Un point c'est Tsu.

Par tsufeng Blog créé le 28/12/09 Mis à jour le 20/11/11 à 16h10

Ajouter aux favoris

Catégorie : Lire.

Signaler
Lire.

Amateur de roman fantasy et amoureux des mots,

tu n'en peux plus des hobbits poilus de J.R.R Tolkien, tu en as souper de l'assasin royale de robin Hobb, tu en assez de l'albinos de Michael Moorcock, alors suit les aventures de Gusephal Benvenuto.

Crapule sans morale,assassin sans scrupules,paranoîaque pathologique au service d'une politique impitoyable dans "Gagner la Guerre" premier roman de 684 pages(!), écrit par Jean-Philippe-Jaworski professeur de lettres modernes a Nancy.

"Don Benvenuto est un personnage racoleur : je l'ai choisi délibérément pour tapiner et flatter les mauvais instincts du public. Je dois même avouer qu'il représente beaucoup de choses qui me sont antipathiques : l'égoïsme, le mensonge, la brutalité, l'anomie, sans oublier ce vice terrible, la fanfaronnade !"

"Mais l'influence majeure reste Le Prince, de Nicolas Machiavel. Fondamentalement, Gagner la Guerre avait pour projet d'être l'illustration romanesque de la pensée politique de Machiavel. Je me suis d'ailleurs amusé à glisser le diplomate florentin à l'arrière-plan du récit : la carrière de Corvilio est une variation fantasy de celle de Machiavel."

Via

"Au bout de dix heures de combat, quand j'ai vu
la flotte du Chah flamber d'un bout à l'autre de
l'horizon, je me suis dit : « Benvenuto, mon fagot,
t'as encore tiré tes os d'un rude merdier. »
Sous le commandement de mon patron, le podestat
Leonide Ducatore, les galères de la République de
Ciudalia venaient d'écraser les escadres du Sublime
Souverain de Ressine. La victoire était arrachée, et
je croyais que le gros de la tourmente était passé. Je
me gourais sévère.
Gagner une guerre, c'est bien joli, mais quand il faut
partager le butin entre les vainqueurs, et quand ces
triomphateurs sont des nobles pourris d'orgueil et
d'ambition, le coup de grâce infligé à l'ennemi n'est
qu'un amuse-gueule. C'est la curée qui commence.
On en vient à regretter les bonnes vieilles batailles
rangées et les tueries codifiées selon l'art militaire.
Désormais, pour rafler le pactole, c'est au sein de la
famille qu'on sort les couteaux.
Et il se trouve que les couteaux, justement, c'est
plutôt mon rayon..."

Au édition Les moutons électriques dans la collection La bibliothéque Voltaïque.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Lire.

Le palimpseste (du grec ancien παλίμψηστος / palímpsêstos, « gratté de nouveau ») est un manuscrit écrit sur un parchemin préalablement utilisé, et dont on a fait disparaître les inscriptions pour y écrire de nouveau. Cette méthode fut utilisée au Moyen Âge surtout entre le VIIe siècle et le XIIe siècle, par des copistes qui, le parchemin coûtant cher, réutilisaient d'anciens manuscrits pour y copier de nouveaux textes. Pour cela, les vieux manuscrits étaient préalablement désencrés ou effacés grâce à de la pierre ponce.

Le Palimpseste d'Archimède : Une copie de l'ouvrage d'Archimède La Méthode datant du IXe siècle (De la sphère et du cylindre ; De la mesure du cercle ; La quadrature de la parabole ; des corps flottants ; etc.), fut transformé en livre de prières au XIIIe siècle, à Constantinople[2].

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Lire.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Lire.

animalcule masculin

  1. (Didactique) Petit animal qu'on peut voir seulement qu'à l'aide du microscope dans certains liquides.
    • La solitude de l'Océan n'était troublée que par le passage de quelques souffleurs, qui fréquentaient les eaux vertes où pullulent ces myriades d'animalcules microscopiques dont ils font leur unique nourriture. (Jules Verne, Le Pays des fourrures , 1873)
Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Lire.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Archives

Favoris