal
Signaler
spycal
Un ovni comme je les aime qui offre une bonne tranche de rigolade ! Et effectivement vers la seconde partie des années 90 le jeu vidéo a énormément été jugé comme diabolique et malsain.
Juju Dadidou
Signaler
Juju Dadidou
Je n'en avais jamais entendu parler mais ton article donne envie de le découvrir :)

Archives

Favoris