Le Blog rétro de Tompouce

Par Tompouce75 Blog créé le 16/01/19 Mis à jour le 20/02/19 à 19h01

TOP 5 de jeux rétros selon mes envies. N'hésitez pas à demander un TOP 5 qui vous ferait envie personnellement!

Ajouter aux favoris
Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

S'il y a bien un style de soft qui se prête aux expériences exigeantes et éprouvantes, c'est bien celui du Tactical RPG, ou T-RPG. Capables de vous faire tenir des dizaines et des dizaines d'heures de jeu grâce à ses mécaniques bien huilées, son histoire captivante, ses combats à la chaine, quand ce n'est pas souvent les trois à la fois, certains de ces titres ont une durée de vie proprement hallucinante pour toute personne qui décide de s'y investir.

Le nombre de T-RPG qui a vu le jour sur nos consoles est spécialement conséquent au Japon, ou le public en est particulièrement féru. L'essentiel de la production reste cependant confidentielle hors des frontières du pays, la faute à une compréhension de la langue absolument indispensable dans bien des cas. N'ayant pas la prétention d'avoir essayé beaucoup de ces jeux, je vais ici me focaliser sur des titres qui ont connu à minima une traduction anglaise, qu'elle soit officielle ou réalisée par des fans. Mais surtout, je vais m'attarder sur ces quelques softs qui vous feront immanquablement passer de nombreuses nuits blanches tellement ils regorgent de possibilités de jeu, de dongeons ou personnages cachés à améliorer.  Voici sans plus tarder le Top 5 des T-RPG que tout joueur acharné doit essayer d'urgence:

 

Numéro 5: Final Fantasy Tactics: War of the Lions sur PSP

L'un des T-RPG le plus génial de la création se devait de posséder quelques ressorts afin de vous tenir en halaine et vous pousser à optimiser encore et encore votre chère équipe de combat. Sortie sur PSP, cette version de luxe, possédant une nouvelle traduction et un mode multiplayer permettant de varier les plaisirs est avant toute choses un titre sublime. Une histoire digne des plus grands romans historiques et de cape et d'épée, une réalisation et une esthétique délicieuse, et surtout une mécanique de jeu prodigieuse, qui se cesse de dévoiler ses secrets et détails au fur et à mesure de votre progression. Plus de vingt classes de personnages à maitriser et la possibilité de recruter l'ensemble des monstres que vous croisez sur le champ de bataille ainsi que certains personnages cachés seront bien le minimum pour vous permettre de passer outre la difficulté parfois brutale de certaines escarmouches que vous feront traverser la trame principale. C'est sans compter sur la possibilité d'explorer vers la fin du jeu le Deep Dungeon qui va vous fournir un challenge de taille supplémentaire et vous obliger à y effectuer de nombreux passages afin de récupérer armes, monstres, objets ou invocations qui feront de vos héros de véritables dieux de la guerre aux capacités versatiles et complémentaires. Vous l'aurez compris, entre sa trame principale qui vous tiendra en haleine pour longtemps et ses quêtes annexes exigeantes, il ne faudra plus compter seulement en dizaines d'heures pour enfin obtenir l'équipe de vos rêves capable de venir à bout de n'importe quel danger mais peut-être bien en centaines...

 

Numéro 4: Fire Emblem Seisen No Keifu, et sa suite, Thracia 776 sur Super Famicom

La série de T-RPG Fire Emblem est connue pour sa difficulté relativement élevée, surtout due au fait que toute mort de vos personnages sur le champ de bataille est définitive. Ces quatrième et cinquième épidodes, sortis respectivement en 1996 et en 1999 (oui vous avez bien lu!) sur Super Famicom, ne font pas exception. Vous recruterez peu à peu de nouveaux personnages bien sur, mais une mort définitive restera une lourde perte vu le nombre d'ennemis qui vous attendent autour de chaque forêt ou château à capturer. Chaque champ de bataille est proprement gigantesque et il n'est pas rare de passer plusieurs heures sur ces immenses terrains qui ne sont rien de moins, dans le quatrième épisoide tout du moins, que des pays entiers, avec ses villes et sa propre géographie. Il faudra avoir le coeur bien accroché pour parvenir à terminer l'une de ces batailles sans accumuler les pertes tant les ennemis sont nombreux, variés et capables d'apparaite au pire moment et endroit. Que dire de l'épisode suivant, sorte d'histoire annexe dans l'histoire princpale que constitue l'épisode précédent, si ce n'est qu'il est...encore bien plus difficile malgré un champ de bataille souvent réduit. Pour comprenser, les situations et les ennemis sont plus retors que jamais. Vous aurez besoin d'utiliser chaque personnage et chaque capacité avec beaucoup de parcimonie et agir avec réflexion pour que la situation ne se retourne pas contre vous. Le résultat? Vous risquez de recommencer encore et encore chaque bataille afin d'optimiser l'issue du combat. Ce Thracia 776 est une véritable perle pour tout joueur de T-RPG qui s'est bien échauffé sur Seisen No Keifu. Bon courage à ceux qui se décident à tenter l'aventure jusqu'au bout! Mais le challenge en vaut largement la chandelle, ces titres ayant leur place au panthéon du genre sur la console tellement ils sont aboutis et regorgent de détails fascinants, n'est pas Gunpei Yokoi, le producteur du jeu, qui veut!

 

 

Numéro 3: Phantom Brave sur PS2

Beaucoup de titres de l'éditeur Nippon Ichi pourraient prétendre à une place dans ce classement. Le studio est en effet un habitué des T-RPG avec de multitudes de possibilités de progression, offrant par la même une durée de vie homérique. Dans cette catégorie, le roi incontestable du genre est sans doute Phantom Brave qui en plus d'être un excellent T-RPG est capable de vous entrainer des heures entières en dehors des contours de sa trame principale dans un enchainement de combats aléatoires quasi sans fin. C'est à dire, pour être plus préçis, jusqu'à un enchainement de 900 combats par donjon (oui, vous avez bien lu!) afin d'obtenir ses meilleurs personnages et armes.Par cette seule possibilité ce T-RPG paru en 2004 possède une durée de vie infinie pour ceux qui souhaitent s'y plonger corps et âme. Doté d'une très bonne réalisation avec des graphismes chattoyants typiques des productions de l'éditeur, des personnages hauts en couleurs, d'un scénario avec un humour omniprésent et d'un sytème de combat très original pour son époque, on ne pourra pourtant pas s'empêcher de voir la lassitude poindre le bout de son nez malgré tout devant l'ampleur de la tâche qui vous attends. Mais avant cela, de potentielles centaines d'heures d'optimisation de vos armes et de votre équipe sont à votre portée, vous joueurs acharnés en quête du T-RPG qui répondra à votre soif d'en découdre! S'il avait été plus difficile rendant ces passages obligatoires et non optionnels, il aurait sans aucun doute mérité sa première place ici même haut la main, mais...il existe bel et bien des esprits encore plus tordus, prêts à vous donner d'avantage de fil à retordre.

 

Numéro 2: Hoshigami Ruining Blue Earth sur PS1

Boudé par la critique et dans une moindre mesure par le public à sa sortie sur une PS1 en fin de vie pour les fêtes de Nöel de 2001, Hoshigami a sur le papier tout pour plaire aux adeptes du genre. Graphismes magnifique dans le style d'un Final Fantasy Tactics alors référence du genre, gallerie de personnages et scénario captivant, système de combat original agrémenté par quelques idées de combo symphatiques, système de magies redoutable et très exhaustif; bref tout pour plaire. Et pourtant, l'échec de ce jeu tient en une seule raison: Il est beaucoup trop difficile pour le commun des mortels. La faute à un début d'aventure absolument rédhibitoire, qui vous place dès les premiers combats qui composent son scénario dans des situations impossibles si vous n'avez pas pris le temps d'optimiser votre équipe pendant de longues heures de combats aléatoires ainsi qu'un passage obligé par l'outils de création de magie. En combinant tout cela, le seul premier chapitre qui pourrait se terminer en ligne droite en 2 heures si ce n'était sa difficulté, vous prendra dix fois plus de temps que prévu. Et vous n'avez encore rien vu, le soft s'ouvre ensuite avec la possibilité d'escalader à chaque recoin du monde des tours hautes de minimum 20 étages, et parfois bien plus, vous permettant d'optimiser encore et encore vos héros et leurs aptitudes physiques et magiques. Le scénario possède qui plus est divers embranchements. Et une fois avoir passé des centaines d'heures pour en voir le bout, épuisés, vous comprenez que vous devez recommencer le jeu une seconde fois afin de pouvoir profiter de toutes ses possibilités...Hoshigami est réélement un T-RPG grandiose pour ceux qui arrivent à outrepasser sa difficulté rebutante, mais êtes vous fait de ce bois là?

 

Numéro 1: Tactics Ogre: Let Us Cling Together sur PSP

Tactics Ogre dans sa version PSP est donc le premier de ce classement, le jeu ultime pour tout amoureux de T-RPG et pour ceux qui souhaitent pouvoir s'investir dans son univers et son système de jeu pendants de très longues heures. Pas aussi difficile qu'un Hoshigami ou un Fire Emblem Thracia 776, il compense cependant largement ce manque par une durée de vie exemplaire concernant son scénario et par la quantité totalement délirantes de quêtes annexes qu'il propose. S'octroyant par la même de nombreux louanges de la part des critiques et des joueurs quand d'autres titres similaires ont pu rebuter. Non content d'avoir trois scénarios à explorer dans sa trame principale, l'aventure peut ensuite se poursuivre dans les méandres du bien nommé Palace of the Dead: Un donjon de plus de 100 étages dont il vous faudra venir à bout plusieurs fois afin de recruter les quelques personnages cachés qui s'y trouvent et obtenir parmi les meilleures armes du jeu. Vous pensez en avoir terminé? Absolument pas, puisqu'il vous faudra encore collecter de nombreux objets afin de provoquer des rencontres avec une classe particulière de Généraux et ainsi vous voir récompenser par les armes ultimes que propose le soft. Par curiosité, j'ai relancé une sauvegarde du jeu avant d'écrire ce passage, et j'ai esquissé un sourire en voyant les 340 heures de jeu s'afficher, me rappelant parfaitement ne pas avoir alors vu la moitié des Généraux en question sur cette partie. Tactics Ogre est vraiment le T-RPG ultime pour tout acharné du genre et vous pourrez y jouer des semaines entières sans aucun problème, et vous investir comme jamais dans son histoire et son univers exceptionnel. Un titre en tous points sidérant!

 

Amateurs du genre, voici une sélection qui devrait vous tenir en halaine pendant de nombreux mois. D'une grande qualité pour peu que l'on s'y investisse correctement, ces Tactical-RPG de haute volée n'usurpent pas leur réputation de jeux difficiles et surtout, tous dotés d'une durée de vie frôlant l'infini! Bon courage pour en voir le bout et en explorer tous les recoins. Mais, qui sait, une fois ces jeux terminés et votre envie de T-RPG toujours pas rassasiée vous vous trouverez une passion nouvelle pour la gamme de jeux de l'éditeur Koei, qui bien que souvent cantonnée au Japon, a fait naitre un nombre halluciant de titres du genre avec une durée de vie qui dépasse l'entendement. Mais ceci est une autre histoire...

N'hésitez pas à commenter et partager vos plus beaux moments autour d'un Tactical RPG, genre ô combien passionant...

Et à très vite pour un prochain Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Dotée d’une ludothèque dantesque en la matière, la NES du celebrissime fabriquant et éditeur Nintendo faisait la part belle aux jeux de plateforme, souvent de qualité. Dans la roue d’un Super Mario Bros qui a révolutionné l’industrie, d’innombrables titres sont proposés et à l’aune des années 90, c’est une offre pléthorique qui accueille le joueur désireux de s’adonner au genre. Fort de ses acquis, Nintendo compte bien tirer profit de son savoir faire, tiré en partie de l’aura immense acquise par Shigeru Miyamoto et des équipes, et d’entrainer avec lui de nombreux éditeurs vers sa nouvelle console, la Super Nintendo, afin de rééditer l’exploit réalisé au temps de la NES.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le géant japonais va réussir son pari, en tant qu’éditeur et développeur, en proposant parmi les jeux de plateforme les plus marquants de l’histoire du jeu vidéo, mais aussi en tant que constructeur puisque la machine va accueillir une multitude de softs d’éditeurs tiers dont certains ont acquis un status de jeu de légende. En voici une sélection à travers ce Top:

 

Numéro 5: Super Ghouls'n Ghost sur Super Nintendo

Le premier éditeur de cette liste, et pas des moindre en la personne de Capcom, va proposer une série de titre assez impressionnante sur la 16bits de Nintendo. Parmi ceux-la le cultissime Street fighter 2, qui va revolutionner l’histoire du jeu vidéo lui aussi. Mais c’est oublier un peu vite les autres bijoux que va proposer le roi des jeux de baston du coté de la plateforme. Grand spécialiste du jeu d’arcade, Capcom profite des nouvelles possibilités techniques de la Super Nintendo pour proposer une suite à une de ses licenses phare des années 80: Ghosts'N Goblins. Proposant une suite à sa série entièrement originale, le papa des Megaman sort le grand jeu et exploite au mieux les capacités de la console. Vous êtes plongés dans une atmosphère médiévale, lugubre et macabre à souhait, magnifiquement retranscrite à travers les superbes graphismes et musiques que propose ce Super Ghouls N' Ghost. Vous accompagnez le brave Arthur qui part delivrer sa dulcinée Guinevère, équipé de sa lance (ses javelots?) et son armure, et vous êtes parti pour en baver face à la horde de créatures qui vous barrent la route. Oui, le titre proposé par Capcom est difficile, mais quelle qualité proposée ici! Les niveaux sont d’une variété exemplaire, les animations de votre héros apportent un vrai cachet au jeu et les divers upgrades disponibles sont une aide précieuse pour traverser les passages les plus ardus. Gare à ne pas vous retrouver en caleçon! Chaque élément de ce jeu exceptionnel vous poussera à y revenir et tenter une nouvelle fois l’aventure. Il faut vraiment féliciter les développeurs pour l’atmosphere créée ici, sans doute inconcevable du temps des 8bits. Capcom entre par la très grande porte dans la cour des éditeurs qui comptent sur 16bits et dans le monde des jeux de plateforme, et il n'est pas près d'en sortir.

 

Numéro 4: Ganbare Goemon 2: Kiteretsu Shogun Magginesu sur Super Famicom

Bien moins célèbre que ses camarades présents ici même, et pour cause, le jeu n'a pas dépassé les frontières du Japon, la série Ganbare Goemon  (Legend of the Mystical Ninja en occident) mérite amplement sa présence au sommet des softs du genre. Son second volet est sans aucun doute le plus réussi, mais vous pouvez vous laisser tenter par les trois autres épisodes (dont le premier est sorti en Europe) pour vous plonger dans une aventure passionnante et surtout délirante à souhait: plaisir garanti! Techniquement ce titre est une merveille, les graphismes chattoyants, les animations fluides et la maniabilité des personnages est parfaite. Le jeu se pratique à deux en simultané pour un plaisir décuplé. Ne vous laissez pas rebuter par la barrière de la langue, Ganbare Goemon 2 se laissant approcher sans aucune difficulté. Et profitez à plein de son level design de folie, de ses situations et ennemis complètement incongrus, et des batailles de boss complètement déjantées et épiques. Profitez en pour mettre une raclée au Général McGuiness dans un véritable feu d'artifice final dantesque! Voici un titre absolument incontournable pour tout fan de jeu de plateforme et qui place Konami au rang de roi du délire vidéoludique de l'époque.

 

Numéro 3: Super Mario World: Yoshi's Island sur Super Nintendo 

A la sortie de Yoshi's island, Nintendo a déjà démontré au monde entier son savoir faire unique en matière de création de jeux dans le genre qui nous intéresse. Pourtant, l’éditeur souhaite offrir un ultime  barroud d’honneur à sa chère 16bits et montrer par la même qu’il demeure le maître incontesté en matiere de jeux de plateforme 2D sur cette génération. Des mains de l’équipe à l’origine de Super Mario World va donc naître une suite, bénéficiant de tout le savoir faire acquis sur ces dernières années. Sans grande surprise, Yoshi's Island sera un titre phare de la console, s’appuyant ses des qualités techniques époustouflantes, à commencer par son style graphique jamais vu pour l’époque, tout en rondeurs et pastels. Les animations et musiques ne sont pas en reste et proposent une expérience de haute volée. Vous êtes aux commandes de Yoshi, dinausaure charnu et coloré mais surtout adulé par les joueurs depuis la sortie de Super Mario World cinq an plus tôt, et partez, bébé Mario sur votre dos, à la recherche de son frère Luigi enlevé. Le level design est irréprochable, d’une intelligence rare: c’est bien simple, vous êtes sans doute en face du jeu de plateforme le plus intelligent et varié jamais imaginé. Le seul défaut de ce jeu? Être le contemporain direct d'un jeu qui est tout simplement (spoiler insoutenable...) le plus brillant jeu de plateforme jamais conçu. 

 

 

Numéro 2: Donkey Kong Country 2: Diddy's Kong Quest sur Super Nintendo

Rare a du talent, Rare a des idées, et Rare maitrise la console de Nintendo comme peu d'éditeurs avant lui. Fort du carton planétaire du premier Donkey Kong Country, et avec la bénédiction de Nintendo, l'éditeur anglais se lance dans une suite aux aventures du gorille le plus célèbre de l'histoire du jeu vidéo afin d'ajouter à cette seconde ittération tout les éléments de gameplay, toutes les idées de level design et toutes les petites touches techniques qui manquaient au premier épisode déjà somptueux. Le résultat? Des graphismes encore affinés, une maniabilité améliorée, une mécanique de jeu mieux construite et cohérente qui permet un level design optimal et une musique sublimée, signée par un David Wise en grande forme, et qui figure parmi les meilleures B.O. qui peuvent s'écouter sur la console, sans compter sur une durée de vie également accrue!  Bref, du mieux absolument sur tous les frons pour un jeu qui frôle la perfection, et cela alors que Donkey lui-même ne fait pas partie de l'aventure, remplacé par une nouvelle venue, Dixie Kong, à l'origine entre autres de ces belles variations de gampelay. Voici un titre qui se joue et se rejoue, toujours avec le même bonheur et qui ne connait que d'égal en la pixopersonne de Mario lui-même. Intemporel!

 

Numéro 1: Super Mario World sur Super Nintendo

Comment lancer au mieux sa toute nouvelle console sur le marché alors hyper concurentiel des 16bits? En proposant le plus grand jeu de plateforme de tous les temps, tout simplement! Voilà la réponse de Nintendo apportée à tous les détracteurs qui se plaignaient de voir la Super Famicom sans cesse repousser sa sortie à l'aube des années 90. Dans la droite ligne d'un Super Mario Bros. 3, déjà incroyable, la série profite à plein des nouvelles possibilités offertes par la toute nouvelle 16bit et propose une vision du jeu de plateforme encore optimisée et améliorée tout en gardant la force des précédents jeux de la série. Inutile de touner autour du pot, Super Mario World est un jeu de plateforme absolument divin, que l'on se prends à relancer tous les ans alors qu'il nous accompagne aujourd'hui depuis près de 30ans et que l'on pourrait terminer certains des niveaux qui le composent les yeux fermés. Chaque élément de game design est parfaitement calibré afin de permettre au joueur de s'amuser de la première à la dernière seconde de jeu. La prise en main est immédiate et pas une seule seconde de frustration ne viendra couper votre envie de progresser ou recommencer un niveau pour trouver l'une de ses nombreuses sorties alternatives cachées. Si Mario 64 peut-être considéré comme le plus grand titre de plateforme en 3D de l'histoire, Super Mario World en est son pendant en 2D et à mes yeux, il est encore plus jouissif et agréable à jouer. La merveille des merveilles, et dire qu'il s'agit du premier soft à voir le jour sur la console, un vrai miracle, mais surtout la cinglante démonstration que le studio de Kyoto est le véritable maitre du genre et tire toute l'industrie dans son sillon vers les sommets! Impossible de ne pas faire du bébé de Shigeru Miyamoto et son équipe le numéro 1 de ce Top!

 

Voila bien un Top 5 difficile à réaliser: La 16bits de Nintendo a connu tellement de jeux de plateforme d'exception qu'il est bien évidemment impossible de tous les caser ici. Certains titres que je ne considère pas 100% comme des platfeformers ont donc étés à juste titre mis de côté, pour en citer quelques uns: Super Metroid, Megaman X ou Castlevania 4. Ils auront naturellement l'opportunité de briller à de nombreuses autres occasions sur ce blog. D'autres titres, vrai platformers, sont excellents, et pourraient figurer dans un Top similaire sur bien d'autres machines, mais ils sont ici un peu juste pour intégrer ce classement. On peut retenir par exemple: Kirby Superstars, Super Mario All Stars,  Earthworm Jim ou encore Demon's Crest. Une nouvelle fois la liste est trop longue. Vous n'avez donc aucune excuse pour ne pas jouer à ces cinq titres, qui représentent, chacun avec leur style et qualités, rien de moins qu'une tranche de l'histoire du rétrogaming.

N'hésitez pas à commenter et à débattre sur vos titres préférés du genre sur la console, il y a matière!

Et à très vite pour un nouveau Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Pour varier une nouvelle fois les plaisirs, partons d'une idée un peu décalée, qui va fournir un bon moyen de parler de certains jeux...ou évènements historiques liés à nos jeux et consoles favorites! Un Top 5 des tyrannosaures les plus marquants et les plus classes de l'histoire vidéoludique, et pourquoi pas après tout? Un classement tout en subjectivité bien sur, et surtout une bonne occasion de se remémorer quelques grands moments de la scène vidéoludique mettant bien souvent l'Homme aux prises avec la grande star de la préhistoire.

Sans plus attendre, voici le 1er de la liste des Topausaures (ce dinosaure sera sans doute découvert un jour) :

 

Numéro 5: Le T-Rex dans PRIMAL RAGE sur tous les dinosaures de l'époque, même la Jaguar.

Un incontournable au sein de ce classement, Primal Rage et son Sauron de T-Rex est absolument partout. L'éditeur Atari lance son soft sur toutes les consoles du marché de l'époque et compte bien sur le célèbre dinosaure pour booster les ventes. Attaquant grâce à sa queue, ses pattes arrières ou sa tête, et se payant même le luxe rare pour un T-Rex de cracher des boules de feu, Sauron, en plus de porter le nom d'un célèbre personnage de fiction de feu J.R.R. Tolkien, bouffe littéralement ses adversaires (et les humains qui trainent, au passage) lors ce qu'il a pu les mettre au sol après quelques mandales bien senties. Sans aucun doute le personnage le plus classe du soft, il faut le voir se protéger avec ses misérables pattes avant en cas d'attaques ennemies par exemple. Il est le compagnon idéal pour terminer le jeu en moins de deux, et le ranger définitivement dans un carton tellement ce titre est...oubliable. C'est à se demander pourquoi il ne figure pas sur la jacquette du soft sur Jaguar en lieu et place du singe géant Blizzard qui ne présente lui aucun intérêt.

 

Numéro 4: Le T-Rex dans DINO CRISIS sur PS1 et Dreamcast

Quoi de mieux qu'un survival horror du maitre du genre, Shinji Mikami ? Un survival horror signé de sa main, ou votre héroine au nom de pizza se fait poursuivre par un magnifique T-Rex. Toujours la au meilleur endroit, ce superbe réptile va vous poursuivre sans relâche pendant toute l'aventure, brisant vitres, portes et balcons en essayant de vous broyer grâce à sa puissante mâchoire. Vous aurez beau jeu de lui tirer dessus avec tout ce qui est à votre disposition, cela n'aura comme effet que de le retarder dans son oeuvre de destruction. Accrochez vous jusqu'au bout, et qui sait, sur un coup de chance ou après une belle baignade, et un bon feu d'artifice vous arrivez peut-être à échapper à ses griffes. Vous l'aurez compris, le T-REx est ici le fil rouge d'un titre pas désagréable que tout amateur de Résident Evil aura plaisir à parcourir en sentant le souffle rauque du roi des carnivores dans son cou.

 

 

Numéro 3: Le T-Rex dans FINAL FANTASY 8 sur PS1

Le T-Rex est un habitué de la saga des Final Fantasy, c'est bien simple il apparait dans quasiment chaque épisode canonique de la série. Et ce, souvent vers la fin du jeu et sous forme de boss, car il représente une ennemi puissant. Au fond d'une caverne, au milieu du désert ou sur une scène d'opéra comme dans le sublime Final Fantasy 6, le fameux dinosaure du crétacé n'a jamais été mieux mis en scène que dans le 8ème épisode de la série, ou comme aux plus belles heures de Jurassic Park, vous devrez calmer ses ardeurs au sein de son enclos électrifié. Pour ce faire, le recours à la magie et vos invocations sera des plus précieux, à moins que vous ne préféreriez l'endormir pour mieux l'abattre comme un fourbe ou l'achever brutalement avec l'une de vos limit break. Dans tous les cas, il donnera une nouvelle fois bien du fil à retordre à votre équipe de héros.

 

Numéro 2: Le T-Rex dans CHRONO TRIGGER sur Super Nes

Encore plus fort que dans la série Final Fantasy, notre carnivore de l'extrême est également présent dans la série des Chrono, et s'il est bien possible de l'affronter en tant que boss au sein de Chrono Cross, c'est bien le Black Tyrano de Chrono Trigger qui fait une apparition plus que remarquée en tant qu'animal de compagnie de la reine des reptiles Azala. Avant d'affronter la bête et l'ennemie jurée de votre héroïne Ayla, il vous faudra traverser le bien nommé Tyrano Lair dont les portes ne sont rien d'autre que des fossiles de têtes de T-Rex. Une fois au sommet, Black Tyrano vous acceuille de ses cris glaçants prêt à vous broyer et vous manger tout cru. Votre effort pour vous extirper de ses griffes sera néanmoins interrompu par l'arrivée d'une bien plus grande menace sur Terre. Dommage, cela ne nous laisse pas le temps de poser la question qui nous tracasse tous à cette chère Azala: Comment diable a-t-elle fait grimper son énorme compagnon au sommet de cette tour?

 

Numéro 1: Le T-Rex dans la DEMO PS1 sur...PS1

Encore plus impressionant à son époque que n'importe quel dinosaure issu d'un RPG, d'un jeu de combat, ou d'un survival horror, et si le plus marquant des T-Rex vidéoludique n'était pas tout simplement celui provenant de la démo technique de présentation de la PS1 de Sony? A une période ou le géant japonais souhite présenter sa toute nouvelle console au monde et démontrer ses capacités, quoi de mieux qu'un magnifique T-Rex tout en polygones qui court et qui beugle dans sa plus simple expression? Point de décor ou d'animations parasites ici simplement ce monstre d'écaille dans toute sa splendeur, effrayant et terrible. A juste titre il s'agit peut-être de la démo la plus célèbre de l'histoire du jeu vidéo tellement elle avait à sa sortie, impressionné son monde et permi à la PS1 de se lancer sur de bon rails!

 

De nombreux T-REX ont étés oubliés sur cette liste et reposent désormais en paix au paradis des pixels. Citons pour nous les remémorer les sauriens oubliés des séries Turok ou Tomb Raider, mais aussi ceux de Jurrasic Park bien sur, vociférant auprès du logo de Sega. Sans oublier les T-Rex plus câlins, tel que celui issu du Manga Gon, présent dans le casting de Tekken 3, ou encore ce très cher Archie de Dinosaurs for Hire. Tous à leur manière ont permi de populariser le reptile au-delà de la raison, bien souvent pour notre plus grand bonheur de gamer, nous garantissant frissons et éclats de rire !

N'hésitez pas à venir discuter de votre collection de dinosaures ici-même, on partage tous la même passion!

A très vite pour un prochain Top garanti sans reptiles!

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Nous sommes en 2019 et la mode du chiptunes est depuis quelques années très tenace. S'appuyant sur des sonorités issues de processeurs sonores de nos anciennes consoles 8bits, nombres d'artises essayent d'imiter et de surpasser les productions des années 1980. Une démarche qui joue naturellement sur notre corde nostalgique et tente de nous remémorer ainsi nos plus grands moments passés, manette en main, à jouer à nos jeux préférés. Source d'inspiration indéniable, le catalogue de softs 8bits à connu, malgré les limitations drastiques qu'imposaient la technique de l'époque, une qualité de production assez hallucinante.

Nous allons nous plonger dans le catalogue de la plus fameuse des consoles de la période, la Nintendo NES et essayer de déterminer dans ce classement quels sont les titres qui ont marqué les joueurs et qui de fait inspirent tant de compositeurs chiptunes d'aujourd'hui. Ces softs qui possèdent une musique exceptionnelle les voici à travers le traditionnel Top 5 de ce blog:

 

Numéro 5: Metroid sur NES

Metroid est un jeu bien connu des fans de la première heure de chez Nintendo; Issu de l'équipe de production du génial créateur Gunpei Yokoi, inventeur de la Game Boy entre autres, ce titre aux forts accents futurises qui puise son inspiration de la saga Alien, plonge votre personnage, une jeune femme nommée Samus Aran, sur la planète Zébès qu'elle va devoir explorer de fond en comble dans l'espoir de mettre fin aux menaces de pirates galactiques tout en mettant la main sur une race extra-terrestre, les Metroids. A la baguette de ce soft d'aventure en vue de profil on retrouve une figure bien connue des studios de Nintendo en la personne de Hirokazu "Hip" Tanaka. Le compositeur est bien connu des habitués des softs de la firme puisque nous lui devons déjà à l'époque les musiques du jeu d'arcade Donkey Kong ou ecore de Kid Icarus sur NES. La bande originale est empreinte d'un certain minimalisme bienvenu qui retranscrit l'atmosphère oppressante de Zébès à merveille. Title Theme nous plonge bien au sein de l'univers de la série et plante le décor d'un monde spacial, presque infini et vous fait comprendre que vous serez seul, très seul durant cette aventure. Brinstar prends un peu le contrepied et vous encourage à faire vos premiers pas sur la planète sur le pied de guerre et prête à en découdre. Les thèmes se densifient à mesure que l'on approche du coeur de Zébès et de ses boss, notamment le Kraid's Lair et surtout Ridley's Lair qui devient carrément angoissant. L'apothéose est atteinte durant le thème Mother Brain qui vous fera vous retourner de votre siège pour vérifier si un alien ne vous regarde pas tapis dans l'ombre. Un travail tout en subtilité et en retenue qui, pour un titre de 1986 démontre le talent de Hip Tanaka bien entendu mais permet aussi de faire comprendre à tous que la NES permet de proposer des musiques d'ambiances qui ne sont plus les simples blips blips des générations précédentes.

 

Numéro 4: The Legend of Zelda sur NES

Inutile de présenter Zelda, la série phare de Nintendo dont la première itération sur NES donne en 1986 une nouvelle dimension aux jeux d'aventure sur consoles grâce notamment à la possibilité de sauvegarder sa progression bien sur, mais surtout grâce au talent de ses développeurs dont Shigeru Miyamoto est l'incontournable figure de proue. Bien sur, au sein de cette équipe de talent figure une autre légende du géant de Kyoto: Koji Kondo, ou l'art de résumer en une bande originale de 5 minutes une aventure inaltérable et inégalée sur cette décennie. L'art de créer un thème qui résonne dans la tête de tous, joueurs ou non joueurs depuis des années. Souvent repris et jamais égalé (si ce n'est par ses propre soin dans Super Mario Bros.) le thème de l'Overworld de The Legend Of Zelda, envoutant, entêtant et sublime vous plonge dans l'aventure avec un grand A, quand son Opening vous happe immédiatement dans son univers résolument enchanteur. Que dire de la musique Labyrinth qui vous accompagne dans chaque donjon du jeu ou de Death Montain qui résonne lors ce que vous vous attaquez au repaire du terrible Ganon et qui vous donnent immanquablement l'envie d'en découdre, épée à la main avec vos adversaires ? Autant de chefs d'oeuvre qui mériteraient une première place à ce classement sans aucune contestation si ce n'était la faible durée de la bande originale. 5 minutes certes, mais 5 minutes de bonheur et de perfection.

 

Numéro 3: Duck Tales sur NES

Nous avons évoqué les deux bandes son emblématiques de la NES produites par Nintendo et il nous reste 3 places sur ce classement. Qui donc à pu battre Nintendo sur son propre terrain et maitriser avec un talent encore plus grand les sonorités de sa fameuse 8bits ? L'une des réponses est bien évidemment Capcom, qui grâce à la sortie d'un titre d'une licence de Walt Disney, Duck Tales, frappe un grand coup en 1989. Le titre est un véritable succès à juste titre car le jeu est une réussite sur tous les points et constitue ce qui se fait de mieux en matière de plateforme, tutoyant le plombier italien de Shigeru Miyamoto. Qu'est-ce qui donne cependant à Duck Tales un supplément d'âme énorme si ce n'est sa bande son, composée par un Yoshihiro Sakaguchi en forme olympique!?  Jugez plutôt: vous ne pourrez tout d'abord que sourire à l'écoute du thème principal de la série repris ici dans le Title Theme et qui a bercé toute une génération bien sur, mais surtout vous régaler à l'écoute du thème de selection de niveau: Land Select qui s'inspire grandement et avec succès de...The legend of Zelda. Ou encore apprécier les thèmes de niveaux qui composent le jeu tels que Transylvania, African Mines ou The Himalayas qui vous feront dodeliner de la tête et vous sentir comme jamais dans la peau de l'oncle Picsou. Mais soyons sérieux à present, la réélle raison de la présence de Duck Tales dans ce classement, il la doit à un thème en particulier, qui est aujourd'hui peut-être la référence absolue en matière de mélodies chiptunes de la génération des 8bits. Ce thème c'est bien entendu celui de l'envolée lyrique, jusque sur la lune, du titre The Moon. Doté d'une rythmique en tout points redoutable, il accompagne votre canard grincheux à travers son exploration d'un vaisseau spacial dans un niveau inoubliable et à jamais à ranger au rang des moments de légende du jeu vidéo.

 

Numéro 2: Castlevania sur NES

Attaquons sans plus tarder la pépite musicale de l'autre studio de référence de la NES, celle de l'inégalable Konami. Par le biais de sa série la plus célèbre en devenir, l'éditeur nous offre une composition digne des plus grands films d'épouvante. Le Konami Kuheiha Club, groupe de musicien issus du studio et qui a pondu tant de mélodies devenues légendaires est ici tout naturellement mis en avant, même si aujourd'hui nous savons que l'intégralité de ces compositions revient à la seule Kinuyo Yamashita, à qui le style va comme un gant! Castlevania est un jeu mythique d'action-platforme sorti en 1986 et qui vous place dans la peau du chasseur de vampire Simon Belmont traquant le redoutable Comte Dracula et sa ribambelle de sbires que l'on croirait tout droit sortis du petit livre des horreurs. Une ode horofique donc, magnifiquement servie par une bande son fabuleuse et qui épouse à la perfection les besoins du titre. Ainsi, vous voici manette en main depuis dix secondes que l'on vous sert le thème de Vampire Killer afin d'accompagner vos premiers pas à travers le château du Comte. Que dire de ce titre si ce n'est qu'il est l'ADN d'une saga qui a traversé les âges et qui est repris dans de nombreux jeux de la série? Le moindre coup de fouet prends des proportions énormes à son écoute. Le reste de la bande son n'est pas en reste, et que l'on se ballade d'étage en étage, d'intérieur en extérieur sur le son angoissant de Poison Mind, celui lugubre de Stalker ou encore celui entrainant de Heart of Fire, chaque passage et chaque note colle si parfaitment à l'action que l'on se demande comment une telle prouesse est possible sur une simple NES! Le morceau le plus abouti de ce Castlevania n'en demeure pas moins le sublime hymne à la gloire du macabre que constitue le grandiose Wicked Child, un morceau qui hantera vos nuits et vous remémorera à n'en point douter vos plus belles victoires face au roi des Vampires! Et dire que les musiques de Castevania 2, et surtout Castevania 3, tout deux parus également sur NES font peut-être jeu égal avec leur aîné...Bravo le Kuheiha Club.

 

Numéro 1: Megaman 2 sur NES

Capcom place ainsi une deuxième titre dans ce classement, qui plus est à la première place grâce aux mélodies de Megaman 2. Seconde aventure de la mascotte tout de bleue vêtue du roi de l'arcade, ce jeu sorti à la toute fin de l'année 1988 vous propulse une nouvelle fois dans un monde futuriste rempli de robots sous la houlette du maléfique Docteur Willy. Robots que vous devrez atomiser un à un et vous emparer ainsi de leur pouvoir avant de mettre un terme aux agissements du vil Docteur. Soft d'action plateforme d'une redoutable efficacité, Megaman 2 est avant tout la référence musicale de son époque. Composé avec génie par Manami Matsumae dont c'est la plus belle réussite, ce prodige d'opéra de la chiptune aux airs très rock & roll de près de 30 minutes mis à bout à bout est incroyable à chaque morceau. Oui chacun d'entre eux vous restera dans la tête des années après les avoir écoutés de l'Introduction  qui s'enchaine d'une facon absolument inoubliable avec le Title Theme, jusqu'au générique de fin ou Credits, du même calibre. Même un simple Passowrd Screen, qui comme son nom l'indique vous permet simplement d'entrer un password et reprendre ainsi votre progression, ou le Stage Select sont des merveilles de musique chiptune de quelques secondes. Chacun des huits thèmes qui correspondent à autant de mondes que vous devrez traverser avant d'abattre leurs boss de robots correspondants sont irrééls de qualité. Entre la superbe ritournelle de Quick Man, le mélancolique Bubble Man, le très pop Metal Man, ou le funky Flash Man, chacun avec son style vous percute de plein fouet et vous marque pour une vie. Vous viendrez ainsi à bout de chacun des robots, avant de vous rendre au repère du Docteur Willy, et ici nous montons en gamme si c'était encore possible avec un Dr. Wily's Castle en forme d'apothéose survoltée et qui constitue, à raison, rien de moins que le morceau le plus connu et reconnu de la console. Megaman obtient son status de légende grâce à ce second volet et cette musique y est pour beaucoup!

 

On peut voir à travers cette sélection que la capacité sonore de la NES a été admirablement exploitée par les plus talentueux compositeurs et programmateurs de l'époque. Nintendo a semble-il montré la voie aux débuts de la console avant de passer le relai à des studios ambitieux qui ont parfois surpassés le maître. Bien entendu ces 5 jeux ne constituent pas les seuls réussites dont se dote la NES, et si certains titres n'ont pas étés selectionnés ici, il faut tout de même noter qu'il existe de très nombreuses bandes originales de qualité, qui reflètent bien l'offre pléthorique de jeux qu'offre la console.

On peut noter par exemple quelques autres titres de Nintendo avec une bande son très marquante tels que Mike Tyson's Punch Out ou Kirby's Adventure. Les éditeurs tiers ne sont évidemment pas en reste, et la musique qui accompagne la série des Ninja Gaiden est également superbe. Enfin, Capcom a peut-être réalisé la passe de deux la plus emblématique de l'histoire du Blue Bomber en sortant à la suite de deuxième volet, Megaman 3 avec une musique digne de figurer sans aucun problème dans ce Top s'il n'était surpassé par son aîné direct d'un cheveu!

N'hésitez pas à partager vos plus belles émotions musicales sur NES, et....

A très vite pour un prochain Top!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Sortie en pleine euphorie du genre, la Super Nintendo a pu se constituer une ludothèque relativement étoffée de beat them all. La grande quantité de titres sortis en Arcade permettent de générer une offre de premier choix dont certains se verront porter sur les consoles 16 bits de l'époque. Ainsi, Sega se fait une spécialité du portage de ses jeux d'Arcade de l'époque sur sa Megadrive et vous permet de vous asseoir manette en main avec quelques amis pour profiter du meilleur du jeu en salle. La concurente de Nintendo va elle connaitre quelques portages tels que le très attendu mais décevant Final Fight qui lance une mode du portage, parfois au rabais comme c'est le cas ici.

Cela n'empêche pas les éditeurs de sortir un peu de ce schéma et proposer des titres originaux souvent plus convaincants dont certains ont connus un franc succès. On ne peut que se féliciter de l'arrivée de Final Fight 3 épisode original à la machine et bien plus abouti. Comment passer sous silence le fabuleux Teenage Mutant Ninja Turles: Turtles in Time magnifique remix d'un titre Arcade mais superbement optimisé pour la Super Nintendo. Pourtant, nombre de titres du genre n'ont pas connu une telle renommée, et, portage ou jeux original, certains méritent vraiment d'être essayés avec ses potes, confortablement installés dans votre canapé. Voici donc une sélection de titres méconnus mais qui méritent vraiment votre attention si vous êtes un tant soi peu fan du genre:

 

Numéros 5: Knights of the Round & The King of Dragons sur Super Nintendo

Knights of the Round et King of Dragons ne sont pas totalement inconnus des afficionados, mais, pour deux titres développés par le célèbrissime créateur des Final Fight et Street Fighter, ils n'ont pas forcément connus le succès escompté. La faute sans doute à un gameplay un peu trop simpliste et un brin répétitif dont le genre a très souvent eu du mal à s'écarter. Ceux deux titres sont ici présentés ensemble car ils portent en eux de très nombreux points commun: Portages de jeux d'Arcade, ils bénéficient chacun d'un mode deux joueurs, et présentent un monde médiéval fantastique réussi. Plutôt inspirés des légendes arthuriennes pour l'un et basée sur le légendaire license Donjons et Dragons pour l'autre. Les deux softs présentent également un intéressant système de montée en niveau et donc en puissance des personnages donnant un petit parfum de RPG à l'ensemble. Les niveaux de Knights of the Round sont plus longs mais dans l'ensemble la durée de vie est relativement similaire. Graphiquement les deux titres sont plaisants, et les animations sont impeccables. Pour résumer voici deux portages de jeux d'Arcade réussis, sans trop de concessions pénalisantes et que tout amateur doit avoir essayé dans sa vie de gamer.

 

Numéro 4: Undercover Cops sur Super Famicom

Pursuivons avec un jeu bien moins célèbre que les deux prédécesseurs de ce classement: Le portage d'un jeu d'arcade développé par les pères de la série R-Type, le studio Irem, et par l'équipe à la base du futur hit de SNK Metal Slug. Undercover Cops vous installe dans une atmosphère post-apocalyptique située entre Mad Max et cyberpunk. Après une rapide introduction et une fois la on ne peut plus classique sélection de l'un des trois personnages jouables effecutée, le jeu vous lâche à travers 5 missions afin de parcourir la ville, qui entre usine, plage desaffectée, ou hélicoptère militaire va vous permettre de vous en donner à coeur joie en punissant tous vos adversaires grâce à un panel de mouvements assez étendu et quelques coups spéciaux parfois impressionnants. Vous pourrez également utiliser quelques armes secondaires, dont certaines colonnes en béton, rien de moins, pour quelque mandales bien senties! Enfin des petits porcinets qui gambadent dans vos pattes (!) vous serviront de nouritture et offriront un gain de vie appréciable. Très classique dans son déroulé avec une ambiance Anime très prononcée, et d'une durée de vie plus qu'honnête, le plus gros défaut du soft est sans doute l'absence d'un mode deux joueurs. Pourtant le jeu est assez réussi pour que l'on s'y intéresse malgré ce défaut, à l'instar d'un Batman Returns sur la même console par exemple. Bref si vous êtes fan du genre et n'avez jamais eu l'occasion de l'essayer, foncez!

 

Numéro 3: Koryu no Mimi sur Super Famicom

Second titre de cette liste assez logiquement cantonné au Japon, Koryu no Mimi est issu d'un Manga qui n'a connu qu'un succès fort limité sur son territoire d'origine. Son pendant beat them all n'a pas non plus brillé par ses ventes, mais il n'en demeure pas moins un titre très sympatique. Tout du moins si on lui laisse sa chance! Cantonné à un mode un joueur, il faudra outrepasser l'enrobage du soft pas toujours très heureux avec des graphismes corrects et des musiques et animations moyennes, afin de pleinement profiter de son gameplay qui offer une profondeur bienvenue. Les combos et autres coups spéciaux sont admirablement intégrés et indispensables à maitriser pour qui souhaite progresser dans le jeu, donnant un certain style au personnage principal, tout en roulades et en coup de pieds sautés. Les armes secondaires sont également présentes ici pour un peu de variété, avec une mention spéciale pour la griffe qui vous rappellera vos plus beaux combats avec Vega-Balrog de Street Fighter. Les niveaux sont également diversifiés, et vous traverserez quelques lieux typiquement japonais tels que le fameux train Shinkansen ou un dojo, entrecoupés de petites cutscenes déroulant une histoire...sans grand intérêt mais qui mérite de poser l'ambiance. Dans l'ensemble un titre très plaisant si l'on prends le temps de l'appréhender et de maitriser son personnage. Un vrai challenge digne de tout fan de beat them all qui se respecte.

 

Numéro 2: Ghost Chaser Densei sur Super Famicom

Abordons à présent un  titre qui une nouvelle fois n'a pas dépassé les frontières du Japon, et qui est également un portage d'un soft initialement paru en salle d'Arcade sous le nom de Denjin Makai: Ghost Chaser Densei, un soft qui cache très bien son jeu! A l'inverse des deux précédents jeux abordés, on appréciera particulièrement la possibiliter de le parcourrir en mode deux joueurs. On peut même dire qu'il n'a un intérêt qu'en mode deux joueurs, tellement le mode solo, amputant toutes possibilités de combos, rends l'expérience beaucoup moins savoureuse. Cette situation est largement contre balancée par les parties qui, à deux, permettent des combinaisons très étendues et dotent le jeu d'une palette de coups jouissive pour ceux qui prennent le temps d'en appréhender les rouages. Il en ressort un titre unique, bien plus profond qu'il n'y parait au premier abord et qui se transforme en vrai feu d'artifice avec l'un de vos amis à vos côtés. Quel dommage que la réalisation ne soit pas de la même qualité que son gameplay, sans quoi nous aurions sans aucun doute l'un des plus grands beat them all de la console. A essayer d'urgence par tous ceux à la recherche d'un beat them all avec un peu de finesse.

 

 

Numéro 1: Shin Nekketsu Kouha: Kunio-Tachi no Banka sur Super Famicom

Tout amateur de beat them all a déjà une fois dans sa vie joué à un titre de Yoshihisa Kishimoto. Le créateur de la célebrissime saga des Double Dragon qui s'inspire de ses propres expériences de jeunesse est par la même, le pionnier du genre en plein renouveau au Japon à la fin des années 1980. C'est pourtant un soft issu d'une autre série sur lequel nous allons nous attarder ici: Kunio est en effet un personnage récurrent, qui apparait tel que Mario, dans une série de jeux, de baston ou de sport essentiellement, et qui à connu de nombreuses déclinaisons souvent demeurées au pays du soleil levant, avec quelques notables exceptions toutefois telles que le fameux Nintendo World Cup paru sur NES ou Gamboy en France. Shin Nekketsu Kouha est lui un bon vieux beat them all paru uniquement au Japon et sur Super Famicom, qui relate les mésaventures de Kunio et de son camarade Riki ainsi que leurs petites amies respectives, qui devront réhabiliter le nom de Kunio suite à un mauvais tour joué par un gang local. Paré d'un mode deux joueurs impeccable, avec la possibilité de changer à la volée entre Kunio et Riki et leur petites amies respectives pour une grande variété de gamplay dans le plus pur style de Double Dragon, d'une réalisation très plaisante et d'une très belle durée de vie, ce jeu est une véritable pépite oubliée qui mérite d'être jouée sans aucune retenue, le seul maigre défaut du titre se limitant à des interludes entre deux niveaux ou votre héros parcours la ville à moto, très dispensables. Un vrai hit méconnu de la console pour terminer ce Top en beauté!

 

Pour débuter sur ce blog le thème un peu particulier des jeux méconnus, voici donc une sélection de titres bien souvent sortis uniquement sur Super Famicom et qui auraient mérité une plus large diffusion à leur sortie. Certains de ces titres ont des qualités indéniables et se rapprochent des canons du genre tels que Final Fight 3 ou Super Double Dragon. Sur une console qui a connu un succès important et de fait une ludothèque et une offre importante, il est toujours intéressant et agréable de chercher et tomber sur une pépite oubliée du grand public.

En espérant que ce format vous fasse découvrir aujourd'hui ou à travers un prochain billet,  un jeu parfois sous-estimé ou passé sous le radar, n'hésitez pas à apporter vos commentaires ou remarques ou pourquoi pas, partager le nom d'autres titres oubliés!

A très vite pour un prochain Top!

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Au tournant des années 90, la reine des RPG d'alors, la Super Nintendo, marque le pas. Il est temps pour les créateurs de conter leur histoires sur un tout nouveau support, offrant plus de moyen techniques, et par la même des aventures toujours plus palpitantes et ambitieuses. Face à cette nouvelle déferlante, le joueur se retrouve également face à une nouvelle donne: Suite au succès planétaire de Final Fantasy 7 paru sur PS1, de nombreux RPG sont alors portés hors des frontières du Japon sur la nouvelle console de Sony. Voici les titres les plus marquants de cette génération, qui ont su charmer de très nombreux fans par leur personnages fétiches et leur histoires incroyables.

 

Numéro 5: Final Fantasy 7 sur PS1

Rendons à César ce qui appartient à César dès à présent: Le RPG qui a propagé la vague de fond et donné ses lettres de noblesse au RPG japonais hors de ses frontières est fort logiquement un jeu d'une très grande qualité. Même si le titre à considérablement vieilli aujourd'hui, il conserve un charme indéniable et des qualités inattaquables. A commener par son scénario, dont certains twists sont à ce jour inégalés et ont profondément marqué tous les joueurs s'y étant essayé. Perpétuant les bonnes habitudes de la série, les personnages sont également fort bien écrits et chacun a son importance dans l'histoire, une histoire aux accents écologiques résolument modernes. Naturellement les compositions de Nobuo Uematsu sont à la hauteur de l'évènement et certaines pistes comme Aerith Theme font partie du panthéon de la musique du jeu vidéo. La durée de vie et la variété des lieux visités n'est pas en reste, tout comme les combats qui parviennent à ne pas lasser malgré leur nombre très fréquent. Voila un jeu de légende aujourd'hui considéré par beaucoup comme le Graal du RPG japonais et qui figure dignement en introduction de ce Top. Cela veut toutefois dire que, sur PS1, 4 jeux ont fait mieux que ce mythe fédérateur.

 

 

Numéro 4: Valkyrie Profile sur PS1

Valkyrie profile est le RPG qui consacre le studio Tri-Ace alors au sommet de son art et en fait un éditeur au renom international. Sorti au tournant du millénaire, le soft est très original dans son déroulé et apporte un vent de fraicheur avec son scénario qui puise abondament au sein de la mythologie nordique. Vous incarnez Lenneth une Valkyrie au service du dieu Odin à la recherche de son passé humain en une période troublée par l'approche du Ragnarok. Le jeu est pétri de qualités, et mixe avec bonheur les phases de plateforme, de développement scénaristique porté par une fantastique mise en scène, de combats au tour par tour extêmements dynamiques, et de stratégie, avec de nombreux choix à faire dans la sélection et la mise à niveau de son équipe de héros en constante évolution. Motoi Sakuraba fait pétarader les synthétiseurs comme jamais, et la réalisation est sublime. Il suffit de regarder l'introduction graondiose du jeu et accompagner les derniers instants de la jeune Platina pour sentir monter l'émotion. Un immense RPG, dont l'originalité et le ton résolument adulte sur une ambiance de fin du monde en font un objet vidéoludique incontournable de la PS1.

 

Numéro 3: Final Fantasy Tactics sur PS1

 Yasumi Matsuno est un génie, et après un Tactics Ogre de grande qualité, il aura l'opportunité de bénéficier de l'apport en notoriété de la licence phare de Squaresoft, Final Fantasy, afin d'y transposer les codes du Tactical RPG qui lui sont chers. Se surpassant et entouré d'une équipe de développement d'expérience, il va offrir à la PS1 ce qui peut-être considérer comme le plus grand Tactical RPG à avoir vu le jour au Pays du soleil levant. Au-delà de sa réalisation tout à fait honorable, il convient de s'attarder sur les énormes points forts qui différencient ce titre du reste de la meute. Qui dit tactical RPG dit soft qui mise énormément sur la profondeur de son système de jeu, et de la profondeur vous en trouverez à foison dans Final Fantasy Tactics: imaginez, que chaque homme ou femme composant votre équipe pourra se spécialiser dans près de vingt métiers différents, et cela sans compter les spécialisations uniques de certains personnages clés ou la possibilité de recruter l'ensemble des monstres parcourant les contrées d'Ivalice! Certains de ces métiers comme le Calculator sont simplement jubilatoires dans leur utilisation et permet de pousser le système de jeu à son paroxysme. Ajoutez à cela une composition musicale fort à propos, des héros extrêmement attachants et un scénario d'une ampleur folle et en tous points captivant. En un mot: Magique.

 

Numéro 2: Suikoden 2 sur PS1

 Difficile pour un adepte de RPG de la génération 16bits tel que moi de rester de marbre devant Suikoden 2. Dans la droite ligne d'un 1er épisode, déjà exceptionnel, et qui a connu un succès mérité alors qu'il accompagne les premiers pas d'une PS1 en plein essor, Suikoden 2 sent le titre admirablement paufiné par les équipes de Konami. Et ce afin de tirer le meilleur d'une formule qui fonctionne à merveille. A la tête d'un groupe de héros qui va bientôt prendre la forme d'une petite armée que vous recruterez au fur et à mesure de l'aventure, vous battrez la campagne pour sauver le pays du terrible Luca Blight et ses sbires tout en installant votre quartier général dans un château médiéval du plus bel effet et rempli de surprises. L'ambiance générale qui se dégage de ce jeu, la qualité de sa galerie pléthorique de personnages et de leur mise en situation sont les principaux atouts d'un soft qui vise juste à tous les niveaux. La musique, les graphismes, le système de combat et d'optimisation de ses personnages, tout est parfaitement calibré afin d'offrir au joueur une expérience mémorable. A dire vrai, Suikoden 2 est le véritable meilleur RPG de la console au sens littéral du terme, et sans considérer l'ovni qui va suivre en 1ere place. Plus le jeu progresse et nos personnages évoluent sous nos yeux, plus l'on s'y sent bien, et plus on a envie que l'aventure se poursuive, encore et encore...Si vous n'avez jamais touché à ce titre, foncez sans tarder. Si vous connaissez Suikoden 2, retournez y, vous prendrez toujours un plaisir immense à le parcourir.

 

Numéro 1: Xenogears sur PS1

 Le voici donc l’ovni en question, une anomalie à bien des égards…Comment un jeu considéré comme mineur par les équipes de Squaresoft, qui par manque de budget et sous la contrainte d’un délai de réalisation beaucoup trop court pour son ambition démesurée, se retrouve donc en première place de ce classement ? Et par la même peut être considéré comme le plus grand RPG de la PS1 qui compte tant d’excellents titres du genre ? Bancal et, malheureusement, loin d’être terminé et optimisé à sa sortie, Xenogears l’est immanquablement, pourtant il compense plus que largement ces imperfections par la mise en place d’un univers, de ses personnages et de son scénario, qui sont simplement ahurissants et vous plongent au c½ur de son histoire comme aucun autre jeu n’a été capable de le faire à ce jour. Tenant fébrilement votre manette vous serez ballotté de scène culte en scène culte, entrecoupées de révélations scénaristiques et de rebondissements de haute volée, tout cela rythmé par une musique signée Yasunori Mitsuda qui se classe sans mal parmi les meilleures OST (la meilleure?) de la console. C’en est presque trop par moment tellement le titre est généreux, mais nom de Deus, quel pied ! Vivre l’expérience que propose Xenogears change à jamais votre perception de joueur. Pour conclure sur un plan plus personnel, cela fait aujourd’hui 20ans que j’attends un titre de la trampe de Xenogears, qui me mettra une claque aussi violente en m’y consacrant que celle que j’ai pu expérimentée avec lui…et force est de constater que je risque d’attendre encore très longtemps !

 

 

Sony a vu juste en attirant Squaresoft et son éternel Final Fantasy 7 sur sa toute nouvelle console de salon. Profitant du succès de ce jeu phénoménal, le RPG nippon s'exporte enfin en masse pour le plus grand bonheur des adorateurs du genre de la première heure. L'ensemble des titres présentés ici, pierres angulaires du genre, méritent toute votre attention encore aujourd'hui, et ce malgré une réalisation parfois datée, leur qualités ont rarement étés égalées depuis. A tel point qu'avec un recul suffisant aujourd'hui, la question mérite d'être posée: La PS1 est-elle la console ultime du RPG? Peut-être que le remake de Final Fantasy 7 apportera un début de réponse et arrivera à révolutionner le genre une fois de plus...

N'hésitez pas à partager sur vos RPG favoris de la machine, et...

A très vite pour un prochain Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Le nom de Konami résonne comme celui d'un éditeur incontournable de la période 16bits. Chaque titre issu de ce studio est alors un gage de qualité, et si le japonais touche à tous les genres, il y en a bien un ou il a particulièrement excellé. Ce genre c'est celui de l'action platforme, ou, remises au gout du jour de leurs séries apparues sur consoles 8bits et nouvelles licenses se confondent afin de nous offir une série de titres de haute volée qui méritent que l'on s'y attarde aujourd'hui. Attachez vos ceinture et replongeons nous dans l'esprit étrange et lumineux des concepteurs du génial éditeur japonais Konami.

 

Numéro 5: Super Probotector sur Super Nintendo

Commencons ce Top tout en finesse avec un titre qui aura occupé les accros des jeux d'action survitaminés. Dans la droite ligne des deux opus précédents sortis sur NES, Contra 3, ou Super Probotector pour nous Européens, consiste à...foncer dans le tas et à tirer sur tout ce qui bouge. A première vue tout du moins, car derrières ses aspects de jeu issu des plus belles scènes d'action d'un Terminator sous stéroïdes, le soft demande pas mal de finesse et de précision pour progresser. Exigeant et exaltant, vos héros, qu'ils revêtent la forme de robot ou de clone de l'ex-Gouvernator, vont se frotter à une pléthore d'ennemis aux tirs incessants, à un terrain accidenté et en constante évolution empli de dangers, mais aussi et surtout à une galerie de boss absoluments démentiels et improbables! Un mètre étalon du genre quelque peu gâché par ces rares niveaux en vue de dessus, qui ont le mérite de mettre en avant le fameux Mode 7 de la machine, mais qui jurent assez nettement avec la qualité des niveaux traversés en vue de profil. Pour un jeu sorti dès 1992 sur la 16bits de Nintendo, Konami a fait très fort. De nombreux titres similaires sortirons sur Super Nintendo sans en égaler le brio. Un membre de ce Top indiscutable.

 

 

Numéro 4: Rocket Knight Adventures sur Megadrive

En pleine période faste du jeu de plateforme, chaque éditeur cherche à se positionner sur ce créneau ô combien lucratif. Les Mario et Sonic sont les figures emblématiques du genre, mais de nombreux développeurs s'engouffrent dans la brêche du jeu vidéo de mascotte. Konami ne fait pas exception et essaye dès 1993 de profiter de cet effet d'aubaine en proposant un titre qui met en avant sa toute nouvelle mascotte auto-proclamée en la personne de Sparkster. Enfin pas exactement une personne...car nous avons affaire ici à un marsupial! Rien de bien original jusque là me direz-vous, si l'on considère que cette même période aura vu débarquer pèle-mèle éléphants, chauve-souris, singes, lynx et j'en passe sur nos chères 16bits. C'est sans compter sur le talent de l'éditeur qui va faire le maximum pour mettre Sparkster sur le devant de la scène. Les premières aventures du marsupial sur la Megadrive de Sega sont une franche réussite. Nerveux et diablement bien animé, disposant d'une palette de mouvements conséquents, de niveaux variés et toujour fun ainsi que de musiques entraînantes, ce Rocket Knight Adventure à tout pour lui, y compris une place dans ce Top! 

 

Numéro 3: Ganbare Goemon 2 sur Super Famicom

Si les autres jeux de cette liste peuvent se targuer d'un certain classicisme, dès la scène d'introduction de ce Ganbare Goemon 2 on comprend très vite que l'on va nager en plein délire...typiquement nippon. Jugez plutôt: Nos héros se reposent à la plage lorsqu'ils apprennent que le bien nommé Général McGuiness venu de l'Occident s'apprête à envahir la Japon avec son armée...d'homme-lapins! Tout le soft adopte ce ton décalé et les situations cocasses sont légion, cependant jamais au détriment des nombreuses qualités du jeu, bien au contraire. Chaque niveau est une débauche d'idées farfelues: combats en robots géants digne des plus grands moments de Bioman, ballade à dos de poissons ou souris mécaniques, chapardage de deniers dans le sac de vieilles mamies, et même une partie de rétrogaming, tout est bon pour une belle tranche de rire. Le jeu s'appuye au-delà de son humour sur des qualités indéniables: graphismes chatoyants et admirablement colorés, animations fluides, mode deux joueurs aux petits oignons, et maniabilité parfaite. Un must de bonne humeur et de qualité, un Konami au sommet de son art...et du délire!

 

 

Numéro 2: Castlevania Rondo of Blood sur PC-Engine Duo

Attaquons à présent la crême de la crême des action-platformers estampillés Konami, incarné on ne peut mieux par la série Castlevania. Cette série à connu de nombreux volets depuis l'ère 8bits dont certains sont de franches réussites. Le présent opus, Rondo of Blood marque l'aboutissement du savoir faire de l'éditeur sur la génération des consoles 16bits. La Pc-Engine Duo étant le parfait écrin pour ce que l'on peut considérer comme un très grand Castlevania à voir le jour sur console de salon sous la forme qui nous intéresse aujourd'hui, sa suite directe Symphony of the Night prenant par la suite une toute autre direction. Rondo of Blood, ou comment vous faire parcourir sur une musique rock de folie et à l'aide du bien trop classieux Richter Belmont et de son vampire killer, le chemin qui vous sépare du Comte Dracula, tout cela en délivrant votre belle ainsi que la jeune Maria (jouable par la suite) toutes deux retenues dans les geôles du lugubre château. Pour ce faire vous pourrez également jongler entre différentes armes secondaires et choisir votre chemin dans le dédale imposé par Dracula et ses illustres lieutenants Shaft et la Mort, qui constituent certains des boss les plus marquants de cet épisode. A ce titre le combat contre la Mort, au sommet du mat d'un vieux navire n'est rien de moins qu'un moment majeur du jeu vidéo. Ce titre, difficile, mais rendu abordable par un système de sauvegarde figurerait sans problème à la première place de ce Top, si ce n'était sans compter sur...

 

 

Numéro 1: Super Castlevania 4 sur Super Nintendo

Le chef d'oeuvre ultime de Konami en matière de jeu de plateforme, le voici. Au départ vendu comme un simple remake de l'épisode originel vous placant dans la peau du vénérable Simon Belmont, il surclasse alègrement et ajoute tellement de nouveaux éléments à sa formule d'origine qu'il fait aisément figure d'un nouveau titre à part entière. Et quel titre! Pourtant sorti sur une Super Nintendo balbutiante, l'éditeur fait preuve d'une maitrise et virtuosité rare en cette année 1991, qui verra le Comte Dracula succomber une nouvelle fois aux sévices que lui inflige un vampire killer plus souple que jamais. A travers une petite quizaine de niveaux, bercé par une musique originale d'exception, et plus tard par certains classiques de la série brillamment remixés, notre héros affronte la panoplie complète de montre et boss inspirés des plus célèbres créatures mythologiques connues, dans une ambiance lugubre et macabre à souhait. Une ambiance grandiose porté par une technique parfaite, tout y passe: Mode 7, effets de zoom, animations fluides et un Simon Belmont tout en agilité. Un soft intemporel, inégalé et que l'on prend plaisir à ressortir de sa boîte pour y jouer et y rejouer encore et encore, toujours avec le même plaisir.

 

Konami, éditeur définitif de la génération 16bits? Peut-être bien. En s'essayant à ces quelques titres, il est aisé de constater la qualité générale sortie de cette usine à rêves. Et pourtant nous n'avons fait qu'effleurer en semble l'étendue de ce talent. Un talent et un perfectionnisme que l'on retrouvera sur tous les supports, arcade compris, et ce sur tous les styles de softs, du RPG au shoot them up, jusqu'au jeu de sport ou même de danse. Un seul conseil s'impose alors si vous osez relever ce défi: s'essayer à l'ensemble des jeux estempillés Konami de cette période, formidable testament d'une période bénie.

N'hésitez pas à commenter et partager vos meilleurs souvenirs sur un jeu Konami...

Et à très vite pour un prochain Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

 

Forte de sa capacité à proposer de sublimes titres en 2D, la Saturn va proposer au cours de son existance une offre de grande qualité quand il s'agit de beat them up, le tout sublimé par une manette parfaitement adaptée au genre. Capcom qui profite de son immense notorité et savoir faire en la matière, propose alors, dans les pas du mythique Street Fighter 2, une série de jeux du genre pour la plupart fantastiques. Dans le sillage du maitre, de nombreux éditeurs vont s'engouffrer dans la bataille et proposer une sélection de titres hétéroclites avec pour certains une belle réussite à la clé. Comme toujours avec la Saturn de trop nombreux softs sont demeurés au Japon et il faudra passer par l'import pour bénéficier d'une majorité de ces beat them up, qui constituent la crème de la crème du genre, et dont voici ci-dessous les cinq plus beaux représentants.

 

Numéro 5: Waku Waku 7 sur Saturn

Sunsoft est un éditeur parfois méconnu mais qui est à l'origine d'une pléthore de titres de qualité, à l'image de l'inimitable Master Blaster sur NES. A contre courant des jeux de combat qui se prennent parfois beaucoup trop au sérieux, Waku Waku 7 est la quitessence du titre ou l'on nage en plein délire. Le soft est porté par une réalisation digne des tous meilleurs jeux sur le support, qui permet de transformer ce délire en référence du versus fighting avec des graphismes somptueux et colorés qui vous décollent la rétine, une animation diabolique et une série de personnages extravagants à souhait. Waku Waku 7 mérite bien plus que le maigre succès d'estime qu'il a connu à sa sortie, il s'agit d'un très grand jeu trop souvent passé sous silence. Jettez vous dessus si vous n'êtes pas l'heureux possésseur de sa version Neo Geo,  cette version Saturn en étant la meilleure conversion disponible par ailleurs. Son seul défaut? Proposer un nombre de combattants relativement limité en comparaison des beat them up qui vont suivre.

 

Numéro 4: Rabbit sur Saturn

Peut-être le meilleur titre produit par un autre éditeur que Capcom sur la 32bits de Sega, Rabbit est quasiment inconnu des posseseurs de la machine. Réalisé par un obscur studio dont c'est d'ailleurs la seule création, voici un véritable trésor que vous serez heureux de dénicher et essayer. Jouissant d'un ton décalé il vous met dans la peau d'un combattant qui peut lors ce que les circonstances sont réunies, se transformer en son animal totem, un peu sur le modèle d'un Bloody Roar. Dans un ton résolument cartoon, chaque personnage possède un véritable style aussi bien visuel que dans son approche du combat, ce qui permet une belle varitété de gameplay. Les arènes de combat et les animations sont également d'un excellent standing et complètent un tableau enchanteur. Si vous avez fait le tour des softs made in Capcom ou êtes allergiques aux créations du géniteur de Megaman, Rabbit est fait pour vous. Ne vous fiez pas à sa diffusion confidentielle, nous avons bien à faire à un beat them up d'une excellente qualitée.

 

Numéro 3: Vampire Savior: The Lord of Vampire sur Saturn

Nous voici prêt à aborder la trilogie de référence sur Saturn, qui ne pouvait sortir que du studio qui fait office de maitre incontesté du genre en la matière durant cette décennie. Et pour conclure cette période dorée, Capcom va mettre les bouchées doubles en sortant titre sur titre d'exception, atteignant un raffinement jamais vu. A commencer par ce Vampire Savior: The Lord of Vampire, sorti en 1997 et qui constituera le fleuron du genre à sa sortie. S'éloignant pour un temps des figures de proue de la série Street Fighter et autres superhéros, Capcom capitalise ici sur une ambiance toujours résolument cartoon, mais portée par un casting tiré des légendes extravagantes de la nuit. Vampire, momie, loup-garou...le choix d'une vingtaine de personnage permet à tout à chacun de trouver son compte. Ajoutez à cela des animations et un pixel art somptueux avec une Saturn poussée dans ses retranchements grâce à l'utilisation de la cartouche RAM de 4Mo, un gameplay précis et nerveux à souhait porté par une série de coups spéciaux assez bluffante. Chaque élément de ce titre respire la qualité! Un niveau d'excellence qui ne sera plus atteint sur Saturn si ce n'est par le même Capcom, fermement décidé à réaliser le beat them up 2D ultime sur la 32bits de Sega. 

 

 

Numéro 2: Marvel Super Heroes vs.Street Fighter sur Saturn

Après les créatures nocturnes, Capcom se décide à paufiner sa série crossover entre les superhéros de l'écurie Marvel et ses propres héros, de Street Fighter ou d'ailleurs. Marvel vs. Street Fighter est un beat them up d'une générosité pour l'époque jamais vue. Débauche de couleurs, d'animations dynamiques, de musiques pêchues, et de personnages nombreux et variés issus des deux univers en question et virvoltants dans tous les sens, nous sommes en face d'un jeu testament, dont le portage sur Saturn constitue une véritable prouesse, et qui profite des acquis construits sur les épisodes précédents tel que X-Men vs. Street Fighter. Lequel d'entre nous n'a jamais rêvé de découvrir qui d'entre Ryu, Wolverine, Spiderman ou Chun Li est le commbattant ultime et possède les combos les plus dévastateurs? Merci à Capcom pour ce morceau de bravoure, qui se place au summum de la technique et du fun sur la 32bits de Sega. Inutile d'épiloguer, s'il y a bien un jeu du genre à posséder sur Saturn, au-delà d'un jeu de la série cannonique des Street Fighter, c'est bien celui-ci!

 

Numéro 1: Street Fighter Alpha 2 sur Saturn

Voici donc Street Fighter Alpha 3, le titre de la série phare de Capcom qui fait office de référence, l'ultime jeu sorti par le studio sur la plateforme, et de fait le plus raffiné, le plus complet, le plus abouti du genre, bref le beat them up ultime. Et pourtant...C'est bel et bien le 2nd épisode de la série qui figure en premire place de ce Top. Certes il possède deux fois moins de personnages, avec une vingtaine d'acteurs à son actif, les modes de jeu, même si très étoffés sont moins nombreux, et la finesse de l'animation et des graphismes sont tout naturellement en deçà de la qualité proposée par son petit frère. Mais malgré tous ces désavantages sur le papier, Street Fighter Alpha 2 dégage une aura et une atmosphère absolument unique dans la série et lui confère un supplément de charme qui en font indéniablement un titre de coeur. Ce sont ces infimes détails, à la limite de l'indéfinissable, qui finissent par faire une différence et aboutissement à créer le coup de coeur, au-delà de qualités techniques d'un jeu. Bien entendu, Street Fighter Alpha 3 est le véritable N°2 de ce classement, il ne peut en être autrement à la vue des ses qualités exceptionnelles, et de fait, un bon nombre d'amateurs préfèreront sans aucun doute ce titre à son ainé, si tant est que arriviez à vous le procurer vu sa relative rareté. Street Fighter Alpha 2 peut, pour sa part, être en votre possession pour à peine plus qu'une bouchée de pain. Le monde est parfois bien fait...

 

Vous l'aurez compris sans aucun mal, Capcom en véritable maitre de genre, à su se sublimer et apporter à la reine de la 2D de Sega une multitude de titres d'une qualité rarement atteinte sur d'autres supports, passés ou présents. Ainsi la quasi intégralité des autres titres de l'éditeur sur la machine sauront vous apporter une expérience de haut vol. Cela serait pourtant oublier la multitude d'éditeurs qui ont su se démarquer et créer de véritables beat them up originaux, novateurs et techniquement très aboutis. Rabbit et Waku Waku 7 sont de ceux la, mais comment ne pas citer également quelques perles ou excellents portages qui méritent toute votre attention tels que: King of Fighter 97, Samourai Shodown 4, Astra Superstars, Real Bout Fatal Fury Special, Groove on Fight. Vous le voyez, la liste est longue.

La Saturn, et sa manette 6 boutons si bien adaptée au genre, reine des beat them up 2D? Mille fois oui!

N'hésitez pas à castagner sur les commentaires, et...

A très vite pour un prochain Top!

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

Le RPG est un genre roi au pays du soleil levant, depuis l'avènement des séries Dragon Quest et Final Fantasy, l'offre sur le territoire est juste hallucinante. Dans les années 1990 en plein âge d'or du jeu vidéo japonais, il n'était pas rare de voir arriver un titre exceptionnel par mois! Le savoir faire et le talent développé par les plus grands studios est par conséquent assez incroyable, et on le sait depuis, à éclaboussé le monde entier. L'éditeur Squaresoft en est la figure de proue, et enchaine RPG sur RPG absolument divins pendant cette période. Pourtant, la localisation hors du Japon de ce type de jeux coûte très cher, est très long à réaliser, et pose de nombreux problèmes techniques, ce qui en limite leur diffusion. Si l'on cumule ces difficultés avec celle d'une Super Famicom (la reine incontestée des RPG) en fin de vie, il est logique de se retrouver avec un catalogue pléthorique qui n'a pas connu les joies d'une traduction. Et dans cette liste, forcément, il y a quelques titres magiques, des titres depuis traduits par la communauté de fan et qu'il vous faut absolument découvrir! Voici le Top 5 des jeux Squaresoft restés au Japon et auquel vous pouvez et devez jouer aujourd'hui!

 

Numéro 5: Live A Live sur Super Famicom

Sorti en 1994 dans l'ombre de Final Fantasy 6, Live a Live fait partie des premiers titres que Squaresoft décide de ne pas exporter, préférant porter ses efforts sur sa saga star. Ce soft connait un honnête succès au Japon porté à juste titre par sa réalisation symathique et l'originalité de son déroulé. Il vous invite à vivre la vie (Live A Live!) de plusieurs héros à travers différentes époques de l'Histoire, depuis la préhistoire jusqu'à un lointain futur ou la robotique règne en maitre. Chaque scénario est l'occasion de développer une aventure originale et d'accompagner ses personnages hauts en couleurs et possédant un language bien ancré dans leur époque au travers de leur quête. Et cela pour se rendre compte qu'ils sont en fait tous liés pour vous faire vivre un final détonnant. Les combats, savant mélange entre RPG classique et tactical RPG, s'enchainent sans peine, et les compositions sont de bonne qualité, sans égaler les tenors du genre. Pour résumer un titre très solide et très original, même si parfois un peu inégal, chaque scénario ne revêtant pas le même intérêt. Largement suffisant toutefois pour en faire un incontournable de la ludothèque de la Super Famicom et mériter sa place dans ce Top!

 

Numéro 4: Romancing Saga 3 sur Super Famicom

En fin d'année 1995, Squaresoft se décide à sortir le sixème volet de sa série des SaGa débutée sur Gameboy et dont la Super Famicom voit arriver ici le 3ème épisode. Ces titres sont souvent dotés d'éléments de gameplay et  de scénario structurés avec une certaine originalité. Impression confirmée dans ce soft, ou vous pouvez dès les premiers instants de l'aventure choisir entre huit héros aux profils très différents. Leur évolution à travers un scénario parfois un peu foutraque et décousu ne se fait pas par une traditionnelle prise de niveaux mais plutôt par l'apprentissage aléatoire de nouvelles compétence de combat. Le jeu bénéficie cependant de nombreuses qualitées, à commencer par sa galerie de personnages attachants et ses lieux et villages nombreux à visiter, tous absolument magnifiques et joyeusement colorés. Les musiques et les animations ne sont pas en reste, et sa plétore de quête annexe et mini-jeux sont souvent passionants. Tout le savoir faire de Squaresoft transpire dans ce Romancing Saga 3 qui constitue une valeur sûre du RPG nippon et trouve logiquement sa place dans ce Top. Fort de son succès au Japon, la série poursuivra son chemin sur PS1 et au-delà, pour notre plus grand plaisir!

 

Numéro 3: Rudora no Hihou sur Super Famicom

Si les deux précédents RPG présentés sont d'excellents jeux en soi, nous boxons avec Rudora no Hihou dans une catégorie supérieure. Ce titre, et les deux suivants, peuvent tous prétendre au titre de chef d'oeuvre du genre. Sa sortie en 1996, en toute fin de vie de la Super Famicom le comdamnait à ne pas voir le jour à l'international. Il n'est rien de moins que le parfait complément à des RPG au tour par tour de légendes tels que Final Fantasy 6 et Chrono Trigger. C'est bien simple, chaque élément qui consititue le jeu est une pure réussite, de ses graphismes chatoyant à sa musique fort à propos signée Ryuji Sasai (auteur des magnifiques compositions de Mystic Quest pour les curieux), en passant par le scénario, poignant, qui retrace la vie de quatre héros interagissant dans un monde en décrépitude magnifiquement mis en scène. Son système d'apprentissage des magies est absolument délicieux, puisqu'il vous laisse la possibilité de les créer et les apprendre par association de sillabes que vous apprendront les habitants de ce monde. Un parti pris payant qui donne à Rudora no Hihou un cachet unique et des possibilités de gameplay très étendues. Un titre d'une émotion et d'une mélancolie rare qui mérite sa place au panthéon du genre et en fait forcément un incontournable de ce Top.

 

Numéro 2: Bahamut Lagoon sur Super Famicom

Le célèbre dragon qui fait office d'invocation ultime de tout Final Fantasy qui se respecte a un jour eu droit à un épisode dédié, et quel épisode! Sorti au début de l'année 1996, il a la lourde de tâche de prendre la suite de softs parus l'année précédente tels que Chrono Trigger ou Seiken Densetsu 3, excusez du peu. Bahamut Lagoon remporte toutefois son pari avec brio puisqu'il propose une expérience exaltante sous la forme d'un Tactical RPG inoubliable. Dans la peau du jeune Byuu, tout frais leader de la résistance face à l'Empire Galbelos, vous allez parcourir le monde d'Orelus constitué d'îlots flottants dans le ciel et terre d'accueil de dragons surpuissants et classieux au possible. Aidé de vos amis et de votre propre troupe de dragons, vous suivrez un scénario fort bien construit même si quelque peu convenu, et préparerez vos troupes, y compris vos très gloutons camarades sauriens, à des batailles épiques et tactiques à souhait. Est-il encore utile de préciser que, jeu Squaresoft sorti en plein âge d'or oblige, ses qualités graphiques et musicales sont hors du commun? Toute personne qui n'est pas absolument hérmétique aux Tactical RPG se doit d'essayer ce titre à tous prix, il vivra une expérience inoubliable happé par les qualités infinies de ce chef d'oeuvre intemporel. La moindre des choses était de lui accorder une place de choix dans ce classement!

 

 

Numéro 1: Seiken Densetsu 3 sur Super Famicom

Quel titre, forcémment exceptionnel, pourrait, après une telle débauche de chefs d'oeuvres, prendre la première place de ce Top, si ce n'est rien de moins que ce qui constitue sans doute le plus grand action RPG de l'Histoire? Seiken Densetsu 3, la suite de Secret of Mana qui a connu les honneurs d'une sortie en France, n'aura malheureusement pas cette chance, sa sortie tardive sur une Super Famicom fin 95 lui barrant la route des Etats-Unis et de l'Europe. Evènement à l'époque fort regrettable tellement le soft possèdes des qualités innombrables: Un scénario en béton armé axé autour d'une équipe de trois héros à choisir parmis six, tous plus charismatiques les uns que les autres, avec une fin personalisée pour chacun d'entre eux. Imaginez que pour en avoir fait le tour il vous faudra terminer ce joyaux au moins à trois reprises. La réalisation graphique digne d'une 32bits est tellement incroyable que l'on a du mal à croire que nous sommes sur Super Famicom, certains lieux sont à pleurer de beauté, vous avez face à vous sans aucun doute possible le titre le plus éblouissant de la console. La musique n'est pas en reste et Hiroki Kikuta revient (pour la dernière fois...) à la baguette pour nous plonger dans un monde onirique et féérique à souhait. Parcourir Seiken Densetsu 3 avec un ami est encore et toujours envisageable et constitue le meilleur moyen de vivre cette aventure hors du commun. Inutile d'en rajouter, cette prodigieuse réalisation des équipes de Squaresoft figure à jamais au panthéon du jeu vidéo et doit être vécu par les joueurs du monde entier!

 

Vous sentez sans doutes à la lecture de ce billet que je manque de superlatifs pour exprimer les qualités de l'ensemble de ces titres. Il s'agit ici d'un Top de très haute volée, constitué d'une série de jeux d'une rare qualité, qui ont acquis par l'effet du temps, et la grâce de la traduction des fans un status de softs absolument cultes. L'âge d'or du RPG nippon prends à nouveau tout son sens dès l'instant ou vous relancez n'importe lequel de ces softs. Le talent de Squaresoft semblait alors sans limite quand on constate que des jeux tels que Treasure Hunter G ou Front Mission sont mis de côté dans ce Top. Si vous n'avez pas encore essayé l'un des bijoux que constitue cette liste, et que le RPG ne vous fait pas fuir en courant, il vous est impardonable de passer à côté!

N'hésitez pas à partager vos plus grand souvenirs et anecdotes de rôliste...

Et à très vite pour un autre Top 5!

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Bonjour Rétrogaming (Jeu vidéo)

 

Dragon ball FigtherZ sorti en 2018 est peut-être l'aboutissement et le jeu ultime dont les fans de la série phare d'Akira Toriyama rêvaient depuis si longtemps. Pourtant les essais de l'éditeur Bandai depuis les années 1980 ont étés nombreux afin de transposer la série sur nos consoles préférées,et ce avec une réussite parfois assez aléatoire. Ce Top va donc se concentrer sur ces plus belles réussites en se replongeant plus précisemment dans le contexte bien particulier de la période ou la DBZmania battait son plein France, et va donc faire le point sur les plus belles réalisations liées à la série et parues dans le monde entre 1990 et 1996.

Voici les jeux phares d'une époque folle, ou à peine sorti de la diffusion de l'épisode de la semaine sur le Club Dorothée, les enfants s'échangaient des carte à jouer Son Goku et Végéta dans les cours d'école, se spoilaient l'histoire grâce au dernier manga acheté dans sa version japonaise, et se refilaient le code secret du dernier jeu vidéo DBZ paru sur Super Famicom un mois plus tôt et offerts par les parents pour 690 Francs dans la boutique spécialisée la plus proche!

Ce Top 5 est garanti 100% sans aucune référence à la Playdia!

 

Numéro 5: Dragon Ball Z: Idainaru Son Goku Densetsu sur PC-Engine Duo

Seul épisode jamais paru sur la PC-Engine de NEC, ce jeu vous place dans la peau de Son Goku et retrace les combats qui ont marqué sa vie de guerrier, depuis son enfance et son combat contre Tao Pai Pai, jusqu'au passage de relai au profit de son fils Son Gohan, et sa propre mort lors du combat contre Cell. Entrecoupés de scenès issues de l'Anime, voix inclues, support CD oblige, les joutes sont dynamiques et fidèles à l'histoire, vos combattants virvoltants aux quatre coins de l'écran, et ce sur plusieurs plan de profondeur, quelque peu comme dans un Fatal Fury. Le jeu est délicat à prendre en main et il faut en comprendre les arcanes avant d'esperer remporter un combat, le jeu étant d'avantage orienté vers un soft de stratégie, et ce malgré sa représentation en jeu de combat. Un must pour tout fan qui se respecte, dommage qu'il demeure non traduit à ce jour! Dans l'optique ou les combats issus de Dragon Ball, tels que ceux contre Tao Pai Pai et Tien Shin Han ont votre préférence, je ne saurais que trop vous recommander par ailleurs Dragon Ball Z: Super Goku Den paru sur Super Famicom, et qui connait quelques similitudes avec le jeu PC-Engine, même s'il est globablement moins réussi, il a le mérite de se concentrer exclusivement sur la période Dragon Ball de notre héros.

 

Numéro 4: Dragon Ball Z: Hyper Dimension sur Super Nintendo

La diffusion de la série touche à sa fin et Son Goku s'apprête à porter le coup fatal au démon Buu devant les spectateurs du mond entier. En parralèle la Super Nintendo vit ses derniers instants avant de définitivement passer le témoin aux consoles 32bits. Dans ce contexte de fin de cycle, Bandai tente une dernière fois de mettre en scène la troupe Sayan sur la console de NINTENDO. Dragon Ball Z: Hyper Dimension est un peu la synthèse des jeux de combat 2D made in DBZ de l'époque, piochant des idées auprès des canons du genre tels que la série des Street Figher et Fatal Fury sans oublier la série des Butoden. Le rendu graphique et l'animation sont superbes, l'ajout d'une puce graphique au sein de la cartouche et la maitrise de la console aidant. Les combats plus axès sur le corps à corps sont d'une profondeur intéressante. Ils manquent cependant de punch pour pouvoir prétendre faire du jeu le 1er de ce Top, dommage, il s'en est fallu de peu! Le jeu est sorti en France en 1997 mais il est alors tronqué de son mode histoire...disponible uniquement en version Super Famicom (et traduit par la communauté depuis pour votre plus grand plaisir).  Un incontournable pour tout fan qui se respecte quoi qu'il en soit!

 

Numéro 3: Dragon Ball Z: Super Sayan Densetsu sur Super Famicom

Un jeu de rôle issu de la fameuse série, avec des combats au tour par tour qui vous demandent de sélectionner vos coups grâce à un deck de cartes à jouer ? Oui pourquoi pas! Bandai savait être inventif avec Son Goku et ses acolytes. Dans ce jeu sorti en 1992, l'histoire retrace les évènements de de la série depuis ses prémices (le combat contre Raditz) jusqu'à la défaite de Freezer sur Namek. Le jeu étant sorti début 1992 il ne relatera jamais les évènements des arcs narratifs des cyborgs, de Cell ou de Buu et aucun suite ne viendra jamais combler ce vide. Malheureusement, car ce Dragon Ball Z: Super Sayan Densetsu est un grand jeu, reprenant le principe des jeux sortis sur Famicom, il améliore la formule grâce aux possibilités offertes par la toute fraiche Super Famicom. Quel plaisir de sélectionner ses plus belles cartes soigneusement conservées pour réaliser au moment opportun ses attaques ultimes de Ki! Le jeu permet qui plus est quelques twists symphatiques par rapport à l'histoire originale : l'hécatombe des guerriers face à Nappa n'aura pas lieu...si vous le souhaitez! Et le combat surprise final est un délice. Tout fan de RPG et de DBZ se doit d'essayer ce jeu, et si vous êtes accro au deux, évidemment vous serez au paradis!

 

Numéro 2: Dragon Ball Z: Shin Butoden sur Saturn

Fort de son expéricence avec la série des Butoden sur Megadrive et surtout Super Famicom, l'éditeur Bandai profite de l'effet d'aubaine de la DBZmania et de l'arrivée des consoles 32bits pour nous sortir un jeu de combat de haute volée, reprenant les codes de la série homonyme en les améliorants. C'est la Saturn de SEGA qui aura l'honneur d'accueillir ce Shin Butoden, fort de sa popularité au Japon et de sa capacité à afficher une belle 2D rendant justice à nos super guerriers de coeur! Le jeu est fort logiquement, et dans la lignée de ses ainés, un jeu de combat à écran splité ou l'on passe une bonne partie de son temps à s'envoyer et se renvoyer joyeusement des Kamahaméha et autres Makanko Sappo à la figure. Le panel élargi à 27 personnages jouables, soit quasi tous les personnages clé de l'histoire à l'époque, les petites animations en combat qui montre le visage confiant de votre combattant prêt à retourner la vague de Ki dans les dents de son adversaire, bref, voila autant de détails qui donnent une idée du soin apporté à cette ultime version des jeux de la série des Butoden. Il se classe en tous cas à des années lumières de l'infâme version sortie sur PS1 dans la même période, et s'offre une somptueuse 2nde place dans ce Top.

 

Numéro 1: Dragon Ball Z: Super Butoden 2 sur Super Nintendo

Le beat them up le plus connu de la saga, et juste titre, car il est sans doutes le meilleur! Dragon Ball Z: Super Butoden 2 corrige les nombreux défaut de son ainé, et offre pour la première fois dès 1993 (et 1994 en France, avec une traduction à étouffer Bernard Pivot) une réelle occasion de marteler sa manette au rythme des fameuses attaques spéciales emblématique du Manga et de l'Anime. Tout ce petit monde prends vie sous nos yeux, à travers un mode histoire pas trop mal fichu, et surtout un mode versus qui aura cassé autant de manettes que Street Figher 2 ou Super Mario Kart. Les graphismes et animations surtout ont pris un sérieux coup de boost, tels un Son Goku sous Kaioken, et l'ajout de coups spéciaux au corps à corps complète ce tableau presque sans faute. Même les musiques du jeu, si elle ne sont pas tirées de l'Anime, demeurent de qualité, c'est dire le soin apporté à ce titre. Il ne vous reste plus qu'à sélectionner le vrai super guerrier de la légende, le bien nommé Broly (ou Tara; Bernard: le massage cardiaque arrive) et vous replonger tel un enfant les yeux brillants devant ses héros, dans le summum des jeux DBZ de l'époque.  Omeno de banda Gohan!!

 

 

Qui n'a pas rêvé d'incarner Son Goku et ses amis pour sauver les terriens et les habitants de Namek dans les années 90? L'immense popularité de Dragon Ball Z à permis à Bandai d'écouler par palettes entières des jeux parfois au contenu très limité, mais également quelques bijoux que ce soit autour de jeux de stratégie de RPG et surtout de soft de versus fighting. Les quelques versions sorties en France sont une bénédiction pour les collectionneurs d'aujourd'hui, ces softs n'étant par ailleurs que très rarement sortis du territoire nippon.

N'hésitez pas à balancer un Kaméhaméha en commentaire...

Et à très vite pour un prochain Top 5.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Édito

Joueur invétéré depuis 30 ans, ce blog a pour objectif de partager avec vous sur la base d'un classement limité à 5 titres, parfois absurdes, ou plus sérieux, une ou plusieurs anectdotes sur mes jeux préférés.

Et ce avec l'espoir de toucher votre corde notalgique, ou soyons fou, de vous faire découvrir ou redécouvrir un jeu méconnu! En toute subjectivité bien sur.

Bref un bon prétexte pour parler de jeux rétros, et communiquer sur cette passion.

Bonne lecture et bonne décourverte de TOP 5! Et n'hésitez pas à réclamer un TOP 5 en particuler!

Archives

Catégories