Le Blog rétro de Tompouce

Par Tompouce75 Blog créé le 16/01/19 Mis à jour le 23/03/19 à 17h58

TOP 5 de jeux rétros selon mes envies. N'hésitez pas à demander un TOP 5 qui vous ferait envie personnellement!

Ajouter aux favoris
Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

La Saturn a connu déjà sur ce blog les honneurs d'un classement de ses plus grands shoot them'up, et c'est aujourd'hui en toute logique que nous allons nous attarder sur la ludothèque de la mythique PC-Engine, et plus précisement son extension CD-Rom qui a connu un bon nombre de titres de qualités de ce même genre. Nous allons pouvoir confirmer que la réputation de reine des shoot them'up n'est pas usurpée concernant la 8bits de NEC, chérie des joueurs.

Accordons comme de coutume maintenant un peu de place aux titres qui méritent d'être joué mais qui ne figurent pas dans le présent classement, la faute à un plateau trop relevé, et citons pêle mêle: le difficile mais jubilatoire Download 2, le rigolo L-Dis, ou le kawai Fantastic Night Dreams Cotton, qui fait honneur à la série. Sans oublier celui qui a eu droit d'être mis en avant lors du Hudson Caravan, le diabolique Nexr, mais aussi le transfuge de la Megadrive Hellfire S, et les opus des séries Darius et Gradius que sont Super Darius 2 et Gradius 2. Une véritable avalanche de jeux de grande qualité qui vous feront relancer encore et encore votre Nec PC-Engine CD. 

Passons sans plus tarder aux choses très sérieuses maintenant, et voyons qui arrive à ce positionner sur le podium de ce plateau extrêment relevé. Voici sans plus tarder les 5 plus grands shoot them'up de la PC-Engine CD.

 

Numéro 5: Ginga Fukei Densetsu Sapphire sur PC-Engine CD

Impossible d'aborder un classement des meilleurs shoot them'up de la console sans s'attarder sur Sapphire, dernier jeu d'envergure à voir le jour en 1995 sur la console et développé par le génial CAProduction, un nom qui résonne comme une douce musique aux oreilles des fans de NEC et qui va souvent revenir au sien de ce Top. Si le gameplay du titre ne devrait pas lui permettre de figurer dans ce Top, l'enrobage du titre lui attribue quasi automatiquement une place de choix. N'exagérons pas, le soft n'a rien d'un mauvais jeu, il est simplement quelques fois un peu inégal et certains stages sont bien plus passionnants à traverser que d'autres. On est très loin de l'ennui, bien au contraire, tellement tout s'enchaine à un rythme de folie, sans aucun ralentissement s'il vous plait. L'écrin dans lequel repose Sapphire participe grandement à en faire une expérience inoubliable. Les animations ne sont pas les seules à vous enchanter, et les graphismes tirent le maximum des capacités de la console, soutenue à bout de bras par la carte Arcade Duo indisenpensable, et proposent de nombreux effets de 3D, de transparence ou de scrolling parallax qui constituent un véritable régal pour tout amateur de shoot them'up qui se respecte. La musique est un vrai bonheur pour nos oreilles et soutient l'action à chaque instant, garantissant une immersion parfaite. Certaines mauvaises langues vous diront que Sapphire est aujourd'hui introuvable dans sa version originale, cependant je ne saurais que vous conseiller une réédition de la game PC-Engine Memories qui propose une alternative de grande qualité pour un tarif parfaitement raisonnable. Tous à vos manettes, idéalement avec un ami, pour traverser ce sublime déluge de balles et lasers, vous n'avez plus d'excuses!

 

Numéro 4: Star Parodier sur PC-Engine CD

Tout joueur un tant soit peu attiré par les shot them'up a forcément un jour dans sa vie essayé un titre de la série des Parodius. Série phare de Konami dans les années 1990, elle reprends les code d'une vénérable série plus austère, celle des Gradius, et transforme l'expérience en délire vidéoludique que seul un éditeur typiquement nippon est capable de nous pondre. Le succès de cette série va donner des idées à Hudson Soft, éditeur chevillé à la PC-Engine et éminent spécialiste des shoot them'up, notamment par le biais de sa série des Soldiers sortis sur Pc-Engine, constituée de Super Star Soldier, Final Soldier et Soldier Blade. Vous l'aurez compris, l'éditeur à l'abeille va avec Star Parodier, apporter à sa série phare une version loufoque tout en tons pastels, en musiques délirantes et à l'humour omniprésent. La comparaison avec Parodius ne s'arrête pas la. Konami propose des personnages emblématiques de ses autres séries comme vaisseau afin de parcourir ses niveaux? Qu'à cela ne tienne, Hudson Soft vous propose d'incarner Bomberman voire même...une PC-Engine se battant à coup de CD. Oui, vous aurez le loisir de parcourir le jeu en compagnie d'une liseuse de CD et de Hu-Cards, et cartonner vos ennemis jusqu'à ce...qu'ils se rendent rangent à votre cause à grand renfort de déploiement de drapeaux blancs, car bien entendu on ne meurt pas dans Star Parodier on se rend devant tant de délire! Enfin pour terminer ce parallèle avec la série de Konami, il convient d'indiquer que tous ces jeux sont absolument incontournables pour les fans de shoot them'up, bénéficiant tous, en plus de leur atmosphère particulière, d'une réalisation impeccable, et Star Parodier ne déroge pas pour notre plus grand bonheur à cette règle, propulsant fort logiquement ce shoot them'up dans le quatuor de tête des softs du genre sur la machine.

 

Numéro 3: Gate of Thunder sur PC-Engine CD

Red Entertainment parlera à tous les fans de la NEC, le studio d'édition d'Hudson ayant largement participé au succès de la petite 8bits blanche. Mais c'est un peu vite oublier le nom du développeur qui se cache dèrrière l'essentiels des titres édités par Red, et ce nom c'est celui de CAProduction. On dirait bien que l'on tient comme un fil conducteur pour ce classement non? Et quoi de mieux pour CAProduction que de proposer un shoot them'up pour inaugurer la venue de l'extension CD de la console? Et tant qu'à faire, un titre de légende ou l'excellence cotoie le plaisir et l'exigence de parcourir l'espace à un rythme démentiel. Oui Gate of Thunder est peut être un jeu de la première génération sorti sur le support mais il n'en demeure pas moins une franche réussite sur plusieurs plans. Tout juste pourrait-on lui reprocher une durée de vie trop réduite car un expert du genre pourra se vanter de le terminer en quelques dizaines de minutes montre en main. Cependant, la difficulté est au rendez-vous et avant de réaliser un tel run, il vous faudra vous entrainer comme un acharné. La réalisation de ce soft est tout simplement fabuleuse. Les graphismes sont fins et détaillés à souhait, les animations irréprochables il faut vraiment voir le titre em mouvement pour le croire parfois, cela tient de la prouesse vu la vitesse à laquelle le jeu vous fait traverser ses différents niveaux. Et puis...il y a ces musiques! Incroyables de qualité pour l'époque, tirant parti à merveille du tout nouveau support CD, et qui dans un style rock et métal vous plongent littéralement tambour battant dans l'enfer de la geurre galactique Immersion immédiate garantie, vous ne lâcherez pas le pad avant d'avoir, épuisé de changer constamment d'arme à la volée et d'optimiser l'utilisation de votre bouclier, abattu le gigantesque boss final. Gate of Thunder, le shoot them'up infernal ultime de la PC-Engine? Peut-être bien...

 

Numéro 2: Serei Senshi Spriggan sur PC-Engine CD

Compile est certainement le seul développeur qui peut se targuer d'être arriver à faire jeu égal avec Red et CAProduction sur le support CD de la PC-Engine. Fort de son expérience en matière de shoot them'up, avec notamment le très brillant MUSHA paru sur Megadrive l'année précédente, le développeur qui souhaite étendre sa franchise sur d'autres consoles, vient proposer une suite incarnée par ce Serei Senshi Spriggan, sur la 8bits de NEC, et une nouvelle fois parvient à ravir le monde entier. Nous sommes en 1991, et si nous avons la joie de découvrir un monde médiéval qui tranche avec l'ambiance nippone du précédent épisode, la formule reste relativement similaire tout en s'améliorant notamment au niveau du système de gestion des armes qui permet encore plus de possibilités par le biais du mélange d'orbes de couleurs que vous pourrez amasser dans l'odre qui vous plait et forger ainsi l'arme de vos rêves. Ces même orbes servant également d'attaque spéciale à usage unique afin de faire le ménage autour de vous en cas de coup dur. Graphiquement le titre est superbe, encore une fois il est difficile de croire que nous sommes sur une console 8bit, et support CD oblige, quelques scènes animées du plus bel effet ponctuent le titre pour renforcer votre intérêt. Les animations sont à la hauteur des plus grands softs du genre et tout est en mouvement autour de vous de la manière la plus fluide qui soit. La durée de vie est très correcte, et le titre se parcours avec un grand plaisir, et ce même pour les joueurs les moins perfectionnistes qui pourront progresser sans encombres, la difficulté étant particulièrement bien dosée. Compile nous propose donc avec Serei Senshi Spriggan une véritable perle du shoot them'up sur PC-Engine CD, un incontournable de la console, avant de se tourner pour une suite spirituelle sur Mega-CD, en proposant Robo Aleste, autre shoot de légende, mais ceci est une autre histoire...

 

Numéro 1: Winds of Thunder sur PC-Engine CD

On prends les même et on recommence? Oui mon bon Monsieur et on en redemande! Hudson Soft? Présent! Red Entertainment? Présent! CAProduction? Présent! Et c'est pourquoi s'il vous plait aujourd'hui? Oh, pas grand chose, simplement le plus grand shoot them'up de la console reine du genre. Ah intéressant ça, et comment s'appelle-t-il ce fameux soft? Il s'agit de Winds of Thunder pardi! Ou encore Lords of Thunder pour nos amis outre-atlantique. Et dire qu'allergique aux shoot them'up que j'étais, encore jeune minot, je ne pouvais pas supporter sa version Mega-CD. Quel ignare j'étais! Car force est de constater qu'en se replongeant dans un tel titre sur PC-Engine CD, et avec quelques années disons...d'expérience au compteur; je ne peux que me rendre à l'évidence: Winds of Thunder est sur cette console LE shoot them'up ultime version 8/16bits. Un véritable diamant brut, taillé dans une musique rock phénoménale et doté d'une réalisation à tomber! C'est simple, on me dirait que le jeu tourne sur Saturn que je trouverai qu'il exploite à merveille les capacités de la console. Aux commandes d'une armure élémentaire de votre choix vous allez parcourir le monde de Mistral afin de vous défaire du maléfique Deoric à travers 7 stages ou vous l'aurez compris, vous allez en prendre plein les oreilles, plein les yeux, et suer à grosses goûtes manette en main, et surtout, surtout, goûter à la crème de la crème du shoot them'up, une expérience dont vous vous rappelerez une vie entière. Courrez acheter Winds of Thunder ce n'est pas tous les jour que l'on pose les mains sur une telle merveille!

 

Elle a tout d'une grande cette "simple" 8bit n'est ce pas? Le succès mérité de la PC-Engine au Japon est amplement justifié au regard de la qualité des jeux qui ont orné sa ludothèque. Cette sélection de quelques shoot them'up d'exception en est la pafait exemple: NEC a su apporter une technologie alors encore largement inconnue dans les salons de tous, et l'extension CD de la console permet de sublimer l'expérience notamment par le biais de musiques d'une qualité encore inégalée à l'époque ou de scènes animées impensables il y seulement quelques années auparavant. Certains jeux tels que Gate of Thunder ou, pour digresser quelque peu, comme Y's   1&2 m'ont vraiment fait comprendre que le média allait passer dans une autre dimension.

Bravo à NEC et Hudson pour cette audace et merci d'avoir partagé tant de talent et d'avoir fait de la Pc-Engine une console aussi unique monde. Au fait, je vous ai déjà parlé de Red Entertainment et de CAProduction, non parce que ces deux là...Bon bon vous connaissez la chanson! Et vous quelle est votre chanson favorite? Quel shoot them'up mérite les honneurs de ce classement sur PC-Engine CD?

N'hésitez pas à partager vos émotions et commentaires à ce sujet, et...

A très vite pour un nouveau Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

 

Certes, Mario est la figure de proue du génial éditeur et développeur de Kyoto, mais chacun sait que la série qui, à défaut de succès commercial équivalent, participe à faire perdurer l'aura de la marque Nintendo et qui en est en quelque sorte l'image de marque ne porte pas le sceau du plombier italien. La preuve irréfutable de son degré de perfectionnisme et par ce biais de son obsession, à savoit la constente recherche de l'excellence, repose sur les épaules d'un jeune elfe, que la communauté de joueurs idolâtre, et qui fait naturellement partie des figures du média parmi les plus reconnues: Le courageux Link, qui parcours le monde d'Hyrule, et d'ailleurs, depuis 1986 avec une inlassable opiniâtreté pour notre plus grand bonheur à tous.

Si certains épisodes récents perpétuent l'excellence d'une saga qui a soufflé ses 32 bougies, nous allons nous attarder aujourd'hui sur les épisodes en 2D de la série et de fait nous attacher à distinguer quels titres formant les bases de la série, se démarquent et sortent du lot. Plongeons nous sans plus attendre dans un monde de Triforce et d'épées de légende, d'octorock et de Zoras, et voyons de plus près quels sont les cinq plus grands Zelda en 2D parus sur consoles!


Numéro 5: The Legend of Zelda sur Nintendo NES

A tout seigneur tout honneur, il aurait été impossible d'élaborer un tel classement sans prendre en considération la génèse de la saga. The Legend of Zelda est un titre fondateur à bien des égards: Premier jeu possédant une pile de sauvegarde sur console grand public, Nintendo s'authorise alors à approcher son public avec un titre à la durée de vie largement réhaussée par rapport aux softs proposés sur leur console 8bit de l'époque. En 1986 à la sortie de ce premier volet au Japon, puis progressivement à la fin des années 1980 dans le reste du monde, les joueurs découvrent alors un vaste monde ou l'on vous laisse décider en toute liberté du chemin à emprunter. Pas de défilement automatique ou du moins de déroulé en ligne droite ici, on vous laisse seul avec votre vaillant héros explorer l'univers féérique que vous pourrez presque découvrir à loisir, et à votre rythme. Un parti pris très risqué pour l'époque car impossible de prédire la réaction des joueurs face à un tel déroulé alos si innovant. Le succès sera pourtant au rendez-vous et The Legend of Zelda sera loué pour ses qualités alors uniques. Un tel constat fait cependant passer sous silence le fait que Nintendo, en créant les bases de sa série mythique, n'oublie pas d'en faire un titre au gameplay accorcheur mais surtout irréprochable de justesse. D'habiller le jeu d'un parti pris graphique simple mais extrêmement lisible, enfantin et agréable. Et le doter d'une musique d'ambiance pour le moins fabuleuse qui lui confère l'atmosphère souhaitée. L'ensemble vous pousse malgré la perte d'orientation initiale à vous accrocher et poursuivre encore et encore votre aventure dans le royaume d'Hyrule afin de mettre à mal le vil Ganon tout en mettant la main sur la fameuse Triforce et sauver au passage la princesse du royaume: Zelda, dont le jeu tire son nom. Enfin un Zelda n'est pas véritablement digne de figurer dans la série si les donjons à explorer ne sont pas à la hauteur, et déjà, sur ce premier épisode de la série, Nintendo démontre au monde entier sa capacité à proposer une expérience hors du commun lors de leur exploration. Dotés d'une ambiance angoissante à souhait, certains sont de véritables labytinthes qui vous feront perdre votre calme et tester votre mémoire et votre résilience, mais toujours avec  l'envie d'y revenir pour aller plus loin, et vous rapprocher encore de votre combat avec Ganon. Que faut il ajouter à ce tableau si ce n'est que déjà, la générosité du titre se remarque d'autant plus qu'une seconde quête est proposée une fois la princesse secourue lors de votre première  aventure, et propulse ainsi à juste titre The Legend of Zelda au firmament de l'expérience vidéoludique? Une place qu'il n'a à ce jour toujours  pas quittée malgré les années et qui justifie amplement la présence d'un tel jeu quand bien même on peut sentir quelque peu le poids des années lors ce qu'on l'expériemente aujourd'hui, raison de sa modeste 5ème place ici même.

 

Numéro 4: Zelda: Oracle of Ages/Seasons sur Gameboy Color

Après une introduction plus que réussie sur Gameboy, Nintendo permet à l'éditeur Capcom de proposer sa propre expérience d'un titre de la saga sur portable, et c'est la GameBoy Color qui aura les honneurs non pas d'un mais de deux nouveaux chapitres que vous pourrez à loisir parcourir dans l'ordre qui vous sied. La présentation ne connait pas d'évolution majeure depuis l'opus sur GameBoy, mais l'apport de la couleur est un véritable plus qui permet de mettre en place de nouvelles mécaniques de jeu très engageantes. En effet, la possibilité de jouer d'un côté avec l'espace-temps pour modifier les accès aux donjons et cavernes de Labrynna et  de l'autre d'interagir avec les saisons dans le monde d'Holobrum, offrent une alternative  intéressante aux déroulés plus classiques souvent situés au royaume d'Hyrule. Cette double aventure qui peut sembler au départ dissociées connait un épilogue bienvenu qui permet de faire le lien avec les épisodes cannoniques de la série et voit une nouvelle fois Link affronter son redoutable némésis incarné naturellement par le terrible Ganon. La durée de vie de l'aventure est fabuleuse et il faudra s'accorcher pour en voir le  bout, certains donjons étant particulièrement retors en comparaison de ceux proposés par son ainé sur portable. Ce que ces jeux perdent en simplicité et parfois en lisibilité, ils le gagnent donc en maturité et en variété, aboutissant à un résultat très plaisant pour les joueur qui accrochent au genre. Même si d'un niveau parfois inégal, les donjons sont extrêment plaisant à traverser, en particulier sur l'épisode Seasons qui tire son épingle du jeu par une approche un peu plus directe. L'atmosphère qui se dégage de ces deux titres force le respect et l'on peut dire que Capcom aura réussi haut la main le pari de proposer un peu de neuf dans une formule déjà à l'époque quelque peu convenue. Sans hésitation tout amateur de Zelda ou de jeu d'aventure se doit jouer à Zelda Oracle of Ages et (surtout) Oracle of Seasons!

 

Numéro 3: Zelda: A Link Between Worlds sur 3DS

Nous touchons ici aux limites de ce qui peut être considéré comme un jeu rétro, Zelda: A Link Between Worlds étant un titre relativement récent dans la série, puisque sa sortie sur 3DS date de 2013. Le jeu est qui plus est réalisé en 3D. Pourtant, vu le parti pris de cet épisode vis à vis de son approche graphique, qui fait tout pour nous rappeler un épisode en 2D, il me parait  naturel de le faire figurer dans ce classement. Il reprend de plus les codes de l'épisode Super Nintendo, ce qui constitue sa principale qualité, mais ausi son principal défaut. Qualité, car il puise sa source d'inspiration dans un épisode mythique de la série, et propose une expérience de jeu qui plaira immanquablement à tout amateur du soft original. Défaut, car certains pourront crier que Nintendo à cédé à la facilité en reprenant les contours de Zelda: A Link to the Past. Ce jugement serait pourtant extrêmement réducteur, tellement cet opus 3DS propose une aventure remarquablement bien calibrée, et installe grâce à un twist de gameplay génial une histoire et un déploiement de donjons particulièrement savoureux. Cette capacité en question, c'est celle offerte à Link de se transformer, au sens propre en tableau de peinture qui se figera sur les murs, et par la grâce de cette transformation en vraie 2D, de se faufiler dans les recoins de chaque donjon et surtout passer par des portails reliants entre eux les mondes d'Hyrule et Lorule. Nintendo fait encore la démonstration éclatante qu'il est capable d'apporter un vrai vent de fraicheur à ses franchises, quand bien même ils s'inscrivent, comme ils l'ont rarement fait pour la série Zelda, dans une continuité évidente avec un épisode clé de la saga. Véritable madeleine de Proust, cet épisode est certes avant tout un jeu qui parlera aux fanatiques des Zelda 2D de la série, et c'est justement bien assez pour en faire un volet formidable, méritant sa place au sein de ce Top. Bien entendu la réalisation, la durée de vie, ainsi que la musique sont à la hauteur de l'évènement, Nintendo et Zelda obligent, une fois de plus le degré d'exigence que s'impose l'éditeur place forcément le curseur dans le haut du panier sur tous ces aspects techniques, avec à la clé un plaisir de jeu toujours intense.

 

Numéro 2: Zelda A link to the Past sur Super Nintendo

Avant de disserter sur la place qui revient à ce Zelda: A link to the Past dans ce classement, il convient de distinguer ce Zelda, ainsi que le suivant, des trois précédents figurants. Oui, les trois premiers titres cités sont de grands jeux, et méritent amplement de figurer dans n'importe quelle ludothèque d'amateur de jeu vidéo. Mais avec ces deux prochains épisodes, nous sommes bien dans une autre catégorie. Celle des softs de légende, qui ont marqué durablement le média, et surtout, qui possèdent aujourd'hui une aura absolument unique, un je ne sais quoi qui les propulse malgré leur âge avancé vers des sommets vidéoludiques rarement atteints. Ce n'est d'ailleurs pas par hasard, si, seul ces deux opus ont connus des remakes ou conversions sur d'autres consoles ultérieurement. Expliquer en quoi ce titre est plus ou moins bon que le suivant de ce classement est bien entendu totalement subjectif et hasardeux, les deux épisodes ayant qui plus est de  nombreux points communs. Zelda: A Link to the Past c'est avant tout une merveille d'équilibre de gameplay. Un monde vaste, coloré et enchanteur qui s'ouvre progressivement sous vos yeux et découvre petit à petit ses mystères et ses merveilles. Une réalisation superbe avec un pixel irréprochable et une musique magistrale. Une durée de vie conséquente découpée entre de vastes campagnes d'exploration du monde et traversées de donjons parfois vicieux, et surtout toujours ingénieusement construits et très gratifiants à parcourir. C'est également la découverte de mini-quêtes qui apportent un charme indéniable à l'ensemble ainsi qu'un surplus de vie et d'âme à un jeu déjà énorme, rendant la chasse de chaque objet ou amélioration, un vrai plaisir. La galerie des  personnages qui peuple Hyrule participe encore plus à l'immersion. Quand à la possibilité d'explorer un monde alternatif après une première partie d'aventure qui peut paraitre un peu classique même si très agréable, elle permet au titre de dévoiler tout son potentiel et mets en lumière toute l'ingénioisté des développeur. Zelda: A Link to the Past est-il le jeu d'aventure ultime en 2D sur console de salon? Sans doutes...et il faudra tout le talent de Nintendo pour porter l'excellence de la série sur sa chère GameBoy monochrome à un niveau supérieur ou tout du moins équivalent à ce monument inattaquable du jeu vidéo.

 

Numéro 1: Zelda Link's Awakening sur Gameboy

Quelles étaient les chances, pour une série ou bien souvent, gigantisme et souci du détail sont signe de qualité telle que Zelda, pour que l'un des, si ce n'est l'épisode le plus incroyable de la série voie le jour sur la modeste GameBoy? Il faudra une équipe de développement alors au sommet de son art pour permettre à une telle merveille de voir le jour sur une console portable tellement limitée techniquement. Zelda: Link's Awakening est en tout point absolument unique: Premier épisode à ne pas se dérouler à Hyrule, il marque une rupture avec les précédents épisodes puisque Ganon par exemple est totalement absent de l'histoire ici proposée. Certains objets, qui semblent tout droit sortis d'autres jeux de l'éditeur sont mis à la disposition du joueur tels que la plume, et sont uniques à cet épisode en plus d'être extrêmement plaisants à utiliser. Au-delà de son originalité, cet opus conserve toute les forces de son ainé direct paru sur console de salon 16bits, permettant ainsi d'offrir au joueur une expérience de jeu inégalée et baignant dans une atmosphère délicieuse. La réalisation est également irréprochable, avec un trait graphique extrêmement clair et préçis qui sert à merveille les limitations de la GameBoy, les animations sont parfaites à tout instant et Link se déplace avec une grande agilité. La musique, élément central du jeu est d'une qualité époustouflante et fait honneur à la série tout en apportant son lot de thèmes à jamais gravé dans les mémoires de chaque joueur ayant parcouru les recoins de l'île de Cocolint. Et cette fameuse île est suffisamment étendue  pour proposer certes une aventure un peu plus réduite que Zelda: A Link to the Past mais plus qu'hônnete pour un jeu d'aventure sur portable. Son originalité et son ambiance particulière et si attachante me font préférer Zelda: Link's Awakening à n'importe quel autre épisode de la saga, touchant j'en suis certains de nombreux joueurs en plein coeur dès que l'on évoque son souvenir. Voilà l'étendue de la prouesse réalisée par Nintendo avec ce titre, permettre de prolonger l'expérience de sa série sur console portable tout en améliorant sa formule, en proposant au passage un univers nouveau, empreint d'une mélancolie parfaitement appropriée aux codes de la série. Un jeu comme un don tombé du ciel.

 

Aborder Zelda c'est forcément tutoyer en permanance les sommets vidéoludiques, et constater dans ce classement que le titre originel, qui a par bien des aspects révolutionné l'industrie, fait tout juste partie de ce classement montre à quel point le soin apporté à l'ensemble des titres qui composent la série est immense. Le constat est d'autant plus fort que bien entendu les volets en 3D sont également dans l'ensemble d'indéniables réussites La quintessence de toutes ces qualités se retrouve une nouvelles fois dans le fabuleux Zelda: Breath of the Wild, subtil mélange entre une lettre d'amour envoyée au fan du vénérable The Legend of Zelda et véritable prouesse de cohérence et de game design. Nintendo, une nouvelle fois, donne un véritable leçon au monde entier, et propose aux joueurs rien de moins qu'un nouveau standard.

Que va maintenant proposer le développeur de Kyoto afin de poursuivre les aventures du valeureux Link en 2 dimensions?  Un remake de Zelda: A Links Awakening qui ne pourra être que d'une qualité exceptionnelle, j'en suis intimement convaincu. Les qualités du jeu original et le souci du détail de Nintendo ne pourront qu'aboutir à une franche réussite à mon sens.  En attendant de redécouvrir ce fabuleux soft dans son nouvel écrin, il me reste à vous poser la question qui clôt habituellement les billets qui composent ce blog: Et vous, quel est le titre Zelda en 2D qui vous laisse votre plus beau souvenir de joueur?

N'hésitez pas à apporter votre pierre à l'édifice...

Et je vous retoruve très prochainement pour un nouveau Top!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Férus de jeux rétro, vous avez sans doute déjà entendu parler de Vectorman, Pulseman ou autres Kid Chameleon. Ou encore de World of Illusion, Earthworm Jim ou Cool Spot. Et quid de Flink, Aladdin ou de l'original El Viento? Tous ces titres ont plusieurs points communs, ils sont tous des jeux de plateforme, et ont tous vu le jour sur la fameuse 16bits de Sega, rencontrant pour beaucoup un succès mérité au regard de leurs qualitées. Ils ont également comme autre point commun de ne pas faire partie du Top 5 des jeux de platefome sur la console. C'est dire si le niveau requis pour figurer sur ce présent classement est relevé! Guère étonnant que Sega ai été capable de concurrencer l'inébranlable leader de la génération des 8bits avec sa machine au regard de la qualité des titres qui vont suivre.

Parcourons sans plus tarder la liste des 5 plus grand jeux de plateforme à avoir vu le jour sur la Megadrive de Sega, avec immanquablement une place prépondérante laissée à sa célèbre mascotte supersonique:

 

Numéro 5: Ristar sur Megadrive

Un titre de la Sonic Team sur la Megadrive qui n'est pas une aventure du célèbre hérisson bleu ? Oui mes amis, ce jeu existe et il s'appelle Ristar. Est-ce un grand jeu, digne de la réputation du studio? Oui, bien sur ma bonne dame. Est-il l'égal d'un jeu Sonic sur Megadrive? Pas loin mon cher, vraiment nous n'en sommes pas loin! Avec une approche beaucoup plus contemplative que son illustre cousin, Ristar est en quelque sorte une alternative parfaite offerte par l'équipe de Yuji Naka aux aventures du véloce hérisson. Tout est fait pour différencier ce titre des autres productions du studio et essayer de faire de Ristar une mascotte supplémentaire pour la marque. Malheureusement, une sortie bien trop tardive sur la 16bits de Sega, en 1995, scellera son destin en échec commercial et Ristar restera dans l'annonymat. Le jeu est cependant bourré de qualités: graphismes et système de jeu absolument superbes, se rapprochant assez fortement du style d'un Rayman pourtant sorti sur console next gen, animations d'une fulidité exemplaire et level design intelligent qui nous évoque celui génial d'un jeu Sonic bien sur. C'est un vrai bonheur de parcourir les différentes planètes qui composent le système de Valdi d'ou Ristar est originaire et attraper au passage ses ennemis à pleine main afin de les achever d'un tonitruant coup de boule ou se servir de ces même pognes pour virevolter tel un yamakazi à travers les niveaux. Un grand jeu de la console, trop souvent ignoré à tort!

 

Numéro 4: Dynamite Headdy sur Megadrive

Difficile pour tout fan de Sega de ne pas connaître et adorder le studio Treasure. Constitué d'une équipe talentueuse transfuge du géant Konami, l'éditeur va se tailler une réputation très solide en accompagnant la vie de la 16bits de Sega d'une série de titres frôlant souvent le génie. Dynamite Headdy sort en 1994 après le fabuleux soft d'action Gunstar Heroes et le méconnu mais très intéressant McDonald's Treasure Land Adventure qui vous place dans la peau de Ronald (oui oui!) pour une aventure remplie de plateformes sur fond de décors enfantins, et en fait un autre jeu de plateforme sur la machine qui loupe de peu le coche de ce classement ! Le troisième titre du studio vous place donc dans la peau de Headdy, un pantin de son état qui va parcourir une monde haut en couleurs et remplis d'ennemis et boss très impressionnants. Les mécaniques de jeu sont vraiment très variées, nombreuses et originales, apportant un réél plus à l'intéret du titre. Tout le savoir faire foisonant et un peu foutraque habituel des jeux Treasure trouvent ici un écho formidable. Incontournable jeu de plateforme de cette génération de console et l'une des plus belle des réussites du studio, il est tout à fait logique que Dynamite Headdy trouve une place de choix dans ce classement. Heureusement pour la concurrence que Treasure s'est ensuite intéressé à d'autres style de jeux sur la console de Sega, sans quoi il n'y aurait eu que très peu de place pour les autres studios sur ce Top.

 

Numéro 3: Sonic 2 sur Megadrive

Si les deux premières entrées de ce classement méritaient peut-être une introduction, inutile de présenter ce Sonic 2, qui reprend la formule triomphale du premier épisode et l'améliore quasiment sur tous les points. Des niveaux encore plus gigantesques et toujours aussi superbement agencés, une animation d'une fluidité de folie qui voit Sonic filer à 1000 à l'heure, des musiques passées à la postérité, une prise en main optimale et une durée de vie largement accrue, avec en point d'orgue l'apparition d'un second personnage jouable. La mascotte passe en mode supersonique et nous livre ici un soft de plateforme de très haute volée. Qui n'a pas bavé devant son écran en découvrant notre héros prendre la forme d'un super guerrier une fois toutes les émeraudes du chaos en sa possession? Nous voici très probablement devant un évènement vidéoludique à l'impact indéniable sur les consciences et qui a permis à Sonic de rentrer encore un peu plus dans la légende en se forgeant une image de véritable et seul concurrent au plombier Mario. Une image digne de lui chatouiller sa suprématie d'alors dans le monde entier et positionner définitivement la Megadrive tout en haut des chiffres de ventes. Le travail de la Sonic Team est vraiment remarquable sur ce titre et fait de ce jeu une réussite commerciale et critique d'empleur. Sonic 2 est à juste titre considéré par beaucoup comme le jeu de plateforme ultime sur Megadrive, et il n'en est vraiment pas loin!

 

Numéro 2: Castle of Illusion sur Megadrive

Que fait Sega quand il n'est pas encore occupé à développer des jeux de platforme sensationnels pour sa chère mascotte sur sa console 16bits? Il soigne ses adaptations de la plus belle de ses licenses d'alors, celle de Disney, offrant une série de titres issus de cet univers tous plus réussis les uns que les autres. On pourrait évoquer le superbe Quackshot ici, ou encore World of Illusion, suite direct du soft dont il est question ici, mais le jeu le plus magique et le plus charmant du lot est sans aucun doute ce Castle of Illusion, ou l'on peut voir tout le soin apporter par Sega quand il s'agissait de placer la célébrissime souris Mickey en haut de l'affiche, afin de le voir porter secours à sa belle en affrontant la terrible sorcière Mizrabel dans son château des illusions. Il en ressort un jeu de plateforme en tout point enchanteur, doté d'un équilibrage parfait et d'un gameplay subtil, de graphismes et d'animations, pour les standards de 1990, absolument incroyables, et d'une musique hors du commun. Une grande réussite sur tous les tableaux, qui conforte la firme au (pas encore) hérisson bleu dans sa capacité à créer des jeux de plateforme d'exception dans un style qui lui est propre et le démarque de toute concurrence. Un monument de la Megadrive, tout simplement, et un immanquable de ce classement que tout joueur, petit ou grand, se doit à tout prix d'essayer au moins une fois dans sa vie.

 

Numéro 1: Sonic & Knuckles sur Megadrive

 L'aboutissement du savoir faire de Sega sur sa Megadrive tant choyée, le voici pour notre plus grand bonheur. Faire encore plus fort que Sonic 2 si c'était possible, l'éditeur y parvient avec cette nouvelle aventure du hérisson qui nous emmène vers des hauteurs stratosphériques. Hauteurs que l'on ne reverra malheureusement plus (jamais?) pour notre héros. Sa sortie fin 1994, alors que la 16bits de l'éditeur vit ses derniers instants est une vraie bénédiction. Pensé comme un add-on pour Sonic 3, titre déjà exceptionnel en soi, Sonic & Knuckles va encore plus loin, et introduit un nouveau personnage bourré de charisme afin de vous aider à parcourir la douzaine de niveaux qui composent le soft. En plus de graphismes encore plus soignés, d'animations parfaites et d'une musique grandiose (ou même le génial Michael Jackson a mis sa patte...excusez du peu), l'ajout d'un personnage au gameplay radicalement différent agrémente le gamplay de façon absolument délicieuse. N'en jetez plus, la coupe est pleine! Nous sommes bien en présence du jeu de plateforme ultime de la Megadrive, voir peut-être de l'ère 16bits tout court, et qui tutoie sans difficultés le Super Mario World de la console concurrente. Inutile de préciser qu'il est toujour possible de se transformer en super Sonic ou Knukles une fois les émeraudes du chaos en votre possession, ou encore plus fou...grâce à cet add-on  branché sur Sonic 2, de parcourir les niveaux de ce dernier avec ce notre Knuckles. Un jeu en tous points renversant...

 

 

Lorce que l'on aborde le jeu de plateforme sur Megadrive, il est difficile de ne pas placer Sega sur un véritable piedestal. Incontestable maître en la matière dont le seul potentiel rival se nomme Nintendo, le géant de l'arcade a réussi un véritable tour de force en proposant à sa machine et aux joueurs une série de titres tous plus incroyables les uns que les autres. Il faut faire partie des studios les plus talentieux du monde pour se faire une (unique ici, en l'occurence avec Treasure) place dans ce classement si l'on ne s'appelle pas Sega. Bien entendu l'offre de softs du genre étant d'une telle qualité, certains grands jeux ont étés passés sous silence, et je me devais en conclusion de citer encore l'un d'entre eux qui n'a pas été nommé en introduction: Rocket Knight Adventure, dont j'évoquais l'excellence dans un récent article et qui mériterai peut-être également une place ce juste classement.

A voir la qualité offerte par la Megadrive et la Super Nintendo en matière de jeux de plateforme, force est de constater que nous sommes en présence avec cette génération de consoles, d'un choix, quantitatif et qualitatif jamais vu alors, et jamais vu depuis! Une époque bénie pour tous les amoureux de plateforme. Et vous, quel est donc votre jeu de plateforme préféré sur consoles 16bits? Et sur la Megadrive en particulier?

N'hésitez à donner votre avis, et...

A très vite pour un prochain Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Le ninja est une figure bien connue et ancrée dans l'imaginaire collectif, et évidemment familière des joueurs sur console. Mercenaires versatiles privilégiant la discrétion, l'espionnage et l'assassinat si besoin, cette figure qui appartient aujourd'hui au folklore nippon, se prête particulièrement à une transposition en jeu d'infiltration donc, mais également d'action. Et à ce titre, de très nombreuses interprétations du genre ont étés proposées à travers les âges par une pléthore d'éditeurs, avec plus ou moins de réussite. Figure fréquemment utilisée encore récemment dans des titres tels que Mark of the Ninja, Shadow Blade, ou les adaptations de l'Anime Naruto, il est déjà bien représenté dès l'apparition des consoles 8bit au Japon. C'est sur certains de ces titres des années 80 et 90 que je vous propose de nous attarder.

Devant l'offre importante que propose ces consoles il a fallu évidemment faire un sacré tri afin de ne garder que la crème de la crème. Ainsi certains jeux ne feront pas partie de ce classement, même s'ils sont dotés de qualités indéniables. On peut citer parmi ceux-la Strider, Hagane: The Final Conflict ou Shadow Dancer. J'ai également volontairement exclu les titres adaptés du Cartoon des Tortues Ninja ou la série des Metal Gear et des Ganbare Goemon par exemple, trop éloignés à mon sens d'un réél titre basé sur le ninja et ses aptitudes au sens originel. Sans plus tarder voici le Top 5 des plus grands jeux de ninja vous mettant dans la peau de ces célèbres assassins furtifs pour votre plus grand plaisir!

 

Numéro 5: Tenchu: Stealth Assassins sur PS1

Nous sommes quasiment au tournant du millénaire, et jusqu'à ce jour, l'essentiel des titres qui nous font incarne un ninja nous transforment généralement en machine de guerre, qui équipée de katanas et de shurikens s'en va mettre à mal les bases ennemies. Avec un tel parti pris, difficile de faire de la place aux capacités d'assassinat et de discrétion de nos guerriers d'élite qui constituent pourtant une composante majeure de leur arsenal. Il faudra attendre l'avènement de la génération 32bits et la venue de Tenchu: Stealth Assassins pour qu'enfin ces capacités soient mises en avant de manière cohérente dans un jeu vidéo. Dans la peau de Rikimaru ou Ayame, vous allez en baver pour vous infilter et trancher les gorges de vos ennemis sans vous faire reprérer, et ce à travers la dizaine de missions d'infiltration que propose le titre. La réalisation est à la hauteur de l'ambition du soft et s'intègre très bien à l'esprit recherché par les développeurs, à savoir mettre en avant les capacités diverses de vos héros et ainsi offrir à Tenchu: Stealth Assassins une profondeur de gameplay jamais vue pour le genre. Une recette qui a fait des émules et une série de suites sera vite mise en place, aucune ne permettant de parfaire la formule et reproduire le charme du titre d'origine qui demeure de fait une référence en la matière. Une expérienc éprouvante, mais une expérience à vivre pour tout adepte de jeu d'infiltration et de ninja qui se respecte!

 

Numéro 4: Ninja Gaiden sur NES

Ninja Gaiden est le plus ancin titre de cette liste, et il est de fait pour beaucoup le premier jeu vous ayant donné l'occasion d'y incarner un guerrier éponyme. En l'occurence le titre de l'éditeur Tecmo vous place dans la peau de Ryu Hayabusa, un ninja qui va se rendre aux Etats-Unis pour retrouver les traces de son père disparu. Bien plus orienté action que Tenchu mentionné précédemment, le challenge n'en demeure pas moins redoutable, et seule une parfaite maitrise de Ryu vous permettra de traverser les différents niveaux du soft. Afin de vous récompenser de votre perséverence, la narration du soft se fait à travers quelques cutscenes dans un pur style Manga du plus bel effet. Elément absolument novateur alors (le jeu est sorti en 1986 au Japon tout de même...), et immersion garantie! Le reste de la réalisation est également de qualitée, et votre ninja réponds au doigt et à l'oeil, en plus de posséder un arsenal de mouvements et d'attaques relativement variées, incluant bien sur les fameux shurikens. La bande son n'est pas en reste et certaines compositions sont inoubliables et à classer parmi les plus grands classiques de la 8bits de Nintendo. Nous tenons avec Ninja Gaiden le premier exemple d'un titre réussi vous mettant aux commandes d'un ninja pur et dur. Pour cela seulement, le soft mérite amplement une place de choix dans ce classement. Bien entendu les deux épisodes suivants sont également de très bonne qualitée, l'effet de surprise en moins lors de leur découverte à l'époque de leur sortie. Pour résumer, une trilogie fortement recommandée pour tout adepte du katana!

 

Numéro 3: Ninja Spirit sur PC-Engine

Ninja Gaiden à introduit la formule du jeu d'action vous plaçant aux commandes d'un ninja, et va faire des émules auprès des éditeurs désireux de surfer sur le succès de ce type de soft. Une multitude de titres similaires va ainsi voir le jour sur consoles 8 et 16bits les années suivant la sortie du titre fondateur de Tecmo. Et force est de constater que dans le lot, certains de ces jeux proposent une formule parfaitement équilibrée et particulièrement jouissive. Ninja Spirit créé par l'éditeur Irem alors en pleine R-type mania est de cette trempe, et le portage de ce titre issu de l'Arcade en 1990 sur la PC-Engine de NEC est une vraie réussite. D'une fluidité redoutable, votre valeureux ninja Tsukikage va littéralement tout décimer sur son passage à l'aide d'un arsenal très fourni que vous pouvez utiliser à la volée: Shurikens, grappins, bombes, katanas, magie de dédoublement...la palette des possibilités offertes par le jeu pour vous aider dans votre massacre est à la hauteur des nuées d'ennemis qui vont vous assaillir absolument de partout, vous obligeant à une vigilence constante et testant vos réflexes régulièrement. C'est bien simple, par moments, on a l'impression d'avoir à faire à un shoot them up. La réalisation est sobre mais assez classieuse pour un titre paru sur PC-Engine et vous place dans une ambiance nippone médiévale lugubre du plus bel effet. La bande son qui vous accompagne pour les sept niveaux et boss que composent le titre sont également agréables et apportent beaucoup à l'immersion de ce pur titre d'Arcade que vous finirez certes en une heure, mais sur lequel vous reviendrez très souvent afin de virvolter dans tous les sens avec votre ninja préféré! Un must de la console!    

 

Numéro 2: Shinobi 3 sur Megadrive

Attaquons nous maintenant à la série qui a popularisé le genre du jeu d'action de ninja grâce à la mise en scène du guerrie Joe Musashi. Le célèbre shinobi qui donne son nom à la série se retrouve au coeur d'une série de titres d'une qualité exceptionnelle, porté par les équipes de développement de Sega alors très attentives à proposer ce qui se fait de mieux sur sa très chère Megadrive. La série qui tire ses origines du monde de l'Arcade va se voir adapter à trois reprises sur la 16bits de l'éditeur. Shinobi 3 dont il est question ici propose au joueur de s'appuyer, à sa sortie en 1993, sur une formule éprouvée mais raffinée au maximum, afin d'apporter au joueur un vrai plaisir de jeu digne des plus grands titres du genre. Si quelques ajustements sur la difficulités ou les capacités de votre héros sont faites pour vous simplifier quelque peu la vie par rapport aux épisodes précédents, force est de constater que l'on prend toujours autant de plaisir à parcourir ce monde féodal tyiquement nippon et essayer de contrecarrer une nouvelle fois les plans du terrible syndicat du crime de Zeed. Les qualités de ce Shinobi 3 sont innombrables, à commencer par des graphismes sublimes et une animation irréprochable, une maniabilité en tout point parfaite, une varitété dans le level design très intéressante et une musique d'une grande qualité. La palette de mouvements et attaques mis à disposition de Joe Musashi est également très fournie, et vous aurez très vite fait d'apprécier en plus des classiques shurikens et katanas, le recours à de redoutables coups de pieds sautés et à la magie, ou encore a la capacité de vous aider des murs pour bondir toujours plus haut. Voici certainement le jeu de ninja parfait, qui n'a d'égal que son grand frère dans la série, dont nous allons parler imméditatement ci-dessous...

 

Numéro 1: Return of Shinobi sur Megadrive

Et quel grand frère! Joe Mushashi dévoile tout son talent de héros des temps nouveaux dès ses débuts sur Megadrive. Pour un premier coup, c'est un véritable coup de maître que réalise Sega. A la sortie du jeu fin 1989, la console encore toute jeune acceuille à grand bruit la suite du titre d'Arcade légendaire, le bien nommé Shinobi originel. La bare est placée tellement haut pour un jeu de cette catégorie qu'elle ne sera...jamais dépassée! La recette de ce succès critique et commercial qui vous voit une nouvelle fois traquer le malfaisant syndicat du crime de Zeed à travers l'Amérique ? Un réalisation pour son époque absolument irréprochable, aussi bien sur le plan graphique que des animations de Joe ou de ses ennemis. Une maniabilité dans la droite ligne de l'excellence de la série, une palette de coup déjà très variée par rapport à ce qui peut se faire du côté de la concurrence, et une bande son magistrale signée Yuzo Kushiro rentrée dans la légende et qui constitue un pilier chiptune de la période des consoles 16bits. Il se dégage de ce soft une atmosphère en tous points unique et délicieuse. Le tout est servi par une difficultée corsée qui vous pousse à revenir encore et encore vous frotter à vos ennemis et améliorer votre run, y ajoutant en style et en efficacité. Bref, tout pour faire de vous le ninja parfait! N'hésitez pas si vous êtes fan du genre, et même si vous êtes un simple adepte de jeux d'Arcade et d'action à vous jeter corps et âme sur cette véritable perle, témoignage d'un Sega alors au sommet de son art et porté par une équipe de développement de grand talent!

 

Oui, la série Shinobi est clairement au dessus du lot lorsque que l'on aborde la thématique du jeu de ninja, et ses adaptation 16bits portent haut le drapeau de la série à l'origine de ce genre de jeu sur Arcade quelques années plus tôt. Une recette très agréable et qui sera reprise par d'autres éditeurs de renom et de talent comme Irem ou Tecmo comme nous l'avons constaté plus haut. Serions-nous encore capable de trouver un tel jeu sur le marché aujourd'hui? Rien n'est moins sur, même si nous l'avons vu en introduction, certains softs récents portent dans leur ADN les gênes de Joe Musashi. On peut rêver d'un retour au premier plan de Sega dans le domaine afin de nous fournir une suite à la série dont les derniers volets n'ont pas connu le succès de ses illustres aînés, la faute à une réalisation souvent perfectible. Le dernier titre paru, Shinobi 3D ayant aujourd'hui 8ans, on peut se prendre à rêver d'une résurrection.

Tenchu ayant par ailleurs montré la voie, on est également impatient de voir arriver le titre d'infiltration ultime, ou armé de nos katanas et kunais de prédilection, nous pourrons partir à l'assaut de nos assaillants dans une ambiance médiévale toute nippone qui sied si bien au genre, en alliant force brute et discrétion dans un futur jeu de ninja parfait. On peut toujours rêver!

Et vous quel est votre titre préféré mettant en scène ces fameux ninja? N'hésitez pas à commenter et donner votre avis sur vos titres favoris du genre...

Et à très vite pour un nouveau Top!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (12)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

 

Le  jeu vidéo sur consoles est devenu aujourd'hui un média majeur, et son histoire est parsemée d'anectdotes extraordinaires et de moments clés qui ont défini son identité. En dehors de la sortie de nouvelles consoles qui sont souvent un évènement marquant, toute l'attention est évidemment portée sur les jeux qui composent leurs catalogues, et en particuler sur ces titres qui sortent du lot et permettent aux joueurs de proposer une expérience nouvelle, enrichissante et qui sont capables, de fait, de captiver les foules. Certains titres, plus rares, vont au-delà de ce plébiscite public et critique, et apportent une telle révolution au média qu'ils deviennent immédiatement incontournables et créent quasi immédiatement une références pour toute l'industrie, changeant les habitudes et les attentes des joueurs de manière irréversible.

Quels sont ces jeux? C'est à cette question que l'article d'aujourd'hui se propose de répondre, en essayant d'identifier les 5 softs les plus marquants à être sortis sur nos chères consoles depuis que ce média touche le grand public. Fort de son hégémonie en la matière depuis les années 1980, nombre de ces titres sont à mettre au crédit de la foisonante cohorte d'éditeurs Japonais dont certains ont acquis depuis une renommée mondiale. Mais l'on pourra s'appercevoir à la lecture de cet article que certains titres marquants proviennent de processus créatifs et de lieux pas forcément évidents au regard de ce que propose et à proposé l'industrie à travers le temps. A noter que nous ne parlerons ici que de titres qui on eu un énorme impact avant tout sur consoles et non sur Arcade ou PC, qui ont également connu leurs lots de jeux qui ont marqué durablement et révolutionné l'insutrie, je pense à des titres tels que Space Invaders ou Doom. Mais sans plus tarder voici le Top 5 des jeux les plus révolutionnaires et marquants à avoir vu le jour sur console:

Numéro 5: Street Fighter 2: The World Warrior, sur Super Nintendo (puis Megadrive, PC-Engine, Game Boy, Saturn, 3D0...)

LE jeu de combat qui a tellement modernisé le genre que l'on peut dire qu'il l'a démocratisé et révolutionné. Street Figher 2 a conquis toute une génération de joueurs et reste à ce jour la référence en matière de vs. fighting en 2D. Quel joueur même très occasionnel, n'a jamais essayé de se frotter aux hadoken de Ryu et Ken? La recette pouvait sembler simple, même à l'époque ou un certains nombre de jeux du genre sont déjà disponibles sur consoles, mais elle est ici tellement bien exécutée, tellement équilibrée, tellement magnifiquement enrobée que le titre emporte fort logiquement tout sur son passage à sa sortie, que cela soit du côté de l'Arcade ou le soft a connu un succès foudroyant, ou sur ses adaptations consoles. La sortie du jeu quasiment "Arcade perfect" sur la Super Nintendo constitue un évènement majeur dans la vie de la console, et il est à ranger à côté d'un titre Mario comme un soft fondateur du catalogue pourtant tellement fourni de la machine. Toutes les autres conversions sur les autres consoles de l'époque seront par la suite une réussite. Et ce n'est pas la manie de son éditeur Capcom, qui prends dès cette période l'habitude de sortir un nouveau Street Figher légèrement modifié ou optimisé chaque année qui ternira l'aura de ce titre à jamais entré dans la légende.

 

Numéro 4: Shenmue sur Dreamcast

Shenmue est un jeu à part, très (trop?) en avance sur son temps, il est le seul titre de cette courte liste qui n'a pas connu de succès retentissant, et pourtant...son impact sur l'évolution du jeu vidéo est immense. Ce chef d'oeuvre qui a démocratisé la progression du joueur dans un monde ouvert est également à l'origine de bien des innovations et modifie dans sa roue l'industrie en profondeur et de manière durable. Sans Shenmue, pas de monde ouvert tel que Grand Theft Auto ou chaque personnage même le plus anecdotique vie sa vie sans vous répéter inlassablement la même phrase, pas de QTE qui se multiplieront sur les générations de consoles futures, pour le meilleur ou pour le pire. Le soft peut certainement être considéré, par son ambition démesurée et son budget de développement en conséquence comme le premier soft AAA de l'histoire du jeu vidéo. Si son succès a été limité à l'époque de sa sortie, plombé qui plus est par une Dreamcast aux ventes timides, son empreinte  sur l'industrie se fait ressentir jusqu'à aujourd'hui, et l'annonce de la sortie prochaine de Shenmue 3 est perçu par la communauté comme une véritable onde tellurique. Le maître à jouer de Sega Yu Suzuki va-t-il réussir l'impossible et faire de ce troisième épisode un jeu aussi révolutionnaire que son illustre aîné et obtenir enfin le sucès commercial qu'il mérite depuis tant d'années? Souhaitons lui, ce ne serait que justice.

 

Numéro 3: Super Mario 64 sur Nintendo 64

L'histoire de la création de Super Mario 64 n'est pas un long fleuve tranquille. Les liens forts qui unissent Nintendo à Argonaut Sofware avant l'avènement de ce jeu vont permettre dans un premiers temps au créateur de Starfox et surtout de la puce Super FX qui lui est associée de marquer, déjà, une avancée notable dans l'histoire du jeu vidéo sur console, permettant un affichage 3D sur la 16bits du constructeur qui semblait alors impossible à obtenir sur le support. Pourtant la relation se gâte avec l'arrivée de la Nintendo 64, et le géant de Kyoto rompt les liens qui l'unit au créateur Anglais, non sans emporter dans ses valises une technologie optimisée d'affichage 3D qui va permettre la création d'environnements encore impensables au milieu des années 1990. Le talent de l'équipe de Shigeru Miyamoto fera le reste et à la sortie de sa nouvelle console, Nintendo propose aux yeux du monde entier le titre qui va faire rentrer de plein pied toute l'indutrie dans l'ère de la 3D. La gestion des mouvements d'un Mario survitaminé, l'utilisation optimale des angles de camérs toujours adaptés à l'action, l'immensité des univers parcourus par le joueur font du soft une expérience inoubliable et un succès démesuré. Une expérience qui sera dupliquée par tous les éditeurs de l'époque avec plus ou moins de réussite...dont Argonaut lui-même qui sortira le jeu Croc sur une console concurrente! La boucle est bouclée et Mario renforce encore sa légende!

 

Numéro 2: Tetris sur Game Boy (puis Nes, C64)

Tetris est à plusieurs titres un jeu hors du commun, de par ses origines Russes tout d'abord, assez improbables pour un soft qui a connu un tel succès dans le monde des consoles d'habitude chasse gardée des éditeurs nippons et occidentaux, mais aussi de par sa nature. Comment imaginer qu'un puzzle game constituerait la plus grande réussite de son époque et instaurerait un genre depuis si souvent imité par toute la profession? Son concept si simple et pourtant terriblement novateur et accrocheur en font un incontournable de cette liste. Si Tetris a connu un succès certain sur ordinateur au milieu des années 1980, c'est évidemment à sa sortie sur la GameBoy de Gunpei Yokoi que le monde entier prends conscience du phénomène et que se forge ainsi la légende de ce titre. La révolution du jeu sur console portable est en marche, et au Japon, aux Etats-Unis ou en Europe, enfants et, fait beaucoups plus rares, adultes se jettent sur la portable de Nintendo afin d'essayer ce Tetris au concept de jeu si simple mais à la durée de vie, aux possibilités et à la profondeur de jeu pourtant quasi infinie. De multiples portages plus ou moins officiels, ainsi que de nombreuses déclinaisons verront le jours afin de prendre la suite de cette légende du genre, sans toutefois en égaler le succès. Une manière de démontrer qu'avec sa formule d'origine Tetris est peut-être tout simplement le jeu portable et le puzzle game ultime et qu'il est inutile d'espérer dépasser le maître en la matière malgré toutes les avancées technologiques permises depuis.

 

Numéro 1: Super Mario Bros. sur NES

Voici donc le jeu le plus révolutionnaire de l'industrie, celui qui a vu se concrétiser la domination des créateurs japonais dans le domaine du jeu sur console pour les années à venir, qui a permi à Nintendo et à sa console 8bits d'obtenir une renommée mondiale, qui a entériné à jamais la figure de Mario comme la mascotte la plus célèbre et reconnue auprès de tous les joueurs, et enfin qui a si ce n'est créé un genre, révolutionné l'univers du jeu de plateforme. Rien que cela et tellement plus encore pour caractériser Super Mario Bros. sorti de la tête de son génial concepteur Shigeru Miyamoto, figure tutélaire et fondatrice du jeu vidéo nippon s'il en est. Que dire de plus si ce n'est qu'il suffit d'entendre une seconde de la musique iconique de Koji Kondo pour se replonger immédiatement en plein Royaume Champigon, qu'il suffit de fermer les yeux quelques secondes afin de se remémorer sans effort la perfection de game design que constitue le niveau 1-1 du titre, ou bien se remémorer avec un plaisir béat les fleurs de feu, Goombas, ou autres tortues ailées, étoiles d'invincibilité ou Lakitus qui parsèment ce monde si étrange et particulier, pourtant gravé dans l'inconscient collectif de tout joueur. Si certains titres représentatifs du média tels que ceux cités en introduction, ou encore Pong et Pac-Man peuvent prétendre faire jeu égal en terme d'impact et sont considérés comme de véritables révolutions à leur manière, Super Mario Bros. trône seul et indiscutablement sans rival à la première place des jeux révoltionnaires sur consoles.

.

On peut constater que ces cinq titres, qui présentent chacun à leur manière un tournant dans l'Histoire du jeu vidéo, sont avant tous des incontournables absolus pour tout amateur du jeu sur consoles, offrant un rejouabilité extrêmement élevée et qui surtout, ont entrainé dans leur sillage une quantité phénoménale de titres qui les ont par la suite imités, avec plus ou moins de succès à la clé. Sans aucun doutes que cela constitue les signes les plus prégnants qui permettent de considérer ces titres comme révolutionnaires.

Quel sera le prochain tournant historique du jeu vidéo sur console? Quel sera le titre qui va révolutionner à nouveau l'industrie? Celui-ci proviendra-t-il une nouvelle fois du pays du soleil levant? Beaucoup de questions pour peu de réponses dans un secteur en constante recherche d'originalité. Une seule certitude, ce titre viendra un jour frapper à la porte de nos futures consoles et mettre une nouvelle fois tout le monde d'accord.

Et vous? Quel titre à le plus marqué votre expérience de gamer et que vous considérez par la même une révolution en la matière?

N'hésitez pas à commenter et partager votre avis, et...

A très vite pour un prochain Top!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

 

On sait aujourd’hui que la vie des consoles 16bits a durablement étée marquée par le nombre hallucinant d’éditeurs japonais qui ont eu le loisir de développer et produire un grand nombre d’excellents titres afin de garantir à ces machines une ludothèque proprement grandiose. A raison, cette période correspond à ce que nous pouvons appeler un âge d’or du jeu vidéo nippon. Parmi ces maîtres du genre, tout le monde à forcément entendu parler des Nintendo, Sega, Konami, Capcom, Squaresoft ou autres Enix et Namco. Pourtant dans la roue de ces géants, une multitude de studios plus modestes voient également le jour et développent des titres souvent originaux et très réussis.

 

Attardons nous aujourd’hui sur la vie d’un studio qui aura marqué au fer blanc la génération des 16 bits par ses titres de qualité et qui sont restés, pour les meilleurs d’entre eux, dans les esprits de nombreux joueurs assidus de l’époque. N’ayant pas la force de frappe d’un immense studio, le modeste Quintet verra ses jeux produits par Enix, tout heureux d’ajouter une liste de qualité à son planning de sorties. Pourtant, les softs Quintet ont une approche particulière qui leur donne aujourd’hui un charme et en font des jeux clairement à part, pour notre plus grand plaisir. Sans plus tarder, voici tout de suite une sélection des 5 titres les plus marquants sortis des portes de ce studio.

 

 

 

Numéro 5: Illusion of Time sur Super Nintendo

 

Impossible d'imaginer un classement des titres de l’éditeur sans évoquer Illusion of Time. A sa sortie en France, le jeu est présenté comme un contrepoids au fantastique Secret of Mana de Squaresoft. Et pour cause, il s’agit d’un Action RPG ou le joueur doit parcourir le monde à travers les yeux du héros et d’une poignée de personnages qui l’accompagnent, tout en se référant lors ce qu’il est bloqué, aux guide de jeu fourni avec l’achat de la cartouche. Pourtant, les similitudes s’arrêtent à peu près à ce qui est décrit plus haut, le soft étant vraiment unique en son genre et assez fondamentalement différent du titre de Squaresoft. Illusion of Time vous fait suivre les aventures du jeune Paul (Will en Anglais), qui va entrer en communication avec l'esprit de la Terre, cette dernière lui demandant de la sauver de l'arrivée d'une météorite et, par la même, lui permettre de découvrir les merveilles de ce monde. De nombreux lieux de notre belle planète bleue seront visités, à cheval entre sites rééls tels que la grande Muraille de Chine, les peintures Nazca.., ou légendaires comme le continent de Mu ou l'Atlantide. Le nom américain du jeu, Illusion of Gaia marque ainsi bien mieux le fait que c’est sur et pour la Terre que l’aventure se déroule et que ce sont bien nos différents continents que Paul va traverser avec l’aide de ses alter-ego jouables Chrysaor et Liquéfia. Se parcourant uniquement en solo, le soft se fait, contrairement à bon nombre de ses semblables, en ligne droite. Ici, très peu d’aller-retour d’un lieu ou d’une ville à l’autre, et par ce moyen, le côté périple d’explorateur est élégamment mis en avant. Le soft est bien réalisé, mignon à souhait, très bien animé et possède des musiques agréables. Il se dote également d’une durée de vie tout à fait honnête pour le genre. Pour résumer, un excellent titre de la console et qui figure à juste titre dans de nombreuses collections de joueurs adeptes du genre.

 

 

 

 

Numéro 4: Robotrek sur Super Nes

 

Seule aventure de la liste à ne pas avoir vu le jour en Europe, Robotrek sous couvert d’un RPG assez classique dans son déroulé, n’en propose pas moins une approche originale par le biais de la création de son équipe de combattants constitués de robots entièrement customisables et aux capacités variées. Une approche rafraichissante, et qui donne une touche retro-moderne au titre très plaisante. Il faut voir votre héros, inventeur invétéré, donner la vie sous vos yeux à ses compagnons robotisés grâce aux manipulations effectués sur une machine ressemblant à une manette de jeu Super Nintendo géante. Une image ancrée dans l’ADN du jeu et dans la tête de tous ceux qui ont pu s’y essayer. L’esthétique et l’ambiance du soft font vraiment partie des points forts de Robotrek et vous poussent à parcourir son univers qui prend la forme d’un monde imaginaire constitué de tableaux reliés entre eux par une carte à la manière d’un Super Mario World. Le reste de la réalisation est à la hauteur, avec une musique qui reflète bien les thèmes évoqués par le jeu, une animation sans faille et un système de combat qui vous verra commander votre cohorte de robots à travers une série de combat certes classiques, mais rapides et efficaces. Son scénario n’est pas inoubliable mais vous permet de découvrir étape par étape un univers coloré, remplis de personnages amusant et à l’esprit parfois décalé, le tout porté par une durée de vie qui se situe dans la moyenne haute de ce que propose ses concurrents. Relativement confidentiel aux yeux des joueurs Européens, Robotrek mérite néanmoins autant de louanges et donc d’intérêt de votre part que les autres softs de ce classement. Une réussite de plus de la part de Quintet sur la console de Nintendo.

 

 

 

Numéro 3: Soul Blazer sur Super Nintendo

Lié par son thème aux futurs titres de Quintet que seront Illusion of Time et Terranigma, Soul Blazer est en quelque sorte le premier soft d’une trilogie qui ne dit pas son nom. Prenant la forme, déjà, d’un Action RPG, le jeu se rapproche fortement à sa sortie d’un titre tel que Zelda : A link to the Past, auquel il est très souvent comparé à l’époque. La faute à une représentation graphique en vue de dessus et des mécaniques de combat extrêmement similaires au mythe de Nintendo. Pourtant en creusant quelque peu, on s’aperçoit que le jeu a une manière bien à lui de présenter les choses, et propose au joueur un déroulé qui, sous sa présentation qui peut sembler un peu désuète aujourd’hui, présente de nombreuses originalités. Vous incarnez Blazer, une incarnation humaine d'un Dieu, qui a pour mission de restaurer la paix d’une Terre en péril, en ressuscitant au sens propre les différentes composantes qui la constitue : bâtiments, hommes ou animaux, vous verrez mission après mission, renaitre notre chère planète sous vos yeux. C’est ici que l’on retrouve le lien le plus fort avec les autres titres de la trilogie dont le véritable héros vous l’aurez compris est notre chère terre nourricière, et les enjeux de sa survie face aux démons. Soul Blazer, étant un soft sorti en 1992, est logiquement le titre le moins bien réalisé de ce présent classement. Rien de honteux cependant, et on se laisse très vite prendre au jeu, porté par ses musiques plus que sympathiques et sa maniabilité impeccable, ainsi que l’irrésistible envie de voir quel élément va prochainement revenir à la vie grâce à vos bonnes actions. Un grand Action RPG, qui présente une véritable alternative au Zelda de la console et qui propose une approche originale au genre. Largement de quoi en faire un incontournable de la machine, à essayer d’urgence !

 

 

 

Numéro 2: Actraiser sur Super Nintendo

 

Premier jeu développé par Quintet sur la 16 bits de Nintendo, Actraiser a fait l’effet d’une bombe à sa sortie en 1991 au Japon. Et pour cause : Doté d’une réalisation pour l’époque assez exceptionnelle, il propose un style très original, constitué d’un mix entre un jeu d’action-plateforme et un jeu de gestion à la Sim City. Un mix assez improbable et inimaginable sur les consoles de la génération précédente. Et pourtant la sauce prend rapidement, et le joueur est happé entre scènes d’action intenses ou l’on incarne son avatar de plein pied, en vue de côté, sous la forme d’une déité descendue sur Terre pour la sauver du Malin ; et scènes en vues de dessus ou vous guidez votre peuple vers un monde meilleur grâce à votre volonté divine. Les graphismes pour un titre de première génération est clairement dans le haut du panier, et les animations de votre héros et de vos ennemis sont de bonne qualité également même si l’on note une certaine raideur dans la maniabilité de votre personnage lors des phases d’action-plateforme. Pas de quoi gâcher la fête, Actraiser étant par ailleurs doté d’une bande son absolument sublime, composée de main de maitre par le génial Yuzo Kushiro, papa des musiques de la série des Streets of Rage ou Y’s. Il faudra attendre un bon moment avant de retrouver une bande son d’une telle qualité sur la machine ! Voici un titre en avance sur son temps, doté d’une réalisation exemplaire et qui a permis à Quintet de se faire un nom pour la décennie à venir. Certes son âge avancé trahit quelques limites, mais pas de quoi rebuter un rétrogamer digne de ce nom qui se doit de l’essayer dans sa vie et par la même découvrir ou redécouvrir une véritable tranche de l’histoire du jeu vidéo sur consoles 16 bits. Pour un premier essai, réaliser un titre de légende passé à la prospérité : Chapeau bas Quintet !

 

 

 

 

 

Numéro 1: Terranigma sur Super Nintendo

 

Dernier épisode de la trilogie tournant autour de la Terre et la vie qui l’anime, Terranigma est en quelque sorte la synthèse entre ses deux prédécesseurs Soul Blazer et Illusion of Time. Sorti en fin sur une Super Nintendo en bout de course, et miraculeusement localisé en Europe, il prend également la forme d’un Action RPG ou vous devrez par l’intermédiaire de votre héros Ark, vous extirpez de votre monde situé dans une dimension parallèle avant de prolonger votre aventure sur une Terre d’abord vierge et à laquelle vous devrez étape par étape faire retrouver toute sa splendeur. Une nouvelle fois, votre quête vous verra croiser et réanimer continents, peuplades et animaux qui composent notre belle planète bleue. Doté d’une réalisation absolument somptueuse, il est de loin le titre le plus abouti réalisé par Quintet. Des graphismes colorés et détaillés au possible, une animation d’une fluidité exemplaire et une maniabilité parfaite se confondent pour faire de la prise en main de votre héros un vrai bonheur, celui-ci possédant une palette de coups et de possibilités exceptionnelle pour le genre. L’atmosphère du soft empreinte d’une certaine mélancolie que sublime le scénario est parfaitement accompagnée par une bande son digne des plus grands jeux de la Super Nintendo. Sa qualité et sa variété est signe d’un titre en fin de vie de la console ou les compositeurs font parler tout leur talent et maitrisent parfaitement la puce sonore afin d’apporter un supplément d’âme et d’émotion indéniable à cette merveille de jeu. Pas loin d’être le Action RPG ultime de la 16 bits de Nintendo, Terranigma est un incontournable absolu pour tout amateur du genre, et même pour les autres, que tout un chacun se doit de jouer ! Le chef d’œuvre parfait de feu Quintet afin de nous remémorer avec plaisir du talent et du brio de ce studio désormais disparu.

 

 

 

 

 

Quintet nous l’avons vu, à participé à étoffer la ludothèque de la reine des console 16bits de salon pendant les années 1990. Ces quelques titres édités, auxquels on peut ajouter la suite directe d’Actraiser, moins convaincante que son aîné, mais tout à fait honorable malgré une difficulté rebutante et une maniabilité un peu étrange, sont aujourd’hui à juste titre encensés par nombre de joueurs. Pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraitre, le studio va se déliter à la sortie des consoles de la génération suivante et va disparaitre après un baroud d’honneur sur PS1 qui verra la sortie d'un très agréable Grandstream Saga qui aurait mérité une 6ème place sur ce classement sans aucun problèmes. Une bien triste perte, qui ne fait que renforcer le caractère unique des créations issues du studio, toutes empreintes d’une certaine vision du monde et de la représentation qui en est faite en filigrane. Quintet ne sera pas oublié par les rétrogamers, et c’était de fait un devoir de réaliser un tel Top sur ce blog !

 

N’hésitez pas à travers vos commentaires à vous remémorer et à échanger sur vos meilleurs souvenirs concernant les œuvres de l’éditeur Quintet, et…

 

A très vite pour un prochain Top !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

 

A la sortie de sa première console, Sony, à la recherche d'un public élargi et avec l'aide d'une technologie en pleine mutation, mise absolument tout sur la 3D, élément alors relativement novateur dans le monde du jeu vidéo. Associant cette nouvauté à une campagne marketing orientée vers un public plus adulte, la 32 bits du géant japonais se démarque franchement de ses concurrentes. Les éditeurs se précipient alors sur les nouvelles possibiltés offertes par la machine, et proposent dès ses premiers mois d'exploitation une multitude de softs ou les polygones font la loi. Une loi qui va perdurer pendant toute la durée de vie de la nouvelle reine déclarée de la 3D.

Cependant, naviguant à contre courant, certains éditeurs vont se laisser charmer par les possibilités offertes par la 2D sur cette PS1, avec à la clé un succès bien souvent en demi teinte tellement tous les yeux sont tournés vers les alléchants titres tout en 3D. Certains vont tout de même proposer d'excellents titres en pixels, avec qui plus est une réalisation graphique parfois de très haute volée. Explorons donc ensemble les plus beaux titres de la PS1 en 2D, des softs qui pour notre plus grand bonheur ont bien souvent mieux vieilli que leurs frères et soeurs tout de polygones vêtus.

 

Numéro 5: Rayman sur PS1

Oui c'est un peu tricher que d'annoncer Rayman comme un titre PS1 car il est à la base un titre développé sur l'inoubliable (au moins!) Jaguar d'Atari. Cependant c'est grâce à cette version sur la console de Sony que Rayman va prendre son envol, le monde entier découvrant sa sublime 2D modélisée de main de maitre par l'esthète Michel Ancel. S'accrochant de plate forme en plateforme et distribuant des claques à ses ennemis, vous partirez à la recherche des Electoons pour restaurer l'équilibre du monde. Dans un ton pastel et très coloré, les décors vivants et organiques, les boss gigantesques et l'aspect très catroon sont autant de scènes qui attirent l'oeil et donnent à ce Rayman un touche unique et magnifique. Il faut voir de ses propres yeux Rayman se mouvoir dans ce monde enchanteur pour le croire, lors de la sortie du titre en 1995. Soyons quelque peu chauvin et accordons au jeu d'Ubisoft une place de choix dans ce classement, tant il est rare à l'époque de la PS1 de pouvoir acceuillir des softs d'une telle qualité issus d'un studio français.

 

Numéro 4: Saga Frontier 2 sur PS1

Squaresoft est un éditeur qui n'oublie pas ses racines, et quand bien même sa saga principale Final Fantasy réussi avec brio sa mue en 3D dès sa première apparition sur PS1, le génial créateur de JRPG ne se prive pas du plaisir de proposer un catalogue 2D de qualité, dans la continuité de ses plus belles réalisations de l'ère 16 bits. Saga Frontier 2 en est un excellent exemple, son rendu tout en aquarelles d'un monde médiéval aux accents occidentaux est d'une beauté sidérante pas moments. Chaque bâtiment, décor ou personnage que vous croiserez avec vos deux héros Gustav XIII et Will Knights et leurs descendants est digne d'une oeuvre de peintre. Au-delà de son aspect visuel le titre est un très bon RPG qui casse un peu la monotonie grâce à un système de scénarios entrecroisés et de combat fort original. Attention à bien préparer votre équipe à l'approche de la bataille contre le boss final cependant, ce dernier étant particulièrement redoutable et ne laissant aucune chance à une équipe même moyenne. Mais d'ici au boss final, ouvrez grand les yeux, et savourez!

 

 

Numéro 3: Castlevania Symphony of the Night sur PS1

Voici sans trop de doutes, s'il n'est pas le plus beau, le meilleur titre tout en 2D de la console. Véritable bijou signé Konami, Castlevania Symphony of the Night tire le meilleur de son changement d'orientation et délaisse l'action pure pour se rapprocher d'un modèle fortement inspiré par Super Metroid, miracle de gameplay et de game design signé Nintendo, et qui a créé à lui tout seul un nouveau genre. Ce Castlevania n'a pourtant pas grand chose à envier au titre du géant de Kyoto, tellement tout respire la prefection ici: le personnage principal d'une classe folle, un scénario captivant, des boss démentiels, une musique envoutante, un game design aussi bon que son modèle et bien sur un son qui sublime son enrobage graphique tout en 2D et qui retranscrit à merveille le propos du jeu à l'ambiance gothique et macabre à souhait. Une vraie révolution pour son approche plus orientée RPG qu'action, mais une continuité dans l'approche graphique qui ravira n'importe quel amateur de softs 2D et de la saga à n'en point douter. Castevania Symphony of the Night est un incontournable de ce classement, et vous l'aurez compris, un incontournable de n'importe quel classement qui se respecte.

 

Numéro 2: The Adventures of Lomax sur PS1

Titre le plus confidentiel de ce classement, The Adventures of Lomax (ou Lomax tout court en France) est en réalité un spinoff de la série des Lemmings qui prends la forme d'un jeu de plateforme, naturellement tout en 2D. L'intérêt du titre n'est pas transcendant, puisque nous avons ici à faire à un jeu de plateforme sommes toutes très classique, ou vous êtes à la recherche de vos congénères à travers une douzaine de niveaux. Ce qu'il perd en intérêt le soft le compense néanmoins largement par sa réalisation absolument splendide. L'animation est fluide et Lomax et ses frères Lemmings tourbillonnent et sautent dans tous les sens. Quand à la réalisation graphique, elle est simplement belle à pleurer dans ses pourtours colorés tout en rondeurs. Dans un style médiéval fantastique du plus bel effet vous serez impressionnés par les capacités de la PS1 à atteindre un tel rendu. The Adventures of Lomax a bien sur quelques défauts, mais vous devez l'essayer à tout prix ne serait ce que pour prendre une claque graphique que peu de titres (un seul de fait...) sont capables de vous donner sur la console.

 

Numéro 1: Legend of Mana sur PS1

Squaresoft place un second titre dans ce classement, et ce n'est que justice si vous avez déjà pu admirer ce jeu tourner. Autrement, jetez un coup d'oeil aux images ci-dessous pour finir de vous convaincre. Seiken Densetsu 3 était le plus beau soft 2D de la Super Famicom, et Legend of Mana sera son pendant sur PS1. Une réelle merveille pour les yeux, chaque décor, chaque personnage, chaque maison, chaque ennemi est un émerveillement constant. Dans le plus pur style de la série, mêlant le fantastique et l'onirique à souhait, le monde de Mana n'a jamais été aussi magnifique. Il faut vraiement le voir pour le croire à sa sortie au tournant du millénaire, certains tableaux sont de véritables chefs d'oeuvre. Prenez par exemple celui de l'arbre parlant planté derrière chez vous: sa réalisation et son animation m'ont à l'époque marqué durablement. Le titre est également très intéressant, même si quelque peu non conventionel, et propose une profondeur de gameplay énorme pour ceux qui prennent le temps de s'y intéresser. Un bien bel écrin pour un jeu fantastique signé des maitres du RPG.

 

Oui les titres 2D ont magnifiquement bien vieilli sur PS1 et les 5 softs présentés ici en sont l'indéniable preuve. Quand tant de jeux en 3D de cette période sont aujourd'hui à la limite du jouable avec tous les défauts de maniabilité et d'esthétique que ce genre alors non totalement maitrisé apporte, ceux qui ont opté pour une représentation plus à l'ancienne se sont aujourd'hui bonifiés. Comment résister à ces softs dont le nombre est certes limité sur la console de Sony, mais qui apportent quasi tous un charme indénable à sa ludothèque ? On notera également que certains très bon titres en 2D ou 2.5D, même si moins abouti graphiquement, ont quand même premis aux affictionados de pixels de se régaler. Citons: Tombi!, Panzer Bandit, Klonoa et Heart of Darkness ou encore les superbes RPG que sont Alundra et Valkyrie Profile.

N'hésitez pas à commenter à propos de vos titres 2D préférés sur PS1, malgré les apparences, il y en a un bon nombre!

A très vite pour un nouveau Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

S'il y a bien un style de soft qui se prête aux expériences exigeantes et éprouvantes, c'est bien celui du Tactical RPG, ou T-RPG. Capables de vous faire tenir des dizaines et des dizaines d'heures de jeu grâce à ses mécaniques bien huilées, son histoire captivante, ses combats à la chaine, quand ce n'est pas souvent les trois à la fois, certains de ces titres ont une durée de vie proprement hallucinante pour toute personne qui décide de s'y investir.

Le nombre de T-RPG qui a vu le jour sur nos consoles est spécialement conséquent au Japon, ou le public en est particulièrement féru. L'essentiel de la production reste cependant confidentielle hors des frontières du pays, la faute à une compréhension de la langue absolument indispensable dans bien des cas. N'ayant pas la prétention d'avoir essayé beaucoup de ces jeux, je vais ici me focaliser sur des titres qui ont connu à minima une traduction anglaise, qu'elle soit officielle ou réalisée par des fans. Mais surtout, je vais m'attarder sur ces quelques softs qui vous feront immanquablement passer de nombreuses nuits blanches tellement ils regorgent de possibilités de jeu, de dongeons ou personnages cachés à améliorer.  Voici sans plus tarder le Top 5 des T-RPG que tout joueur acharné doit essayer d'urgence:

 

Numéro 5: Final Fantasy Tactics: War of the Lions sur PSP

L'un des T-RPG le plus génial de la création se devait de posséder quelques ressorts afin de vous tenir en halaine et vous pousser à optimiser encore et encore votre chère équipe de combat. Sortie sur PSP, cette version de luxe, possédant une nouvelle traduction et un mode multiplayer permettant de varier les plaisirs est avant toute choses un titre sublime. Une histoire digne des plus grands romans historiques et de cape et d'épée, une réalisation et une esthétique délicieuse, et surtout une mécanique de jeu prodigieuse, qui se cesse de dévoiler ses secrets et détails au fur et à mesure de votre progression. Plus de vingt classes de personnages à maitriser et la possibilité de recruter l'ensemble des monstres que vous croisez sur le champ de bataille ainsi que certains personnages cachés seront bien le minimum pour vous permettre de passer outre la difficulté parfois brutale de certaines escarmouches que vous feront traverser la trame principale. C'est sans compter sur la possibilité d'explorer vers la fin du jeu le Deep Dungeon qui va vous fournir un challenge de taille supplémentaire et vous obliger à y effectuer de nombreux passages afin de récupérer armes, monstres, objets ou invocations qui feront de vos héros de véritables dieux de la guerre aux capacités versatiles et complémentaires. Vous l'aurez compris, entre sa trame principale qui vous tiendra en haleine pour longtemps et ses quêtes annexes exigeantes, il ne faudra plus compter seulement en dizaines d'heures pour enfin obtenir l'équipe de vos rêves capable de venir à bout de n'importe quel danger mais peut-être bien en centaines...

 

Numéro 4: Fire Emblem Seisen No Keifu, et sa suite, Thracia 776 sur Super Famicom

La série de T-RPG Fire Emblem est connue pour sa difficulté relativement élevée, surtout due au fait que toute mort de vos personnages sur le champ de bataille est définitive. Ces quatrième et cinquième épidodes, sortis respectivement en 1996 et en 1999 (oui vous avez bien lu!) sur Super Famicom, ne font pas exception. Vous recruterez peu à peu de nouveaux personnages bien sur, mais une mort définitive restera une lourde perte vu le nombre d'ennemis qui vous attendent autour de chaque forêt ou château à capturer. Chaque champ de bataille est proprement gigantesque et il n'est pas rare de passer plusieurs heures sur ces immenses terrains qui ne sont rien de moins, dans le quatrième épisoide tout du moins, que des pays entiers, avec ses villes et sa propre géographie. Il faudra avoir le coeur bien accroché pour parvenir à terminer l'une de ces batailles sans accumuler les pertes tant les ennemis sont nombreux, variés et capables d'apparaite au pire moment et endroit. Que dire de l'épisode suivant, sorte d'histoire annexe dans l'histoire princpale que constitue l'épisode précédent, si ce n'est qu'il est...encore bien plus difficile malgré un champ de bataille souvent réduit. Pour comprenser, les situations et les ennemis sont plus retors que jamais. Vous aurez besoin d'utiliser chaque personnage et chaque capacité avec beaucoup de parcimonie et agir avec réflexion pour que la situation ne se retourne pas contre vous. Le résultat? Vous risquez de recommencer encore et encore chaque bataille afin d'optimiser l'issue du combat. Ce Thracia 776 est une véritable perle pour tout joueur de T-RPG qui s'est bien échauffé sur Seisen No Keifu. Bon courage à ceux qui se décident à tenter l'aventure jusqu'au bout! Mais le challenge en vaut largement la chandelle, ces titres ayant leur place au panthéon du genre sur la console tellement ils sont aboutis et regorgent de détails fascinants, n'est pas Gunpei Yokoi, le producteur du jeu, qui veut!

 

 

Numéro 3: Phantom Brave sur PS2

Beaucoup de titres de l'éditeur Nippon Ichi pourraient prétendre à une place dans ce classement. Le studio est en effet un habitué des T-RPG avec de multitudes de possibilités de progression, offrant par la même une durée de vie homérique. Dans cette catégorie, le roi incontestable du genre est sans doute Phantom Brave qui en plus d'être un excellent T-RPG est capable de vous entrainer des heures entières en dehors des contours de sa trame principale dans un enchainement de combats aléatoires quasi sans fin. C'est à dire, pour être plus préçis, jusqu'à un enchainement de 900 combats par donjon (oui, vous avez bien lu!) afin d'obtenir ses meilleurs personnages et armes.Par cette seule possibilité ce T-RPG paru en 2004 possède une durée de vie infinie pour ceux qui souhaitent s'y plonger corps et âme. Doté d'une très bonne réalisation avec des graphismes chattoyants typiques des productions de l'éditeur, des personnages hauts en couleurs, d'un scénario avec un humour omniprésent et d'un sytème de combat très original pour son époque, on ne pourra pourtant pas s'empêcher de voir la lassitude poindre le bout de son nez malgré tout devant l'ampleur de la tâche qui vous attends. Mais avant cela, de potentielles centaines d'heures d'optimisation de vos armes et de votre équipe sont à votre portée, vous joueurs acharnés en quête du T-RPG qui répondra à votre soif d'en découdre! S'il avait été plus difficile rendant ces passages obligatoires et non optionnels, il aurait sans aucun doute mérité sa première place ici même haut la main, mais...il existe bel et bien des esprits encore plus tordus, prêts à vous donner d'avantage de fil à retordre.

 

Numéro 2: Hoshigami Ruining Blue Earth sur PS1

Boudé par la critique et dans une moindre mesure par le public à sa sortie sur une PS1 en fin de vie pour les fêtes de Nöel de 2001, Hoshigami a sur le papier tout pour plaire aux adeptes du genre. Graphismes magnifique dans le style d'un Final Fantasy Tactics alors référence du genre, gallerie de personnages et scénario captivant, système de combat original agrémenté par quelques idées de combo symphatiques, système de magies redoutable et très exhaustif; bref tout pour plaire. Et pourtant, l'échec de ce jeu tient en une seule raison: Il est beaucoup trop difficile pour le commun des mortels. La faute à un début d'aventure absolument rédhibitoire, qui vous place dès les premiers combats qui composent son scénario dans des situations impossibles si vous n'avez pas pris le temps d'optimiser votre équipe pendant de longues heures de combats aléatoires ainsi qu'un passage obligé par l'outils de création de magie. En combinant tout cela, le seul premier chapitre qui pourrait se terminer en ligne droite en 2 heures si ce n'était sa difficulté, vous prendra dix fois plus de temps que prévu. Et vous n'avez encore rien vu, le soft s'ouvre ensuite avec la possibilité d'escalader à chaque recoin du monde des tours hautes de minimum 20 étages, et parfois bien plus, vous permettant d'optimiser encore et encore vos héros et leurs aptitudes physiques et magiques. Le scénario possède qui plus est divers embranchements. Et une fois avoir passé des centaines d'heures pour en voir le bout, épuisés, vous comprenez que vous devez recommencer le jeu une seconde fois afin de pouvoir profiter de toutes ses possibilités...Hoshigami est réélement un T-RPG grandiose pour ceux qui arrivent à outrepasser sa difficulté rebutante, mais êtes vous fait de ce bois là?

 

Numéro 1: Tactics Ogre: Let Us Cling Together sur PSP

Tactics Ogre dans sa version PSP est donc le premier de ce classement, le jeu ultime pour tout amoureux de T-RPG et pour ceux qui souhaitent pouvoir s'investir dans son univers et son système de jeu pendants de très longues heures. Pas aussi difficile qu'un Hoshigami ou un Fire Emblem Thracia 776, il compense cependant largement ce manque par une durée de vie exemplaire concernant son scénario et par la quantité totalement délirantes de quêtes annexes qu'il propose. S'octroyant par la même de nombreux louanges de la part des critiques et des joueurs quand d'autres titres similaires ont pu rebuter. Non content d'avoir trois scénarios à explorer dans sa trame principale, l'aventure peut ensuite se poursuivre dans les méandres du bien nommé Palace of the Dead: Un donjon de plus de 100 étages dont il vous faudra venir à bout plusieurs fois afin de recruter les quelques personnages cachés qui s'y trouvent et obtenir parmi les meilleures armes du jeu. Vous pensez en avoir terminé? Absolument pas, puisqu'il vous faudra encore collecter de nombreux objets afin de provoquer des rencontres avec une classe particulière de Généraux et ainsi vous voir récompenser par les armes ultimes que propose le soft. Par curiosité, j'ai relancé une sauvegarde du jeu avant d'écrire ce passage, et j'ai esquissé un sourire en voyant les 340 heures de jeu s'afficher, me rappelant parfaitement ne pas avoir alors vu la moitié des Généraux en question sur cette partie. Tactics Ogre est vraiment le T-RPG ultime pour tout acharné du genre et vous pourrez y jouer des semaines entières sans aucun problème, et vous investir comme jamais dans son histoire et son univers exceptionnel. Un titre en tous points sidérant!

 

Amateurs du genre, voici une sélection qui devrait vous tenir en halaine pendant de nombreux mois. D'une grande qualité pour peu que l'on s'y investisse correctement, ces Tactical-RPG de haute volée n'usurpent pas leur réputation de jeux difficiles et surtout, tous dotés d'une durée de vie frôlant l'infini! Bon courage pour en voir le bout et en explorer tous les recoins. Mais, qui sait, une fois ces jeux terminés et votre envie de T-RPG toujours pas rassasiée vous vous trouverez une passion nouvelle pour la gamme de jeux de l'éditeur Koei, qui bien que souvent cantonnée au Japon, a fait naitre un nombre halluciant de titres du genre avec une durée de vie qui dépasse l'entendement. Mais ceci est une autre histoire...

N'hésitez pas à commenter et partager vos plus beaux moments autour d'un Tactical RPG, genre ô combien passionant...

Et à très vite pour un prochain Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Dotée d’une ludothèque dantesque en la matière, la NES du celebrissime fabriquant et éditeur Nintendo faisait la part belle aux jeux de plateforme, souvent de qualité. Dans la roue d’un Super Mario Bros qui a révolutionné l’industrie, d’innombrables titres sont proposés et à l’aune des années 90, c’est une offre pléthorique qui accueille le joueur désireux de s’adonner au genre. Fort de ses acquis, Nintendo compte bien tirer profit de son savoir faire, tiré en partie de l’aura immense acquise par Shigeru Miyamoto et des équipes, et d’entrainer avec lui de nombreux éditeurs vers sa nouvelle console, la Super Nintendo, afin de rééditer l’exploit réalisé au temps de la NES.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le géant japonais va réussir son pari, en tant qu’éditeur et développeur, en proposant parmi les jeux de plateforme les plus marquants de l’histoire du jeu vidéo, mais aussi en tant que constructeur puisque la machine va accueillir une multitude de softs d’éditeurs tiers dont certains ont acquis un status de jeu de légende. En voici une sélection à travers ce Top:

 

Numéro 5: Super Ghouls'n Ghost sur Super Nintendo

Le premier éditeur de cette liste, et pas des moindre en la personne de Capcom, va proposer une série de titre assez impressionnante sur la 16bits de Nintendo. Parmi ceux-la le cultissime Street fighter 2, qui va revolutionner l’histoire du jeu vidéo lui aussi. Mais c’est oublier un peu vite les autres bijoux que va proposer le roi des jeux de baston du coté de la plateforme. Grand spécialiste du jeu d’arcade, Capcom profite des nouvelles possibilités techniques de la Super Nintendo pour proposer une suite à une de ses licenses phare des années 80: Ghosts'N Goblins. Proposant une suite à sa série entièrement originale, le papa des Megaman sort le grand jeu et exploite au mieux les capacités de la console. Vous êtes plongés dans une atmosphère médiévale, lugubre et macabre à souhait, magnifiquement retranscrite à travers les superbes graphismes et musiques que propose ce Super Ghouls N' Ghost. Vous accompagnez le brave Arthur qui part delivrer sa dulcinée Guinevère, équipé de sa lance (ses javelots?) et son armure, et vous êtes parti pour en baver face à la horde de créatures qui vous barrent la route. Oui, le titre proposé par Capcom est difficile, mais quelle qualité proposée ici! Les niveaux sont d’une variété exemplaire, les animations de votre héros apportent un vrai cachet au jeu et les divers upgrades disponibles sont une aide précieuse pour traverser les passages les plus ardus. Gare à ne pas vous retrouver en caleçon! Chaque élément de ce jeu exceptionnel vous poussera à y revenir et tenter une nouvelle fois l’aventure. Il faut vraiment féliciter les développeurs pour l’atmosphere créée ici, sans doute inconcevable du temps des 8bits. Capcom entre par la très grande porte dans la cour des éditeurs qui comptent sur 16bits et dans le monde des jeux de plateforme, et il n'est pas près d'en sortir.

 

Numéro 4: Ganbare Goemon 2: Kiteretsu Shogun Magginesu sur Super Famicom

Bien moins célèbre que ses camarades présents ici même, et pour cause, le jeu n'a pas dépassé les frontières du Japon, la série Ganbare Goemon  (Legend of the Mystical Ninja en occident) mérite amplement sa présence au sommet des softs du genre. Son second volet est sans aucun doute le plus réussi, mais vous pouvez vous laisser tenter par les trois autres épisodes (dont le premier est sorti en Europe) pour vous plonger dans une aventure passionnante et surtout délirante à souhait: plaisir garanti! Techniquement ce titre est une merveille, les graphismes chattoyants, les animations fluides et la maniabilité des personnages est parfaite. Le jeu se pratique à deux en simultané pour un plaisir décuplé. Ne vous laissez pas rebuter par la barrière de la langue, Ganbare Goemon 2 se laissant approcher sans aucune difficulté. Et profitez à plein de son level design de folie, de ses situations et ennemis complètement incongrus, et des batailles de boss complètement déjantées et épiques. Profitez en pour mettre une raclée au Général McGuiness dans un véritable feu d'artifice final dantesque! Voici un titre absolument incontournable pour tout fan de jeu de plateforme et qui place Konami au rang de roi du délire vidéoludique de l'époque.

 

Numéro 3: Super Mario World: Yoshi's Island sur Super Nintendo 

A la sortie de Yoshi's island, Nintendo a déjà démontré au monde entier son savoir faire unique en matière de création de jeux dans le genre qui nous intéresse. Pourtant, l’éditeur souhaite offrir un ultime  barroud d’honneur à sa chère 16bits et montrer par la même qu’il demeure le maître incontesté en matiere de jeux de plateforme 2D sur cette génération. Des mains de l’équipe à l’origine de Super Mario World va donc naître une suite, bénéficiant de tout le savoir faire acquis sur ces dernières années. Sans grande surprise, Yoshi's Island sera un titre phare de la console, s’appuyant ses des qualités techniques époustouflantes, à commencer par son style graphique jamais vu pour l’époque, tout en rondeurs et pastels. Les animations et musiques ne sont pas en reste et proposent une expérience de haute volée. Vous êtes aux commandes de Yoshi, dinausaure charnu et coloré mais surtout adulé par les joueurs depuis la sortie de Super Mario World cinq an plus tôt, et partez, bébé Mario sur votre dos, à la recherche de son frère Luigi enlevé. Le level design est irréprochable, d’une intelligence rare: c’est bien simple, vous êtes sans doute en face du jeu de plateforme le plus intelligent et varié jamais imaginé. Le seul défaut de ce jeu? Être le contemporain direct d'un jeu qui est tout simplement (spoiler insoutenable...) le plus brillant jeu de plateforme jamais conçu. 

 

 

Numéro 2: Donkey Kong Country 2: Diddy's Kong Quest sur Super Nintendo

Rare a du talent, Rare a des idées, et Rare maitrise la console de Nintendo comme peu d'éditeurs avant lui. Fort du carton planétaire du premier Donkey Kong Country, et avec la bénédiction de Nintendo, l'éditeur anglais se lance dans une suite aux aventures du gorille le plus célèbre de l'histoire du jeu vidéo afin d'ajouter à cette seconde ittération tout les éléments de gameplay, toutes les idées de level design et toutes les petites touches techniques qui manquaient au premier épisode déjà somptueux. Le résultat? Des graphismes encore affinés, une maniabilité améliorée, une mécanique de jeu mieux construite et cohérente qui permet un level design optimal et une musique sublimée, signée par un David Wise en grande forme, et qui figure parmi les meilleures B.O. qui peuvent s'écouter sur la console, sans compter sur une durée de vie également accrue!  Bref, du mieux absolument sur tous les frons pour un jeu qui frôle la perfection, et cela alors que Donkey lui-même ne fait pas partie de l'aventure, remplacé par une nouvelle venue, Dixie Kong, à l'origine entre autres de ces belles variations de gampelay. Voici un titre qui se joue et se rejoue, toujours avec le même bonheur et qui ne connait que d'égal en la pixopersonne de Mario lui-même. Intemporel!

 

Numéro 1: Super Mario World sur Super Nintendo

Comment lancer au mieux sa toute nouvelle console sur le marché alors hyper concurentiel des 16bits? En proposant le plus grand jeu de plateforme de tous les temps, tout simplement! Voilà la réponse de Nintendo apportée à tous les détracteurs qui se plaignaient de voir la Super Famicom sans cesse repousser sa sortie à l'aube des années 90. Dans la droite ligne d'un Super Mario Bros. 3, déjà incroyable, la série profite à plein des nouvelles possibilités offertes par la toute nouvelle 16bit et propose une vision du jeu de plateforme encore optimisée et améliorée tout en gardant la force des précédents jeux de la série. Inutile de touner autour du pot, Super Mario World est un jeu de plateforme absolument divin, que l'on se prends à relancer tous les ans alors qu'il nous accompagne aujourd'hui depuis près de 30ans et que l'on pourrait terminer certains des niveaux qui le composent les yeux fermés. Chaque élément de game design est parfaitement calibré afin de permettre au joueur de s'amuser de la première à la dernière seconde de jeu. La prise en main est immédiate et pas une seule seconde de frustration ne viendra couper votre envie de progresser ou recommencer un niveau pour trouver l'une de ses nombreuses sorties alternatives cachées. Si Mario 64 peut-être considéré comme le plus grand titre de plateforme en 3D de l'histoire, Super Mario World en est son pendant en 2D et à mes yeux, il est encore plus jouissif et agréable à jouer. La merveille des merveilles, et dire qu'il s'agit du premier soft à voir le jour sur la console, un vrai miracle, mais surtout la cinglante démonstration que le studio de Kyoto est le véritable maitre du genre et tire toute l'industrie dans son sillon vers les sommets! Impossible de ne pas faire du bébé de Shigeru Miyamoto et son équipe le numéro 1 de ce Top!

 

Voila bien un Top 5 difficile à réaliser: La 16bits de Nintendo a connu tellement de jeux de plateforme d'exception qu'il est bien évidemment impossible de tous les caser ici. Certains titres que je ne considère pas 100% comme des platfeformers ont donc étés à juste titre mis de côté, pour en citer quelques uns: Super Metroid, Megaman X ou Castlevania 4. Ils auront naturellement l'opportunité de briller à de nombreuses autres occasions sur ce blog. D'autres titres, vrai platformers, sont excellents, et pourraient figurer dans un Top similaire sur bien d'autres machines, mais ils sont ici un peu juste pour intégrer ce classement. On peut retenir par exemple: Kirby Superstars, Super Mario All Stars,  Earthworm Jim ou encore Demon's Crest. Une nouvelle fois la liste est trop longue. Vous n'avez donc aucune excuse pour ne pas jouer à ces cinq titres, qui représentent, chacun avec leur style et qualités, rien de moins qu'une tranche de l'histoire du rétrogaming.

N'hésitez pas à commenter et à débattre sur vos titres préférés du genre sur la console, il y a matière!

Et à très vite pour un nouveau Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Pour varier une nouvelle fois les plaisirs, partons d'une idée un peu décalée, qui va fournir un bon moyen de parler de certains jeux...ou évènements historiques liés à nos jeux et consoles favorites! Un Top 5 des tyrannosaures les plus marquants et les plus classes de l'histoire vidéoludique, et pourquoi pas après tout? Un classement tout en subjectivité bien sur, et surtout une bonne occasion de se remémorer quelques grands moments de la scène vidéoludique mettant bien souvent l'Homme aux prises avec la grande star de la préhistoire.

Sans plus attendre, voici le 1er de la liste des Topausaures (ce dinosaure sera sans doute découvert un jour) :

 

Numéro 5: Le T-Rex dans PRIMAL RAGE sur tous les dinosaures de l'époque, même la Jaguar.

Un incontournable au sein de ce classement, Primal Rage et son Sauron de T-Rex est absolument partout. L'éditeur Atari lance son soft sur toutes les consoles du marché de l'époque et compte bien sur le célèbre dinosaure pour booster les ventes. Attaquant grâce à sa queue, ses pattes arrières ou sa tête, et se payant même le luxe rare pour un T-Rex de cracher des boules de feu, Sauron, en plus de porter le nom d'un célèbre personnage de fiction de feu J.R.R. Tolkien, bouffe littéralement ses adversaires (et les humains qui trainent, au passage) lors ce qu'il a pu les mettre au sol après quelques mandales bien senties. Sans aucun doute le personnage le plus classe du soft, il faut le voir se protéger avec ses misérables pattes avant en cas d'attaques ennemies par exemple. Il est le compagnon idéal pour terminer le jeu en moins de deux, et le ranger définitivement dans un carton tellement ce titre est...oubliable. C'est à se demander pourquoi il ne figure pas sur la jacquette du soft sur Jaguar en lieu et place du singe géant Blizzard qui ne présente lui aucun intérêt.

 

Numéro 4: Le T-Rex dans DINO CRISIS sur PS1 et Dreamcast

Quoi de mieux qu'un survival horror du maitre du genre, Shinji Mikami ? Un survival horror signé de sa main, ou votre héroine au nom de pizza se fait poursuivre par un magnifique T-Rex. Toujours la au meilleur endroit, ce superbe réptile va vous poursuivre sans relâche pendant toute l'aventure, brisant vitres, portes et balcons en essayant de vous broyer grâce à sa puissante mâchoire. Vous aurez beau jeu de lui tirer dessus avec tout ce qui est à votre disposition, cela n'aura comme effet que de le retarder dans son oeuvre de destruction. Accrochez vous jusqu'au bout, et qui sait, sur un coup de chance ou après une belle baignade, et un bon feu d'artifice vous arrivez peut-être à échapper à ses griffes. Vous l'aurez compris, le T-REx est ici le fil rouge d'un titre pas désagréable que tout amateur de Résident Evil aura plaisir à parcourir en sentant le souffle rauque du roi des carnivores dans son cou.

 

 

Numéro 3: Le T-Rex dans FINAL FANTASY 8 sur PS1

Le T-Rex est un habitué de la saga des Final Fantasy, c'est bien simple il apparait dans quasiment chaque épisode canonique de la série. Et ce, souvent vers la fin du jeu et sous forme de boss, car il représente une ennemi puissant. Au fond d'une caverne, au milieu du désert ou sur une scène d'opéra comme dans le sublime Final Fantasy 6, le fameux dinosaure du crétacé n'a jamais été mieux mis en scène que dans le 8ème épisode de la série, ou comme aux plus belles heures de Jurassic Park, vous devrez calmer ses ardeurs au sein de son enclos électrifié. Pour ce faire, le recours à la magie et vos invocations sera des plus précieux, à moins que vous ne préféreriez l'endormir pour mieux l'abattre comme un fourbe ou l'achever brutalement avec l'une de vos limit break. Dans tous les cas, il donnera une nouvelle fois bien du fil à retordre à votre équipe de héros.

 

Numéro 2: Le T-Rex dans CHRONO TRIGGER sur Super Nes

Encore plus fort que dans la série Final Fantasy, notre carnivore de l'extrême est également présent dans la série des Chrono, et s'il est bien possible de l'affronter en tant que boss au sein de Chrono Cross, c'est bien le Black Tyrano de Chrono Trigger qui fait une apparition plus que remarquée en tant qu'animal de compagnie de la reine des reptiles Azala. Avant d'affronter la bête et l'ennemie jurée de votre héroïne Ayla, il vous faudra traverser le bien nommé Tyrano Lair dont les portes ne sont rien d'autre que des fossiles de têtes de T-Rex. Une fois au sommet, Black Tyrano vous acceuille de ses cris glaçants prêt à vous broyer et vous manger tout cru. Votre effort pour vous extirper de ses griffes sera néanmoins interrompu par l'arrivée d'une bien plus grande menace sur Terre. Dommage, cela ne nous laisse pas le temps de poser la question qui nous tracasse tous à cette chère Azala: Comment diable a-t-elle fait grimper son énorme compagnon au sommet de cette tour?

 

Numéro 1: Le T-Rex dans la DEMO PS1 sur...PS1

Encore plus impressionant à son époque que n'importe quel dinosaure issu d'un RPG, d'un jeu de combat, ou d'un survival horror, et si le plus marquant des T-Rex vidéoludique n'était pas tout simplement celui provenant de la démo technique de présentation de la PS1 de Sony? A une période ou le géant japonais souhite présenter sa toute nouvelle console au monde et démontrer ses capacités, quoi de mieux qu'un magnifique T-Rex tout en polygones qui court et qui beugle dans sa plus simple expression? Point de décor ou d'animations parasites ici simplement ce monstre d'écaille dans toute sa splendeur, effrayant et terrible. A juste titre il s'agit peut-être de la démo la plus célèbre de l'histoire du jeu vidéo tellement elle avait à sa sortie, impressionné son monde et permi à la PS1 de se lancer sur de bon rails!

 

De nombreux T-REX ont étés oubliés sur cette liste et reposent désormais en paix au paradis des pixels. Citons pour nous les remémorer les sauriens oubliés des séries Turok ou Tomb Raider, mais aussi ceux de Jurrasic Park bien sur, vociférant auprès du logo de Sega. Sans oublier les T-Rex plus câlins, tel que celui issu du Manga Gon, présent dans le casting de Tekken 3, ou encore ce très cher Archie de Dinosaurs for Hire. Tous à leur manière ont permi de populariser le reptile au-delà de la raison, bien souvent pour notre plus grand bonheur de gamer, nous garantissant frissons et éclats de rire !

N'hésitez pas à venir discuter de votre collection de dinosaures ici-même, on partage tous la même passion!

A très vite pour un prochain Top garanti sans reptiles!

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Édito

Joueur invétéré depuis 30 ans, ce blog a pour objectif de partager avec vous sur la base d'un classement limité à 5 titres, parfois absurdes, ou plus sérieux, une ou plusieurs anectdotes sur mes jeux préférés.

Et ce avec l'espoir de toucher votre corde notalgique, ou soyons fou, de vous faire découvrir ou redécouvrir un jeu méconnu! En toute subjectivité bien sur.

Bref un bon prétexte pour parler de jeux rétros, et communiquer sur cette passion.

Bonne lecture et bonne décourverte de TOP 5! Et n'hésitez pas à réclamer un TOP 5 en particuler!

Archives

Catégories